“Le parti est sur une pente abrupte. On s’est dit alors, poussons donc un peu. On est venu jusqu’à Ankara. Que le parti appuie sur la pédale, nous pousserons jusqu’à ce qu’il arrive sur le plat.”


Français | English | Türkçe Duvar

Mustafa D. est un homme d’une soixantaine d’années. Il est parti d’Osmaniye et est venu [à Ankara] pour participer au Congrès du HDP (Parti démocratique des peuples). Il prononçait ces mots entre applaudissements et slogans de dizaines de milliers de personnes, dans la salle de congrès, située juste en face de la Gare d’Ankara, devant laquelle 101 défenseurEs de la paix ont été massacréEs lors de l’attentat de Daesh, le 10 octobre 2015. Il résumait ainsi son positionnement aux côtés de son parti, et, en montrant du doigt la salle dans toute sa largeur, il continuait “Celles et ceux que tu vois là, sont tous venus pour leur parti. Plus l’Etat rend la pente abrupte, plus le nombre de ceux qui poussent augmente. Nous ne nous montrons pas entêtés contre l’Etat, nous disons à l’Etat de ne pas s’entêter. Que la paix revienne maintenant, ne vous entêtez pas, ça suffit, té ! “

Le 3ème congrès du HDP s’était déroulé il y a deux ans dans la même salle. Des dizaines de milliers de personnes venus de tous les coins de Turquie, s’étaient réunies ici, dans une période où des oppressions sévères, gardes-à-vues et arrestations régnaient déjà. Mais, cette fois, contrairement à la fois précédente, la police n’a pas confisqué le crayon, le chargeur, le rouge à lèvres, les écouteurs des gens, à l’entrée, mais s’est satisfaite de confisquer seulement les briquets. Par conséquent, contrairement à la fois d’avant, il a été plus facile d’accéder la salle après trois fouilles de routine.

Bien sûr, cela ne voulait pas dire que l’Etat laissait du mou. Déjà, lors des opérations policières qui ont débuté deux semaines avant le congrès, au moins 200 membres ou sympathisantEs du HDP avaient été misEs en garde-à-vue. Le dernier maillon des garde-à-vues fut, pour les 11 employés de l’entreprise qui s’occupait du son, et qui n’avaient aucun lien avec le HDP… Pendant que je rédigeais cet article, il n’était toujours pas clarifié, s’ils étaient arrêtés pour un volume trop haut ou trop bas…

La salle de congrès était remplie de personnes qui savouraient la joie d’avoir évité une vague de catastrophe. Mais, d’un autre côté, tout le monde était étonné. Alors, “plus l’Etat rendait la pente abrupte, plus le nombre de ceux qui poussent augmentait” donc.

Vraiment ce congrès pourra être enregistré l’initiative officielle la plus nombreuse et la plus enthousiaste depuis la fin du “processus de la résolution”. La plupart des foules était composées de celles et ceux qui, la veille, s’étaient entasséEs dans des bus, et qui sont venus du Kurdistan, en dansant le halay sur la route, et en ayant réussi à traverser les divers points de contrôle. Comme chaque groupe se ressourçait de la force de l’autre, il régnait dans la salle de congrès une confiance en soi, une détermination, dont nous n’avions pas témoigné depuis vraiment longtemps.

hdp congrès

LIRE AUSSI  Le HDP “parti pro-kurde”, refrain médiatique insupportable

Tout ce monde nous demandait il y a deux ans, à nous les journalistes, “que va-t-il se passer ?”. Cette fois, personne ne demandait, tout le monde s’exprimait. La majorité disait “nous allons vaincre”, certains disait, “si la paix s’instaure, ça veut dire que nous aurons vaincu”.

On peut affirmer que le HDP, à travers ce congrès, n’a pas seulement renouvelé un de ses co-présidents, mais a ravivé la confiance en soi. Lorsque les politiques, parlementaires, représentantEs de partis, une centaine, venuEs des pays européens, du Moyen-Orient et d’autres, furent invitéEs sur scène, j’étais en train de m’entretenir avec un vieux monsieur qui venait de Dersim. “Regarde, voilà, tant que nous restons debout, la solidarité internationale augmente” disait-il entre parenthèses, à tout ce qu’il exprimait.

Avec ce congrès, le HDP a changé un de ses coprésidentEs. Sezai Temelli est parti, Mithat Sancar est venu. Mais il apparait que le changement ne sera pas limité à un changement de co-président. Car, si on se base sur le discours de Sancar, le HDP souhaite lors de cette nouvelle période des changement de langage, de politique et de stratégie.

