Voici une traduction brute des données, sur la violence à l’égard des femmes en Turquie, suivie d’ un commentaire.

Türkçe Bianet | English Bianet | Français

Le Centre de recherche sociopolitique de terrain, basé à Diyarbakır, a publié son “Rapport de recherches sur les effets du Covid-19 sur les femmes et la violence contre les femmes et les enfants en Turquie”.

Le rapport a été préparé sur la base des enquêtes auxquelles ont participé 1 873 femmes de 28 provinces, dont İstanbul, Ankara, İzmir, Diyarbakır, Van et Mardin du 3 au 8 avril. L’étude visait à déterminer comment les femmes étaient affectées par le processus de la pandémie, combien d’enfants et de femmes étaient victimes de violences et de quel type.

Comment la pandémie a-t-elle affecté la vie domestique ?

Les participants à l’enquête ont d’abord été interrogés sur la question suivante : “Y a-t-il quelqu’un dans votre ménage qui a perdu son emploi pendant la pandémie ?” Alors que 59,3 % ont répondu “Non”, 40,7 % ont répondu par l’affirmative. Alors que le taux de ceux qui ont répondu “oui” était le plus faible parmi les diplômés universitaires, il était le plus élevé parmi les participants analphabètes avec 88,9 %.

Lorsqu’on leur a demandé “si les membres de la famille, y compris les hommes, ont partagé les tâches ménagères pendant la quarantaine”, 34,8 % des participants ont répondu “Oui”, tandis que 33,1 % ont répondu “En partie” et 32,1 % “Non”. L’étude a montré que plus le niveau d’éducation et le revenu étaient élevés, plus le taux de participants ayant répondu par l’affirmative était élevé.

On a également demandé aux participants à l’enquête “s’ils avaient eu des disputes ou des conflits domestiques pendant la quarantaine”, 69,4 % ont répondu “Oui” tandis que les 30,6 % restants ont répondu “Non”. Comme dans le tableau ci-dessus, plus le niveau d’éducation et le revenu mensuel du ménage étaient élevés, moins les gens répondaient “oui”.

On a également demandé à ceux qui ont déclaré “avoir eu des disputes ou des conflits domestiques pendant la quarantaine”, “si les disputes domestiques étaient plus intenses avant ou pendant la quarantaine”. Alors que 52,6 % d’entre eux ont répondu que “c’était la même chose pendant les deux périodes”, 39,5 % ont déclaré que “c’était plus intense maintenant” et 7,9 % ont déclaré que “c’était plus intense avant”.

À la question “avec quels membres de la famille ont-ils eu le plus de conflits ?”, 32,4 % ont répondu “conjoint”, 16,3 % “frères et sœurs”, 15,7 % “fils/fille” et 13,2 % n’ont pas répondu.

En réponse à une question sur les sujets de dispute les plus fréquents, 14,6 % ont répondu “nettoyage”, 10,6 % “besoins matériels/argent”, 8,8 % “caprices personnels”, 7,6 % “interventions domestiques” et 7,2 % “travaux ménagers/repas”.

Violence contre les enfants et les femmes

Les participants à l’étude se sont également vu poser la question suivante : “Comment la période de quarantaine affecte-t-elle votre état d’esprit ?” Alors que 38,3 % ont répondu “négativement”, 26 % ont répondu “très négativement” et 2,5 % ont répondu “positivement”.

À la question “La période de quarantaine déclenche-t-elle des violences contre les femmes et les enfants”, 45,9 % des participants ont répondu par l’affirmative, tandis que 39 % ont répondu “en partie” et 17,2 % ont répondu “non”.

À la question “Au cours de la période de quarantaine, à quelle violence avez-vous été soumise ?”, 23,7 % des femmes ont déclaré avoir subi des violences psychologiques, 10,3 % des violences économiques, 4,8 % des violences numériques, 1,7 % des violences physiques, 1,4 % des violences sexuelles et 1,1 % du harcèlement. 57 % ont déclaré n’avoir subi aucune de ces formes de violence.

