Les mythes et les mensonges abondent dans la presse turque et arabe à propos des entreprises régionales de la Turquie, nourrissant des exaltations et des peurs exagérées.

Nous traduisons pour vous un excellent article signé Fehim Taştekin paru le 1 févr.2021 sur Al-Monitor en anglais et en turc.


Les entreprises régionales de la Turquie, stimulées par la nostalgie ottomane, lui ont valu un front arabe hostile dirigé par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte. Bien que les ambitions de la Turquie ne se soient guère traduites par une réussite, elles ont alimenté une pléthore de mythes et de mensonges dont les Turcs et les Arabes se nourrissent.

Dans ses commentaires sur les questions régionales, le président Recep Tayyip Erdoğan évoque souvent les traités qui ont conduit à la désintégration de l’Empire ottoman ou évoque l’héritage ottoman en promettant, par exemple, la citoyenneté turque aux Turcs libanais ou en parlant d’ un million de Turcs de souche en Libye . Pour beaucoup dans le monde arabe, de telles déclarations indiquent que les Turcs ont des projets sur les terres arabes et envisagent un retour. Les cartes d’une “Grande Turquie” diffusées par des personnalités proches d’Erdoğan n’ont fait qu’alimenter les soupçons.

La presse turque contrôlée par Erdoğan a également attisé les craintes arabes en commercialisant les mouvements régionaux d’Ankara avec une forte dose d’hyperbole et de fanfaronnades nationalistes. Les commentateurs pro-gouvernementaux estiment que la défense des frontières turques commence en Méditerranée, dans le golfe Persique et dans l’océan Indien, se vantant que la Turquie construit des lignes de défense sur trois continents. De nombreux journalistes arabes brossent également un tableau exagéré de la Turquie et de ses capacités, mais de manière alarmiste. De l’optique des deux côtés, la Turquie ressemble à un Léviathan envahissant une vaste région – de la Syrie, l’Irak, le Liban, la Palestine et le Yémen à la Libye, la Somalie, Djibouti, l’Éthiopie, le Mali et le Sénégal. En utilisant la même boîte à outils, les deux parties attisent l’hostilité et trompent leurs publics respectifs.

Il y a plusieurs années, par exemple, les organes de presse pro-gouvernementaux turcs ont salué la décision du Soudan de louer son île de Suakin à la Turquie comme un développement qui “change profondément l’équilibre” en mer Rouge. Bien qu’il n’y ait pas encore de base turque, ils ont relié l’île aux bases turques du Qatar et de la Somalie pour célébrer un “triangle turc” dans la mer Rouge, le golfe Persique et l’océan Indien. Les mêmes médias, cependant, ont négligé de donner suite à l’histoire, à savoir comment les ambitions turques sur Suakin se sont effondrées après le renversement du président soudanais Omar el-Béchir en 2019. Suite au coup d’État, le chef de la direction militaire a été rapide pour affirmer que Suakin était une “partie inséparable” du Soudan.
“Sa valeur ne peut pas être mesurée avec un prix matériel. Son histoire ne peut être vendue”, a-t-il déclaré. Cette déclaration a dû être un soulagement pour la presse égyptienne, qui avait affirmé que la Turquie utiliserait Suakin pour renverser le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, un ennemi d’Ankara depuis l’éviction des Frères musulmans en 2013.

Un nouvel ajout aux mythes, The Arab Weekly a rapporté le 26 janvier que la décision d’Ankara de prolonger le mandat des forces navales anti-piraterie dans le golfe d’Aden, les eaux somaliennes et la mer d’Oman faisait partie de son “programme de déstabilisation” au Yémen. et la Corne de l’Afrique. Selon le journal, la Turquie a cherché des positions en Somalie et à Djibouti dans le but de faire obstruction aux intérêts des pays du Golfe et de contrôler le trafic commercial dans la corne de l’Afrique en prenant le contrôle des ports du détroit de Bab al-Mandeb en Somalie, au Somaliland et à Djibouti.

