Début décem­bre dernier, les kedi ont pris la route pour faire con­nais­sance avec Jine, Diyako, Zen­da et Gabrielle. Qua­tre per­son­nages d’une pièce incontournable.

Incon­tourn­able parce que cette pièce est inspirée du doc­u­men­taire “Kur­dis­tan, la Guerre des Filles” de Mylène Sauloy. Elle est écrite par Car­ole Prieur, et mise en scène, par Vanes­sa Sanchez.

Sur scène, on retrou­ve les tal­entueux-ses Isabelle Côte Willems (Zen­da), Sépho­ra Hay­mann (Jine), Marie Col­lu­ci (Gabrielle), et  Pas­cal Loi­son (Diyako)…

Les “pre­mières” se déroulaient donc les 7 et 8 décem­bre 2018, à à la Grange Théâtre Vau­gar­ni, en Touraine, et furent suiv­ies d’une présen­ta­tion à Issoudun, le 11 décem­bre dernier. Annonçons donc tout de suite les prochaines représentations : 

• Ven­dre­di 25 jan­vi­er à 14h et same­di 26 jan­vi­er à 20h30 au Stu­dio Théâtre de Stains (93) 19, rue Carnot.
• Mar­di 29 jan­vi­er à 20h à l’E­space Renaudie d’Aubervil­liers (93) / dans le cadre du Fes­ti­val Pas de Quartier
30 rue Lopez et Jules Mar­tin (métro Fort d’Aubervilliers)
• Ven­dre­di 8 mars à 20h30 au Cen­tre Cul­turel St Pierre des Corps (37) / dans le cadre du Fes­ti­val Bruisse­ment d’Elles. 35 rue Pierre Curie
• Mar­di 23 avril à 14h et 20h30 au Théâtre le 5 Côté Jardin — 5, rue de la Mairie — 28170 Saint-Ange et Torçay

Pour plus d’informations :
Vis­itez arbrecompagnie.com | Face­book 
Con­sul­tez le pdf com­plet La Guerre des Filles

La Guerre des Filles est coproduit par : ADAMI, association Beaumarchais/SACD, Conseil Départemental d’Eure-et-Loir, Ville de Vernouillet, Studio Théâtre de Stains (93), EPCC Issoudun Centre Culturel Albert Camus, Fondation Jan Michalski, SPEDIDAM, Label Rayons Frais / Ville de Tours, Centre Culturel St-Pierre des Corps, Grange Théâtre Vaugarni, Compagnie Etincelles avec le soutien de  Grange Dîmière Fresnes, 5 Côté Jardin Torçay
arbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillearbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des fillesarbre compagnie la guerre des filles

 

A cette occa­sion nous avons décou­vert le Théa­tre Vau­gar­ni, lieu de créa­tion d’art vivant, grange théâtre, qui offre une quar­an­taine de spec­ta­cles par an.

Située sur la com­mune de Pont-de-Ruan, dans une ferme isolée, au-dessus de la rive nord de l’Indre, cette grange restau­rée reçoit égale­ment des com­pag­nies en rési­dence pour leurs créa­tions théâ­trales ou musi­cales. Elle est com­plétée par une salle de cabaret dédiée à la chan­son, au jazz, à la poésie et au con­te, et d’un hangar amé­nagé avec des gradins pour accueil­lir arts de la rue, danse ou cirque. Vau­gar­ni est situé entre Artannes et Azay-le-Rideau, sur la D84, tout près des anciens ate­liers de Calder et de la rési­dence de Balzac… au cœur de La Val­lée du Lys”.

L’Arbre com­pag­nie a tra­vail­lé sa créa­tion lors juste­ment d’une rési­dence dans ce lieu, et il était naturel que les “pre­mières” s’y déroulent.

Le lien avec Tours et sa région est fort, et L’Arbre Com­pag­nie y aura de nou­veau ren­dez-vous avec le pub­lic en 2019, à Saint Pierre des Corps, où une expo­si­tion de repro­duc­tions d’œu­vres de Zehra Doğan se tien­dra de façon con­comi­tante. En effet, La Guerre des Filles est pro­gram­mée pour le 8 mars, dans le cadre du fes­ti­val “Bruisse­ments d’elles” qui se déroulera 2 au 30.  Zehra Doğan sera donc une autre paire d’ailes de cette riche ini­tia­tive, avec une expo­si­tion de 40 repro­duc­tions à la bib­lio­thèque municipale.

