Vous demandiez des nouvelles de l’initiative « Je marche pour la paix » du groupe d’intellectuels, artistes et étudiants qui se sont mis en route à partir de de Bodrum le 27 décembre pour arriver à Diyarbakır ?

Eh bien, après les étapes prévues à Muğla, Ankara, Adana et Urfa, la marche pour la paix est arrivée à Diyarbakır le 31 décembre.

« Le chemin de la paix, l’arrêt de la guerre, les morts et les destructions, passe par l’expression de nos revendications à voix haute et avec courage ! » disait le groupe. En arrivant à Diyarbakır, il étaient 70.

Après les retrouvailles avec les Co-maires de la ville, ils ont rejoint le groupe qui souhaitait manifester pour demander la levée du couvre-feu dans la commune de Sur. Les membres de la marche de la paix sont arrivés devant les barricades de police à Dağkapı.

diyarbakir-defenseurs-de-paix-garde-a-vue pour la paix

La police est intervenue contre les marcheurs et marcheuses pour la paix en utilisant lacrymos et canons à eau. 24 personnes, dont İlkay Akkaya (musicienne), Yasemin Göksu (musicienne), Pınar Ercan, Pınar Öğrenci (artiste, écrivaine), Arzu Erdemir, Aziz Kılınç (universitaire), Haydar Darıcı (anthropologue, écrivain) et Atalay Yeni (artiste) ont été arrêtés et mis en garde-à-vue.

intervention-diyarbakir-defenseur- pour la paix

Leur garde-à-vue, arrivée au terme des 48 heures légales, a été reconduite de 4 jours. Il y sont encore à ce jour.

Selon l’avocat Muharrem Erbey, du barreau de Diyarbakır, pour les gardes-à-vue l’explosion d’une bombe artisanale qui a blessé 4 policier a servi de prétexte.

Muharram Erbey souligne que ces garde-à-vue sont prononcées pour décourager les défenseurs de Paix sur place et ailleurs,  et manipuler les actions afin de casser la sensibilisation qui commence a se créer à l’Ouest du pays, par rapport à ce qu’il de passe à l’Est. Il ajoute : « Cela vise à empêcher l’arrivée de plus de personnes revendiquant la Paix, et isoler davantage les populations de la région ».

L’avocat Gülşen Özbek a déclaré à son tour, lors d’une conférence de presse : « Ils sont accusés de faire des actions pour des organisations KCK et PKK bien qu’ils n’en soient pas membres. Il sont également accusés d’opposition à la Loi n° 2911 concernant les manifestations et rassemblements. »

Une campagne est lancée afin de demander la libération des défenseurs de la Paix actuellement en garde à vue :
#Hepimiz barışın takipçisiyiz!
#We declare that we are all committed to peace!
(texte en turc et en anglais)

Signez la pétition !

KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.