Özüm Vur­gun est avo­cate et coprési­dente de la branche d’Amed (Diyarbakır) de l’Association des juristes pour la lib­erté (ÖHD). Cela fait cinq ans qu’elle a pris la robe, aban­don­nant sa car­rière d’ingénieure en élec­tron­ique pour se con­sacr­er à la défense des droits humains. Turque, elle a choisi de venir s’in­staller et agir à Amed. Can­di­date pour être députée du Par­ti démoc­ra­tique des peu­ples (HDP), elle a aus­si du affron­ter un juge­ment pour “appar­te­nance à une organ­i­sa­tion illé­gale”. Nous l’avons ren­con­trée en févri­er 2022.

Quelle est la sit­u­a­tion dans les prisons ?

Actuelle­ment la sit­u­a­tion des pris­ons est vrai­ment mau­vaise. Dans des quartiers pour trois per­son­nes, 16 per­son­nes sont entassées. Imag­inez le lieu sur deux étages. Une petite prom­e­nade, un dor­toir à l’é­tage conçu pour 3 per­son­nes. Elles dor­ment sur le sol même. Le surpe­u­ple­ment est vrai aus­si bien pour les poli­tiques que droit com­mun. De plus en Turquie, des con­struc­tions de prison ne cesse pas.
En fait cela démon­tre quel État chao­tique et sans droit est dev­enue la Turquie…

Notre prob­lème prin­ci­pal est l’isole­ment. La tor­ture, aus­si. Lorsqu’on con­fisque les droits con­sti­tu­tion­nels d’une per­son­ne, le droit à la san­té, le droit à la vie, tout peut être fait. Un exem­ple, la prison de femmes à Diyarbakır. Plusieurs des pris­on­nières ont des mass­es can­céreuses à l’utérus et aux seins. Par­mi elles il y a de très jeunes femmes. Nor­male­ment, les femmes peu­vent se faire diag­nos­ti­quer rel­a­tive­ment tôt en faisant des con­trôles réguliers, dès leur jeune âge, et ain­si se faire soign­er à temps. En prison, elles n’ont pas accès à tout cela. Même si elle le deman­dent, elles ne l’ob­ti­en­nent pas.

Il y a des mères avec enfants de bas âge. Pour les enfants, c’est un envi­ron­nement très dif­fi­cile. On n’au­torise pas aux enfants d’avoir des crayons de couleur, imag­inez-vous ? Pour les livres de colo­riage, les crayons sont don­nés avec des horaires. Et toutes les couleurs en même temps. Si on donne le rouge, il n’y a pas le jaune, s’il y a le jaune, il n’y a pas le vert (ndlr : couleurs du dra­peau kurde).

Dans la plu­part des pris­ons à Diyarbakır, par­ti­c­ulière­ment celles de haute sécu­rité, des caméras sont placées dans les toi­lettes et salles de bain. C’est un prob­lème plus impor­tant pour les femmes. Dans les pris­ons de femmes il y a des gar­di­ennes. Mais les images de caméra sont vision­nées par des hommes, qui sont les supérieurs.

En plus des prob­lèmes de la vie ordi­naire des pris­ons, il y a aus­si ceux d’or­dre juridique. Ce que nous appelons l’exé­cu­tion des peines. Les gar­di­ens, les admin­is­tra­tions et les directeurs des pris­ons, intimi­dent les prisonnier.es, — poli­tiques ou de droit pénal, cela ne change pas — avec la men­ace de procès ver­baux. En Turquie, en 2019, il y a eu une réforme car­cérale. L’an­cien règle­ment dis­ait que si un pris­on­nier rece­vait trois sanc­tions dis­ci­plinaires impor­tantes, comme une sanc­tion d’isole­ment par exem­ple, “sa libéra­tion serait brûlée” (ndlr : expres­sion en turque). Cela veut dire que la per­son­ne ne peut plus béné­fici­er d’une remise de peine. C’é­tait un moyen de forcer les pris­on­niers à respecter les règles en prison.

Avec le nou­veau règle­ment, le fait d’avoir eu des sanc­tions dis­ci­plinaires, d’isole­ment n’est plus un prob­lème. Mais, le pro­cureur de la prison, un gar­di­en respon­s­able, le psy­cho­logue de la prison, le médecin de la prison, qui ensem­ble com­posent le “con­seil d’ob­ser­va­tion”, ren­con­trent le pris­on­nier en face à face, et lui deman­dent par exem­ple “regrettes-tu d’avoir com­mis ton crime ?”. Jamais un pris­on­nier poli­tique ne dirait “je regrette”… Il répond alors “non”. Le con­seil décide alors d’une “absence de bon com­porte­ment”, qui fera qu’il ne sera pas libéré.

C’est totale­ment arbi­traire. Parce que ces gens, assis là, sont tou­jours ensem­bles, sont employés de l’É­tat, ils ne peu­vent pren­dre de déci­sions indépen­dantes. Le médecin, le psy n’ont aucune lib­erté. La per­spec­tive des pro­cureurs est elle très clair. Le gar­di­en respon­s­able pense pareil que le pro­cureur et les autres. Sans être méprisante, mais on peut pos­er la ques­tion, sou­vent diplômé seule­ment du col­lège, quel est son niveau de con­nais­sance de la Loi ?

