Kedistan sera l’invité de Radio Libertaire le 28 oct à 21h pour parcourir un panorama du Kurdistan, de Syrie et de Turquie.
En pleine actualité, tant pour la répression qui sévit en Turquie que pour l’agression caractérisée contre le Rojava de la part des troupes d’Erdoğan.

offensive-libertaireRendez-vous donc sur 89.4 FM en Île-de-France, sinon en direct sur le net, pour l’émission “Offensive Sonore”, en lien avec la revue trimestrielle “Offensive”. Elle traite de thèmes sociaux, culturels ou historiques. Nous en profiterons pour aborder en pointillés dans une émission toujours trop courte, il y a tant à dire, les questions du confédéralisme démocratique en processus au Rojava et il y a peu encore au Kurdistan turc.

Les émissions sont téléchargeables par la suite sur le site de la BAM (Bibliothèque autogérée de Malakoff)


Il ne sert à rien de décrire par le menu les exactions, massacres, horreurs qui se sont déroulées depuis plus d’un an dans les villes, quartiers et districts du Kurdistan de Turquie, si ce n’est pas pour tenter d’agir sur cette actualité que l’on dénonce et soutenir celles et ceux qui peuvent et veulent changer cette réalité quotidienne.

Des populations se trouvent dépossédées de leurs maigres biens, expropriées parfois, chassées de leurs quartiers aux maisons et immeubles détruits. CertainEs se réinstallent dans le dénuement le plus total, soit sous des tentes et abris de fortune, comme à Şırnak, soit dans ce qui reste des appartements ou maisons pillées et fortement endommagées.

Nous savons tous que l’hiver arrive.

Après avoir résisté aux états de siège, y avoir perdu qui unE jeune, qui une compagne, qui un compagnon, quand ce n’est pas des grands parents ou des enfants, voilà que ces populations à bout de forces sont amenées par la force des choses, à résister à l’hiver qui vient. Et comme pour “faciliter”, le gouvernement turc a amplifié une répression à l’encontre des conseils d’élus, en remplaçant, dans le plus grand mépris de ses propres institutions, plus de 120 maires et conseils, par des “administrateurs” à sa solde. L’Etat a décidé à lui seul, par décret, qui gèrerait la suite, après les destructions, et privilégié bien sûr des représentants AKP (parti au pouvoir d’Erdoğan), qui méprisent les habitants.

A Şırnak, par exemple quasi détruite, le Conseil autogéré des élus avait décidé la reconstruction, et commencé un travail de préparation avec les populations, une fois le siège levé. Il gérait aussi les aides matérielles, y compris transnationales, désormais empêchées. Le gouvernement AKP ne l’entendant pas de cette oreille, a interdit aux populations l’accès à leurs quartiers détruits, et s’est mis en chantier pour détruire ce qui restait, et d’autre part chasser les désormais devenues “familles sans abri”. Toute aide est bloquée, et la populations et ses éluEs réprimées à chaque manifestation de colère. Pourtant, ces éluEs suspendus, sans mairie ni bâtiment, recréent des “conseils” avec chaque famille. “Là où est le peuple, est la commune. Les “autres” sont dans un bâtiment“. Les mêmes épisodes se déroulent à Cizre, Sur….

Chaque ville est un cas différent, même si les exactions furent les mêmes, les résistances et les décès de combattants aussi. Les besoins sont immenses, et tant pour résister que pour survivre, la solidarité devrait être à la hauteur. Il est donc du devoir de chacunE de ne pas se contenter de “décrire”, de présenter parfois l’innommable, pour s’entendre simplement dire “quelle horreur” et puis s’en vont. Et comme à Kedistan, nous ne sommes pas de la tribu qui cultive la dénonciation à coup d’images spectaculaires pour avoir de l’audience, mais que nous tentons d’être concrets avec nos petits moyens, nous avons débuté ou soutenu deux campagnes, en partenariat.

La première s’intitule Kurdistan en flammes”. Elle verra un premier concert/débat de soutien se tenir à Paris le 27 octobre. D’autres suivront, tandis qu’une souscription publique est ouverte jusqu’en janvier. Comme les partenaires et initiatrices sont, entre autres “Women In War”, les fonds récoltés seront destinés à une initiative de femmes.

