A Istan­bul, un atten­tat sui­cide a fait plusieurs morts et blessés. L’ex­plo­sion est sur­v­enue à la join­ture de la rue Balo et l’Avenue d’Istiklal autour de 11h00 (heure locale)

[vsw id=“iQm7bvX9iAs” source=“youtube” width=“640” height=“344” autoplay=“no”]

Est-ce parce qu’il s’agit d’Istanbul, et de l’emblématique rue Istik­lal, est-ce l’effet « som­met Turquie/UE », tous les médias aujourd’hui se sont fait le relai détail­lé de l’attentat.

Il faut dire aus­si, que, con­traire­ment à Ankara, il y a eu une com­mu­ni­ca­tion du Préfet d’Istanbul, qui a don­né des détails. 36 per­son­nes ont été blessées, dont sept se trou­veraient dans un état grave. Par­mi ces blessés se trou­vent 12 étrangers, dont les nation­al­ités seront pré­cisées ultérieure­ment. L’explosion a provo­qué pour le moment la mort de 4 vic­times. L’auteur de cette attaque a égale­ment été tué.

«C’est bien un atten­tat sui­cide, une attaque ter­ror­iste», a déclaré le Préfet. Selon lui, cet atten­tat visait un bâti­ment offi­ciel , «la sous-pré­fec­ture du quarti­er de Beyoglu».

Istan­bul avait, début jan­vi­er, con­nu un autre atten­tat, tuant douze per­son­nes, dont dix Alle­mands, et faisant 17 autres blessées, la plu­part égale­ment des touristes alle­mands. L’attentat sui­cide, près de Sainte-Sophie et de la Mosquée Bleue, quarti­er hyper touris­tique avait été attribué à un un ressor­tis­sant syrien de 28 ans, mem­bre de l’Etat islamique.

Mais, entre temps, deux autres atten­tats à Ankara, revendiqués eux par le TAK, le 17 févri­er et dimanche dernier, le 13 mars, ont été revendiqués pour « attir­er l’attention sur les crimes de l’armée turque au Kur­dis­tan Nord, et venger les morts de Cizre ». C’est en tous cas, l’explication que donne le TAK, pour expli­quer sa stratégie et ses objec­tifs.

Dans ces con­di­tions, le fait que tous les médias du monde entier, presse web, télé ou papi­er, en prenant à peine leurs pré­cau­tions, attribuent celui d’aujourd’hui au TAK égale­ment, n’étonnera per­son­ne. C’est presque le Préfet d’Istanbul qui fait fig­ure de mod­éré en pré­cisant, à l’heure où il est inter­venu, que « l’attentat n’était pas encore revendiqué ».

D’autres offi­ciels ne se sont pas cachés, eux, pour l’attribuer aux « ter­ror­istes »… ce qui ici peut paraître stu­pide, mais en Turquie et dans la bouche d’un min­istre, sig­ni­fie PKK.

Le régime n’a certes nul besoin de cette ter­reur pour jus­ti­fi­er le muse­lage de la presse, l’arrestation et l’emprisonnement des uni­ver­si­taires opposants, la mise en accu­sa­tion des par­lemen­taires du HDP, les vagues de perqui­si­tions et d’arrestations d’opposants poli­tiques, les procès con­tre les jour­nal­istes… La ter­reur, c’est lui qui l’orchestre.

Le gou­verne­ment n’a pas non plus l’utilité d’attentats sup­plé­men­taires pour accentuer les exac­tions, destruc­tions, meurtres sous état de siège au Kur­dis­tan Nord. Sa ter­reur méthodique, là aus­si, forte­ment tein­tée de relents géno­cidaires, ne sera pas ralen­tie par des explo­sions suicides.