Les con­damnés des Devlet Güven­lik Mahkemeleri (ndlr : cours de sûreté de l’É­tat, actives de 1973 au 2004) ont sou­vent reçu des peines de 30 ans. La peine la plus lourde en Turquie c’est la “per­pé­tu­ité incom­press­ible” (ndlr : sub­sti­tut de la peine de mort, depuis son abo­li­tion en 2004 en Turquie), pour le crime d’avoir “atten­té à l’u­nité et l’in­tégrité de l’É­tat”. Mais on peut cumuler. Par exem­ple si en plus de cela, vous avez tué un fonc­tion­naire d’É­tat, vous êtes con­damné à deux per­pé­tu­ités incom­press­ibles. Selon la loi, une per­son­ne con­damnée à la “per­pé­tu­ité incom­press­ible”, reste en prison 36 ans. A la 30ème année, elle peut être libérée sous con­di­tion. Actuelle­ment, les premier.es condamné.es à de telles peines doivent être libérés petit à petit. Certain.es sont libéré.es, aujour­d’hui, cinq per­son­nes ont retrou­vé leur lib­erté par exemple.

Après 30 ans…

Oui après 30 ans. Mais pour la plu­part, il ne se passe rien. Pour que les prisonnier.es puis­sent être libéré.es sous con­di­tion, iels doivent être déclaré.es de “bon com­porte­ment”. Le “con­seil d’ob­ser­va­tion” est alors réu­ni. Celui-ci doit don­ner son feu vert. Mais comme iels n’ar­rivent pas obtenir ce statut, iels ne sont pas libéré.es. Dans un cas, “le bon com­porte­ment” d’un pris­on­nier con­damné à 36 ans en de prison a été refusé et sa peine aug­men­tée à 45 ans. C’est illé­gal. En fait, c’est lié au fait que le pro­cureur ne con­naisse pas la loi, il a donc pris une déci­sion à la tête du client. Actuelle­ment nous tra­vail­lons sur ce cas.

La plu­part des con­damna­tions sont “per­pé­tu­ité incom­press­ible”… Si un.e combattant.e de la guéril­la est arrêté.e pen­dant des affron­te­ments, “per­pé­tu­ité incom­press­ible”… Avec accu­mu­la­tion de plusieurs accu­sa­tions, usage d’ex­plosifs, déten­tion d’armes etc… Il y a même des per­son­nes con­damnées à 150 ans…

Qui ne sor­tiront jamais.

Non…

prison n°5 zehra dogan Diyarbakır

Zehra Doğan, Prison n°5, Edi­tions Delcourt

Com­ment la crise économique affecte-t-elle les prisonnier.es ?

Dans les pris­ons il existe une “can­tine”. Les prisonnier.es font leur cours­es là bas. Cette can­tine est tou­jours un peu plus chère que les épiciers et super­marchés de l’extérieur. De plus, il y a des quo­tas, on ne peut pas acheter autant qu’on veut. Actuelle­ment, les prix sont extrême­ment élevés. Durant la péri­ode de covid, l’eau de jav­el d’un litre se vendait à 60 LT, alors que le prix à l’extérieur était de 15 LT. Par­fois ils ont refusé d’en ven­dre. Stock­er, créer le besoin et la demande et ven­dre plus cher… Les can­tines sont trans­for­mées en marché noir.

Égale­ment, pen­dant votre incar­céra­tion, vous recevez la fac­ture d’élec­tric­ité. La fac­ture arrive à la prison et elle est partagée entre les prisonnier.es. Comme l’électricité a énor­mé­ment aug­men­té, avant une fac­ture d’élec­tric­ité par per­son­ne fai­sait à peu près 15 LT, actuelle­ment c’est 45, 50 LT. Et notez ceci aus­si : lorsque vous êtes libéré.e, on vous demande de pay­er les repas con­som­més. Et ils envoient cette fac­ture par la voie offi­cielle, par huissier. Comme c’est un sys­tème de com­mune, tout est partagé, les frais sont divisés entre les prisonnier.es. Avant, un.e prisonnier.e util­i­sait men­su­elle­ment 50, 75 LT, aujour­d’hui c’est 200, 250 LT… (ndlr : depuis le moment de l’in­ter­view, les prix ont encore augmenté).

Com­ment font les pris­on­niers qui n’ont pas de sou­tien financier ?

Par­mi les prisonnier.es poli­tiques, les cama­rades divisent les frais sans les pren­dre en compte. Celles et ceux dont les familles ont des moyens deman­dent de vers­er de l’ar­gent sur le compte de leurs cama­rades. En fait, ne pas avoir d’ar­gent en prison, c’est un prob­lème, car l’ad­min­is­tra­tion peut vous men­ac­er facile­ment, par exem­ple, d’un trans­fert for­cé.

En fait c’est un sys­tème d’en­traide. C’est un peu pareil chez les détenu.es de droit com­mun. Il n’y a aucune aide de l’État.

