Français | English

Aujourd’hui, lors de sa session du 21 juin, l’Assemblée générale de la Cour constitutionnelle de Turquie a procédé au premier examen d’un deuxième acte d’accusation, demandant la fermeture du Parti démocratique des peuples (HDP), et cet acte d’accusation a été accepté l’unanimité.

Après des mois d’acharnement, les efforts du régime et de ses alliés pour diaboliser le HDP par tous les moyens, “l’affaire” se concrétise ainsi…

La demande de fermeture est accompagnée d’autres requêtes concernant le compte bancaire du HDP et l’interdiction d’activités politiques de ses membres.  La demande de blocage du compte bancaire du parti détenant les subventions du trésor public et  celles visant à imposer une interdiction politique à certains politiciens du HDP furent également examinées par la Cour constitutionnelle, ces “mesures, rejetées à ce stade des poursuites”, seront “examinés ultérieurement”.

Rappelons que La Cour constitutionnelle ayant rejeté le premier acte d’accusation conformément à la demande du rapporteur, le parquet général de la Cour de cassation avait envoyé le 7 juin 2021, un second acte d’accusation à l’encontre du HDP à la Cour constitutionnelle.

La liste de 500 membres du HDP menacés d'interdiction politique.

Selahattin Demirtaş, Pervin Buldan, Sezai Temelli, Mithat Sancar, Sebahat Tuncel, Figen Yüksekdağ Şenoğlu, Dersim Dağ, Enise Çoban Güneyli, Leyla Güven, Mahmut Celadet Gaydalı, Mehmet Ruştu Tiryaki, Salihe Aydeniz, Tuğba Hezer Öztürk, Ziya Pir, Mehmet Emin İlhan, Mizgin Irgat, Remziye Tosun, Adil Zozani, Halil Aksoy, Özdal Üçer, Abdullah Zeydan, Burcu Çelik Özkan, Hatice Kocaman (Seviptekin), Leyla Birlik, Gülüstan Kılıç Koçyiğit, Hüseyin Kaçmaz, Remzi Özgökçe, Sait Dede, Zeynel Özen, Hasan Özgüneş, Demir Çelik, Dilek Öcalan, Erdal Aydemir, Ali Atalan, Leyla Zana, Esat Canan, İdris Baluken, Lezgin Botan, Mehmet Ali Aslan, Kemal Aktaş, İmam Taşçıer, Ömer Öcalan, Habip Eksik, Nusrettin Maçin, Ayşe Sürücü, Mensur Işık, Ahmet Yıldırım, Ayla Akat Ata , Berdan Öztürk, Çağlar Demirel, Dilşat Canbaz Kaya, Faysal Sarıyıldız, Hüsamettin Zenderlioğlu, İbrahim Binici, Kıznaz Türkeli, Mahmut Toğrul, Muazzez Orhan Işık, Musa Farisoğulları, Nadir Yıldırım, Necdet İpekyüz, Sıdık Taş, Şevin Coşkun, Adem Geveri, Ahmet Şık, Behçet Yıldırım, Hasip Kaplan, Mehmet Emin Adıyaman, Ömer Faruk Gergerlioğlu, Selma Irmak, Semra Güzel, Yurdusev Özsökmenler, Abdullah Levent Tüzel, Altan Tan, Aysel Tuğluk, Besime Konca, Ertuğrul Kürkçü, Hişyar Özsoy, Murat Sarısaç, Nazmi Gür, Nursel Aydoğan, Pero Dundar, Rıdvan Turan, Saadet Becerekli, Ziya Çalışkan, Nimetullah Erdoğmuş, Nuran İmir, Aycan İrmez, Dirayet Dilan Taşdemir, Osman Baydemir, Feleknas Uca, Musa Piroğlu, Şafak Özanli, Erol Dora, Mülkiye Birtane, Serpil Kemalbay