Français | English | Deutsch

Depuis la fin de l’été, des migrant.e.s, principalement en provenance du Moyen-Orient, Syrie et Irak, empruntent la voie de la Biélorussie pour gagner le territoire européen.

Le régime biélorusse, sanctionné par l’UE pour sa politique à l’égard de ses opposants et les manquements aux droits humains les plus élémentaires, utilise, comme Erdoğan en Turquie sait le faire, les migrant.e.s comme moyen de chantage, pour faire lever les sanctions. La Biélorussie a donc facilité l’ouverture d’une route migratoire vers l’Europe, ayant des frontières communes avec la Pologne et la Lituanie notamment.

La Pologne, membre de l’UE, a une politique migratoire stricte et a au sein de l’UE toujours refusé l’accueil, surtout depuis l’avènement du régime politique en place aujourd’hui. Face à cette instrumentalisation de la Biélorussie, le régime polonais a adopté des mesures violentes de refoulement à la frontière, dans le non-respect total du droit humanitaire international, notamment concernant les mineurs non accompagnés, possibles victimes de trafics humains.

Or, la politique de la Biélorussie qui précipite les migrant.e.s à sa frontière, mais leur interdit tout retour en arrière, sépare de fait les familles et les groupes, puisqu’elle les expose à la répression des forces polonaises.

Tout se passe sous le regard de la communauté internationale qui fait des communiqués de condamnation contre la Biélorussie, mais ne vient pas en aide pour autant pour le moment aux migrants piégés par cette géopolitique criminelle. La Pologne, de son côté, ne respecte aucun de ses engagements internationaux non plus sur le droit à l’exil.

Ces migrant.e.s, en provenance du Moyen-Orient pour immense majorité, doivent être entendus. Aussi un mouvement de soutien voit-il le jour.

Nous sommes conscients que des drames migratoires se déroulent chaque jour, tant en Méditerranée que sur la Manche, à toutes les portes d’entrée de l’UE. Les victimes se comptent par milliers. Ces événements entre la Pologne et la Biélorussie s’y surajoutent, mais doivent être dénoncés à la hauteur du drame qui se déroule là aussi.


POUR SIGNER :
Appel pour les migrants piégés entre Pologne et Biélorussie 


pologne bielorussie migrants

A la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, la crise des migrant.e.s se poursuit.

Nous ne pouvons pas rester silencieux face à ce drame, une fois de plus, qui touche des centaines de familles, majoritairement kurdes, à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.

En effet, la situation s’enlise très dangereusement pour ces familles, piégées entre la Pologne, qui leur refuse l’entrée sur son territoire, et la Biélorussie, qui leur refuse le retour sur le sien.

Des centaines de personnes, de nationalité syrienne et irakienne, se trouvent piégées, certaines directement à la frontière, d’autres en plein air ou sous de minuscules abris, dans différents endroits de Biélorussie. Des dizaines de familles se battent pour leur survie sans aucun contact avec le monde extérieur.

Celles et ceux qui se trouvaient au poste frontière se sont vus confisquer leurs téléphones. Certains qui ont réussi à dissimuler le leur à des soldats, ont dit à leurs contacts que si rien n’est fait, ils mourront dans les jours à venir.

Pour ces groupes, il est interdit d’allumer un feu, il leur est impossible de respecter la moindre des règles d’hygiène ou encore de s’occuper des enfants. D’un côté les autorités Biélorusses leur imposent le passage vers la Pologne et de l’autre, la Pologne leur refuse l’entrée sur son territoire.

Epuisé.e`.s, les migrant.e.s pris au piège se voient mourir peu à peu.

Ils, elles, font appel à l’opinion publique kurde et internationale et demandent que des organisations humanitaires européennes puissent apporter l’aide nécessaire, particulièrement aux enfants et aux malades.

Ils, elles souhaitent, soit que les frontières de l’Europe leur soient ouvertes, soit être renvoyés en Irak, mais qu’on ne les laisse pas mourir de faim ou de maladies, du fait de ces deux pays responsables, sous les yeux de l’opinion publique internationale.

Les conditions auxquelles ces personnes sont actuellement soumises posent un problème humanitaire évident. Pour garder un espoir de survie, ils, elles ont besoin du soutien de l’opinion publique et des défenseurs des droits humains.

Nous, soussignés, en tant que défenseur.e.s des droits humains, demandons aux autorités compétentes qu’une solution d’urgence soit apportée à cette situation afin que ce drame humanitaire cesse au plus vite.

