Delphine Durand livre sur Kedistan des hommages poétiques. Pour les retrouver tous, suivez ce lien.

Il était évident que la poétesse ne resterait pas insensible à cette invasion de l’Ukraine.

 

Chanson d’amour ukrainienne

Avec ces astres brisés qui se perdent
Tout se tait
Les yeux ouverts dévorant les ombres
Dans un écroulement de cendres
Comme des flèches perdues dans le ciel

Quand toute la tristesse du printemps aura brûlé
Je serai là
Oiseau de passage et sans passé
Pour te donner de l’ombre
Quand tout brûlera dedans et dehors
Quand tu chercheras vainement ton désastre
Je resterai là à la hauteur de l’absence
Tu contempleras ma tendresse obstinée
Comme la neige de lointains pays

Même si l’espoir n’est qu’un cri
Un long regard du haut des marches mouillant
Les plaies du soleil d’un autre monde
Je tuerai l’aube
J’écorcherai la nuit
Et j’étendrai sa peau aux quatre points cardinaux
J’étoufferai toutes les étoiles pour faire un nouveau soleil
Je prononcerai ton nom devant les pierres
Je m’envolerai blessé de beauté

Quand toute la tristesse du monde aura brûlé
J’écrirai encore jusqu’à ce qu’il ne reste rien
Ni herbe, ni soleil
Seulement mon amour


Soutenez Kedistan, FAITES UN DON.

Nous entretenons “l’outil Kedistan” autant que ses archives. Nous tenons farouchement à sa gratuité totale, son absence de liens publicitaires, et au confort de consultation des lectrices et lecteurs, même si cela a un coût financier, jusque là couvert par les contributions financières et humain (toutes les autrices et auteurs sont toujours bénévoles).
Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Delphine Durand
Poétesse
Historienne de l’art, mystique, poète, laissons au pluriel magnifique les mots de l’invisible… Delphine est ontologiquement présente dans la seule perdurable présence de l’art. Après des études de théologie et de philosophie, elle choisit l’histoire de l’art mais son cœur nervalien l’entraine vers des univers fantasmatiques et sauvages, et enfin la poésie où nous sommes tous libres.