Français | English | Italiano

Dans une chronique intitulée “Aysel Tuğluk et la mémoire perdue”, nous décrivions déjà début décembre l’urgence de sa nécessaire libération pour raisons médicales.

Nous écrivions également que son cas n’était pas unique, et qu’il était très représentatif de celui, connu,  de dizaines de prisonnier.es politiques dont l’état de santé est précaire, et nécessiterait des libérations immédiates. La question est la même pour des prisonniers très âgés.

Avec 50 premièr.es signataires en Allemagne, voici le texte d’une pétition qui vient d’être lancée. Toute l’équipe de Kedistan s’y associe et invite tous les médias qui de près ou de loin s’intéressent à la Turquie et aux Peuples qui la composent, tous les défenseur.es des droits humains fondamentaux, à signer cet appel, pour le moment adressé au nouveau gouvernement allemand, dont on sait qu’il est pour beaucoup dans les orientations européennes concernant les relations avec la Turquie et son régime politique.

Il nous paraîtrait souhaitable que cette adresse et demande s’étende d’ailleurs rapidement  à la future présidence française, qui débute en janvier 2022.

* Mise-à-jour du 4.1.2022 : Ce souhait ayant été partagé par beaucoup, les initiateurs de la pétition l’ont mis à jour dans les termes ci dessous indiqués en bleu.

Vous trouverez également sur les réseaux sociaux d’autres appels coordonnés que nous nous devons de relayer.

 

Appel au l’EU, le Conseil Européen et nouveau gouvernement fédéral allemand:

Des signaux clairs à Erdoğan !
Libération immédiate d’Aysel Tuğluk !

Aysel Tuğluk, avocate des droits humains et ancienne députée du Parti démocratique des peuples (HDP), est en détention en Turquie depuis maintenant cinq ans.

La députée Pervin Buldan a annoncé que Tuğluk est gravement malade et qu’elle n’a pratiquement pas parlé depuis l’agression d’une foule nationaliste dont elle fut victime, agression d’une foule nationaliste qui s’est déroulée lors des funérailles de sa mère. La Faculté de médecine légale médico-légale de l’Université de Kocaeli a déclaré qu’Aysel Tuğluk n’est plus apte à être emprisonnée en raison de la démence chronique et progressive d’Alzheimer et qu’elle devrait être libérée de la prison immédiatement. Cela a été rejeté par l’Institut de médecine légale d’Istanbul, affilié au ministère de la Justice.

Le Forum culturel turco-allemand appelle les autorités turques à mettre fin à la répression systématique des figures de l’opposition et à la libération immédiate d’Aysel Tuğluk et d’autres prisonnier.e.s malades, ainsi que de tous les prisonnier.e.s politiques en Turquie, comme Selahattin Demirtaş, Osman Kavala, Gültan Kışanak et des milliers d’autres, qui sont en prison uniquement en raison de leurs activités politiques et sociales.

Dans le même temps, nous demandons au le Conseil Européen, l’UE, et nouveau gouvernement fédéral allemand d’indiquer clairement l’orientation humanitaire de sa politique turque, en cette occasion spéciale, et de mettre fin à la politique d’apaisement du précédent gouvernement, mené par les coalitions précédentes, envers le président Erdoğan :

“Envoyez un signal clair que votre gouvernement défendra les droits humains et la démocratie également en Turquie ! Exigez la libération immédiate d’Aysel Tuğluk et d’autres prisonnier.e.s malades, ainsi que des milliers de prisonniers politiques comme Selahattin Demirtaş, Osman Kavala et Gültan Kışanak !”

Par l’intermédiaire du Conseil Européen, dont la France vient de prendre la présidence, l’UE doit également mettre ces questions à l’ordre du jour, et ne pas tergiverser avec les autorités turques sur les droits humains. Aucun accord, économique ou sur les migrations, ne pourrait le justifier.

Le Conseil de l’Europe, quant à lui, a déjà de nombreuses fois délibéré au sujet de la Turquie. Les décisions de la Cour Européenne de Droits de l’Homme (CEDH) sont pourtant pas appliquées par les autorités turques. Il en va de la crédibilité du Conseil de les faire appliquer. Défendre tous les cas des personnes citées serait un premier pas indispensable.

Cologne/Berlin, 29 décembre 2021

  • Premiers signataires : Erk Acarer, Ahmet Akgün, Lale Akgün, Rezan Aksoy, Kemal Aktaş, Ali Atalan, İmran Ayata, Nursel Aydoğan, Berivan Aymaz, Hayko Bağdat, Celal Başlangıç, Oya Baydar, Osman Baydemir, Saadet Becerikli, Lezgin Botan, Anke Brunn, Gerhard Brunn, Hasan Cemal, Cengiz Çandar, Safter Çınar, Abdullah Demirbaş, Renan Demirkan, Zehra Doğan, Can Dündar, Dilek Dündar, Ragıp Duran, Aydın Engin, Aslı Erdoğan, Bernhard von Grünberg, Ülkü Gürkan-Schneider, Gencay Gürsoy, Baskın Oran, Naz Öke, Doğan Özgüden, Tuba Hezer Öztürk, Leyla İmret, Selma İrmak, Hasip Kaplan, Yılmaz Karahasan, Atilla Keskin, Besime Konca, Kader Konuk, Klaus Kost, Ertuğrul Kürkçü, Nafiz Özbek, Bedia Özgökçe, Ziya Pir, Anton Rütten, Faysal Sarıyıldız, Herbert Schmalstieg, Nora Şeni, İnci Tuğsavul, Ferhat Tunç, Günter Wallraff, Gülçin Wilhelm, Kemal Yalçın, Sibel Yiğitalp, Ahmet Yıldırım, Ayşe Yıldırım, Ragıp Zarakolu, Mazhar Zümrüt.

S’il vous plaît, soutenez notre pétition et rejoignez-nous pour demander la libération immédiate d’Aysel Tuğluk et les droits des prisonniers politiques, également en Turquie !

#FreeAyselTugluk, #AyselTuğlukİçinAdalet

>> Pour signer : suivez le lien


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.