La seconde, concerne aussi des femmes, en pointe dans le combat de résistance kurde. Il s’agit d’une chaîne de solidarité à l’égard de Zehra Dogan et ses co détenues, mise en place avec ses proches et amiEs. Faire savoir qu’elles ne sont pas seules, dans ces prisons où désormais les “violences à l’ancienne” ressurgissent petit à petit, avec l’assentiment de l’Etat et la pression de l’Etat d’urgence, sous “unité nationale” est primordial. Et si seulement ce geste de résistance,  comme la re-parution sous forme manuscrite d’Özgür Gündem, journal interdit et fermé dont il ne reste que le blog en ligne,  dans cette prison, pouvait trouver écho dans un geste simple de solidarité.

Voilà pour deux initiatives que nous proposons très concrètement, et qui resteront des gouttes d’eau, si personne ne s’en empare à nos côtés.

Pourquoi en est-on arrivé là, depuis mi 2015 ?

Il faut renvoyer aux fameuses élections de juin 2015. Au grand courroux d’Erdoğan et de son parti, vint l’irruption dans un résultat électoral, de ce qui se présentait comme une synthèse de la situation passée et de ses luttes anti gouvernementales, comme la lutte de Gezi, qui avait regonflé toutes les contestations de la politique de l’Etat, les questions d’écologie, et les luttes de toutes les minorités, culturelles, LGBTI, et “ethniques”, au premier rang desquels le combat des Kurdes pour l’autonomie. Ces mouvements et d’autres alliés, dont le HDP est le plus central, bousculèrent les calculs électoraux et firent entrer au Parlement turc des éluEs à fort potentiel de soutien de la part des luttes politiques et sociales qui les portaient. Dans le même temps, et principalement à l’Est, des éluEs/représentantEs en grand nombre avaient commencé à mettre en place dans les mairies, des formes de gestion associant toutes les minorités locales, leurs combats et revendications. Le tout dans des conseils gérés par des représentantEs à part égale, maires et co-maires, hommes et femmes.

Le mouvement kurde, profitant de la “trêve” de plusieurs années, des négociations bien que difficiles et en permanence suspendues entre l’Etat et le leader kurde Öcalan emprisonné, obtenait le soutien des populations et leur renvoyait des structurations et propositions démocratiques pour s’organiser. Défendre la langue, les droits à l’éducation, au logement, à la culture, et bien d’autres, en associant tout le monde et en veillant aux minorités devenait l’objectif. C’est aussi cela l’autonomie. Nous sommes loin de la “partition et de l’indépendance nationale kurde”, dont aussi bien Erdoğan qu’une certaine gauche “européenne” affuble les Kurdes. Cette auto organisation supposait également de ne pas baisser la garde sur l’auto défense, les forces de l’Etat continuant leurs exactions et répressions, malgré la trêve.

Mais il est plus facile de construire sous la Paix qu’avec la guerre.

Il est donc très clair que la remise en cause d’une majorité électorale à l’échelle du Pays pour Erdoğan, en même temps que s’organisait les communautés kurdes, avec un projet politique et en bonne intelligence avec les autres combats anti gouvernementaux, ou les luttes des minorités, ne pouvait que déclencher une crise. Erdoğan, on le sait, mit à profit l’attentat de Suruç, attribué officiellement à Daech, mais non revendiqué, pour rompre la trêve unilatéralement avec le PKK qui avait riposté à l’attentat sur des cibles policières et militaires. Suruç, rappelons-le, c’est un massacre à l’encontre de jeunes qui se rendaient à Kobanê pour une aide à la reconstruction. Les premiers 33 morts d’une longue série depuis.

Il y eu donc une reprise et une intensification de la guerre intérieure de la part de l’Etat turc, au nom déjà du combat “anti terroriste” et de l’unicité de la Nation. “La campagne électorale armée” pour un nouveau scrutin à l’automne était lancée.

Nombre de jeunes kurdes combattants, dans les villes du Kurdistan turc s’organisèrent dans l’auto défense des populations et des quartiers, et les mots de “déclaration d’autonomie” furent prononcés, y compris durant le processus électoral national. Les soutiens des populations locales furent quasi indéfectibles, même si l’on sait que tout le monde préfèra toujours la recherche de la Paix. EluEs, députéEs, furent misEs à rude épreuve, dans cette guerre des villes, toujours présentEs aux côtés des populations. Voilà ce que voulait détruire l’AKP et son leader président.

Et le résultat catastrophique, les massacres, les victoires électorales de l’Etat AKP contre les populations laissent de profondes blessures. Le coup d’Etat manqué du 15 juillet, complète le sombre tableau, divise et polarise encore davantage, avec son cortège de purges et de répressions, d’arrestations, de cas de torture ré-instaurée en prison ou en garde à vue.

