Français | English

Ecrire encore sur les migrant.e.s, les murs, les barbelés et les frontières, serait-il toujours enfoncer des portes ouvertes ?

Justement non, et cet oxymore n’a pas lieu d’être.

Les mobilisations autour des migrant.e.s, leur sauvetage en mer, le travail inlassable des associations qui accueillent, approvisionnent, soutiennent, les soutiens à celles et ceux qui sont en procès pour cela, rien ne devrait sombrer dans l’indifférence, pire, être considéré comme un “humanisme marginal”,  fuit par les politiciens ou instrumentalisé par des péripéties électoralistes.

Mimmo Lucano, un temps maire d’une commune italienne de Calabre, en déclin démographique et économique, y avait encouragé l’accueil et l’installation de migrants, à Riace, dans les années 2000, interprétant la législation italienne dans un sens favorable, et permettant ainsi la réouverture de l’école, de commerces, de lieux conviviaux, revivifiant l’agglomération de 2000 habitantEs. Il a depuis été condamné à 13 années de prison pour avoir, entre autres, favorisé des mariages permettant de “régulariser” des situations administratives de migrant.e.s. Le procès en appel est en cours, mais l’extrême droite italienne a eu sa peau, aidée en cela par l’Etat italien. L’accueil est criminalisé.

A la frontière espagnole, des migrant.e.s sont percutés par un train, alors qu’iels empruntaient une voie de passage pour éviter les contrôles policiers. Dans la vallée de la Roya et alentours, des migrant.e.s en provenance d’Italie empruntent à pied des chemins de montagne au risque de leur vie, les points de passages frontaliers existants les refoulant systématiquement. Les autorités françaises criminalisent là aussi les aidant.e.s, tandis que l’extrême droite identitaire et xénophobe organise elle des refoulements illégaux en grand pompe.

A Calais, où se retrouvent les migrant.e.s désireux de gagner le Royaume Uni, des “accords” dits du Touquet ont fixé la frontière en France. Les personnes sont chaque jour chassées des campements provisoires. Hommes, femmes et enfants sont traités comme des pestiférés par les forces de police, et les “aidants” vivent et subissent un harcèlement quotidien. Les “aides de façade” à minima et les centres d’éloignement sont là pour donner le change, avec une municipalité qui ne cache pas sa phobie des migrants. Cette situation, qui n’a rien de nouveau, aboutit à un nombre élevé de morts pour la traversée clandestine de la Manche, par noyade, comme en Méditerranée.

Voilà, très sommairement, quelques faits récents, sans même citer ce qui se déroule à la frontière biélorusse. Suivez pour cela les liens.

Pourtant, nous sommes très très loin de la situation de 2015, où les migrant.e.s se comptaient par centaines de milliers.

Mais, depuis, des “accords” de non accueil ont été signés avec des pays comme la Turquie, des murs de barbelés construits, Frontex renforcé, tandis que les dites “opinions publiques” étaient chauffées à blanc par des identitarismes xénophobes, sur fond d’instrumentalisation de l’islamisme terroriste, dans toute l’Europe.

Impossible de citer un seul gouvernement de pays européen qui, dans les faits, ne mène pas la même politique que la Pologne en matière de migration à un degré ou à un autre. La Hongrie, l’Autriche, la France à ses frontières basque, espagnole, italienne ou anglaise, le Danemark, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, et n’oublions pas l’Allemagne aujourd’hui, partagent les mêmes réticences et aprioris pour les uns, la même xénophobie d’état pour les autres. A vous de mettre dans la bonne case, si vous le pouvez.

Si vous voulez un exemple, il est français, et, en pleine ignorance des manifestations de soutien de ces jours derniers, comme de ce qui se déroule à la frontière biélorusse. C’est un tweet du ministre de l’Intérieur français :

Bel exercice, pour celui et ceux qui dirigent et organisent le harcèlement des migrant.e.s, que de mettre en avant ce qui est le constat d’échec de l’accueil, partagé par l’ensemble du spectre politique, de la non mise en pratique d’engagements internationaux, au profit d’une politique du chiffre à usage électoral, en direction de la fraction xénophobe et identitariste de la population française, qui a de tout temps existé.

Le même ministre félicita les forces de répression plutôt que les associations d’entraide à Calais, après le dernier naufrage de migrants. Les “passeurs” sont désignés comme seuls responsables, et les associations d’aide sont montrées du doigt, alors que les forces de police, chaque matin, rappellent aux migrant.e.s l’urgence de traverser, pour échapper à la répression permanente.

