Kedis­tan aura trois années d’ex­is­tence en octo­bre. Et si une des raisons de cette exis­tence tient aus­si à notre intérêt pour les richess­es cul­turelles et humaines de la mosaïque des peu­ples de “Turquie”, nous ne sommes pas les seulEs à nous y attach­er. La preuve par Francesca Dal Chele…Nous ne pou­vons pas cepen­dant avoir une con­nais­sance exhaus­tive de tout ce qui paraît dans ce domaine. Vous l’au­rez remar­qué, nous fonc­tion­nons davan­tage au “coup de coeur” et à la curiosité.

Et chaque fois que quelque chose nous tire la tête hors des nuages noirs qui s’ac­cu­mu­lent, nous ne dis­ons pas non…

Nous avons décou­vert le tra­vail pho­tographique de Frances Dal Chele un peu par hasard, par une recherche sur le web, pour les besoins d’un arti­cle con­cer­nant Ahmet Altan. Ce dernier a en effet écrit l’a­vant-pro­pos d’un livre de pho­togra­phies paru en 2012, inti­t­ulé “du Louk­oum au Béton”.

Dif­fi­cile de ne pas s’in­téress­er de près à ces pho­togra­phies qui ont presque toutes déjà près de 10 ans. D’une part parce que nous avions voy­agé aus­si en par­tie dans ces mêmes lieux dans le milieu de ces années 2000, et avions ressen­ti les mêmes sen­sa­tions d’une société en tran­si­tion for­cée d’un côté, et pleine de ques­tion­nements et d’en­vies de l’autre, d’autre part parce qu’il nous a sem­blé intéres­sant de deman­der à l’au­teure de nous dire elle même quel regard elle porte aujour­d’hui à dis­tance, sur ce que fut son “regard” turc.

Mais qui est Frances Dal Chele ?

Voici la descrip­tion que l’on peut lire d’elle, sur le blog qui lui est consacré.

Frances Dal Chele est née aux États-Unis en 1950. Des études uni­ver­si­taires de langue et lit­téra­ture français­es l’amènent d’abord en France en 1978, ensuite à la pho­togra­phie. Essen­tielle­ment auto­di­dacte, elle est depuis 1986 pho­tographe-auteure indépen­dante. Au début, la pho­togra­phie sig­ni­fie pour elle la pho­togra­phie de reportage, celle qui témoigne, voire dénonce. En 1995, elle com­mence à explor­er une pho­togra­phie plus intime, plus dis­tan­ciée du réel, qui s’appuie sur la richesse des flous pour tran­scen­der le réel. En fil­igrane dans ses travaux, un ques­tion­nement de la notion d’identité. Sa pra­tique pho­tographique voy­age entre doc­u­men­taire per­son­nel pour sen­si­bilis­er les con­sciences et approche intu­itive pour sug­gér­er l’énigme des lieux et des êtres. Elle con­stru­it patiem­ment un univers pho­tographique où le ressen­ti prime sur la ressem­blance, l’intuition sur le constat.

Kedis­tan lui a donc demandé de porter à nou­veau son regard vers une Turquie qu’elle perce­vait déjà à l’époque en “tran­si­tion”, et dont les élé­ments con­stituent aujour­d’hui les argu­ments “mod­ernistes” d’un prési­dent qui se voudrait l’Atatürk ottoman pour 2023.

Voici la réponse qu’elle a apporté à notre demande :

Depuis 2007, j’explore, en adop­tant une démarche doc­u­men­taire sub­jec­tif, la glob­al­i­sa­tion à l’œuvre en Turquie et les boule­verse­ments qui en découlent aux tis­sus urbain et humain. “du Louk­oum au Béton”. Un titre qui par­le de tran­si­tion, de pas­sage. Dans mes images de paysages urbains, dont je rends les couleurs légère­ment « grinçantes », dans les por­traits con­textuels et pro­pos recueil­lis, il est ques­tion de moder­nité et d’identité. « Louk­oum », le pre­mier de mes travaux « turcs », et son volet Jeunes Turcs, ren­dent compte de ma ren­con­tre avec une Turquie islamo-cap­i­tal­iste boulever­sée par sa glob­al­i­sa­tion et le change­ment de valeurs qu’elle entraîne, ain­si qu’avec une jeunesse avide de « moder­nité ». Un mot qui rimait dans leurs esprits avec plus de lib­erté indi­vidu­elle et un mode de vie plus occidentalisé.

