Les 381 contributeurs du livre intitulé « N’allez pas au service militaire, parce que » se sont retrouvés avec une plainte du Ministère Public sur le râble. Le Procureur d’Ankara a entamé donc une procédure d’enquête selon l’article 318 du Code Pénal Turc stipulant le délit de « refroidir les populations du service militaire ».

Des noms connus par l’opinion publique font partie des participants mis en accusation dont Mustafa Sütlaş et Şeyhmus Diken auteurs de Bianet, agence de presse alternative.

objecteur-de-conscience-turquie-livre-1

Lors d’un interview Mustafa Sütlaş s’exprime en ces termes :

En tant qu’auteur, j’avais envoyé cette phrase :

« Le service militaire est l’enseignement de la guerre et de tuer ; et les guerres sont la source de maladies graves, de mort à toute âge, par conséquent, de la mauvaise santé donc un important problème de santé populaire. Pour protéger la santé et la maintenir, pour empêcher les guerres il ne faut pas faire le service militaire. Alors n’y allez pas, et n’apprenez pas à tuer. Et n’oubliez pas, si vous n’êtes pas soldats, il n’y aura pas de guerres ! »

Dans le livre en question, on nous demandait une phrase unique, donc la partie « Si vous n’êtes pas des soldats, il n’y aura pas de guerres ! » avait été publiée.

Comme vous le savez, je suis médecin. Les médecins sont contre la mort et pour la vie. Empêcher la mort, et les tueries font aussi partie des devoirs de médecins.

Les guerres se font avec des soldats, le service militaire est l’endroit et la période où on enseigne la guerre, donc tuer. Une personne qui est contre le fait de tuer et la guerre, ne peut qu’être fondamentalement contre les guerres.

Par ailleurs un autre devoir des médecins est également d’empêcher les problèmes avant qu’ils ne surviennent. Je fais donc avec mes paroles, un constat et je donne un conseil. Ceci est le fondement de la liberté d’opinion et d’expression. J’exprime ces idées à toute occasion à l’écrit ou à l’oral. Aujourd’hui même, je pense et je défends la même chose. Ceci est mon droit le plus élémentaire.

Aussi bien la loi en question que le procès ouvert en se basant sur cette dernière, pour moi, sont l’intervention directe du militarisme sur la démocratie, la liberté d’opinion et de conscience. J’espère et je souhaite que la Justice, indépendante, lors de ce procès prendra une décision respectant la déclaration des droits de l’homme que la Turquie a acceptée et signée.

Şeyhmus Diken, ajoute :

On m’a demandé il y a deux ans, et j’ai répondu : « N’allez pas au service militaire, parce qu’un jour, la balle qui sortira du canon de ce fer froid qu’on mettra dans vos mains, mettra dans la terre, un de vos pairs mis au monde par une mère comme la votre. »

Ils ont ouvert une enquête. Que voulez-vous que je dise ? Nous venons des ancêtres qui refusent que les mères des enfants du peuple qui, étant arrivés en âge et pris au service militaire, reçoivent le cercueil scellé de ces derniers pour les mettre en terre, arrosée de leur larmes.

Si, exprimer tout cela est un « délit ». Oui on l’a commis. que vouliez-vous qu’on fasse ? On aurait du peut être dire, « Tuez-vous entre vous, c’est bien, que la patrie perdure » ?

Le Prof. Dr. Ferhat Kentel, a donné à son tour un interview à GasteSehir.

J’avais écrit ces lignes : « N’y allez pas, parce que le service militaire est abrutissant. L’ordre, le tabassage, les armes, mourir et tuer se normalisent. Une vie et des relations sans ordre enrichissent l’esprit, vivre et faire vivre rend les humains plus humain. »

Je peux bien sur ajouter d’autres lignes, par exemple : Si vous y tenez, allez-y mais ne forcez personne. Tout le monde n’est pas obligé de passer dans le même moule. Au fond, le fait que le service militaire soit impossible à questionner, le fait qu’on ouvre des enquêtes sur ceux qui disent « n’y allez pas », sont le résultat de d’une opération typique de sacralisation.

L’idéologie d’Etat-Nation bloquée entre l’insécurité et la sécurité, produit une pseudo sacralisation. Les rapports de classe dominante basés sur le profit tout comme cette idéologie de l’Etat Nation ne proposent ainsi, que cette dualité comme seule rationalité.

La religion « contemporaine » de l’Etat-Nation crée de nouveaux sacres et des croyances séculaires, en recyclant, les sacres des religions et des traditions anciennes. Et bien sur, une idéologie dominante, officielle, bâtie avec des sacralités intenses et immobiles, ne peut pas supporter le préjudice fait à la sacralité. Elle peut sauvegarder cette sacralité seulement avec des interdits et des lois. En conclusion, l’oppression qu’elle effectue sur ceux qui disent « le roi est nu » sert paradoxalement, à décoller ses propres dorures.

250-251Vous pouvez télécharger livre en version pdf (en turc)

KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.