Mais, il est vrai, que MIT, Daech ou stratégie rad­i­cale du TAK, con­courent à forg­er dans l’esprit des Turcs à l’Ouest, que la ter­reur, d’où qu’elle vienne, peut être con­damnée au nom de « l’unité de la nation turque ». En ce sens, l’opération « Sérénité de la Nation » menée à Diyarbakir, est perçue comme l’éradication du mal et de la vio­lence, main­tenus à dis­tance à l’Est.

C’est sans doute pour ramen­er la mal en plein coeur des métrop­o­les, que le TAK a revendiqué coup sur coup les deux dernières explo­sions. Celle de ce matin lui est donc attribuée d’office… Et désor­mais toutes les autres le seront sans aucun doute.

Abdülka­dir Selvi, auteur du jour­nal pro-AKP, Yeni Şafak, déclarait récem­ment qu’il fal­lait « désor­mais se faire à l’idée que d’autres atten­tats aient lieu », tout en désig­nant le « ter­ror­isme », comme nous l’écrivions plus haut.

On peut se ques­tion­ner, dans ces con­di­tions, sur qui tire le plus de crédit poli­tique pour son pro­pre compte, des explo­sions passées et à venir.

La seule chose qu’on pour­rait dire à Kedis­tan, c’est que pour ceux qui cher­chaient une bonne rai­son d’ap­puy­er une cam­pagne de boy­cott à l’en­con­tre de la Turquie, voilà des faits à fournir aux futurs can­di­dats touristes qui les dis­suaderont sans doute, au cas où les expli­ca­tions poli­tiques ne leur suf­fi­raient pas.


mehmet ozturk auteur attentat istanbulAjout du 20 mars :

A l’aide des enreg­istrements des caméras de sur­veil­lance, la police s’était con­cen­trée sur la présence sur les lieux de Mehmet Öztürk, (24 ans) qui n’avait pas de casi­er mais qui était fiché et recher­ché comme « per­son­ne dis­parue, liée au ter­ror­isme » (Daech). Le père a recon­nu que les images rel­a­tive­ment floues ressem­blaient bien à Mehmet. La famille pen­sait depuis longtemps que leur fils avait dis­paru en Syrie, mais il les avait prévenu récem­ment qu’il se trou­vait à Istan­bul. Après les résul­tats ADN, le père et le frère de l’auteur ont été mis en garde à vue à Antep.
Même si Daech n’a pas revendiqué l’attentat, l’identité de l’auteur étant con­fir­mée, tous les chemins vont à Daech… ou vers ceux qui l’instrumentalisent…


Pour celles et ceux qui veulent du factuel, voici le déroulé de ce matin :

11h12
Les ambu­lances et pom­piers arrivent sur le lieu d’explosion. La Police met l’avenue en cor­don de sécurité.

11h30
Les per­son­nes présentes sur les lieux lors de l’attentat témoignent d’un très impor­tant bruit d’explosion.

11h40
Des images com­men­cent à appa­raitre dans les médias et réseaux sociaux.

Istanbul

pho­to : DHA

 

Istanbul

pho­to : Evrim Kepenek

11h43
DHA, annonce 5 blessés dont un grave.

11h45
Le nom­bre de blessés atteint les 15 selon l’agence DHA. Les 5 blessés sont trans­férés à l’hôpital Hasek et les 10 à Şişli Etfal

12h00
Le Préfet d’Istanbul Vasip Şahin annonce offi­cielle­ment un bilan pro­vi­soire de 4 morts et 20 blessés dont 3 graves.

12h13
La cen­sure sur infor­ma­tion con­cer­nant l’attentat est mise en place comme d’habi­tude, bien que contournée…

12h28
Dif­fi­cultés de con­nex­ion sur Twit­ter et Facebook.

12h41
Min­istère de l’Extérieur d’Israël : “Des citoyens israëliens se trou­vent par­mi les blessés”.

12h44
Selon CNN, l’attaque a été réal­isée au milieu d’un groupe de touristes.

12h50
Le porte parole du gou­verne­ment, Numan Kur­tul­muş : « Nous allons con­tin­uer à notre vie quotidienne. »

12h57
Le Min­istre de l’Extérieur d’Iran con­damne l’attentat.