Les femmes ont besoin de servi­ettes hygiénique. Dans une épicerie, un paquet se servi­ette coute 20, 30 LT, or en can­ti­nant c’est plus de 80 LT. Cer­taines femmes passent leur péri­ode de règles avec beau­coup de saigne­ments et douleurs. Elles sont sou­vent oblig­ées d’u­tilis­er des couch­es pour bébés. L’ad­min­is­tra­tion leur retire les couch­es, en dis­ant “il n’y a pas de bébé dans votre quarti­er”. C’est un prob­lème de santé…

Diyarbakır Prison

Zehra Doğan, Prison n°5. Edi­tions Del­court, p 28–29

L’É­tat ne les leur donne pas ?

Non, ni servi­ette, ni tam­pon, ni autres pro­duit. C’est ven­du très très cher. Et cela pousse les femmes à des méth­odes anci­ennes, comme utilis­er les tis­sus des vieux vête­ments, de les laver etc… Psy­chologique­ment ce n’est pas facile non plus. Déjà pen­dant la men­stru­a­tion on est plus sen­si­ble et vul­nérable, et ce genre de prob­lèmes vien­nent se rajouter.

Com­ment sont les repas ?

Immange­ables. Par exem­ple à la prison de femmes de type D de Diyarbakır, une prison de haute sécu­rité, on a retrou­vé dans la nour­ri­t­ure, des ongles, des cheveux, mais pas quelques cheveux, car­ré­ment des boules… des bouts de gants en plas­tique… Beau­coup de per­son­nes ont du mal à manger, parce que cela donne la nausée… Les détenu.es essaient de faire des cours­es com­munes et pré­par­er des repas ensem­ble, mais cela aus­si, par­fois c’est autorisé, par­fois non.

LIRE AUSSI > Turquie • Point de sit­u­a­tion dans les prisons

La crise économique touche aus­si les familles à l’extérieur… Si la per­son­ne empris­on­née était dans la vie active, la famille est privée de son salaire. Non seule­ment le revenu baisse, mais les frais de la prison se rajoutent. En dehors des verse­ments heb­do­madaires ou men­su­els pour les prisonnier.es, il y a aus­si les frais générés pour les visites.

La plu­part des prisonnier.es ne sont pas incarcéré.es dans la ville où se trou­vent leur famille. Une per­son­ne dont la famille est à Diyarbakır, est en prison à Rize, dans la région de la Mer Noire, ou à Istan­bul, à Edirne (ndlr : à l’autre bout du pays.) Ces per­son­nes doivent se voir. Mais cela ne peut se faire que peut être une fois par an… Parce que la dis­tance est trop grande, les frais trop lourds, les dif­fi­cultés cli­ma­tiques par­fois… Pour cer­taines pris­ons, vous devez pren­dre l’avion, puis le car, par­fois plusieurs cars. Par­fois leur état de san­té les empêche de faire une route si longue.

Les pris­ons turques sont par­fois des lieux de pro­duc­tion. Les pris­on­niers poli­tiques peu­vent-ils travailler ?

Celles et ceux qui sont condamné.es selon la loi TMK (ndlr : la loi anti-ter­ror­isme), ne sont pas incarcéré.es pas dans des pris­ons “ouvertes”, organ­isées de façon à per­me­t­tre un tra­vail. Si vous êtes jugé selon cette loi, c’est à dire que vous êtes crim­i­nal­isé par l’É­tat, vous ne pou­vez pas béné­fici­er de cer­taines choses en prison. Par exem­ple il y a la pos­si­bil­ité de com­mu­ni­quer avec les familles en vidéo­con­férence, durant 30 min­utes par semaine. Iels n’ont pas l’oblig­a­tion d’u­tilis­er ce droit en une fois, mais en béné­fici­er par petits bout aus­si. Mais, qui n’a pas droit d’u­tilis­er ce moyen de com­mu­ni­ca­tion ? Les prisonnier.es poli­tiques, qu’iels vien­nent de la lutte kurde, ou des groupes de la gauche mar­ginale ou encore des groupes religieux, comme FETÖ. Ils ne peu­vent avoir le statut de tra­vailleur, mais de toutes façons, iels ne le veu­lent pas, c’est un refus.

Nous soulignons sans cesse la volon­té d’isole­ment des prisonnier.es poli­tiques. Nous l’ac­cen­tuons en nous con­cen­trant sur Öcalan, mais en Turquie l’isole­ment est dans chaque prison, dans chaque cel­lule. Avant le covid, iels pou­vaient se rassem­bler dans les espaces com­muns. Après l’épidémie cette pos­si­bil­ité a dis­paru. Iels ne peu­vent pas sor­tir pour des activ­ités sportives. En fait c’est un con­cept de “cel­lule”, vous êtes enfer­mé dans une cel­lule, avec vos cama­rades, depuis des années… Depuis la prom­e­nade, petite, entourée de murs, vous voyez juste un car­ré de ciel. La com­mu­ni­ca­tion entre les prisonnier.es de dif­férentes quartiers est physique­ment impos­si­ble, seules les let­tres sont autorisées.

Avec la crise économique, la cor­re­spon­dance est égale­ment dev­enue très dif­fi­cile, une let­tre néces­site 5 LT de tim­bre, y com­pris entre les quartiers. C’est absurde… Entre les quartiers d’une même prison, il faut pass­er par la poste.

