Özgecan Aslan, jeune fille de 20 ans assassinée sauvagement à Tarsus le 11 février 2015, était devenue depuis, le symbole de tous les meurtres de femmes en Turquie.

La troisième audience du procès des trois meurtriers d’Özgecan était prévue pour le vendredi 4 décembre.

Toutes celles et ceux qui se battent contre les violences faites au femmes, retenaient leur souffle en attendant le verdict.

Pas de confiance à la Justice ! Non. Car elle avait de nombreuse fois fait la preuve qu’elle était au service du patriarcat en rendant des verdicts contestés, en faisant profiter les agresseurs, violeurs et assassins d’improbables réductions de peines, pour bon comportement, ou pour le fait d’avoir mis une cravate, ou de s’ être adressé poliment au Juge…

Nous n’avons pas oublié combien de décisions de justice ont été : moins de prison pour les violeurs “respectables”,  ou acquittement pour celui qui disait “je l’ai battu comme d’habitude, cette fois-ci elle est morte“… Nous n’avons pas oublié que certaines femmes désemparées ont préféré mourir, comme Aysun Altay, en silence, d’autres en se défendant et tuant leur bourreau comme Çilem

Non, pas de confiance à cette Justice. Alors, souffles retenus…

Aujourd’hui, pour Özgecan, la Justice a tranché : Perpétuité alourdie pour les trois accusés.

La salle d’audience a tremblé par les applaudissements.

Perpétuité pour Suphi Altındöken qui avait enlevé Özgecan, son père Necmettin Altındöken et son ami Fatih Gökçe. Aucune réduction de peine. De plus Suphi et Fatih, les violeurs, ont écopé respectivement de 27 et 24 ans de prison, la peine maximum demandée. 

Gülsüm Kan a fait une déclaration au nom de la “Plateforme Halte aux féminicides” (Kadın Cinayetlerini Durduracağız Platformu) : « L’Assemblée Nationale et la Nouvelle Ministre de famille doivent se baser sur le procès d’Özgecan et reformer les lois concernant les assassinats de femmes/ Nous demandons que la justice dont nous avons vu la preuve aujourd’hui, ici, soit valable pour toutes celles qui sont assassinées. » et a ajouté « Notre prochaine étape sera d’aller à l’Assemblée Nationale ».

compteur-femmes-mortes-anit-sayac-ÖzgecanNous avons vu donc la Justice peut le faire quand elle veut. Ou quand elle se sent obligée de rendre un verdict digne de ce nom, pour un procès si médiatisé… N’oublions pas que des Özgecan, il en existe des centaines dont on ne connait ni l’histoire ni le visage, qui ne paraissent pas dans les journaux, à la télé. Rien que pour 2015, à ce jour, elles sont 258. Leurs noms sont sur le monument compteur. Et le compteur tourne.

Nous ne les oublions pas. 

 


Ajout du 29 septembre 2017

La Cour de cassation avait annulé la peine de 24 ans de prison de Fatih Gökçe, l’assassin de Özgecan, sous prétexte de “manque de preuves”. Le 29 septembre le Tribunal a condamné l’assassin, a une peine de 22 ans et 6 mois de prison.


Traductions & rédaction par Kedistan. Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Naz Oke on EmailNaz Oke on FacebookNaz Oke on Youtube
Naz Oke
REDACTION | Journaliste
Chat de gouttière sans frontières. Journalisme à l'Université de Marmara. Architecture à l'Université de Mimar Sinan, Istanbul.