“Deux survivants de dynasties exterminées se sont engagés à tisser des liens pour devenir un chêne épais”

Ma Mère Azniv Baltayan était native de la ville de Tavrik, Sebastia. Elle a été la seule survivante de la dynastie exterminée pendant le génocide.

Mère a raconté qu’ils avaient un voisin turc très proche d’eux. Un soir où les hommes étaient absents, ce Turc Pacha leur a rendu visite. Mère disait qu’il était comme un membre de la famille. Que la mère de Pacha était morte pendant l’accouchement et que la grand-mère de Azniv, Nazik, avait pris soin d’élever son enfant comme son propre fils. Le Turc avait l’habitude d’appeler Nazik “grand maman”.

Ma mère Azniv était âgée de six ans. Elle et ses deux sœurs sortirent à la rencontre de leur invité et entendirent la conversation. Quand le Turc se fut assis à la table, il dit: «Grand maman Nazik le gouvernement turc a décidé de déplacer la population arménienne, d’assassiner et d’exterminer la nation arménienne“. Il proposa un abri à Nazik dans sa maison et promis même un coin pour que Maman Nazik puisse prier ses saints. Il a dit qu’il serait en mesure de protéger leur famille et de leur procurer certains avantages. Tout le monde attendait avec impatience la réponse de Nazik. Mais elle refusa en expliquant que sa dynastie et sa famille seraient partout où la nation arménienne serait ; si les Arméniens étaient exterminés, leur famille le serait aussi. En entendant cela, le pacha turc s’en alla et ne revint jamais. Quelques jours plus tard il arriva ce qui avait été dit.

En Avril, la dynastie Baltayan prit le chemin de l’exil avec d’autres familles arméniennes. Comme ma mère était trop jeune, on la portait. Elle se fatiguait vite et demandait à sa grand-mère de s’arrêter pour manger ou pour boire de l’eau. Lors d’une altercation, elle vit une de ses sœurs tuée devant ses yeux : décapitée et jetée à l’eau. Ce fut une insupportable souffrance pour ma mère.

Puis la caravane de migrants s’arrêta. Tout le monde avait remarqué des changements dans l’attitude des soldats turcs à leur égard : aucun acte de violence, bien au contraire, ils exhortaient les Arméniens à marcher lentement, sans précipitation, car ils avaient un long chemin à parcourir.

Mais tout le monde finit par comprendre la raison de cette attitude « rusée » des Turcs quand ils virent les employés d’un orphelinat américain. Les Américains recueillirent les jeunes enfants et ma mère Azniv figurait parmi eux. Après avoir assisté à la mort de sa sœur de ses propres yeux, Mère avait du mal à partir avec sa grand-mère et son autre sœur. “construis ta propre famille et n’oublie jamais ta dynastie», a déclaré grand-mère Nazik serrant Azniv dans ses bras. “Gardez toujours à l’esprit le chemin de vos souffrances.” Depuis le camion s’éloignant ma mère scrutait la longue caravane à la recherche de sa sœur et de grand-mère.

Ma mère épousa Azaria Patrakchyan qui était également natif de Sebastia et du village de Patrin. C’est à l’orphelinat qu’ils se sont rencontrés. Après avoir vécu à Salonique, en Grèce, pendant vingt ans, ils sont retournés en Arménie en 1946. Ils étaient les deux seuls de leurs dynasties à avoir survécu à cette tragédie. Ils disaient : «Nous étions deux survivants de dynasties exterminés et nous avons juré de tisser des liens pour devenir un chêne épais” …

* Cet article a été publié aussi dans Le Khariskh [Anchor, tr.] Magazine, Mars/Avril 2005 sous le titre “The Fresh Oak Offchoot”.

** Sous le titre «100 ans … Des histoires vraies” l’Agence Armedia présente des histoires vraies de la vie des survivants du génocide (les histoires sont racontées par les descendants des survivants, les parents, les proches) recueillies par l’ONG «Intégration européenne» au sein du projet «Le Turc qui m’a sauvé la vie » **.Les histoires sont particulières car le héros s’est échappé des griffes du grand génocide grâce à l’aide directe ou indirecte d’un Turc (un voisin bien intentionné, un ami ou le témoin de l’événement).

***Ce projet est mis en œuvre avec l’aide du Ministère des Affaires étrangères et du Commonweatlh

Source Bianet – “Two Offshoot Survivors of Exterminated Dynasties Vowed to Weave Together and Become a Thick Oak” – 10 Nov 2014

Traduction par Kedistan

KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.