Et les com­mu­ni­ca­tions téléphoniques ?

C’est 200 LT par semaine.

C’est un commerce…

Oui, c’est un com­merce. L’É­tat fait des prof­its sur le dos des prisonier.es.

Diyarbakır Prison

Années 80. Zehra Doğan, Prison n°5, Edi­tions Del­court, p 64–65

Vous avez con­nais­sance de cas de torture ?

C’est arrivé juste au début de la pandémie de Covid. Dans la prison de type T n°3 de Diyarbakır, Nous avons reçu une requête con­cer­nant des tor­tures com­mis­es par trois gar­di­ens nom­més Cihan, Uğur et Üzeyir… La requête venait de la prison. Il s’agis­sait de fala­ka (ndlr : fla­gel­la­tion des pieds). Les plantes de ses pieds étaient bleuies, ses yeux ensanglan­tés, et lorsqu’il est venu me voir, du sang ruis­se­lait de ses oreilles. Nous avons ouvert des procé­dures. Amnesty inter­na­tion­al a pub­lié un appel d’ac­tion d’ur­gence à la Turquie. Il y a eu un non-lieu, tous les auteurs ce ces agisse­ments, tous les gar­di­ens sont restés impu­nis. Seules nos requêtes sont en cours, actuelle­ment au tri­bunal constitutionnel.

Comme pour Mehmet Sıd­dık, les gar­di­ens Cihan et Uğur ont tor­turé 8 pris­on­niers, dans un endroit sans caméras surnom­mé l’ ”aquar­i­um”. Coquards aux yeux, la plu­part ne pou­vait plus marcher… Ils avaient écrasé la jambe d’un des pris­on­niers ayant une pla­tine dans la jambe. Nous avons fait là aus­si des requêtes.

Dans la plu­part des étab­lisse­ments il y a la pra­tique de tor­tures. Avant il y avait de la tor­ture psy­chologique. Main­tenant c’est à un autre niveau, ça s’est trans­for­mé en tor­tures physiques. Lorsque vous allez à la prison de type T n°3 de Diyarbakır, vous enten­dez des pris­on­niers dire : “La nuit nous enten­dons des cris”. Parce qu’il y a des tor­tures en con­tinu… Le directeur est le même depuis deux ans. Nous l’avons sig­nalé, nous avons sig­nalé les gar­di­ens, nous n’avons rien obtenu, idem pour le pro­cureur de la prison, aucun résultat.

On dit que lors des gardes-à-vue, les policiers exposent les pris­on­niers à de la musique à très fort volume…

Nous enten­dons égale­ment ce type de plaintes. Je ne l’ai pas enten­du directe­ment de mes clients, ou des clients de mes cama­rades. Mais lors des gardes-à-vue, les per­son­nes subis­sent des vio­lences très lourdes.

Un de mes clients a été men­acé de vio­lences sex­uelles. Je voudrais en par­ler car cela doit être révélé. Un polici­er prend la tête de mon client entre ses jambes, com­ment dire, il est bais­sé sur les genoux… Il le men­ace tout en enl­e­vant son pan­talon. Il n’y a pas eu d’a­gres­sion sex­uelle, mais il y en a la men­ace. Il a été très per­tur­bé psy­chologique­ment. Lorsqu’on s’est ren­con­tré la pre­mière fois, il ne pou­vait même pas par­ler… Ce sont des choses qui arrivent très très sou­vent. Une de mes clientes, une com­bat­tante de guéril­la… Elle avait sur elle des mar­ques de bottes. Ils l’avaient désha­bil­lée, couchée su sol, et ils lui avaient marché dessus…

Les ser­vices de sécu­rité c’est pareil. Un agent, pour men­ac­er un de mes clients, a enlevé sa nièce, le bébé de trois ans de sa grande sœur. “Tu dois par­ler, tu dois nous informer, sinon elle mourra.…”

En Turquie, les zones de GAV et les pris­ons sont des lieux de tor­tures. Il n’y a aucun règle ni loi… Je voudrais dire qu’ils agis­sent comme des ani­maux, mais ce serait d’être injuste avec les ani­maux… Parce que je le sais, même les ani­maux ont leur pro­pres règles.

Pour nous, et par­ti­c­ulière­ment dans la presse inter­na­tionale, ce qui est le plus impor­tant c’est l’isole­ment d’Im­rali. C’est notre sujet le plus sen­si­ble. Vous le savez, il n’est pas pos­si­ble d’obtenir de vis­ites. Seules les avo­cats ont pu accéder aux vis­ites et c’é­tait excep­tion­nelle­ment une fois, après les grèves de la faim. Cet isole­ment est très impor­tant. Si il est levé, cela chang­erait beau­coup de choses dans d’autres pris­ons aussi.

Et comme j’en par­lais un peu plus haut, les libéra­tions “brûlées”… C’est une façon de punir… Vous savez, nous avons une cliente qu’on ne libère pas parce qu’elle a trop bien net­toyé le quarti­er. Pour avoir fait le ménage, elle n’est pas con­sid­érée comme “ayant eu un bon com­porte­ment”… Les pris­on­niers malades représen­tent un autre prob­lème. Les pris­ons se trans­for­ment en cimetières.