La question devient une querelle byzantine entre la France et l’Angleterre, dans laquelle une politique d’accueil et d’asile n’est pas évoquée, chacun caressant la partie xénophobe de son opinion publique. Et, rares sont les politiciens français qui s’aventurent à prononcer ouvertement le mot “accueil”, préférant souvent dévier sur les “passeurs” et les “causes” de l’exil. La pression identitaire est telle que l’idée même de migration devient celle du “grand remplacement”, et que même à gauche, de vieux discours rances qu’on croyait réservés à la période stalinienne refont parfois surface.

Mais la France n’est pas le nombril du monde, et les migrant.e.s, aujourd’hui encore davantage stigmatisé.e.s, y sont cent fois moins nombreu.se.s que dans les régions qui jouxtent les guerres, les régimes répressifs, où les résultantes immédiates des changements climatiques.

Sans vouloir diluer quoi que ce soit, l’Europe, qui se barricade, dont les dirigeants ont les yeux rivés sur le thermomètre de la xénophobie de leurs opinions publiques, encouragé à la hausse par les souverainistes et identitaires, n’exprime dans les faits qu’une idéologie de nantis avides de leurs privilèges blancs, regrettant ce bon temps des colonies où les colonisés s’exploitaient à la maison, voire en colonisés d’importation, comme main d’oeuvre bon marché.

La mondialisation capitaliste là aussi, recèle en elle une contradiction majeure. Exploiter sur place des différentiels économiques, par des délocalisations massives, non seulement amène à un déménagement permanent de marchandises sur la planète, avec les menaces et perversités de ce système, mais y amène du Capital, qui modifie sur place peu à peu les conditions du profit réalisé, lorsque disparaissent les avantages du colonialisme. Guerres économiques et guerres tout court deviennent les symptômes infectieux qui s’ajoutent aux dérèglements causés par les prédations du système. D’autres blocs d’intérêts se reforment.

Que l’humain soit étouffé, réduit à fuir cette peste capitaliste du fait de l’une ou l’autre de ces causes n’est qu’une résultante, mondialisée elle-aussi. Chacun.e. est né.e et a grandi quelque part, et ne quitte pas sa terre au péril de sa vie, comme un touriste qui voudrait s’enrichir ailleurs.

Cela, tout le monde le sait. Mais en l’absence de tout projet, autre que la concurrence, en l’absence de tous communs, autre que les nationalismes, il devient extrêmement difficile de démontrer que le système capitaliste, adulé et intégré dans les consciences, est ce broyeur d’humanité, dont les migrations sont comme une mouture humaine qui s’écoule et se répand, et à qui on refuse la fraternité.

Oui, moi aussi, je sais parler des “causes”, et renvoyer au grand soir où paraît-il elles disparaitraient, par le miracle d’urnes improbables.

Mais, en attendant ce miracle institutionnel tant vanté, des personnes meurent, des parcours de vie disparaissent, et nous n’avons aucune excuse pour laisser la mer, les fleuves, le froid, des trains, se charger d’une tâche nécrophage, comme si c’était là une loi naturelle.

Il n’y a pas de petits combats pour les migrant.e.s. De la dénonciation de situations à l’engagement associatif, de la lutte contre le souverainisme identitaire au combat pour l’accueil, tout est une avancée, dans ce bourbier identitaire brun où nous plonge les défenseurs de privilèges, celles et ceux qui les financent ou les protègent.

Je sais aussi qu’aujourd’hui, écrire “liberté de circulation et d’installation” vous envoie vers la lune, et que dire de “on ne touche pas au droit d’asile” ? Cela pourrait vous ficher S. Voilà donc bien un pourtant “universalisme”, délavé depuis, par les actes et pratiques de celles et ceux qui le professent, laïcité et anti-racisme mondain en bandoulière, à gauche comme à droite.

Cette Europe, qui jamais ne cessa de parler de l’homme, jamais de proclamer qu’elle n’était inquiète que de l’homme, nous savons aujourd’hui de quelles souffrances l’humanité a payé chacune des victoires de son esprit.” (Frantz Fanon)


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci
Daniel Fleury on FacebookDaniel Fleury on Twitter
Daniel Fleury
REDACTION | Auteur
Lettres modernes à l’Université de Tours. Gros mots politiques… Coups d’oeil politiques…