Nos deux choix de solidarité répondent à ces deux urgences absolues, l’une contre la répression et l’emprisonnement, l’autre pour aider matériellement les populations qui résistent, au premier rang desquelles les femmes.

C’est donc un projet politique que combat l’Etat turc, avant de n’être qu’une démarche quasi génocidaire contre le peuple kurde, reprenant en cela le “roman” nationaliste turc, en référence à la révolution kémaliste. Erdoğan a joué sur les deux tableaux, comme souvent. D’un côté son projet néo libéral en économie, voilé sous la bigoterie et la corruption d’une nouvelle classe dirigeante et moyenne, de l’autre, l’ultra nationalisme allié à la “turcité” imposée à tous, cette identité obligatoire et schyzophrène, construite en partie sur la négation d’un génocide. Dans ce paroxisme d’après putsch manqué, les milieux kémalistes, bien que républicains et laïcs de façade, tant qu’ils y trouvent encore des prébendes, avalent les couleuvres “anti-terroriste” et participent à l’union nationale.

Le mouvement kurde et ses alliés sont en pleine ligne de mire. EluEs suspenduEs, jetés en prison pour certainEs responsables, presse baillonnée, médias fermés, journalistes et intellectuels arrêtés, soutiens à la paix forcés à l’exil. Nous pourrions parler à l’infini des purges, les exemples peuplent tous les réseaux sociaux chaque jour qu’Erdoğan fait.

Quelles sont donc ces propositions politiques qui “terrifient” l’Etat turc, au point qu’il renoue avec les guerres intérieures et blinde sa démocrature ?

Elles furent il y a encore quelques décennies, et au cours du XXe siècle, jusqu’au milieu des années 1990, des revendications “nationales”, pour ne pas dire un “nationalisme kurde sauce marxiste léniniste”. Nous parlons là, non de l’identité kurde, clairement et culturellement revendiquée, mais non exclusive, mais des débats politiques et des options qui furent celles de la principale force combattante, le PKK, référent incontournable.

Pour aller vite, on peut s’étonner que d’un mouvement clairement ancré à sa naissance dans le marxisme léninisme et les théories de libération, qui déterminèrent le choix de la lutte armée, puisse surgir une approche aujourd’hui communaliste, féministe, écologiste et sociale, quasi d’inspiration libertaire. Et pourtant cette réalité politique est en marche, et trouve son champ d’expérimentation difficile au Rojava syrien, comme dans les embryons qui furent vécus au Kurdistan turc, avec toutes les contraintes de l’Etat.

La théorie révolutionnaire portée par le PKK, ses propositions politiques pour l’organisation sociale et commune, se décline sous le nom de  “confédéralisme démocratique”. C’est le “modèle” qui prévaut pour l’expérience fragile du Rojava, aujourd’hui à nouveau attaqué par les troupes de l’Etat turc, via des bombardements à répétition.

Il faudrait un chapître entier pour justement décrire dans le détail comment se fait la mise en place de structures démocratiques destinées à gérer une région comme le Rojava syrien, qui plus est, coupée en deux, divisée en trois cantons, et accueillant des réfugiés de guerre, (qui compliquent encore la mosaïque culturelle existante, même si a ancienne majorité de peuplement kurde).Le Rojava a 3 ennemis principaux, en plus de sa situation interne difficile. Daech à ses portes, l’Etat turc d’Erdoğan, et un Assad (et ses alliés) qui refuse de reconnaître cette entité et ne demanderait qu’à la voir disparaître lui aussi.

Il y a une sorte d’incrédulité qui pourrait saisir quelqu’un qui découvrirait aujourd’hui les fragiles transitions politiques initiées par le mouvement kurde. Que le leader du PKK, pièce importante dans ces processus politiques, se soit intéressé à une critique de l’Etat-Nation radicale dès 1995 est déjà étonnant. Qu’il ait entrepris, depuis sa prison, de poursuivre sa réflexion sur les “échecs” et la nécessaire réflexion sur l’avenir, plutôt que fantasmer des “victoires” et des “martyres”, relève d’une intelligence politique qu’on aimerait trouver plus souvent chez des “leaders”, naturels ou auto proclamés. La période de “processus de négociations” est passée par là, et a amené, en Turquie, à dater du moment où l’option “indépendance et Etat” était écartée, à penser une autonomie fédéraliste possible à proposer dans le cadre d’avancées politiques.