Pour la pièce, vous pou­vez d’ailleurs déjà réserv­er sur le site du fes­ti­val.

Vous trou­verez en fin d’ar­ti­cle un lien qui com­plètera toutes ces infor­ma­tions mieux que nous pour­rions le faire.

Partager l’im­mense intérêt et plaisir que nous avons pris à cette soirée, avec un pub­lic nom­breux pour les trois pre­mières représen­ta­tions se résume en quelques mots : allez voir cette pièce, lorsqu’elle passera près de chez-vous, emmenez‑y vos amiEs, même s’ils/elles ne con­nais­sent rien au Roja­va… Cette pièce n’est pas pour ini­tiéEs, bien au con­traire. Une fois de plus, elle démon­tre que le lan­gage de l’art, de l’é­mo­tion et des formes, comme avec les oeu­vres de Zehra Doğan, s’adresse au plus pro­fond et ouvre la réflex­ion et l’en­vie d’en con­naître davan­tage et d’agir.

Nous ne pou­vons qu’en­cour­ager nos lec­tri­ces et lecteurs qui seraient en recherche d’une ini­tia­tive de sou­tien au Roja­va, ou plus large­ment pré­par­eraient l’or­gan­i­sa­tion d’un événe­ment, à pren­dre con­tact avec la troupe pour très vite retenir des dates, car cette pièce et le bouche à oreille qu’elle va sus­citer va être très demandée, nous en sommes certains.

Là où la vio­lence est la plus vive, fleu­rit le plus bel espoir ! Quand les femmes sont oblig­ées de pren­dre les armes pour défendre leur peau et lut­ter con­tre la bar­barie, elles en prof­i­tent pour se libér­er du sys­tème patri­ar­cal qui les opprime depuis des siè­cles et réfléchir à un mod­èle de société plus juste et harmonieux…”

 

arbre compagnie la guerre des filles

Cliquez pour agrandir

Cette his­toire se passe au Roja­va, petit ter­ri­toire au nord de la Syrie habité par des kur­des. Aujourd’hui…

Il était une fois une con­trée où rég­nait la ter­reur et le chaos,

Une con­trée gou­vernée par un pater­nal­isme tyran et un dieu misogyne,

Il était une fois des femmes kid­nap­pées, vio­lées, tor­turées, massacrées,

Il était une fois un inso­lent brin d’espoir qui avait poussé juste­ment au milieu de cette terre dévastée.

Une jolie fleur sur un tas de fumier.

Il était une fois une fleur frag­ile, aux racines pro­fondes et aux pétales exposés à tous les vents hostiles,

Il était une fois une fleur sauvage com­posée de femmes rebelles venues de plusieurs horizons,

Il était une fois un tout petit ter­ri­toire où les femmes se défend­ent, se fédèrent, s’instruisent,

Il était une fois des ama­zones post-mod­ernes por­tant des valeurs uni­verselles et élab­o­rant une société écologique démocratique,

Des femmes ouvrant leurs bras aux hommes,

Des femmes et des hommes oeu­vrant à sor­tir ensem­ble du sys­tème de dom­i­na­tion mas­cu­line traditionnel,

Il était une fois un tout petit ter­ri­toire représen­té par une assem­blée par­i­taire, mullti- con­fes­sion­nel et pluri-ethnique,

Il était une fois une com­mu­nauté inter­na­tionale focal­isée sur la ter­reur et la peur qui asservit les peuples,

Une com­mu­nauté inter­na­tionale et des médias qui ne voy­aient pas cette petite fleur,

Une jolie fleur sur un tas de fumier.

Cette his­toire se passe au Roja­va, dans le nord de la Syrie. Aujourd’hui.

Vanes­sa Sanchez
met­teuse en scène


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit mag­a­zine qui ne se laisse pas caress­er dans le sens du poil.