English Rolling Stone| Castellano Theoria Cultural | Français | Türkçe

Article de Kory Grow, publié dans le magazine Rolling Stone, le 18 février 2022

Elle n’est pas libre : La quête de Roger Waters pour libérer une musicienne kurde emprisonnée.

Alors que Nûdem Durak est incarcérée dans une prison turque, Pete Townshend, Robert Plant, Peter Gabriel, Brian May et d’autres se sont mobilisés pour obtenir un nouveau procès pour l’autrice-compositrice-interprète.

L’auteur-compositeur-interprète Nûdem Durak était déjà à deux ans de sa peine de 19 ans de prison quand l’un des rares fils qui la reliaient à la liberté a été coupé. Avant son incarcération en 2015, Durak vivait à Cizre, en Turquie, et chantait des chansons à la fois en turc et dans sa langue maternelle, le Kurde. Elle a ensuite été accusée de communiquer avec des membres du PKK (le Parti des travailleurs du Kurdistan), que la Turquie et les États-Unis ont qualifié d’organisation terroriste. Selon son avocat, elle a été déclarée coupable d'”appartenance à une organisation illégale” et condamnée sans avoir pu présenter correctement les preuves pour sa défense. Lorsqu’elle s’est présentée pour purger sa peine, elle a été autorisée à apporter sa guitare acoustique en prison, mais l’instrument a été détruit lors d’un contrôle de routine des cellules en 2017, lorsque des gardiens ont séparé son manche du reste du corps.

J’ai toujours rêvé d’avoir une guitare, mais je n’avais pas l’argent pour ça“, se souvient Durak dans une interview à Al Jazeera avant d’aller en prison. “Ma mère m’a donné son alliance et m’a dit : ‘Vends cette alliance et achète une guitare“. “Quand j’ai eu la guitare, cela a représenté le monde pour moi’.

Alors que la sensibilisation à la situation de Durak a pris de l’ampleur ces dernières années, la destruction de son instrument a trouvé un écho auprès des musiciens du monde entier. Roger Waters, l’artiste solo et ancien auteur-compositeur-interprète des Pink Floyd, a ressenti de la colère en apprenant le sort de sa guitare et la peine de près de deux décennies qu’elle avait reçue. “J’imagine qu’une guitare serait un réconfort si vous êtes un auteur-compositeur-interprète et que vous êtes en prison“, a-t-il déclaré à Rolling Stone. Après avoir effectué des recherches approfondies sur le cas de Durak, il a attiré l’attention sur sa situation en faisant appel à des rockeurs comme Pete Townshend, Robert Plant, Peter Gabriel et Brian May pour amplifier son message et lui obtenir un nouveau procès.

Nûdem Durak est notre sœur“, déclare Waters, “et nous avons la responsabilité absolue de la soutenir, elle et les centaines de milliers d’autres personnes qui continuent à subir son sort avec de faux emprisonnements et des incarcérations dans le monde entier, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni.

L’art doit être l’endroit où notre cœur créatif peut être libéré, que ce soit pour l’élévation de l’esprit humain ou pour notre besoin de justice“, déclare Townshend à Rolling Stone dans un communiqué. “Il se trouve que Nûdem est une Kurde. Sa voix est liée à son âme et son âme chantera toujours pour sa famille, son peuple et son peuple. En tant que musiciens, nous ne pouvons pas nous arrêter. Notre vérité est ce que nous sommes et ce que nous sommes nés pour être. Il se trouve que la musique de Nûdem est de la grande musique, et il est si triste qu’un pays doté de l’immense héritage artistique historique de la Turquie traite une bonne musicienne comme il a traité Nûdem – quoi qu’il pense du désir de reconnaissance des Kurdes.

Waters a ensuite trouvé une idée pour attirer l’attention sur son cas : envoyer la guitare acoustique noire Martin qu’il a utilisée lors de sa tournée 2017/18 Us + Them Tour à Durak en prison, mais avec une petite touche. Depuis que la guitare a commencé ses voyages depuis la maison de Waters à Long Island, New York, l’année dernière, elle a fait plusieurs arrêts à travers l’Europe – où de nombreux grands noms du rock soutiennent l’instrument avec des mots de soutien – avant qu’elle ne se rende à la prison de Bayburt, en Turquie, qui abrite Durak cette année. “Si nous pouvions faire bouger les autorités turques, ce serait une très bonne chose“, dit-il. “Son avocat m’a dit par l’intermédiaire d’un interprète qu’elle a dit qu’elle se sentait libre pour la première fois en six ans. Elle n’est pas libre.

Outre la signature de Waters, Townshend, Gabriel, Plant, May, Marianne Faithfull, Mark Knopfler, Noel Gallagher et Nick Mason, ancien membre du groupe Pink Floyd, ont ajouté leurs propres inscriptions.

J’ai été sensibilisé à la persécution des musiciens kurdes dans les années 1980 et, plus récemment, j’ai appris le sort de Nûdem par l’intermédiaire de ma fille qui travaillait sur le Voice Project“, raconte Gabriel à Rolling Stone, faisant référence à la campagne “Imprisoned for Art” du Voice Project en 2016. “La destruction de sa guitare était quelque chose à laquelle tout musicien peut s’identifier, donc j’étais très heureux de pouvoir la soutenir de cette façon.

Les opinions de Waters sur la politique du Moyen-Orient ont irrité les gens dans le monde entier. Son soutien à la Palestine et au mouvement BDS en Cisjordanie, qui exhorte les artistes à ne pas se produire en Israël tant que le pays n’accorde pas des droits équitables aux Palestiniens, a donné lieu à des accusations d’antisémitisme. “Je ne suis pas antisémite ni contre le peuple israélien“, a déclaré M. Waters en réponse à une accusation du groupe de surveillance de l’antisémitisme Community Security Trust. “Je suis un critique des politiques du gouvernement d’Israël“.