12h59
Le Con­sul d’Istanbul des Etats-Unis par tweet : « Nous sommes sous le choc et tristesse de l’explosion à Istik­lal. Nous parta­geons le deuil des familles qui ont per­du leurs proches et souhaitons bon rétab­lisse­ment aux blessés. »

13h01
Le Min­istre de l’Extérieur turc, Mevlüt Çavuşoğlu : « Le ter­ror­isme a mon­tré encore une fois son vis­age laid. »

13h06
Le Min­istre de San­té Mehmet Müezzi­noğlu : “Nous avons per­du 4 conci­toyens. Nous avons 36 blessés dont 7 graves. 12 des blessés sont des étrangers.”

Ses pro­pos « Nous avons per­du des vies, même si c’est des étrangers » sont très mal reçus. Réac­tions sur les réseaux sociaux.

13h15
Un respon­s­able de la sécu­rité déclare à Reuters : « Les pre­miers con­stats désigne comme auteur le PKK. L’auteur est mem­bre du PKK ou d’une autre organ­i­sa­tion liée au PKK. Le cible était la police mais il a com­pris qu’il n’allait pas attein­dre sa cible, il a pris peur et a fait explos­er sa bombe. »

Le TAK avait déclaré pour l’at­ten­tat d’Ankara de dimanche, que l’ex­plo­sion visait en fait une struc­ture offi­cielle, mais que la police les avait empêchés d’aller jusqu’au bout, ils s’ex­cu­saient donc pour la mort des civils. Du coup, les autorités du régime turc risquent de nous servir la même expli­ca­tion facile à chaque fois, pour désign­er le TAK ou le PKK…

Les médias français se basent sur cette déc­la­ra­tion non offi­cielle, et com­mentent donc : « L’attentat a été fait par le PKK ou par une branche radicale ».

13h20
Le Min­istère d’Extérieur d’Allemagne con­seille aux touristes alle­mands se trou­vant en Turquie de rester cloitrés.
Notons que cer­tains étab­lisse­ment alle­mands, comme le Lycée Alle­mand d’Istanbul et l’Am­bas­sade avaient été mis en con­gé, déjà hier.

13h21
Une réu­nion de som­met se pré­pare à l’office du Pre­mier Min­istre à Dolmabahçe.

13h38
Le HDP déclare : “Nous con­damnons l’attentat à la bombe à Istan­bul. Cet atten­tat comme celui d’Ankara est une attaque ter­ror­iste qui cible les civils.”

13h41
Toutes les sor­ties de l’Avenue d’Istiklal sont désor­mais fer­mées. Les per­son­nes sont exfil­trées des locaux.

Istanbul

13h48
La chaîne NTV annonce qu’une per­son­ne qui serait liée à l’attentat est arrêtée et mise en garde à vue.

14h13
CNN annonce qu’un des morts serait un enfant.

15h55
Le KCK (Koma Civakên Kur­dis­tan), Le groupe des com­mu­nautés du Kur­dis­tan, con­damne l’attentat par un long communiqué.

