Une année s’achève. La neige n’est pas au rendez-vous à Istanbul. Et l’hystérie anti Père Noël semble ne pas faire recette cette année. Les barbus sont occupés à croire ailleurs, sans doute.

Si votre bonhomme en rouge fait remonter le cours de la livre turque, c’est tant mieux.

S’il suffisait d’y croire…

Savez vous que des archéologues ont affirmé en octobre dernier avoir découvert le tombeau de votre Père Noël dans une ancienne église du district de Demre (Myra), au sud-ouest de la Turquie. « Nous allons creuser à cet endroit et peut-être allons-nous découvrir la dépouille intacte de Saint Nicolas », voilà ce qu’ils avaient dit. Je ne sais pas s’ils y ont aussi découvert la recette authentique du Coca Cola. Je ne demande qu’à y croire…

On nous a annoncé que les barbes avaient diminué de longueur en Syrie et en Irak proches, et que même le démarrage d’un processus de paix serait envisageable en 2018. J’ai cru comprendre que les premières réunions se tiendraient en Russie, à Sotchi. J’avais pourtant entendu dire que le Père Noël résidait en Norvège… et que les accords se concluaient à Genève. Ma géographie de la paix doit retarder d’une guerre. Mais, comment ne pas vouloir y croire ?

A force de croire tout ce qu’on nous raconte, on finit par ne plus croire à rien.

Et pourtant, si les centaines d’otages politiques dans nos prisons perdaient ce qui leur reste d’esprit de résistance, qui leur fait croire que demain sera jour de liberté et de justice, si les milliers de liquidéEs par décrets, cessaient d’avoir la conviction que hommes et femmes pourront un jour changer ce destin funeste en ne baissant pas les bras, si le migrant arrêtait son pas, fatiguéE, tous les incrédules que nous sommes deviendraient désespéréEs.

Alors, derrière la fausse magie de ces lumières de fin d’année, ne nous contentons pas de dire qu’on ne nous y reprendra plus. Ouvrir en même temps que les cadeaux un nouveau chapitre de “there is no alternative”, ne pourrait servir que nos maîtres et leurs dieux.

Une année nouvelle va commencer,  levons un verre, et regardons-le à moitié plein. Et c’est à nous de le remplir…

Meilleure année !


English: To believe or not to believe, that is… Click to read

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Mamie Eyan on FacebookMamie Eyan on Twitter
Mamie Eyan
Chroniqueuse
Tendresses, coups de gueule et révolte ! Billets d’humeur…