L’Anti-Defamation League a également critiqué l’incitation de Waters à boycotter Israël pour soutenir la Palestine dans des lettres adressées à d’autres musiciens. En réponse aux critiques de Thom Yorke de Radiohead sur ses opinions sur Israël, Waters a déclaré qu’il croyait que “le piquet de grève BDS existe pour faire la lumière sur la situation difficile du peuple occupé de Palestine“.

Vidéo sous titrée en plusieurs langues dont le français. Activez les sous titres et sélectionnez votre langue.

Avant son arrestation, Durak était membre du groupe musical Koma Sorxwîn et jouait également de la musique seule au centre culturel Mem û Zîn de Cizre, qui, jusqu’à sa récente démolition, était un lieu de rassemblement pour les Kurdes du sud-est de la Turquie. Cette partie du pays, ainsi que les régions voisines d’Irak, d’Iran et de Syrie, constituent le territoire géoculturel connu sous le nom de Kurdistan. Bien que les Kurdes y vivent depuis des siècles, ils ont été victimes d’oppression ces dernières années. De 1983 à 1991, il était illégal de parler kurde en Turquie et chanter en kurde était un délit passible de prison.

Au moment de l’inculpation de Durak en 2015, la Turquie avait assoupli ses restrictions sur la culture kurde tout en se méfiant des attaques du PKK. À la fin des années 80, le gouvernement du pays a réagi à ces attaques par une opération de police qui a conduit à l’arrestation de plus de 150 personnes, considérées comme terroristes par le gouvernement. Avec une surveillance accrue de la région, les autorités ont accusé Durak d’avoir passé des appels téléphoniques à des membres du PKK et d’avoir visité une adresse qui s’est avérée être une cellule du PKK. (Le ministère turc de la Justice n’a pas répondu aux multiples demandes de renseignements sur le statut de la peine de Durak). “Elle a été emprisonnée parce qu’elle a été faussement accusée d’être un danger pour la société turque, parce qu’ils prétendent qu’elle était une terroriste ou une sympathisante des terroristes“, dit Waters, qui a appris le sort de Durak par un ami qui l’a dirigé vers le reportage d’Al-Jazeera de 2015 sur elle.

Mon avocat m’a appelé et m’a dit que j’avais été condamnée“, a déclaré Durak dans le clip. “Il y avait un mandat d’arrêt contre moi. Je pensais qu’il plaisantait. Je me suis même moquée de lui. Malheureusement, c’était vrai. Et ce n’est pas quelques années de prison, c’est 10 ans et demi“. (Le clip rapporte par erreur que Durak a été condamnée simplement pour avoir chanté en prison, bien que son avocat affirme maintenant que ce n’était pas le cas. Sa peine a ensuite été allongée à 19 ans).

Roger Waters by Kamilah Chavis

L’avocat de Durak, Ali Çimen, a déclaré à Waters qu’elle n’avait pas été en mesure de se défendre correctement, affirmant qu’elle avait été condamnée, en partie, sur la base de l’enregistrement d’une écoute téléphonique qui constituait une “forte possibilité” qu’il s’agisse d’elle, mais non confirmée. Çimen a également affirmé que Durak n’était pas au courant d’une quelconque implication avec le PKK à l’adresse qu’elle a visitée. Les autorités lui ont dit qu’elles avaient commencé à enquêter sur elle après qu’elle ait accepté un message d’un membre du PKK alors qu’elle se produisait au centre culturel Mezopotamya, bien que la personne qui avait initialement dit qu’elle avait pris les messages se soit rétractée plus tard en disant qu’elle avait été forcée de faire une fausse déclaration, selon l’avocat de Durak.

Il semble tout à fait clair qu’il n’y a pas l’ombre d’une preuve pour soutenir la protestation du gouvernement selon laquelle elle est une criminelle violente“, dit Waters. “Il n’y a pas la moindre preuve pour soutenir ce point de vue. Elle n’a rien fait d’autre que d’apprendre aux enfants à jouer de la guitare et d’écrire et chanter des chansons sur sa patrie. C’est une Kurde.

Lors de deux procès, aux côtés de plus d’une douzaine d’autres accusés chacun, Durak a été condamnée à neuf et dix ans, respectivement, en lien avec une attaque terroriste qui a fait 18 morts. L’avocat de Durak déclare à Waters qu’en dépit du fait que personne ne s’est présenté avec des accusations contre elle, elle a été condamnée pour s’être trouvée au mauvais endroit au mauvais moment.

C’est choquant de réaliser qu’il existe encore des pays dans lesquels des musiciens qui veulent faire exactement la même chose que nous finissent en prison avec leur vie en danger“, dit Gabriel. “C’est à la fois un rappel des libertés que nous prenons pour acquises et de la responsabilité que nous avons de faire mieux connaître leurs histoires.

À la question de savoir ce que le citoyen moyen peut faire pour aider Durak, Waters répond : “C’est une très bonne question.Il y a un chœur là-bas, et ce chœur sera profondément concerné par la situation difficile de cette jeune femme, comme il est concerné par la situation difficile des personnes emprisonnées à tort, qu’elles soient politiques ou non, partout. Et ce chœur, de temps en temps, élève sa voix en harmonie.

Campagne internationale “Free Nûdem Durak”
Facebook | Twitter | Instagram | YouTube

Pour écrire à Nûdem :

Nûdem Durak
M Tipi Kapalı Kadın Cezaevi
Bayburt TURQUIE


Image à la Une : Roger Waters, United Center, Juillet 2017 Chicago, Illinois. Photo : Timothy Hiatt / Getty Images

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.