Procès des frontières • 7 personnes accusées de solidarité

frontières

Le procès des frontières ! 7 personnes sont accusées d’avoir participé à la marche du 22 avril dans les Alpes (Briançon) contre Génération Identitaire. Elles comparaitront le 8 novembre, au tribunal de Gap, pour aide au passage à des personnes en situation irrégulière, “en bande organisée” et risquent 10 ans de prison. Dans le même temps, le refuge autogéré de la frontière franco-italienne “Chez Jesus” (Clavière) est menacé d’expulsion.

Organisons les comités de soutien !
Ne laissons faire ni les politiques anti-migratoires, ni la répression politique et judiciaire en cours !

Vous pouvez participer à cette vague de soutien partout où vous êtes !

• Comités de soutien : Plusieurs comités de soutien s’organisent actuellement en Suisse, France, Italie, Grèce…

• Déclarations de soutien : En France, des textes de soutien ont déjà été rendus publics par des collectifs. Vous pouvez vous y joindre…

• Venir sur place : TouTEs celles et ceux qui veulent à venir sur cette frontière, sont invitéEs, lors des rassemblements internationaux, comme les Campings Passamontagna, ou encore à tout moment.

• Le procès du 8 novembre à Gap : Beaucoup de villes s’organisent pour des départs collectifs ce jour là.

• Rester connectéEs : C’est aussi possible d’adresser des listes de diffusion pour celles et ceux qui souhaitent rester informéEs. Contactez :  mars3plus4debriancon@riseup.net


Solidarité avec les exilé.es dans les Alpes du Sud

Situation à la frontière Claviere-Montgenèvre-Briançon

15 mars 2018 : “Chez Jesus” un refuge autogéré naît sur la frontière alpine entre l’Italie et la France. Depuis la nasse policière qui s’est refermée sur la frontière franco-italienne à Vintimille, des dizaines de personnes tentent le passage des Alpes du Sud, essentiellement par la station de ski transfrontalière de Claviere/Montgenèvre. Cet hiver, plusieurs sont mortes dans cette traversée des montagnes enneigées. D’autres ont été grièvement blessées. Certaines ont alors trouvé refuge dans la crypte de l’Eglise de Clavière, côté italien de la station, à quelques mètres du poste frontière français : “Chez Jesus” est né, refuge autogéré des exilé.es de passage, qui s’y réchauffent et s’y informent des dangers de la montagne. Avant la traversée.

22 avril 2018 : “Chez Jesus” est le point de départ d’une manifestation jusqu’à Briançon, qui redonne un sursaut à nos convictions antifascistes. 300 personnes originaires de plusieurs pays partent du refuge de Clavière et traversent la frontière, en réponse à la présence très médiatisée de Génération Identitaires au Col de l’Echelle depuis quelques jours. Ces derniers tentent d’entraver la traversée des exilé.es : ils brouillent la signalisation des chemins, livrent des exilé.es à la police et pistent les solidaires jusque devant leur maison. En toute impunité.

Mais au printemps, porte ta croix ! Suite à cette marche, à laquelle se sont spontanément joints des exilé.es, 3 personnes solidaires sont arrêtées, accusées d’”aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière”, avec la circonstance aggravante de la “bande organisée”, et incarcérées à la prison des Baumettes. L’Etat se rebiffe contre la présence, non des Identitaires, mais de celles et ceux qui dénoncent la militarisation des Alpes et la chasse à l’homme de plus en plus intense de la police française à l’encontre de celles et ceux qui fuient massivement les camps d’Italie.

Car c’est la frontière, plus que la montagne, qui tue. Ces guet-apens, souvent nocturnes, par des équipes de 10 à 18 gendarmes, se soldent par des passages à tabac, le racket, le refoulement des personnes vers l’Italie, qu’il neige ou qu’il vente… et parfois la mort : le 7 mai 2018, Blessing, jeune femme nigériane, décède noyée dans la Clarée, après avoir tenté d’échapper aux policiers à ses trousses dans la nuit. Ce sont les solidaires de “Chez Jesus” qui retrouvent l’identité de Blessing et les témoins de son homicide. Elle ne sera pas la “jeune femme noire anonyme” que veulent enterrer police, procureur et médias. “Chez Jesus” s’organise et dénonce toujours plus fort les violences dont il est témoin, les dispositifs meurtriers de la politique anti-migratoire dans les Alpes et les idéologies qui les gouvernent.

Juillet 2018 : fascistes, Etats et curés se mettent de mèche contre le refuge. La présence du refuge “Chez Jésus” dérange, l’Etat français, italien, les fascistes qui ne supportent pas de voir des noir.es et aussi l’économie de Clavière, station de ski l’hiver et terrain de golf l’été, dont l’image luxueuse est remplacée par cette réalité dérangeante faite de refoulements et d’exilé.es en attente dans la station. Des fachos attaquent le refuge. Parallèlement, le Préfet et l’Eglise déposent plainte pour occupation illégale, afin de faire évacuer le lieu. Chez Jesus est aussi devenu la cible de Salvini (chef du gouvernement italien d’extrême-droite), en campagne pour les élections régionales, sur le dos des migrants.

Juillet 2018 : “les 3 de Briançon” deviennent 7. Car côté français, le procureur de Gap resserre aussi l’étau: 4 autres participants à la marche antifasciste du 22 avril sont arrêtés. Eux aussi seront jugés au tribunal de Gap le 8 novembre prochain. Parce qu’ils refusent de faire le jeu de la police (ficher, trier, entraver les exilé.es), les “3 + 4” sont accusés de faciliter le passage des exilé.es en France. Parce qu’ils soutiennent publiquement la liberté de circulation, ils sont accusés d’exiger une “contrepartie politique” à leur aide (ce qui serait aussi condamnable que le passeur qui monnaie le passage). Parce qu’ils s’auto-organisent selon des pratiques horizontales et libertaires, ils sont accusés de “bande organisée”.

Pour rejoindre la campagne de soutien des “7 de Briançon” : mars3plus4debriancon@riseup.net

Pas d’expulsion “Chez Jesus” !

“Chez Jésus”, chaque personne de passage a trouvé une porte ouverte sur des permanences d’informations, des assemblées d’organisation où la parole est entendue quelle que soit sa langue, des repas conviviaux, des ateliers de construction de mezzanines pour préparer l’hiver, des idées de rassemblements, dont les fameux Passe-Montagnes, pour continuer à revendiquer des Alpes libres et accueillantes, et trouver des moyens de se battre ensemble contre l’invisibilisation des personnes obligées de traverser cette frontière en clandestinité, cette frontière pourtant franchissable sans problème par les touristes et les marchandises.

Ce lieu à la croisée des chemins d’exil est international et vit avec les énergies de toutes et tous. Mais, parce qu’il est international, il est aussi notre énergie ! C’est pourquoi un appel est lancé dans plusieurs pays d’Europe pour soutenir le refuge “Chez Jesus” et refuser son évacuation.

Le soutien peut être immédiat, en allant dès à présent sur place soutenir le lieu et ses habitant.es.

Mais aussi, où que tu sois, tends l’oreille !

Le lendemain de l’alarme, à 18h :

Nous nous retrouverons dans plusieurs villes d’Europe
pour manifester notre refus de laisser expulser Chez Jesus !

Et notre revendication d’ouvrir la traversée des Alpes aux exilé.es !

A Marseille RDV le jour suivant l’expulsion à 18h à (lieu à venir).

frontières

KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts