Buse, prisonnière trans femme en prison est en danger

buse trans femme prison

Elle est une des prisonnières trans qui luttent en prison pour obtenir une opération de transition. Condamnée à la perpétuité pour “séparatisme”, elle fut emprisonnée lorsqu’elle avait 22 ans, donc depuis 25 ans. Comme trans femme, si elle n’est pas opérée, il lui reste encore 17 ans à passer dans des prisons d’hommes, en isolement…


Français | English

Elle s’appelle Buse (prononcez Boucé, en turc “Bise, baiser”)…

En juillet 2018, à la prison de type F pour hommes de Tekirdağ, elle a fait une grève de la faim pour obtenir l’autorisation de se faire opérer. Après 38 jours de grève, le tribunal avait pris une décision favorable et Buse a arrêté sa grève. Mais la décision n’a pas été appliquée. Alors, le 31 janvier 2019, toujours avec la même revendication elle a de nouveau entamé une grève, cette fois-ci un “jeune de la mort” [grève de la faim sans absorption d’eau sucré ou salé].


LIRE AUSSI Buse, détenue trans : “Me libérer de la prison de mon corps”

Le 20 février, 20ème jour de son jeûne de la mort, l’Association des Droits de l’Homme (IHD), déposait aux Nations Unies, une lettre expliquant les détails de la violation des droits de Buse et précisant l’empêchement du Ministère de la justice, à l’encontre des articles 8 et 14 de la Convention européenne des droits humains.

L’administration de la prison a alors accepté de s’entretenir avec elle, et elle a suspendu sa grève.

Depuis ? Rien…

En août dernier, malgré les décisions et les rapports favorables, à la fois du tribunal et de l’hôpital, l’opération étant toujours empêchée, Buse commet un acte de désespoir, et elle a coupé son penis, elle-même…

Elle est alors transférée à la prison de Metris, à Istanbul, où se trouve le centre de réhabilitation, un unité qui accueille les prisonniers qui ont des maladies psychologiques, ou physique graves et chroniques.

Depuis la prison de Metris, Buse envoie cette lettre…

Je suis allée à l’hôpital de Samatya. L’Urologie ne s’est pas intéressée à moi. Le médecin m’a dit “c’est la première fois que je vois une transsexuelle”. Il m’a renvoyée. La chirurgie plastique s’est occupée de moi. J’ai été auscultée et on m’a transféré à l’hôpital de Capa. Je suis allée à Çapa. L’Urologie ne s’est pas occupée de moi, m’a transférée à l’Andrologie. De l’Andrologie à la Chirurgie plastique, et là, on m’a transférée à nouveau en Urologie qui m’a renvoyé à l’Andrologie…

Les médecins n’ont pas parlé avec moi. Ils ont essayé de comprendre la situation, en parlant seulement par la fenêtre avec l’administrateur. Je me suis retrouvée encore à l’Andrologie. Je ne sais pas s’ils vont s’occuper de moi. Je n’ai plus d’espoir. Je me sens très, mais très mal. Je n’ai plus ni force, ni patience.

J’avais dit que si mon opération plastique comme trans était encore empêchée, j’allais me suicider. J’avais dit, que si le délai se rallongeait, je ne pouvais pas garantir que je ne me suiciderai pas… En lien avec mon état de santé physique, mon état de santé psychique est en alarme. Si je ne suis pas opérée le plus rapidement possible, je vais me suicider. Je vais en finir. En vérité je ne voudrais pas parler de suicide. Mais je sens la nécessité d’en parler pour que les responsables administratifs ne disent pas “nous ne savions pas, nous ne pouvions pas deviner”.

Je n’ai plus la force, la patience, l’énergie d’endurer plus, mon état de santé physique et psychologique  sont alarmants. Même en urinant, j’en pâtis. Mes jambes, mes pieds, mes habits se mouillent, se souillent. Parfois je reçois de l’urine même sur mon visage. Par ailleurs, lorsque dans mon sommeil,  mon corps est stimulé, j’ai d’intenses douleurs. Mais je ne peux pas parler de tout cela avec les médecins. Ils ne me laissent pas en parler… Ils se débarrassent de moi, sans même bien regarder les rapports, les documents. Ils expriment par toutes leurs attitudes qu’ils me haïssent comme trans. Même un suicide inéluctable, ils s’en fichent.

Je suis moralement finie. J’espère qu’ils feront quelque chose en urgence. Sinon, je vais être obligée d’agir en urgence, moi même.

J’en ai marre de ma vie, j’ai honte de moi-même. J’ai honte d’être obligé d’exprimer sans cesse ce que je subis.
J’envoie à touTEs les amiEs, salutations et affection.
Prenez soin de vous.

Note : Il ne me reste plus qu’une tenue. S’il y a des amiEs qui souhaitent faire des dons, j’en serais très heureuse…

Buse

buse détenue trans

Dès maintenant vous pouvez soutenir Buse à votre tour

Buse a vraiment besoin de ressentir notre solidarité ! 

Voici un site pour lui envoyer vos messages de soutien. Toutes les lettres lui seront transmises par ses amiEs.

Utilisation simplissime…
Communiquez vos prénom et nom (Ad-Soyad), et votre e-mail
(E-Posta), ensuite écrivez votre lettre (Mektup) et envoyez la (Gönder).

Ainsi, en trois clics, vous pouvez lui dire tout ce qui passe dans votre coeur.

Ecrire à Buse : buse.direnesesver.org

buse trans prison


Traductions & rédaction par Kedistan. Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
Translating & writing by Kedistan. You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.

    Related posts