Pekgözegü, Hüda Kaya, Edibe Şahin, Filiz Kerestecioğlu Demir, Ebrü Günay, Fatma Kurtulan, Alican Önlü, Çilem Küçükkeleş, Emine Beyza Üstün, Kemal Bülbül, Murat Çepni, Sibel Yiğitalp, Sırrı Süreyya Önder, Tayip Temel, Ayşe Acar Başaran, Edib Berk, Ferhat Encu, Gülser Yıldırım, Hakkı Saruhan Oluç, Kemal Peköz, Meral Danış Beştaş, Nihat Akdoğan, Seher Akçınar Bayar, Tulay Hatımoğulları Oruç, Abdulmelik Okyay, Arife Köse, Aydın Çetinkaya, Ayfer Fatma Çelik, Aylin Hacaloğlu, Ayşe Merva Aytemür, Ayşe Yağcı, Ayşenur Vaizoğlu, Baran Nayır, Bayram Yılmaz, Bercan Aktaş, Burhan Karakoç, Cafer Koluman, Cengiz Koyuncu, Cengiz Yürekli, Cihan Erdal, Dilan Çetin, Esengül Demir, Fırat Yaman, Gülşen Özer, Hatice Kavran, Hüsamettin Özdem, Mazlum Karagöz, Mehmet Eşref Mamedoğlu, Mehmet Tarhan, Mehmet Zeki Altın, Yüksel Akgün, Zeynep Karaman, Nurcan Karasu, Osman Demirci, Elif Torun Öneren, Aleddin Erdoğan, Benazir Coşkun, Gülsüm Ağaoğlu, Nadiye Gürbüz, Hidayet Enmek, İsmail Şengül, Remzi Kozakçı, Salim Kaplan, Fırat Keser, Kasım Çalışkan, Mahmut Çiftçi, Memet Doymaz, Cengiz Çiçek, Çiğdem Kılıçgün Uçar, Cafer Çelik, Bülent Uyguner, Nimet Sezgin, Nuri İşbilir, Osman Ergin, Ruhşen Mahmutoğlu, Süleyman Kemal Atakan, Hatice Akdağ, Hatice Büşra Kuyun, Hazal Karabey, Ali Ürküt, Bülent Barmaksız, Şeyma Kantarcı, Zarife Karasungur, Zeki Çelik, Berna Çelik, Halef Yiğit, Haluk Çeliktaş, Perihan Hoşoğlu, Yunus Parım, Ali Deniz Esen, Yuhanna Aktaş, Günay Kubilay, Hüseyin Gözen, Cahit Kırkazak, Mustafa Sarısülük, Ayfer Demirel, Bedriye Yorgun, Can Memiş, Cengiz Topbaşlı, Coşkun Üsterci, Dilek Aykan, Dilek Yağlı, Doğan Erbaş, Ekber Kaya, Ekrem Savcı, Elmas Çinar, Emine Kaya, Emine Ülker, Ercan Arslan, Ferhat Tarhan, Filiz Koçali, Gülay Koca Öztürkoğlu, Hacay Yılmaz, Hamit Geylani, Hüseyin Güngör, Hüseyin Koçuk, Hüseyin Taka, Hüseyin Yılmaz, İbrahim Sinemillioğlu, İhsan Coşkun, İzzet Karadağ, Mehmet Ali Yiğit, Meliha Varışli, Melis Emine Tantan, Metin Özbadem, Pervin Oduncu, Seher Kadiroğlu, Semra Demir, Şadiye Kırmızıgül, Şerife Yıldırım, Abdulselam Demirkıran, Alican Uçarcan, Ayşe Berktay Hacımirzaoğlu, Ayşe Erdem, Barış Karabıyık, Berfin Can, Berfin Özgü Köse, Berkat Kar, Betül Ünsal, Celalettin Can, Gonca Yangöz, İlknur Birol, Lale İnci Hekimoğlu, Mahmut Akbaş, Mehmet Hüsamettin Yürek, Nurettin Turğut, Ömer Önen, Pınar Aydınlar, Rabia Tekas, Ramazan Holat, Roza Kahya, Seçkin Kır, Selahattin Yılmaz, Serhat Aktumur, Sevim Akdağ, Seyithan Kırmızı, Sinem Varlı Hanazay, Sıtkı Güngör, Şehriban Zuğurli, Şerif Adlım, Tuna Aydın, Zahide Besi, Zelal Yerlikaya, Alp Altınörs, Ercan Kanar, Mehmet Akgül, Ferhat Tunç Yoslun, Hatice Altınışık, İsmet Yalçınkaya, Züleyha Gülüm, Tuma Çelik, Mehmet Şahin Altan, Gülfer Akkaya, Ali Özkan, Garo Paylan, Oya Ersoy, Mutlu Öztürk, Bircan