Français | English | Castellano

Nos chemins se sont croisés avec Shahriyar Jamshidi, dans une période où son dernier album, My Sunset-Land Rojava, était encore en cours. Je voudrais aujourd’hui vous le présenter.

Une belle rencontre pleine d’humanité, d’affection et d’art… Et en parlant d’art, il n’y a pas que la musique, car l’origine de notre premier contact était le pinceau de Zehra Doğan. C’est avec une œuvre de Zehra que Shahriyar souhaitait illustrer son album My Sunset-Land Rojava. Celui-ci, intimement inspiré par les idéaux qui animent les populations du Rojava, met en lumière particulièrement les femmes kurdes qui ont consacré leur vie à la liberté pour Sinjar et Kobanê au cours des dernières années. En quelque sorte, encore une fois, notre chère Zehra nous a fait gagner un nouvel ami.

Shahriyar Jamshidi est un artiste kurde d’origine iranienne, et il réside actuellement au Canada. Il est musicien, compositeur, chanteur. Diplômé de l’université des arts de Téhéran et ancien artiste en résidence au Banff Centre, Shahriyar a consacré sa carrière artistique à la préservation et à la transmission du patrimoine musical kurde.

Son instrument est le kamânche, un ancien petit violon à pointes rustique, à quatre cordes frottées, d’origine iranienne. On rencontre le kamânche parfois sous des appellations différents, dans différentes régions, car il est largement répandu au Moyen-Orient, allant même jusqu’au aux Balkans, à l’Asie centrale ou au Maroc…

Shahriyar contribue à plusieurs projets. Il est fondateur de Dilan Ensemble, une formation de musique kurde du Kurdistan iranien (Rojhilat), créé en 2003, en mémoire des frères musiciens kurdes Qadir Dilan et Muhamad Salih Dilan du Kurdistan du Sud (Başûr).

Il fait partie également du Kamancello, un duo avec Shahriyar au kamânche et Raphael Weinroth-Browne au violoncelle. Laissez-vous tenter par le voyage, le mariage des deux talents est incroyablement beau…
Voici le lien vers les videos.

En plus de la discographie des formations auxquelles il contribue, trois albums solo ont précédé My Sunset-Land Rojava ; The Lullaby of A Nomad (2018), A Yellow Flower (2014), Call of the Mountains (2008)

Shahriyar Jamshidi

 

Shahriyar me disait lors de nos premiers échanges, “J’ai trouvé de nombreux facteurs intéressants à l’intérieur des œuvres d’art de Zehra, qui mettent l’accent sur les symboles culturels, le rôle de la femme, les couleurs et la dynamique. Ces éléments sont liés de manière significative au thème de mon album”.

En effet, la concordance est tellement forte que j’ai presque envie de parler de “retrouvailles”. Shahriyar continue : “Les femmes, l’instrument de musique Kamânche et le Rojava : ces trois aspects forment ensemble un triangle pour maintenir le thème du Rojava”.

Voilà, c’est ainsi nous fîmes connaissance. La corde sensible tinta, et la musique de Shahriyar fît le reste. Une émouvante immersion, à en faire oublier le monde autour… Vous pouvez vous aussi vous immerger.

Cette nouvelle création titrée My Sunset-Land Rojava est un album auto-publié. “Mon projet est de consacrer une grande partie des revenus de la vente des CD physiques aux femmes kurdes yézidies qui ont souffert du génocide en Irak”, me précise le musicien.

Particulièrement, le titre “Tears of Şingal (Sinjar)” rappelle une des plus sombres tragédie du 21ème siècle, le génocide des Yézidis en Irak, où plus de 5000 civils ont été massacréEs laissant des centaines de combattants libérateurs  ensuite tombés au sol. Rappelons que milles femmes ont été prises et revendues comme esclaves par Daech.