La Turquie de mes images est celle des années 2007 à 2010. Une Turquie où j’ai sen­ti un intense élan mû par la per­spec­tive de devenir mem­bre de l’UE. Loin d’Istanbul-la-vitrine, les villes ana­toli­ennes que j’ai choisies, qu’elles soient rich­es (Kay­seri, Konya) ou sin­istrées (Tra­b­zon, Diyarbakır), se dotaient à une vitesse ver­tig­ineuse de tous les sym­bol­es imposés par des mod­èles glob­al­isés de la ville mod­erne et s’y miraient fière­ment : « urban­isme de la pho­to­copieuse », soit des tours imper­son­nels rem­plaçant le vieux tis­su urbain à taille humaine, mail­lage routi­er den­si­fié, espaces publics gag­nés par l’hégémonie de la voiture, zones péri­ur­baines d’habitation et de tra­vail. Les réformes socié­tales entre­pris­es grâce aux proces­sus d’adhésion rem­plis­saient les gens, notam­ment les jeunes, d’un espoir de voir dans quelques années une Turquie « totale­ment dif­férente », moins con­ser­va­trice, plus ouverte, respec­tant pleine­ment les droits de l’homme, en paix avec une his­toire refoulée (le géno­cide arménien) comme avec sa pop­u­la­tion d’origine kurde.

Oui, aujourd’hui, la Turquie me paraît totale­ment dif­férente mais, hélas, pas comme l’entendaient mes jeunes ana­toliens. Si les trans­for­ma­tions urbaines gar­dent mal­heureuse­ment tout leur élan et con­tin­u­ent à défig­ur­er les villes, les espoirs de voir une Turquie meilleure, en revanche, devi­en­nent des désil­lu­sions. Relisant mes entre­tiens avec les jeunes citoyens turcs, je suis envahie par un sen­ti­ment d’énorme gâchis. Que d’espoirs déçus, voire moqués. La Turquie régresse, surtout depuis fin 2014. Je suis per­suadée que l’UE, en ne négo­ciant pas loyale­ment avec la Turquie, est en par­tie respon­s­able de ce gâchis. Sans vouloir dimin­uer, bien sûr, la respon­s­abil­ité d’un Prési­dent par­ti­san de la « démoc­ra­ture ». A l’époque, ce qui a fondé mon engage­ment pho­tographique au long cours dans la Turquie con­tem­po­raine fut mon désir de suiv­re le pays en pleine muta­tion que j’ai décou­vert, un pays entre deux iden­tités, véri­ta­ble­ment. Par­tant de là, je crois que ce ter­rain riche pho­tographique­ment et sociale­ment me retien­dra longtemps encore.

Frances Dal Chele
Avril 2017

 

  • Jardins maraîch­ers | Diyarbakır 2010


Si vous êtes unE habituéE de Kedis­tan, vous remar­querez de suite que cette démarche pho­tographique fait écho à un cer­tain nom­bre d’ar­ti­cles que nous avons con­sacré à cette “tran­si­tion des paysages” qui est en réal­ité une trans­for­ma­tion pro­fondé­ment économique et politique.

Les infra­struc­tures de la fameuse Turquie nou­velle pour 2023, cen­te­naire de la République, sont aujour­d’hui la vit­rine d’une Turquie de plein pied dans la mon­di­al­i­sa­tion finan­cière cap­i­tal­iste, tan­dis que la fil­i­a­tion nation­al­iste de la “turcité” s’é­tait offert un temps une “illu­sion démoc­ra­tique” avec le proces­sus d’ad­hé­sion à l’UE, comme carotte pour faire avancer l’âne… La soit dis­ant pre­mière “puis­sance musul­mane laïque” européenne ne fai­sait pas long feu, en même temps que les intérêts européens ame­naient ses poli­tiques à tourn­er le dos tout en se ser­vant de la Turquie comme pare-feu migratoire.

Il y eu dans cet inter­valle de temps la sym­bol­ique de Gezi, prise de con­science d’une jeunesse que cette tran­si­tion n’é­tait pas celle qu’ils voy­aient pour leur avenir. On con­naît l’en­chaîne­ment pour la suite…

Mer­ci encore à Frances Dal Chele !


CONTACT 
Frances Dal Chele
Site Internet | Facebook | fdalchele@club-internet.fr

« du Loukoum au Béton »

Edi­tion trilingue : français/turc /anglais.
Avant-pro­pos de Ahmet Altan, écrivain turc. Pré­face d’Armelle Can­i­trot, cri­tique et chef du ser­vice Pho­to au quo­ti­di­en français LA CROIX.
168 pages, 88 pho­togra­phies en couleur, for­mat 21,5 x 21,5 cm. Edi­tions Trans Pho­to­graph­ic Press 2012 ISBN 9791090371125. Prix : 35 €

Cli­quer ici pour feuil­leter quelques pages du livre sur le site de l’éditeur.
Pour tout achat ou infor­ma­tion, mer­ci de con­tac­ter Trans Pho­to­graph­ic Press ou la pho­tographe.

Deux actualités en 2017 :

• Les Nuits Photographiques de Pierrevert (04), les 27-30 juillet.
du Loukoum au Béton sélectionnée pour les projections.
• du Loukoum au Béton et Fondements
exposées à la Maison des Arts de Sin-le-Noble (59) du 13 octobre au 8 novembre 2017.

 Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Kerema xwe dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit mag­a­zine qui ne se laisse pas caress­er dans le sens du poil.