Par­lons des prisonnier.es malades justement…

Actuelle­ment en Turquie, il existe autour de 650 prisonnier.es grave­ment malade. Lorsque je dis “grave”, je par­le des malades de can­cer, tuber­cu­lose, celles et ceux qui ne peu­vent sub­venir seul.es à leur besoins. En vous don­nant ce chiffre je ne compte pas cer­taines mal­adies. Par exem­ple le reflux. C’est égale­ment une mal­adie, non? Elle néces­site des traite­ments, un régime ali­men­taire spé­ci­fique. Si on regarde plus large­ment, 1700, 1800 per­son­nes qui doivent suiv­re des traite­ments en milieu hos­pi­tal­ier, qui sont sous régime spé­cial etc… Mal­gré tout cela, con­cer­nant les pris­on­niers malades, nous avocat.es, nous n’ar­rivons à faire fonc­tion­ner aucune des pos­si­bil­ités qu’of­fre la loi.

Diyarbakır Prison

Mère Sise et Der­sim empris­on­née avec sa mère… Zehra Doğan, Prison n°5, Edi­tions Del­court, p 103

Vous avez peut être enten­du que deux pris­on­niers grave­ment malades sont décédés récem­ment. Un mon­sieur de 75 ans, empris­on­né suite à une accu­sa­tion d’ap­par­te­nance à l’or­gan­i­sa­tion fetö. En réal­ité la loi envoie la déci­sion de main­tien des pris­on­niers qui ont plus de 75 ans en incar­céra­tion, au Con­seil de Médecine légale (ATK). Si la per­son­ne ne peut pas men­er sa vie seule en prison, elle est libérée. Mais voilà, par exem­ple, Mehmet Emin Özkan a 87 ans, vous avez peut être vu les pho­tos et vidéos, il ne peut marcher que si deux per­son­nes lui pren­nent par les bras, et il est encore en prison, car l’ATK rend encore des déci­sions en dis­ant qu’il “peut rester en prison”. C’est totale­ment illégal.

Aysel Tuğluk est un des dossiers les plus impor­tants. Elle souf­fre de démence pré­coce. Et, dans son cas il y a deux choses. La mise en lumière du fait que les trau­ma­tismes dues aux tor­tures, et agres­sions subies, ressor­tent avec le temps, et son main­tien en prison devient une tor­ture con­tin­ue. Par ailleurs, plus elle reste en prison, plus sa mal­adie s’ag­grave. Le fait qu’elle ne soit pas libérée alors qu’elle est malade, est une vio­la­tion de droit à la san­té, de droit à la vie (ndlr : elle a finale­ment été libérée en octo­bre 2022, alors que son état de san­té s’é­tait dégradé).

L’ATK est un réel prob­lème en Turquie. C’est une insti­tu­tion éta­tique. Et actuelle­ment la struc­ture du gou­verne­ment en Turquie est comme une toile d’araignée. La toile d’araignée ne s’é­tend-elle pas, n’at­teint-elle pas tout, ne colle-t-elle pas partout ? C’est comme ça. Et il y a la peur.

Dans la Turquie d’hi­er, où les coups d’E­tat se suiv­aient, les années 1960, 1980, c’é­tait encore dif­férent. Par exem­ple, nous sommes deux per­son­nes ayant des opin­ions dif­férentes, nous nous opposons, nous nous disions à l’époque, “au pire je mour­rai et ce sera ter­miné”. C’est à dire que nous pre­nions le risque de mourir. Main­tenant si vous êtes inquiété, pour­suivi, empris­on­né, cela ne se ter­mine pas là. Vos proches, votre cousin, cousin ger­main, même les proches les plus loin­tains sont touchés. Nous par­lons de pres­sion sociale, de pres­sion de quarti­er… Ils vous for­cent à ne pas vous organ­is­er, ne pas réa­gir, ne pas penser, et ils font tout leur pos­si­ble pour vous trans­former en une per­son­ne “mod­èle” selon leur critère. Dans les pris­ons égale­ment, devant les tri­bunaux, c’est le même proces­sus… Voilà le tableau de la Turquie actuelle.

Diyarbakır Prison

Le repas. Zehra Doğan, Prison n°5, Edi­tions Del­court, p 33

Loin de toute jus­tice donc ?

Nous avons une asso­ci­a­tion de femmes, “Rosa Kadın Derneği” (ndlr : qui lutte con­tre les vio­lences faites aux femmes). Ayşe Gökkan (ndlr : femme poli­tique kurde d’im­por­tance majeure), ma cliente, en fait par­tie. Elle a pris 30 ans de prison… La déci­sion n’a aucun fonde­ment légal, aucun lien avec le Droit. Nous avons été molesté.es de nom­breuses fois dans les salles d’au­di­ence, y com­pris lors de l’au­di­ence finale. Nous avons été battu.es, avocat.es, bâton­nier… Le juge­ment d’Ayşe Gökhan est illé­gal, le ver­dict est illé­gal… Elle a été accusée deux fois d’ “appar­te­nance au PKK”, on peut dire que c’est une pre­mière dans l’his­toire de la Turquie. Com­ment une per­son­ne peut être dou­ble­ment mem­bre d’une organ­i­sa­tion ? Elle a été con­damnée pour “pro­pa­gande” pour un partage sur les réseaux soci­aux, alors qu’il ne s’agis­sait pas d’un partage qu’elle a fait elle-même. Vous imag­inez ? Vous partagez mes pro­pos pub­liés dans un média, je partage cette pub­li­ca­tion, et je suis con­damnée pour cela.