Premiers signataires
Abdullah Demirbaş (Sur Belediyesi Eski Eşbaşkanı), Adnan Bilen (Gazeteci), Akın Birdal (Siyasetçi, İnsan Hakları Savunucusu), Aktion für Flüchtlingshilfe e.V, Ali Kenanoğlu (HDP milletvekili), Ali Özşerik (Gazeteci), Alternatif Karadeniz İnisiyatifi, Amed Dicle (Gazeteci), Arat Barış (Gazeteci), Arzu Demir (Gazeteci), Aslı Erdoğan (Yazar), Aslıhan Gençay (Gazeteci), Atilla Tuygan (Editör, Çevirmen), Avrupa Demokratik Dersim Birlikleri Federasyonu (ADEF), Avrupa Demokratik Haklar Konfederasyonu (ADHK), Avrupa Demokratik Kadın Hareketi, Avrupa Demokratik Kürt Toplum Kongresi (KCDK-E), Avrupa Devrimci Demokratik Komün İnisiyatifi (ADDKİ), Avrupa Ezilen Göçmenler Konfederasyonu (AvEG-KON), Avrupa Kürt Kadın Hareketi (TJKE), Avrupa Sosyalist Kadınlar Birliği, Avrupa Türkiyeli İşçiler Konfederasyonu (ATİK), Ayşe Açar Başaran (HDP milletvekili), Aziz Çiftçi (Gazeteci), Barış Balseçer (Gazeteci), Barış Barıştıran (Gazeteci), Barış Boyraz (Gazeteci), Barış Yıldırım (Yazar, Besteci, Çevirmen), Bayram Balcı (Gazeteci), Berivan Eminoğlu (Gazeteci), Carol Mann (Sociologue), Ceren Ceylan (Gazeteci), Ceren Karlıdağ (Gazeteci), Delphine Durand (Poétesse), Demokratik Alevi Federasyonu (FEDA), Deniz Babir (Gazeteci), Dersim Dağ (HDP milletvekili), Dersim İnşa Kongresi (DİK), Dilan Karacadağ (Gazeteci), Dilek Aykan (Gazeteci), Duygu Erol (Gazeteci), Elif Aydoğmuş (Gazeteci), Erdal Alıçpınar (Gazeteci), Erdal Er (Gazeteci), Erdoğan Zamur (Gazeteci), Erem Kansoy (Gazeteci), Eren Keskin (Avukat, İnsan Hakları Derneği Eşbaşkanı), Erkan Gülbahçe (Gazeteci), Ertuğrul Kürkçü (Halkların Demokratik Partisi Onursal Başkanı), European Institute for Sustainable Development, Ezidi Koordinasyonu, Fatma Şık (Sur Belediyesi Eski Eş Başkanı), Faysal Sarıyıldız (HDP Eski Milletvekili), Feda Fehim Işık (Gazeteci), Feleknas Uca (HDP milletvekili), Feyyaz Brusk (Gazeteci), Filiz Zeyrek (Gazeteci), Gıyasettin Sayar (Berlin Eski Parlamenteri), Hakan Alak (Yönetmen), Hatip Dicle (Demokratik Toplum Kongresi Eski Eş Başkanı), Hayko Bağdat (Gazeteci), Heta Sor, Heval Arslan (Gazeteci), Hişyar Özsoy (HDP milletvekili), Human Rights Defenders e.V., Hüseyin Kaçmaz (HDP milletvekili), Hüseyin Yılmaz (Ağrı Eski Belediye Eş Başkanı), İbrahim Gümüş (Gazeteci), İç Anadolu Kürtleri Platformu (PKAN), IFFA – Initiative für Flüchtlinge Augsburg, İshak Karakaş (Yazar), İsviçre Kürt Enstitüsü, KCDK-E, Komün Dergisi, Komün Dergisi Avrupa, Leonard F. Seidl (Yazar – Schriftsteller), Mahir Üzmez (Gazeteci), Maraş Dernekleri Federasyonu (MARDEF), Marija Vassilievich (Comédienne), Meltem Oktay (Gazeteci), Meral Danış Beştaş (HDP Milletvekili), Mezopotamya Halk Kongresi, Mezopotamya Özgürlük Partisi (MÖP), Muhsin Osman (Irak Parlamentosu Eski Parlamenteri), Murat Bakur (Gazeteci), Musa Piroğlu (HDP milletvekili), Naz Öke (Kedistan), Nazey Kulu (Gazeteci), Neşe Özgen (Barış Akademisyeni), Nizam Baran (Gazeteci), Nor Zartonk – Avrupa, Nurettin Büyük (Gazeteci), Nuri Akman (Gazeteci), Oğuz Birinci (Gazeteci), Ömer Faruk Gergerlioğlu (HDP Kocaeli Milletvekili), Pero Dündar (HDP milletvekili), Ramazan Marangoz (Gazeteci), Sabri Bölek (Gazeteci), Sait Öztürk (Gazeteci), Saruhan Oluç (HDP milletvekili), Selami Arslan (Gazeteci), Selim Sadak (Siirt Belediyesi Eski Eş başkanı), Seydi Fırat (Gazeteci), Sibel Yiğitalp, (HDP eski Milletvekili), Sırrı Sakık (Ağrı Belediyesi Eski Eş Başkanı), Solidarity With Others, Sosyalist Yeniden Kuruluş Partisi – Avrupa (SYKP Avrupa), Suna Alan (Gazeteci), Şehbal Şenyurt Arınlı (Yönetmen), Tayip Temel (HDP milletvekili), Taylan Kulaçoğlu (Aktivist), Tony Rublon (President des Amities kurdes de Bretagne), Tugay Bek (Adana Barosu Avukatı), Veysel Işık (Gazeteci), Xeta Sor, Yaşanacak Dünya, Yeni Demokratik Gençlik (YDG), Yeşil ve Sol Avrupa, Zehra Doğan (Sanatçı, Gazeteci), Zeynep Esmeray Özadikti (Tiyatrocu)…


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.