Selon ce que les médias reflètent, et d’après la déclaration de la Préfecture d’Istanbul, une explosion est survenue près de l’administration du district et à proximité du siège de la police. Bien que nous ne connaissions pas l’identité des victimes, les autorités annoncent 4 morts et celle de l’activiste.
L’identité de l’auteur et des victimes ne sont pas encore connues. Mais nous devons souligner que nous sommes contre le fait que des civils soient pris comme cibles et nous condamnons les actions les visant. Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes et souhaitons bon rétablissement aux blessés.
En tant que Mouvement de Libération kurde, nous menons par obligation, depuis 1984 une lutte de guérilla. Notre préférence stratégique a toujours été la résolutions du problème kurde par l’action démocratique et politique sur la base d’une démocratisation de la Turquie. Sur ce sujet notre insistance perdure. Cependant le pouvoir AKP a écarté du pied ces efforts de résolution démocratique du problème kurde, et a décidé d’écraser le Mouvement de Libération Kurde dans la violence. La sale guerre qui est menée aujourd’hui en Kurdistan et la résistance d’autonomie du peuple kurde a vu le jour, sur le refus du pouvoir AKP des efforts de résolution démocratique. La déclaration de résolution démocratique publiée unitairement par les élus de l’Etat avec le HDP le 28 février 2015, n’avait pas été acceptée par le Président de République Tayyip Erdogan. L“appel du Newroz” fait par le leader Apo, qui demandait la Paix et la résolution démocratique avait été refusé aussi. Et depuis le 5 avril 2015, l’isolement sévère a été infligé au leader Apo, vu comme l’acteur le plus raisonnable par l’opinion publique dans la résolution du problème kurde. Les élections du 7 juin qui avaient marqué une réussité pour les forces démocratiques, ont été considérées comme inexistantes, une guerre globale envers le peuple kurde a été déclenchée. Dans cette guerre, des centaines de civils ont été massacrées par l’armée et la police. Sans aucun doute, lors de ces affrontements, des centaines de soldats et guérillas ont aussi perdu la vie.
En tant que Mouvement de Libération kurde, comme nous ne préférons pas la guerre, sommes fortement contre la mort des civils. Les massacres des civils dans la guerre sont un délit de guerre. En tant que Mouvement de Libération kurde, à maintes reprises nous nous sommes engagés à respecter la Convention de Guerre de Genève. Nous avons mis notre signature à la convention de Guerre de Genève en 1994. Aujourd’hui, nous sommes encore fidèles à notre engagement. La guérilla qui mène la lutte de liberté respectera désormais cette convention. Malgré le fait que l’Etat turc, viole sérieusement le Droit de la guerre, les combattants de la liberté montreront toute leur attention afin de ne pas nuire aux civils dans la guerre.
Il faut être contre la mort des civils. Il faut être contre les actions et comportements qui prennent les civils pour cibles, peu importe de qui ils viennent.
Cependant, le fait que la presse turque, et les milieux politiques, ne se prononcent pas contre les agissements de la police et l’armée turques, qui tuent des centaines de civils indifféremment, enfants, femmes, personnes âgées, et se contentent d’en faire leur actualité, est aussi une preuve d’immoralité. Ceux qui sont légitimement contre les morts de civils, doivent être également contre le fait que l’Etat turc, massacre les civils, sans compter qu’ils soient enfants, femmes et personnes âgées et bombarde des lieux d’habitations. Le fait de dire que l’utilisation de la violence est du monopole de l’Etat, et ne pas se positionner contre le fait que le pouvoir AKP massacre des centaines de civils est faire preuve de manque de conscience et de morale politique. Aucun motif ne peut justifier la banalisation de la mort des civils. Sous cet angle, il faut être contre les attaques ciblant les civils, quels que soient leurs auteurs. Les forces internationales, sans se comporter en en renvois dos-à-dos, doivent également se positionner contre les morts de civils, quels que soient leurs auteurs.
En Kurdistan et dans le Moyen-Orient, le Newroz est en train d’être célébré.
Le Newroz est un jour de résistance des peuples contre les tyrans et pour la vie en fraternité. Que les milieux d’autorités et les forces politiques en Turquie, pour cette occasion de Newroz, fassent un pas pour la résolution du problème kurde et la démocratisation de la Turquie. Qu’ils déclarent que le problème kurde sera résolu avec des méthodes politiques et démocratiques, avec des négociations dans des conditions libres, en mettant en place un cessez le feu et en levant l’isolation de leader Apo.
Quand cela se fera, la Turquie sera le pays le plus démocratique et libre du monde. Un Moyen-Orient et une Turquie libres et démocratiques, basés sur la fraternité des peuples, présente dans l’esprit de Newroz, seront une réalité.