En 2014, 2015, avant qu’un mur ne soit con­stru­it sur la fron­tière avec la Syrie, il y a eu des protes­ta­tions. A cette époque Ayşe Gökhan était la maire de Nusay­bin, dans le dis­trict de Mardin (ndlr : à la fron­tière tur­co-syri­enne). Elle avait par­ticipé à ces actions. Elle a été jugée et acquit­tée. Plus de 50 per­son­nes ont été jugées dans ce dossier, et toutes acquit­tées. Le seul ver­dict que la cour d’ap­pel a annulé, c’est celui de Ayşe Gökkan. Elle a été con­damnée à près de 5 ans de prison. Cette procé­dure de juge­ment est illé­gale. De la col­lecte des preuve, à la façon de traiter le dossier, en pas­sant par les dis­cus­sions, tout est illé­gal. En fait, nous n’avons même pas pu argu­menter, je peux dire cela. Il y a aus­si, ce que nous, les avocat.es avons vécu dans les salles d’au­di­ence. Par exem­ple, il n’y a pas eu de défense. Parce que nous avons récusé les juges. En fait en Turquie il y a cette pos­si­bil­ité, lorsqu’on observe un par­ti pris, des liens famil­i­aux, ou con­flit d’intérêt, qui pose un soupçon sur l’indépen­dance des juges. Nous avons ce droit. Mais lorsqu’on applique cette pos­si­bil­ité, et ça me paraît tou­jours très comique, nous exp­ri­mons notre demande en face des juges : “Nous vous refu­sons”

Vous pensez que l’É­tat con­damne les femmes à des peines plus lourdes ?

Notre sujet, ce ne sont pas les con­damna­tions que ces femmes pren­nent. Ce dont on doit par­ler, c’est pourquoi ces femmes qui sont organ­isées, qui mènent une lutte de femmes, sont en prison ? Pourquoi ont-elles été jugées ? De fait on doit par­ler du statut con­sti­tu­tion­nel des femmes. (En tant que femme) vous menez un com­bat poli­tique, oui les hommes sont con­damnés aus­si, bien sûr, mais moi (femme) alors que je mène une lutte dans le même domaine que vous (homme), je suis con­damnée à des peines bien plus importantes.

Nous pen­sons qu’il y a là un point à analyser. Le gou­verne­ment AKP a très peur des femmes. Croyez-moi, les juges aus­si… Autrement dit, cette men­tal­ité patri­ar­cale a très peur des femmes. La lutte des femmes est pré­cieuse, parce qu’elle va au delà de la poli­tique par­ti­sane. C’est à dire que par exem­ple lorsqu’il y a un fémini­cide, nous ne dis­ons pas “regar­dons donc, elle est mem­bre ou sym­pa­thisant de quel par­ti”. Une femme est tuée. La lutte des femmes est au-dessus de la poli­tique. Nous défendons cela, et en cas de vio­lences, juge­ments, nous nous efforçons d’être sol­idaires avec chaque femme.

Ils ont vrai­ment peur des femmes, alors lorsqu’ils con­damnent, ils châ­tient avec plus de haine, de colère. Qu’est-ce que la femme pour ces gens ? C’est une gen­tille fil­lette, elle grandit, elle se marie, elle devient une bonne épouse, une bonne mère. Elle cui­sine bien, elle prend bien soin de ses beaux par­ents, elle baisse la tête devant son mari, La femme «mod­èle» c’est celle-là. Elle n’a pas de capac­ités. Ne pense pas, n’agis pas. Tu dois être soit la fille de ton père, soit la femme d’un homme. Deux voies. Ils ne veu­lent pas d’une troisième voie. Et cette troisième voie étant la lutte, ils oppri­ment. Parce qu’ils sont con­scients de nos victoires.

Par exem­ple avec notre lutte nous avons con­quis le statut de “co-prési­dence”. Ça c’est une vic­toire des femmes. Nous avons beau­coup résisté con­tre le retrait de la con­ven­tion d’Is­tan­bul, et nous con­tin­uons encore. Les femmes élèvent haut la voix. Dans le domaine poli­tique, nous sommes plus nom­breuses, ça aus­si c’est une réus­site des femmes. Nous avons ren­ver­sé leur men­tal­ité machiste.

Le sys­tème de co-prési­dence est-il recon­nu officiellement ?

Non, ce n’est pas offi­ciel. C’est lié à l’acceptation. Sou­venez-vous des procès du HDP, après l’af­fec­ta­tion des admin­is­tra­teurs d’É­tat dans mairies des villes kur­des gag­nées par le HDP. Pour nous, c’est légitime, mais la co-prési­dence n’est pas une con­quête offi­cielle. Mais nous avons tout de même appris quelque chose à l’É­tat. Lorsqu’ils par­lent (ndlr : des élus, des respon­s­ables), ils dis­ent co-président.e, la presse aus­si. Durant les procès ils deman­dent “étiez-vous co-président.e ?”. Ain­si, il y a aus­si bien une accep­ta­tion, qu’une néga­tion d’of­fi­cial­i­sa­tion, et une guerre ouverte con­tre ce système.