Yorulmaz, Fatma Gök, Adnan Selçuk Mızraklı, Bedia Özgökçe Ertan, Ahmet Türk, Ahmet Kaya, Betül Yaşar, Dilaver Kesik, Feyme Filiz Buluttekin, Hasan Safa, Mustafa Akkul, Naşide Toprak, Tarık Mercan, Ülkü Karaaslan Duman, Remziye Yaşar, Diba Keskin, Mehmet Fatih Taş, Yıldız Çetin, Rojda Nazlier, Keziban Yılmaz Askar, Orhan Ayaz, Semire Nergiz, Mehmet Zırığ, Caziye Duman, Gülistan Öncü, Ayhan Bilgen, Cihan Karaman, Nilüfer Elik Yılmaz, Azim Yacan, Orhan Çelebi, Mülkiye Esmez, Belgin Diken, Adnan Topçu, Erkan Acar, Hatice Çevik, Nalan Özaydın, Yakup Almaç, Yılmaz Şalan, Bekir Polat, Berivan Helen Işık, Casim Budak, Hikmet Taşdemir, Ramazan Sarsılmaz, Serhat Çiçek, Yaşar Akkuş, Günfer Karadeniz, Abuzer Küçükkelepçe, Adnan Ertuğrul, Barış Caniş, Hatice Güven (Aslan), Hayrettin Şen, Karip Erdovan, Mehmet Bayram, Muhamet Deveci, Mustafa (Gürü) Toprak, Nahide Doğan, Sıraceddin Hesass, Şaban Elbir, Şerafettin Keklik, Vedat Duru, Veysel Saka, Zeki Alaca, Zeki Çelepkolu, Mehmet Cüneyt Anar, Serhat Göze, Güner Kökat, Özlem Tunç, Yaşar Yılmaz Altunbilek, Yücel Yetişkin, Ali Alper, Semra Akçalı, Cuma Ali Kaya, Fesih Balbey, Ahmet Aslan, Muzaffer Ulaş, Mustafa Alımterim, Mehmet Abidin Karaman, Sevim Coşkun, Mehtap Metin, Vahap Günay, Abdulgani Alkan, Selma Metin, Mehmet Yaşar Tanrıkulu, Remziye Sızıcı, Nevzat Sertaç Özgen, Hülya Biçen, Mustafa Akengin, Kemal Baran, Semra Akgül, Ahmet İlan, Ali Atman, Mehmet Sayit Demir, Eyüp Koşar, Kadriye Akalın, Mehmet Sıdık Menge, Mehmet Menge, Demet Özkaran, Eylem Ceylan, Suat Mustafa Şenci, Erkan Erenci, Ramazan Kaval, Nurettin Bakan, Mehmet Şerif Camcı, Murat Kılıç, İbrahim Ergin, Müzeyyen Belke, Selahattin Karatoprak, Yaşar Arat, Birgül Demirel (Yanı), Gögerçin Aras, Yıldız Bahçeci, Şahin Çoban, Sıraç Turğa, Seydi Pektaş, Ahmet Yılmaz, Bedri Arslan, Kadriye Tören, Ömer Özkan, Murad Öndeş, Ayten Yılmaz, Mubarek Babat, Murat Kılınç, Semra Çelik, Ahmet Cavit Uğur, Ayfer Yılmaz, Cafer Bulut, Fikret Fuat Kart, Güngör Didar Gül, Maşuk Arpaç, Mehmet Sürer, Metin Eren, Mustafa Celep, Necibe İlhan, Nigar Duru, Niyazi Yalçınkaya, Servet Ziyanak, Sevgi Altunkılıç, Seyithan Kılıç, Sinan Odabaş, Baran Akgül, Beşir Belke, Ercan Yıldırım, Erdal Morkoç, Ersoy Erdoğan, Eyyup Kurt, Feyyaz Başak, Gülseren Tural, Gülsimet Önal, Halit İpekyüz, Handan Karakoyun, İsmail Morkoç, Keziban Bulak, M. Sait Eren, Maşallah Beyret, Mehmet Emin Kılıcarslan, Mehmet Eren, Mehmet Tutuş, Muhittin Yılmaz, Murat Şahin, Nadire Kılıç, Osman Vargün, Rifat Sarıkaya, Seval Çadırcı, Şengül Duman, Turgut Bayramhan, Yadişen Karabulak, Yüksel Seyitvan, Mecit Sargut, Mehmet Nuri Çiçek, Necla Tartan, Menice Rumeysa Gülmez, Aycan Altın, Hüseyin Gevher, Hamza Ağırman, Bahar (Behice) Orhan, Ecevit Ceylancı, Dilan Örenci, Leyla Balkan, Abdurrahman Çağan, Müslüm Acar