Le discours de Sancar était en vérité un appel à un processus de paix bien travaillé, dont la cohérence historique, sociologique et politique est bien établie, et dont le cadre conceptuel sera tissé avec précision.

Sancar, dans son discours, confirmait en réalité, le constat de Mustafa D. d’Osmaniye : “Quand j’ai vu la salle, un poème a traversé mon esprit. Malgré les difficultés, les menaces, des milliers de personnes se sont réunies ici. Des millions sont présents par leur coeur. Ceux qui pratiquent les persécutions doivent sans doute penser ‘comment donc, allons-nous en finir avec ce parti?’. La réponse est dans ce poème. ‘Et le bourreau s’est levé de son lit une nuit / Mon dieu s’est-t-il écrié qu’est-elle compliquée cette énigme ! / Plus ils meurent, plus les humains augmentent / Je me suis épuisé / A les tuer.'”1

Sancar, apparaissait en soulignant “nous devons instaurer un nouveau langage”, et comme s’il avait commencé à tisser celui-ci. Il avait fait intégré habilement son propos politique, les résolutions post-affrontements, sur lesquelles il avait travaillé en tant qu’universitaire, la comptabilité et le face-à-face du passé.

Alors, le propos seul, un “nouveau langage” sera-t-il suffisant pour arpenter la pente ? Si le HDP se satisfait du coup de pouce de sa base, et évite d’appuyer sur la pédale, pourra-t-il éviter le recul ?

L’atmosphère de la salle de congrès, démontrait que la base était déterminé à pousser son parti. Le HDP continuera-t-il à lutter contre les effets intérieurs et extérieurs qui le freinent, ou appuiera-t-il sur l’accélérateur, nous allons le voir ensemble.

İrfan Aktan


pervin buldan hdp
Pervin Buldan, née le 6 novembre 1967 à Hakkari, est une femme politique turque d’origine kurde. De 2018 à 2020, elle a été la co-présidente du Parti démocratique des peuples avec Sezai Temelli. Elle a été élue en candidate indépendante en 2007, comme députée d’Iğdır, ensuite réélue à nouveau pour des mandats suivants, et depuis 2018 députée d’Istanbul du HDP.
Elle est également l’une des fondatrices, en 2001, et actuelle présidente de Yakay-Der (en), une association dédiée aux disparitions non résolues dans le cadre du conflit kurde. Son propre mari, Savaş Buldan, fut enlevé, torturé puis tué en 1994 par les services turcs pour ses liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). En 2019, Pervin fut la cible d’une enquête pour “propagande terroriste” après avoir dénoncé l’invasion des régions kurdes de Syrie par l’armée turque.
mithat sancarMithat Sancar est né en 1963 à Nusaybin. Il est un professeur turc de droit public et constitutionnel, chroniqueur et traducteur. Depuis les élections générales de juin 2015, il est membre du Parlement turc pour le Parti démocratique du peuple (HDP). Mithat, est l’un des fondateurs de la Fondation des droits de l’homme basée à Ankara (TİHV) et de l’Institut des droits de l’homme (TİHAK). Il est venu à la politique sur la demande de Selahattin Demirtaş, un de ses anciens étudiants. Il a été élu en 2015, député de Mardin, et réélu en 2018. Il est actuellement vice-président de la Grande Assemblée nationale. Sancar a été accusé d’avoir insulté le Président pour avoir déclaré que le gouvernement turc était en partie responsable de l’attaque terroriste contre un rassemblement du HDP à Ankara et pour avoir également dit aux autorités qu’il fallait prévenir un conflit à Cizre. Puis il fut également poursuivi pour propagande en faveur du PKK parce qu’il a soutenu l’ouverture d’écoles kurdes.

İrfan Aktan a commencé le journalisme en 2000 sur Bianet. Il a travaillé comme journaliste, correspondant ou éditeur, à l’Express, BirGün, Nokta, Yeni Aktüel, Newsweek Türkiye, Birikim, Radikal, birdirbir.org, zete.com. Il fut le représentant de la chaîne IMC-TV à Ankara. Il est l’auteur de deux livres  “Nazê/Bir Göçüş Öyküsü” (Nazê/Une histoire d’exode), “Zehir ve Panzehir: Kürt Sorunu” (Poison et antidote : La question kurde). Il écrit actuellement à l’Express, Al Monitor, et Duvar.

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
Potete utilizzare e condividere gli articoli e le traduzioni di Kedistan precisando la fonte e aggiungendo un link, al fine di rispettare il lavoro di autori/autrici e traduttori/traduttrici. Grazie