 Prison N5 Zehra Dogan

Mère Sakine. Zehra Doğan, Prison n°5, Edi­tions Del­court, p 40

Aujour­d’hui, lorsque je par­le avec les agents des forces de sécu­rité, ils m’ap­pel­lent “co-prési­dente de l’ÖHD”. Mais ils le font avec une con­no­ta­tion néga­tive. Ain­si ils acceptent que le titre de co-président.e existe dans la lutte organ­isée, la lutte du PKK, et dans la lutte des groupes d’ex­trême-gauche, et de là, ils alour­dis­sent les peines, et ce, en général pour les femmes.

Même si le sys­tème de co-prési­dence n’est pas offi­ciel, nous fer­ons tout notre pos­si­ble pour ne pas le per­dre. Pour le moment, que ce terme soit util­isé dans les rap­ports, dans la presse, nous suffit.

Juste­ment, vous êtes co-prési­dente de l’As­so­ci­a­tion des juristes pour la lib­erté (ÖHD). En quoi con­siste votre travail ?

Nous nous appe­lions avant Özgür­lükçü Hukukçu­lar Derneği. Notre asso­ci­a­tion a été fer­mée en 2015, avec un décret à valeur de loi (KHK). Après 2015 en Turquie, vous le savez, le pou­voir a exer­cé une répres­sion intense envers l’op­po­si­tion. Par­al­lèle­ment aux arresta­tions, aux con­damna­tions, plus de 1400 asso­ci­a­tions et organ­i­sa­tions furent fer­mées. Et elles furent fer­mées, toutes, en étant criminalisées.

La com­mis­sion de l’É­tat d’ex­cep­tion (OHAL) existe tou­jours. Ils peu­vent autoris­er ou non notre réou­ver­ture. Mais aucune procé­dure n’a été ouverte en ce qui nous con­cerne, rien ne se passe. De 2015 à 2018 nous avons mené nos activ­ités sous la forme de plate­forme. Puis en novem­bre 2018 nous avons créé l’As­so­ci­a­tion des juristes pour la lib­erté (ndlr : les deux struc­tures ont les mêmes ini­tiales, ÖHD). Actuelle­ment nous avons 11 antennes, dont 6 dans les régions turques (Istan­bul, Ankara, Izmir, Mersin, Adana, Bat­man, Diyarbakır, Van, Urfa, Hakkari, Bur­sa), et nous avons 8 ou 9 représen­ta­tions (Mardin, Şır­nak, et d’autres petites villes). En Turquie nous sommes plus de 1000. Pour un groupe qui agit spé­ci­fique­ment dans le domaine du Droit, c’est un nom­bre important.

Nous tra­vail­lons sur les vio­la­tions des droits en pris­ons. Nous agis­sons sur requête, mais tous les mois nos com­mis­sions vis­i­tent des pris­ons et étab­lis­sent des rap­ports. Si la vio­la­tion de droits con­statée n’est pas rec­ti­fiée, nous parta­geons l’in­for­ma­tion avec le bureau du pro­cureur, et nous enta­mons des procédures.

Nous tra­vail­lons aus­si sur la langue. La langue kurde par exemple.

Zehra Dogan

Alors que vous fran­chissez la porte de la geôle, vous vous retournez et vous croisez le regard de ceux qui sont restés sur place. En un instant, vous vous sen­tez blessé, comme un oiseau dont l’aile est prise dans un fil bar­belé. Pas totale­ment, libre, mais tou­jours pris­on­nier.
Finale­ment, qu’est-ce que la lib­erté au juste ?“
Zehra Doğan, 2021, Expo­si­tion indi­vidu­elle Prison n°5

Pour la défense en kurde ?

Oui. En langue mater­nelle. Par exem­ple à Diyarbakır il y avait des enfants qui suiv­aient un enseigne­ment en langue mater­nelle. Ces enfants, arrivés au niveau col­lège, avec le change­ment de poli­tique de l’É­tat, n’ont pas pu con­tin­uer. Nous avons des procé­dures admin­is­tra­tives en cours, con­cer­nant leur avenir.

Nous tra­vail­lons sur le Kurde, mais nous avons d’autres cama­rades qui tra­vail­lent pour d’autres langues, c’est pour cela que nous par­lons de l’en­seigne­ment en langue mater­nelle. A tra­vers nos com­mis­sions lin­guis­tiques, nous sommes auprès de toutes les luttes con­cer­nant les langues maternelles.