En réalité, rien n’indique qu’Ankara surveille les ports de Djibouti et du Somaliland, même si des entreprises turques exploitent l’aéroport international et le port maritime de la capitale somalienne. La Turquie n’a parlé que de l’établissement d’un centre commercial à Djibouti, où l’Arabie saoudite, la Chine, la France et les États-Unis ont acquis des bases militaires . Quant au Somaliland séparatiste , la Turquie y a ouvert un consulat en 2014, mais les Émirats arabes unis ont été la puissance régionale essentielle courtisant le Somaliland, avec l’ Égypte apparemment en remorque.

L’Arab Weekly accuse également la Turquie d’avoir sapé les efforts de stabilisation saoudiens au Yémen afin d’atteindre ses objectifs stratégiques au détriment du chaos continu. La Turquie est également accusée d’étendre les opérations de renseignement au Yémen sous le couvert de missions d’aide humanitaire et d’aider les affiliés des Frères musulmans à prendre le contrôle de la province riche en pétrole de Shabwa et à y construire un port maritime, le tout pour faire avancer ses propres intérêts.

Des rapports antérieurs de The Arab Weekly affirmaient que les Houthis et la Fraternité se sont entendus pour saisir Bab al-Mandab avec le soutien de la Turquie et que la Turquie a fourni des drones et formé des éléments des Frères musulmans au Yémen.

Toutes ces affirmations semblent être des réalisations exagérées attribuées à la Turquie. S’ils étaient authentiques, Erdoğan n’aurait guère manqué l’occasion de se vanter d’eux. Les rivaux régionaux ont souvent essayé de se trébucher et leurs rivalités se sont transformées en inimitié, mais les victoires de la Turquie n’ont pas été si grandes.

Pour d’autres, comme l’ancien diplomate égyptien Ramzy Ezzeldin Ramzy , la poursuite de la position militaire de la Turquie au Soudan, en Somalie, au Qatar et en Libye fait partie d’une politique d’encerclement de l’Égypte . Beaucoup pensent que les ambitions de la Turquie en Libye ne se limitent pas à ce pays mais s’étendent à ses voisins et au-delà.

Pour le chroniqueur d’Asharq al-Awsat, Abdulrahman Al-Rashed, la Turquie est une menace pour pas moins de 15 pays arabes. “Les Turcs en Libye sont la plus grande menace pour l’Égypte depuis les accords de Camp David”, a-t-il écrit. “La Turquie utilisera la Libye pour faire chanter les Européens et menacer l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie et le Soudan. La prochaine guerre de la Turquie aura lieu au Yémen“.

Le soutien d’Ankara aux Frères musulmans maintient les tensions vivantes. Hanna Saleh, d’Asharq al-Awsat, pense que la Turquie s’appuie sur le néo-ottomanisme pour construire “un croissant des Frères musulmans en parallèle du croissant persan”. Pour son collègue chroniqueur Saleh al-Qallab, Erdoğan “a pratiquement prêté allégeance aux Frères musulmans”. Sur la base de l’expérience, cet auteur rétorquerait que l’allégeance d’Erdoğan est à ses seuls intérêts. Depuis le printemps arabe, la Fraternité est en effet devenue un outil d’influence politique pour Erdoğan, mais son pragmatisme signifie qu’il pourrait bien leur montrer la porte du coin.

Mis à part le règlement des comptes sur la Fraternité, les efforts de la Turquie pour étendre son influence à travers des liens économiques, politiques et militaires peuvent difficilement être réduits ou expliqués comme une animosité envers l’Égypte. Les liens étroits de la Turquie avec le Soudan sous Béchir ou le rapprochement avec l’Éthiopie au milieu de la querelle de partage de l’eau de cette dernière avec l’Égypte auraient en effet pu ressembler à un encerclement au Caire. Et en effet, l’Égypte manque d’un véritable levier dans de nombreuses régions auxquelles la Turquie s’est adressée. Pourtant, l’Égypte a le dessus pour atteindre les Arabes dans les régions où les intérêts sont conflictuels. Encercler l’Égypte dépasse tout simplement la capacité de la Turquie.

