L’Anadolu Agency (AA), équivalent d’AFP, mais très “la voix de son maître” en Turquie, relate la visite officielle de chantier du pont Yavuz Sultan Selim à Istanbul, par Erdogan et sa cour.

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan et le premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, ont participé, dimanche, à la cérémonie d’installation du dernier tablier (plate-forme) du troisième pont d’Istanbul, Yavuz Sultan Selim. Erdogan a rappelé que, le 29 mai 2013, date de lancement du projet, certains « n’y croyaient pas » en la réalisation de ce pont.

Il a poursuivi : « Nous avions dit que nous réunirions l’Asie et l’Europe, grâce au pont Yavuz Sultan Selim et que ce serait le message le plus retentissant que nous adresserions à la communauté mondiale. En de telles circonstances, seuls ceux qui sont capables de voir grands, peuvent mener à bien d’aussi grands projets ». Erdogan a rappelé par ailleurs “qu’aucun pont suspendu n’est aussi long que Yavuz Sultan Selim”. Le ministre turc des transports présent, a rappelé que l’inauguration du pont était prévue pour le mois d’août courant.

Le président turc s’est félicité des nombreux projets turcs achevés, tel que, le Marmaray [tunnel ferroviaire sous le Bosphore, reliant les rives Asie-Europe du détroit du Bosphore] et en cours, tel que, le tunnel Eurasia [tunnel routier sous le Bosphore] dont l’inauguration est prévue en fin d’année 2016.

Pour sa part, le premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a déclaré :

Nous sommes face à un tableau qui nous honore, Istanbul sera débarrassée d’un important fardeau grâce à ce pont. Istanbul, avec trois ponts, deux tunnels souterrains [ Eurasia et Marmaray], et le projet Melen à venir, sera une ville dotée de 6 voies lui permettant de relier l’Europe et l’Asie. Ceci est un projet important pour les générations à venir. » “Alors que d’importants investissements se sont arrêtés à travers le monde avec la chute de la croissance économique, la Turquie est le seul pays qui a su poursuivre ses investissements au même rythme.

Source : AA

Voilà donc la “Nouvelle Turquie”, version économie d’ampoule AKP… Alors que les “grands espaces commerciaux” ouvrent et ferment d’un quartier à l’autre, à Istanbul ou Ankara, détruisant et défigurant au passage des secteurs entiers des métropoles, chassant les populations ailleurs, en faisant grimper charges et loyers, quand ce n’est pas en faisant disparaître tout simplement leurs logements. Istanbul, déjà saturé par la circulation routière, va voir des arrivées supplémentaires l’engorger.

Ce pont détruit à lui seul, des deux côtés du Bosphore, tout un environnement, et le livre au bitume et au béton, aux échangeurs et nouveaux espaces urbains, sans vie sociale.

La “Turquie moderne” réunit à la fois la bigoterie la plus crasse, un pouvoir centralisé et autoritaire quasi fascisant, et un capitalisme sauvage, dont le seul contrôle s’opère par la corruption à tous les étages…

C’est sur ce triptyque que l’AKP bâtit son influence politique, censure et restrictions des contre pouvoirs en sus, justice quasi entièrement aux ordres.

Ces “projets” gouvernementaux accompagnent celui d’une Turquie qui renouerait avec la puissance d’antan, influence politique, économique et islamique réunies. C’est une ambition à la “mesure” d’un Erdogan.

Et rappelons, que ces “bétonnage”, “croissance”, “corruption”, s’étendent à la Turquie entière, et rencontrent des résistances, fort heureusement.

“aucun pont suspendu n’est aussi long que Yavuz Sultan Selim” a répété le Calife, avant de s’envoler pour l’Europe, où l’attendent ses financiers ce lundi 7 mars.


Traduit et rédigé par Kedistan
Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.