Apres le proces­sus de paix 1, dans les tri­bunaux, il était pos­si­ble de faire sa défense en langue maternelle…

Oui. Actuelle­ment nous con­tin­uons. Beau­coup de tri­bunaux n’ac­ceptent pas mais nous faisons des défens­es en langue mater­nelle. La loi dit ceci : la per­son­ne peut utilis­er sa langue mater­nelle seule­ment en faisant sa dépo­si­tion (devant le juge au tri­bunal) et au stade de la déci­sion. C’est à dire, les pre­mière et dernière audi­ences. La langue mater­nelle n’est pas accep­tée lors des autres audi­ences. Mais nous n’ac­cep­tons pas cela. Nous nous ren­dons aux audi­ences avec nos tra­duc­teurs. C’est une pra­tique très assise à Diyarbakır. Les juges acceptent la langue mater­nelle, avec des tra­duc­teurs asser­men­tés. Mais les tra­duc­teurs ne sont pas rémunérés par l’É­tat, c’est nous qui les payons. En fait ce sont des tra­duc­teurs de l’É­tat mais c’est nous qui payons ces frais.

Com­ment cela s’est passé pour Ayşe Gökkan ?

Au début ils ont refusé. Mais nous avons insisté, et du fait qu’elle refuse de par­ler un seul mot en turc, ils ont été oblig­és d’accepter.

Puis-je vous racon­ter une anec­dote comique à pro­pos du procès d’Ayşe Gökkan ? Vous con­nais­sez le signe de vic­toire (avec les doigts) ? C’est un signe mon­di­ale­ment con­nu… En Turquie on l’ap­pelle signe de la vic­toire, signe de la paix. Ayşe Gökkan, lors de son audi­ence, a fait ce geste vers le pub­lic. Com­ment cela a été inscrit dans le reg­istre du procès : “Lorsque l”accusée Ayşe Gökkan, est entrée dans la salle, elle a fait au pub­lic présent, un signe qui réu­nis­sait son index et son majeur côte à côte.” Oui c’est incom­préhen­si­ble. En vérité, pour ne pas y écrire “signe de vic­toire” ou “signe de la paix”, ils l’ont décrit ainsi…

On dirait qu’ils ne veu­lent pas utilis­er cer­tains mots…

Oui. Par exem­ple le mot “Kur­dis­tan”. Ce n’est pas inter­dit offi­cielle­ment, mais il est ban­ni. “Isole­ment”… Si tu m’en­fer­mes dans un lieu, et que tu m’empêches de voir des gens, je te dirais, “ben Loez, tu m’as mis en isole­ment là”… Mais ce mot est inter­dit ici. Par exem­ple lors d’une con­férence de presse, dès que la police entend le mot “isole­ment”, elle essaie d’in­ter­venir, d’ar­rêter la conférence.
“Tor­ture”, “mal­trai­tance”… Je ne peux pas pronon­cer la phrase “le bureau du pro­cureur cau­tionne la tor­ture et mal­trai­tance, il ne se posi­tionne pas con­tre”. Nous étions dans la pré­pa­ra­tion d’une action… Nous dis­cu­tions avec la police, sur le par­cours etc. Sais-tu, quel slo­gan ils voulaient inter­dire ? “Gou­verne­ment démis­sion”. Une per­son­ne qui en principe est un fonc­tion­naire pub­lic, peut se per­me­t­tre de vouloir inter­dir un slo­gan qui con­cerne le gouvernement.

S’or­gan­is­er (ndlr : poli­tique­ment) en Turquie est un proces­sus com­pliqué. Les employé.es sont licencié.es, si les étudiant.es s’or­gan­isent, cela se reflète sur leur avenir, sur le méti­er qu’ils-elles fer­ont plus tard. En Turquie, beau­coup de métiers liés à l’E­tat. L’en­seigne­ment par exem­ple… On peut leur dire “vous étiez mem­bre d’une asso­ci­a­tion étu­di­ante” et le regard posé sur la per­son­ne change.

De nom­breux avocat.es sont jugé.es. Vous l’avez enten­du sans doute… A vrai dire, qua­si­ment 70% des avocat.es qui tra­vail­lent dans notre asso­ci­a­tion, sont actuelle­ment en procès. C’est assez énorme… Diyarbakır, c’est un peu dif­férent. Vous y êtes criminalisé.e encore plus. Nos con­férence de presse sont empêchées. Il y a une façon par­ti­c­ulière d’in­ter­dire : vous êtes autorisé.e à faire des con­férence de presse, mais sans pub­lic. Les avocat.es, les familles des prisonnier.es qui font des veilles peu­vent y assis­ter, mais per­son­ne d’autre… Nous leur deman­dons la base légale de cela ; elle est inex­is­tante. C’est un délit d’a­gir ain­si, nous les en avons aver­tis d’in­nom­brables fois. Il n’y a pas, là non plus, de procé­dure légale. En Turquie c’est l’im­punité qui règne.

Entretien mené par Loez, traduit par Naz Oke.

Soutenez Kedis­tan, FAITES UN DON.

Nous entretenons “l’outil Kedistan” autant que ses archives. Nous tenons farouchement à sa gratuité totale, son absence de liens publicitaires, et au confort de consultation des lectrices et lecteurs, même si cela a un coût financier, jusque là couvert par les contributions financières et humain (toutes les autrices et auteurs sont toujours bénévoles).
Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Loez
Pho­to-jour­nal­iste indépendant
Loez s’in­téresse depuis plusieurs années aux con­séquences des États-nations sur le peu­ple kurde, et aux luttes de celui-ci.