Dans un climat où tout contact politique, commercial ou humanitaire est vu comme un mouvement de conquête d’un côté et d’invasion par l’autre, le combat est devenu inévitable. La partie turque est venue chercher une main saoudo-émiratie derrière toute attaque terroriste ou piraterie visant les intérêts turcs. En juin, par exemple, le quotidien Yeni Şafak, un favori d’Erdoğan, a clamé: “Les Emirats attaqueront la Turquie en Somalie.” Selon le journal, “les Emirats ont jeté un œil sur la Somalie après avoir subi une lourde défaite en Libye. Son objectif est de ramener [la Somalie] dans le chaos après que le pays africain ait atteint la stabilité avec le soutien de la Turquie. Ainsi, il prendra également sa revanche sur la Turquie. Abu Dhabi, qui avait tenté un coup d’État en Somalie en 2018, incite désormais au terrorisme via le Somaliland et le Puntland autonomes”. Le même journal a affirmé qu’après Bashir, le Soudan avait collaboré avec l’ Égypte et Israël pour freiner la présence turque dans la mer Rouge.

Afrique turquie turkey

La notion de néo-ottomanisme peut être une source de motivation pour Erdoğan, mais c’est désormais un fantasme sans fondement. Les mesures d’Erdoğan pour étendre l’influence turque au Moyen-Orient ne sont guère le produit d’une stratégie globale et bien pensée, soutenue par les moyens et capacités correspondants, comme le décrivent les médias turcs et arabes. De plus, il est peut-être à court de munitions sur ce front, car il s’est récemment tourné vers la renaissance des liens avec l’Union européenne .

La Turquie est dans une impasse en Syrie malgré son renforcement militaire là-bas, est incapable de garantir l’avenir de ses accords de coopération militaire et de démarcation maritime avec le gouvernement libyen basé à Tripoli et est de retour à zéro dans ses relations avec le Soudan. L’importance de sa base au Qatar est appelée à diminuer à mesure que Doha répare les clôtures avec ses voisins, tandis que celle de Somalie devient un problème de polarisation dans la politique somalienne. Au Yémen, Erdoğan était si pro-saoudien au départ qu’il a préconisé l’intervention, mais les relations bilatérales se sont détériorées depuis, le prince héritier Mohammed ben Salmane étant au centre des retombées. Pourtant, Erdoğan est resté respectueux envers le roi Salman et a cessé de parler du Yémen, une question sur laquelle la Turquie n’a pas de politique globale.

Les Saoudiens bénéficient d’un vaste réseau en Afrique et ont même un ministre en charge des relations avec les pays africains. Le roi Salman a parrainé la paix entre l’Érythrée et l’Éthiopie en 2019. L’influence saoudienne sur les États riverains de la mer Rouge et du golfe d’Aden est incontestable.

Dans son positionnement en Afrique, la Turquie a principalement voulu contrer la France et a souvent commis des erreurs comme soutenir le conseil électoral controversé lors des prochaines élections en Somalie et se précipiter pour visiter la junte militaire après le coup d’État au Mali en septembre.

L’ambition de la Turquie était de devenir un centre économique dynamique entre les continents, mais elle a fini par être un port pour les groupes à problèmes, les exilés et les fugitifs. Et les bases turques à l’étranger sont un cadeau du désespoir des pays d’accueil. Ils sont tenus de devenir litigieux à mesure que les raisons du désespoir diminuent.

L’écart entre les ambitions et les capacités de la Turquie se creuse, tout comme l’écart entre sa rhétorique et les réalités sur le terrain. Malgré tous les grands discours, le volume du commerce de la Turquie avec l’Afrique reste à quelque 21 milliards de dollars.

 


Fehim TaştekinFehim Taştekin

Journaliste d’investigation et chroniqueur de Turquie, il a écrit pour Radikal et Hürriyet et continue d’écrire pour Al Monitor, Turkey pulse. Il a aimé l’émission “Sınırsız” (sans frontières) sur IMC TV, chaîne de télévision interdite et fermée par le régime. Excellent analyse, il est spécialisé dans la politique étrangère turque et les affaires du Caucase, du Moyen-Orient et de l’UE. Il a écrit plusieurs livres, notamment “Rojava : Kürtlerin Zamanı” (Rojava : Le temps des Kurdes), livre interdit… Il est également fondateur et rédacteur en chef de l’Agence Caucase. Sur Twitter : @fehimtastekin

Traductions & rédaction par Kedistan. Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Auteur(e) invité(e)
Auteur(e)s Invité(e)s
AmiEs contributrices, contributeurs traversant les pages de Kedistan, occasionnellement ou régulièrement...