On sait que c’est l’Etat-Nation même, qui, (pire encore pour la Turquie), est à l’origine de nationalismes identitaires qui ne peuvent que monter les Peuples les uns contre les autres, quand les systèmes en ont besoin. La mosaïque de Peuples du Moyen Orient, à laquelle la Turquie n’échappe pas, même si par génocides, “roman national”, oppression des minorités, elle donne le change dans sa république “indivisible”, cette mosaïque amène à remettre en cause le collier de perles République/Etat/Nation/Identité/ Peuple, dès lors où Peuples est pluriel, et que la Nation s’obstine à gommer le S.

Les exemples européens de mises au pas de régions, d’histoires composites, par l’épée, ne diffèrent guère. Ces modèles politiques sont devenus inopérants pour penser un avenir commun au Moyen Orient, puisqu’en crises ouvertes depuis un siècle en permanence, hors moment de dictatures ou de régimes approchants. Et pourtant ils accompagnent le maintien d’une société de classe. Cela pour faire vite, mais sans doute caricaturer.

Sortir des causes mêmes de l’oppression, ne pas opposer un nationalisme contre un autre, tout en garantissant une autonomie culturelle et politique, telle était l’équation.

Bien sûr, ce n’est pas la simple étincelle d’une rencontre livresque entre Öcalan et un Murray Bookchin, penseur libertaire, partisan du communalisme social, de l’écologie et du féminisme qui décida du feu de Newroz au Rojava et de la conversion du mouvement kurde.

La pratique politique d’une guerre de guérilla intérieure contre un Etat, confrontée à des échecs historiques, au vu des forces disproportionnées (l’armée turque est une armée de l’Otan) disparaîtrait totalement si elle ne trouvait sa résistance dans la mise en commun de ses expériences, de ses énergies et cerveaux. Là dedans, on sait quelle part les femmes ont prise. Par ailleurs, les effondrements des blocs, l’amère dégénérescence de révolutions historiques, ont aussi forgé bien des réflexions dans le mouvement révolutionnaire. Bookchin  le libertaire socialiste est lui même passé du marxisme léninisme à la pensée libertaire… Bref, les mouvements historiques du siècle passé ont frayé des chemins à des pratiques politiques et des remises en question. Alors cela ne pouvait que toucher un mouvement kurde et sa recherche d’émancipation et d’autonomie.

Et c’est bien dans un double mouvement de coupure avec le dogme nationaliste, le passage obligé de l’Etat-Nation, et à la fois de remise en cause radicale, non du marxisme, comme clés de réflexion, mais de la caricature qui s’est construite autour des années 1930 dans le monde dit “socialiste”, qu’Öcalan impulsa une quasi remise en cause “obligatoire” au sein du PKK. “Penser l’avenir des luttes autrement était nécessaire et indispensable”. Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres…

C’est à grands traits, sans doute caricaturaux, présentés de cette façon, que je résume une “évolution politique majeure” des mouvements kurdes, qui n’a d’ailleurs pas terminé ses remises en cause, loin de là. Ce qui se passe au Rojava va les accélérer, en bien ou en mal.

Il faut tenir à cette notion de processus politique, et ne pas succomber au syndrome du révolutionnaire béat devant une construction démocratique qui cherche ses chemins. Le Rojava consolide peu à peu ses fonctionnements démocratiques horizontaux, élargit ses champs d’action pour la prise en compte de toutes les contradictions et conflits d’intérêts, y compris culturels, religieux ou ethniques. Il le fait par, et malgré la guerre. Et il serait dommage, alors que le vieux monde européen croule sous ses crises politiques, subit de plein fouet les crises de la financiarisation capitaliste, mais ne s’extirpe pas de ses vieux partis ouvriers qui n’en ont plus que le nom, de ne pas regarder vers le Moyen Orient et y trouver quelques raisons de repenser l’écologie sociale et libertaire, pour faire court.

On ne résume pas le Rojava en trois phrases, ni en dix lignes. Et la suite du propos demande de faire quelques impasses.

Cette démocratie politique en plein coeur de la guerre, tout autant à l’oeuvre dans la résistance des villes à l’Est turc, fait l’objet d’ offensives croisées de la part de l’obscurantisme religieux et politique,  et des puissances toujours autant attachées à construire des Etats capables de servir les intérêts néo libéraux des oligarchies en tous genres. Et sans aller si loin dans une géo politique “mondialisée” qui décrirait un “complot contre le Rojava”, il convient de dire que ces développements politiques de résistance peuvent être anéantis… dans cette guerre qui va de l’Irak à la Syrie. La géopolitique du partage, des pillages maintenus et des dominations des grands impérialismes, qui peut sortir de ces guerres, est antagonique avec le projet du Rojava.