On a également demandé aux femmes : “Avez-vous subi des violences à l’intérieur de la maison pendant la quarantaine ?” Alors que 84,8 % ont répondu “Non”, 15,2 % ont répondu par l’affirmative.

Cependant, à la question précédente, 57 % ont déclaré n’avoir subi aucune violence pendant la quarantaine. En d’autres termes, les résultats de l’enquête ont montré que la violence contre les femmes a augmenté de 27,8 % pendant la pandémie.

De plus, il a été constaté que si le taux des personnes ayant subi des violences auparavant diminue en fonction de l’âge, ce sont les personnes âgées de 65 ans et plus qui sont le plus souvent victimes de violences, qui étaient auparavant, l’exception.

Que faire contre la violence ?

À la question “Quelles sont, selon vous, les précautions à prendre pour prévenir la violence domestique pendant la quarantaine ?”, les participants ont donné les réponses multiples ci-dessous :

  • Des groupes de soutien devraient être créés pour les femmes/la condition des femmes devrait être surveillée (15,3 %)
  • La loi 6284 sur la protection de la famille et la prévention de la violence à l’égard des femmes devrait être appliquée efficacement (13,7 %)
  • Les mécanismes de plainte et de demande doivent être numérisés pour en faciliter l’accès (12,3 %)
  • Les publications/émissions d’information/alerte sur la violence domestique et le sexisme devraient être réalisées sur des plateformes numériques ou des télévisions à environ (11,9 %)
  • Un soutien juridique/psychologique devrait être fourni en ligne/ sur Internet (11,9 %)
  • Les rapports/informations de tiers doivent être pris en considération (11,9 %)
  • Les abris doivent présenter les conditions nécessaires pour être protégés contre les coronavirus (11,8 %)
  • Des annonces de service public devraient être faites (11,2 %)
  • Des réglementations/dispositions socio-économiques devraient être introduites (0,1 %)

Alors que la connaissance de la loi n° 6284 était élevée dans toutes les tranches d’âge, le taux de connaissance était le plus élevé dans la tranche d’âge 45-54 ans avec 81,8 %. Plus le niveau d’éducation et le revenu mensuel du ménage augmentaient, plus la sensibilisation des participants augmentait.

Enfin, lorsqu’on a demandé aux femmes “si elles connaissaient les lignes d’urgence et de secours en cas de violence contre les femmes”, 68,1 % ont répondu par l’affirmative, tandis que 31,9 % ont répondu “non”. Bien que ce taux soit élevé dans toutes les tranches d’âge, il est le plus élevé dans la tranche d’âge 45-54 ans avec 72,4 %.

Le rapport a également conclu qu’à quelques exceptions près, plus le niveau d’éducation et le revenu mensuel du ménage sont élevés, plus la sensibilisation des participants est élevée.

Ajouts et commentaire lapidaire de Kedistan

Nous avons tenu à rendre compte de cette enquête. Comme toute enquête, elle ne fait que refléter un échantillonnage de population et, sur ce sujet très sensible reste au dessous de la réalité. Elle montre que cette question centrale de l’augmentation de la violence faite aux femmes, comme celle des violences intra-familiale sur les enfants, est cristallisée par des situations de quarantaine et de confinement, et ce, à l’échelle mondiale.

Dans chaque pays les mêmes chiffres, sachant qu’ils ne seront vérifiés que dans quelques mois, et à la hausse, alertent.

Les formes de domination patriarcales et les conséquences d’un fonctionnement exacerbé de celles-ci en milieu clos aboutissent-elles inéluctablement à des violences, physiques, genrées, sexuelles, ou renforcent-elles celles existantes ? Quelles classes sociales sont le plus concernées ? Quelles résistances par l’éducation ?

Les expériences sociales inédites vécues par la moitié de l’humanité, imposées par la quarantaine, interrogent d’autant sur toutes les formes de violences faites aux femmes, dans le patriarcat “ordinaire”, et dans des conditions où silence et huis clos banalisent la violence.


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.