Suite à l’annonce de la décision de la Cour constitutionnelle, les Co-présidentEs du HDP Pervin Buldan et Mithat Sancar se sont exprimés lors d’une conférence de presse.

Ils ont souligné que la Cour constitutionnelle avait eu une occasion historique, pour refuser fondamentalement cet acte d’accusation, et que le fait qu’elle n’ait pas saisi cette occasion est délétère pour la Turquie. “Elle possédait pourtant suffisamment de raisons juridiques et de conscience pour faire cela. Car ce procès de fermeture s’est entamé après une campagne politique, menée durant des mois. Vous le savez, le pouvoir, son petit associé MHP, et tous leurs alliés ont pris le HDP comme cible durant des mois, ont fait des déclarations et envoyé des menaces”. 

“Dans l’arrière plan du premier acte d’accusation, préparé par le procureur se trouvait déjà cette campagne politique de menaces et de chantages. De plus, les diverses unités du pouvoir, commençant par le MHP, ne se sont pas satisfaites de menacer seul le HDP, mais aussi le procureur général, personnellement. N’importe qui, même ayant une connaissance juridique minimum, peut constater que cet acte d’accusation re-préparé en coulisse n’a aucune valeur juridique.

Une opération politique à l’encontre du HDP

Tout le monde a constaté en direct, qu’il s’agissait là, d’une opération politique. Et nous avons vu également, tous ensemble, comme le premier acte d’accusation était un texte vide, blet et digne de la poubelle. La Cour constitutionnelle, en refusant ce premier acte d’accusation, avait fait ce qui était juste. Il n’est pas possible d’expliquer cette dernière décision par le Droit, alors que rien n’est changé, la campagne politique, les opérations de menaces et les chantages se poursuivent, et, de plus, une attaque meurtrière fut commise à notre organisation d’Izmir…

Une occasion historique, non saisie

La Cour constitutionnelle aurait du refuser l’acte d’accusation, en soulignant toutes ces opérations de menaces, chantages, hostilités et abandon de la loi dans son intégralité. Elle aurait du également prendre en considération l’attaque de notre local à Izmir, qui n’était que la résultante de toutes ces campagnes. Alors que l’assassinat de notre camarade Deniz Poyraz a démontré au vue de tous, la nature de ces manoeuvres, le fait que la Cour constitutionnelle ferme les yeux, lui donne une responsabilité historique. Une opération politique, des projets de liquidations, des plans de d’un chaos sale et sanglant clairement existants, en refusant l’acte d’accusation la Cour constitutionnelle aurait pu donner à la société de la Turquie un important message d’espoir, pour la démocratie. Mais elle ne l’a pas fait. Nous sommes alors devant l’obligation d’affirmer que la Cour constitutionnelle n’a pas saisi cette occasion historique de démocratie, de paix sociale et de liberté.

Le procureur de ce procès est le pouvoir, en personne

Mais nous souhaitons garder nos attentes vives pour la suite du processus, sur le fait que la Cour constitutionnelle adopterait une attitude qui reviendrait sur cette lourde faute. Sans aucun doute, le procureur de ce procès n’est pas le procureur de la République… Nous avons exprimé cela de nombreuses fois : cet acte d’accusation n’a pas été préparé par le procureur de la République. Celui-ci fut préparé dans le siège du MHP, eut sa dernière forme dans les unités de Droit du Palais, et fut transmis au bureau du procureur de la République. Si le processus est si évident, tout le monde doit voir que le procureur de ce procès est le pouvoir, en personne.

Si son procureur est le pouvoir, son défenseur est le peuple

Ce procès aura aussi des défenseurs, des avocats prendront le devoir de défense. Nous ferons, avec nos juristes, la défense la plus solide, mais il faut que tout le monde comprenne clairement que, comme le procureur de ce procès est le pouvoir, son avocat est le peuple lui-même. Nous avons également exprimé que nous allons défendre le HDP jusqu’au bout et le ferons exister. Notre détermination perdure, en en grandissant. Le réel avocat de ce procès est le peuple, et avant tout le peuple kurde.

Nous allons gâter cette affaire

Le peuple kurde attaqué dans tous les domaines, a démontré sa volonté à chaque occasion mais le défenseur de ce procès n’est pas non plus seul le peuple kurde. Car la cible de ce procès en premier lieu le peuple kurde et sa volonté, mais dans le même temps, la lutte commune des peuples, qui se cristallise sous le toit du HDP. L’objectif de ce procès est donc en même temps, l’anéantissement de l’espoir de démocratie en Turquie, d’étouffer le désir de liberté, d’enterrer entièrement les rêves de paix. Justement, pour cette raison, nous disons que les défenseurs dans ce procès, seront d’abord le peuple kurde, mais en intégrant cela avec la lutte commune des peuples de Turquie, en prenant à ses côté toutes les forces de la démocratie, il gâtera ce procès. Nous allons gâter cette affaire, nous sommes déterminés.