Encore un lien concret avec Zehra qui fut la première journaliste à se rendre à Sinjar pour rencontrer ces femmes. Pendant ce temps là le monde détournait le regard du sort des femmes yézidies. La série de reportages de Zehra, n’ayant pas “intéressé les médias qui avaient d’autres priorités d’actualité”, publiée seule par Jinha, son agence d’information féministe et féminine, a valu à Zehra, le prix de journalisme Metin Göktepe, en 2015. Vous pouvez lire, ce reportage, qui s’intitule Le cri des femmes yézidies, et qui contient les témoignages des femmes, à l’état brut. Munissez-vous de votre courage…

Citons Shahriyar Jamshidi

En un coup d’œil, le ciel bleu brillant de mon enfance était sous l’ombre ténébreuse de la société politisée alors que je m’enracinais progressivement dans la tradition kurde, la culture marginalisée de l’un des divers pays d’Asie occidentale, l’Iran. Mais la musique était l’alternative pour éloigner le sentiment d’être mis à l’écart dans ce lieu peu reconnaissant, pour éviter d’être sous le magnétisme de la politique, une partie de la routine dans cette situation complexe. Même la vie m’a fortement poussé à franchir le pas des distinctions entre réalité et équivoque, influençant entièrement ma future vision artistique pour observer les faits concrets mais réfléchir à travers mon art.

Au cours des dernières décennies, les vagues révolutionnaires de la modernité et de la démocratie ont rapidement propagé la croyance en l’égalité dans la région grâce aux efforts de femmes mobilisées qui ont consacré leur vie au changement.

“My Sunset-Land, ROJAVA” raconte l’histoire d’une nomade (une Kamanche) du Kurdistan qui a mal au cœur, où des airs naissent en elle à chaque bref arrêt qu’elle fait pour une sieste, en passant aux confins indésirables de la terre déchirée des Kurdes. Chaque matin, avant le lever du soleil, Kamanche abandonne l’endroit en laissant un Stran (une chanson) nouveau-né…

Dans cet album, il y a un morceau qui attire aussi particulièrement l’attention. Il s’intitule “Viyan”, et est dédié à Viyan Peyman, dengbêj (barde kurde) et combattante des YPJ, tombée en en 2015, dans la ville syro-turque de Serê Kaniyê, où elle s’était rendue à la mi-février pour combattre Daech. Vous pouvez écouter Viyan, dans une vidéo sous-titrée en français, dans l’article d’Estelle Amy de la Bretèque, Pourquoi se lamenter ? dans lequel elle explique aussi la tradition des dengbêj.

“L’histoire de cette chanson met en lumière la vie d’une femme kurde, professeure et chanteuse” explique Shahriyar, “Viyan, (Gülistan Tali Cinganlo), qui a quitté l’école et sa vie routinière et a rejoint la résistance du Rojava. Elle y a perdu la vie”.

Une vidéo spéciale a été conçue pour ce morceau très spécial.


shahriyarjamshidi.com • Twitter • FacebookInstagram YouTubeApple MusicBandcampSpotify


shahriyar JamshidiMy Sunset-Land, ROJAVA

1. Viyan – 2. Midnightish – 3. Pomegranate Seeds – 4. Rojhelat – 5. Amordād – 6. Şoke (Barro, Brant’s Oak Syrup) – 7. Pendar (Figment) – 8. Dersim – 9. Tears of Şingal .
Musique & Kamanche : Shahriyar Jamshidi – Enregistrement et mixage : L. Stuart Young – Mastering : Fedge – Enregistré à : Revolution Recording – Couverture : Zehra Doğan – Photographe : Jef Rabillon – Vidéo : Hîra Çavken & Mitchell Fillion – Mise en page : Roxana Khoshravesh

Vous pouvez dès présent précommander le CD de l’album My Sunset-Land Rojava, ou sa version numérique, suivez ce lien. L’album numérique paraitra le 19 juin. Et les CD, pour le moment en exemplaires limités, seront expédiés dès le 18 juin. Vous avez aussi la possibilité de faire des cadeaux à vos proches et amiEs.


Couverture de l’album – Zehra Doğan. Triptique n°1. 66 x 111 cm encadré. Acrylique sur toile. 2017, Jours Clandestins, Istanbul.

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.