Et les attaques actuelles du gouvernement turc sur le sol syrien peuvent faire craindre ce pire. Erdoğan sait très bien également que combattre le Rojava, c’est affaiblir aussi sa contestation intérieure. Empêcher à tout prix que se renforce une entité à majorité kurde aux portes de la Turquie, cela est répété comme une évidence, est l’objet des offensives turques (et alliés hétéroclites islamistes dit libres), notamment à partir de Jerablus en Syrie.

Les bombardements des combattants du FDS et des YPG/YPJ (glossaire) qui récemment ont chassé Daech de villages et territoires, qui justement se situent dans le corridor qui coupe le Rojava en deux, avec à l’Ouest le canton d’Afrîn, visent à bloquer toute jonction territoriale. Erdoğan a toujours réclamé une zone tampon pour ce faire, et affirme aujourd’hui qu’il l’établira sans attendre de permission internationale. S’il peut pousser son avantage en attaquant de front le Rojava, il ne s’en privera pas.

Tous les yeux sont rivés sur Mossoul, Russes et Américains s’affrontent sur Alep, l’Etat turc se sent autorisé à jouer sa carte, contre le “terrorisme”. Et même si Daech est en embuscade sur ces zones, là, l’Etat turc d’Erdoğan poursuit son propre agenda.

La mobilisation en soutien au Rojava est donc à construire, au delà des fumées médiatiques autour de Mossoul. C’est le troisième appel de ce propos. Rejoindre ici les diasporas qui ont réagi et appellent à initiatives de dénonciation encore une fois de l’Etat turc…

Une partie de forces militantes pour épauler la diaspora kurde, et pas que, sont engagées aussi dans des luttes importantes et nécessaires à caractère national, bien que comme NDDL ou Calais, entre écologie et exils de migrants, ces questions soient de fait transnationales. Une grande partie du mouvement social se trouve en plus dérivé vers des joutes électorales qui confirmeront pourtant dans les urnes les reculs dus aux défaites à répétition des années écoulées, sur fond de repli nationaliste et xénophobe.

L’organisation de solidarités transnationales avec le Rojava, et au delà un mouvement qui épaule sa composante kurde majoritaire, est compliqué par cet immense gaspillage de forces et d’intelligences que représentent les échéances électorales à tout va en Europe. On peut même craindre, dans le meilleur des cas, qu’une certaine gauche voulant obtenir les voix des diasporas kurdes et turques ne fassent trois petits tours et puis s’en vont sur ces sujets, instrumentalisant ici les bonnes volontés. Et c’est déjà ce que l’on constate…

Il faudra faire avec, et informer sans relâche de ces situations, tout en tissant des liens pour des solidarités concrètes. Le Rojava n’attendra pas le dépouillement d’urnes aléatoires, et n’aura que faire de déclarations solennelles de politiciens hypocrites, les yeux rivés sur 2017.

Voilà… On commence quand ?…

(Le texte comprend de très nombreux liens qui atténuent son caractère lapidaire… Cette trame constituera les grandes lignes de cette émission radio. Un moteur de recherche est à disposition aussi sur le site, pour approfondir davantage, profitez-en)

Émission du 28 octobre 2016, on a appelé un animateur du site Kedistan . Nous allons parcourir un panorama du Kurdistan, de Syrie et de Turquie. En pleine actualité, tant pour la répression qui sévit en Turquie que pour l’agression caractérisée contre le Rojava de la part des troupes d’Erdoğan.

 

PLAYLIST (dans l’ordre d’apparition dans l’émission) :
Viyan Peyman & Dilar Dirik – Dear Viyan
Rona Geffen – My Girls Are A Fire
Kritzkom – Inner March for Utopia
KillaSoundYard ft Bambool – Self Organised
Thoughts On Rojava (feat. Zeynep Kurban, Dilar Dirik, Zaher Baher, Havin Guneser, Memed Aksoi)
Olivia Louvel – Afraid Of Women
Hevî – Woman & The Gun
Anna Leopolder – The Women (Dedicated to the kurdish female fighters of Rojava)

Traductions & rédaction par Kedistan. | Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.