L’avenir de la démocratie

La décision qui sera prise dans ce procès ne concernera pas seul le HDP. Celle-ci sera avant tout un verdict concernant la Cour constitutionnelle, elle-même. Si elle décide de fermer le HDP, la Cour se fermera elle-même, et aura se condamnera elle-même, dans la conscience du peuple, et dans l’opinion publique internationale qui prône la démocratie. Mais la question n’est pas limitée à cela. Si la Cour décide d’une fermeture, elle montrera qu’elle plie le genou devant les chantages, menaces et plans de chaos. S’il faut le dire autrement, la Cour constitutionnelle déterminera, avec sa décision, l’avenir de la démocratie et de la paix sociale en Turquie. La plus importante responsabilité et le devoir reviennent à nous, les représentantEs du peuple kurde, de tous les peuples qui mènent une lutte commune, aux forces de démocratie en Turquie, et à l’opinion publique internationale de la démocratie.

Défendre le HDP jusqu’au bout

Nous sommes déterminés, nous défendrons le HDP jusqu’au bout. Que personne n’en doute, nous ferons vivre le HDP, qui est une organisation et berceau d’une forte pensée qui est la lumière de l’avenir lumineux de la Turquie. Le HDP est une structure solide et enracinée, garante du vivre ensemble démocratique, non seulement en Turquie mais aussi au Moyen-Orient. Ceux qui pensent neutraliser cela par une décision de justice, faire de l’ombre, par un processus de procès, sur la détermination pour arpenter ce chemin, se trompent grandement. Ceux qui planifient d’user de ce procès comme un outil d’intimidation et de chantage, s’ils existent, ils doivent comprendre qu’ils trouveront le contraire devant eux.

Promesse à notre camarade Deniz

Le HDP trouvera cette force, dans la force qu’il prend du peuple, et les chemins pour déterminer les équilibres politiques, et l’avenir de la Turquie. Même si tous ces chemins sont fermés, le HDP en ouvrira de nouveaux, avec le peuple. Nous n’avons aucun doute. Nous avons fait une promesse à tous nos camarades qui ont payé le prix fort, commençant par notre camarade Deniz Poyraz. Nous ferons vivre le HDP, nous l’agrandirons, et nous vaincrons.”

Comment une telle procédure se déroule-t-elle ?

Lorsque le parquet général de la Cour de cassation poursuit un parti politique et demande sa fermeture, la Cour constitutionnelle suit la procédure d’une “affaire pénale”. La méthode à suivre dans le processus est déterminée dans le rapport de procédure préliminaire. Ainsi, l’acte d’accusation sera envoyé au HDP pour la défense préliminaire. L’acte d’accusation sera notifié après la signature du rapport de procédure préliminaire. Lorsque cette procédure commence, la partie est obligée de soumettre sa défense préliminaire dans le délai spécifié par la juridiction supérieure. Mais la partie peut faire une demande de prolongation de ce délai. La Cour conclura cette demande.

Après la présentation de la défense préliminaire par le HDP, le procureur de la Cour de cassation, en l’occurence Bekir Şahin, sera invité à émettre son avis sur les accusations. Cet avis sera également envoyé au HDP. Ensuite, aux dates qui seront précisées par la Cour constitutionnelle, le procureur et les responsables du HDP feront respectivement une déclaration et défense verbale.

Par la suite le rapporteur recueillera des informations et des documents sur l’affaire, préparera un rapport sur le fond. Pendant que ce processus est en cours, le bureau du procureur général de la Cour de cassation et le HDP ont le droit de soumettre des preuves ou une défense supplémentaires. Après la remise du rapport aux membres de la Cour constitutionnelle, le président de la Cour, Zühtü Arslan, fixera une date pour la réunion et, ce jour défini, les membres commenceront à examiner l’affaire “sur le fond”.

Pour la décision, une majorité des deux tiers, soit les voix de 10 des 15 membres de la Cour constitutionnelle, est nécessaire, pour fermer le parti, conformément à l’article 69 de la Constitution ou pour imposer d’autres sanctions au parti, comme le priver partiellement ou totalement d’aide publique.

La décision de la Cour suprême sera soumise au parquet de la Cour de cassation qui a déposé l’affaire, et au HDP, et sera publiée au Journal officiel. Les personnes qui se sont vues imposer une interdiction politique de cinq ans, ne pourront être fondateurs, membres, cadres ou responsables d’aucun autre parti politique pendant cette durée.


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.