Ce com­mu­niqué méri­tait à lui seul une tra­duc­tion com­plète que nous venons de faire, car il s’ag­it d’une prise de posi­tion poli­tique impor­tante de la part du KCK.

15h43
Min­istère de San­té : « Il y a 12 étrangers par­mi les blessés. 3 israéliens, un islandais, 2 irlandais, et une per­son­ne de Dubai et une d’Iran.

16h23
Le jour­nal Karar annonce que lors de l’attaque, une per­son­ne dont les ini­tiales sont M.Ö. enreg­istrée comme mil­i­tant de Daech aurait fait le guet. Selon le jour­nal, les forces de sécu­rité, ont inter­cep­té sur les lieux d’attentat, un sig­nal provenant de M.Ö.

17h10
Un‑e des blessés décédés à l’hôpital et un‑e ressortissant‑e d’Israël. (Déc­la­ra­tion offi­cielle), une autre iranien-ne (Reuters)

18h45
L’av­enue d’Is­tik­lal a été réou­verte aux pié­tons, 8 heures après l’attentat.

19h10
Dernière mise à jour d’infos offi­cielles sur les blessés : 39 blessés dont 15 turcs et 29 étrangers. 9 d’entre eux ont quit­té l’hôpital, 7 sont en état grave.

19h25
La cen­sure sur l’information a été levée.

19h45
Asya, le bébé de 2,5 ans, blessé durant l’attentat, est sor­ti d’une opéra­tion mais son état est tou­jours critique.

20h50
Le jour­nal Karar, avait pub­lié à 16h23, une thèse sur M.Ö. qui aurait servi de « guet­teur ». Il pub­lie cette fois que la Police, appro­fondis­sant les don­nées sur les lieux de l’attentat, a obtenu le nom de Mehmet Öztürk et a fait con­firmer son iden­tité à ses par­ents rési­dant à Gaziantep, grâce à des enreg­istrements visuels. Mehmet Öztürk serait donc l’auteur de l’attentat.

Mehmet Öztürk ne pos­sède pas de casi­er mais cer­taines per­son­nes de sa famille sont enreg­istrés par la police comme proches de Daech.

Un autre piste est suiv­ie par­al­lèle­ment : Savaş Yıldız, 33 ans. Les frères de Savaş seraient actuelle­ment en Syrie. Des échan­til­lons de DNA ont été recueil­lis sur son père en vue d’i­den­ti­fi­ca­tion formelle. Celui-ci réside à Adana. Les résul­tats des tests seront disponibles dans 5 heures.

Savaş Yıldız était déjà mis en cause, con­cer­nant l’attaque à la bombe au meet­ing du HDP à Diyarbakir, avant les élec­tions de juin 2015. Il était soupçon­né d’avoir déposé la bombe et de s’être réfugié ensuite en Syrie.

Toutes les pistes mènent donc vers Daech, mais surtout vers les men­songes qui nous ont été déver­sés depuis juin 2015, et toutes les ques­tions qu’on est en droit de se pos­er sur la libre cir­cu­la­tion de ces indi­vidus sur le ter­ri­toire turc.

Tous les médias occi­den­taux vont en être pour leur frais, si cette piste s’avère une réalité.

Il n’empêche que cet atten­tat tombe à pic pour faire oubli­er les crimes de guerre qui se sont déroulés à Yük­seko­va aujour­d’hui même.

21h10
Les com­merçants de Bey­oğlu ont déposé des oeil­lets rouges sur les lieux de l’attentat.

Nous n’avons pas peur.
Nous sommes là.
Nous ne nous habituerons pas.
Com­merçants de Beyoğlu.

 


Arti­cle mis à jour régulièrement.
Si vous ne voyez pas les mis à jour, videz SVP le cache de votre navigateur.


Traduit et rédigé par Kedistan
Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit mag­a­zine qui ne se laisse pas caress­er dans le sens du poil.