Les menaces de l’Etat turc sur la Syrie du Nord et de l’Est continuent et les attaques se poursuivent. Les populations et partis politiques réagissent.

Ainsi, trente quatre partis et forces en Syrie du Nord et de l’Est, ont fait depuis le Centre de recherches et de conseils diplomatiques à Qamishlo, une déclaration commune, concernant les attaques de l’Etat turc qui ciblent la région. Cette déclaration a été lue en plusieurs langues, par les membres et responsables des différents partis.

Les partis et forces politiques du Nord et de l’Est de la Syrie ont appelé la Coalition mondiale pour vaincre ISIS et la Fédération de Russie à prendre des mesures strictes contre la Turquie et à imposer un embargo aérien, “no fly zone”, sur le nord et l’est de la Syrie. Pour empêcher une nouvelle occupation, ils appellent les filles et les fils de notre peuple à mener des activités, des événements et des campagnes de pression afin de mettre un terme à cette agression et de tenir la Turquie pour responsable de ces crimes contre l’humanité.

Cliquez pour agrandir les images.

Les partis et forces politiques du nord et de l’est de la Syrie ont donc fait une déclaration à l’opinion publique, concernant ces menaces turques. Il était indiqué dans son texte :

“Malgré la publication de nombreuses déclarations et positions internationales appelant l’État turc à respecter les deux accords de cessez-le-feu signés en octobre 2019, et à ne pas mener de nouvelle opération militaire ou invasion du nord et de l’est de la Syrie, ces déclarations n’ont pas été écoutées, mais voient plutôt la Turquie poursuivre dans ses actions hostiles envers les peuples de la région, par le biais d’assassinats politiques par drones, et de bombardements militaires continus des villes et villages du nord et de l’est de la Syrie et aussi du Başûr à Makhmour et Sinjar. Le plus récent est l’assassinat de Mr. Farhad Shibli, vice-président de l’administration autonome de Sulaymaniyah, dans la région du Kurdistan d’Irak.

“Malgré les déclarations et positions internationales qui demandaient à la Turquie de ne pas menacer ou agresser, elle a continué à mettre en œuvre son projet d’expansion régionale et a occupé les villes d’Afrin, Tal Abyad et Serêkaniyê, et a commis les crimes de guerre les plus odieux contre des civils innocents, a procédé au nettoyage ethnique, aux déplacements forcés et au changement démographique contre ses résidents.”

Les peuples autochtones, en raison de l’absence de toute position ferme de l’ONU avertissant la Turquie de la responsabilité internationale pour leurs violations du droit international et du droit international humanitaire, constatent que c’est ce qui les a encouragé à compléter leur projet d’expansion aujourd’hui, en occupant plus de terres syriennes.

“La Turquie, qui est membre de la Coalition internationale pour vaincre ISIS, se comporte comme un État voyou au Moyen-Orient et pratique des politiques de terrorisme d’État contre les peuples de la région, alors qu’elle n’a jamais combattu ISIS à ses frontières pendant des années, mais au contraire,  a facilité et aidé l’entrée des terroristes en Syrie.

Elle abrite de nombreux chefs terroristes d’ISIS et de Jabhet al-Nusra dans les zones qu’elle a occupées, et toute nouvelle action militaire de sa part dans le nord et l’est de la Syrie fera ainsi sauter tous les acquis de la coalition internationale et de ses partenaires, les Forces démocratiques syriennes, et sapera leurs efforts pour combattre l’organisation terroriste ISIS, répandra le chaos et provoquera des vagues de recherche d’asile vers l’Europe et les autres pays. Cela crée un environnement propice pour que les terroristes les plus dangereux au monde, qui sont dans les prisons et les camps, prennent à nouveau le contrôle de la région.”

La déclaration exige :

“Sur la base de ce qui précède, nous, les partis et forces politiques du nord et de l’est de la Syrie, demandons aux États membres de la Coalition mondiale pour vaincre ISIS, en particulier les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et à la France, ainsi que la Fédération de Russie, de prendre des mesures strictes contre la Turquie et d’imposer un embargo aérien sur le nord et l’est de la Syrie pour empêcher toute nouvelle invasion qui porterait atteinte à la vie de millions de civils. Nous appelons également les filles et les fils de notre peuple, chez nous et à l’étranger, à mener des activités, des événements et des campagnes de pression afin de mettre fin à cette agression et de tenir la Turquie pour responsable de ces crimes contre l’humanité.”

ANHA


Soutenez Kedistan, FAITES UN DON.

Nous entretenons “l’outil Kedistan” autant que ses archives. Nous tenons farouchement à sa gratuité totale, son absence de liens publicitaires, et au confort de consultation des lectrices et lecteurs, même si cela a un coût financier, jusque là couvert par les contributions financières et humain (toutes les autrices et auteurs sont toujours bénévoles).
Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.