Les “Mères du Samedi” (Cumartesi anneleri) cherchent leurs enfants et proches depuis 1995. Ces femmes se rassemblent tous les samedis à Galatasaray à Istanbul, pour demander quel a été le sort de leurs enfants et proches “disparuEs” en garde à vue ou victimes d’assassinats non résolus.

Les revendications principales des familles sont la mise au grand jour des faits réels concernant leurs proches, enregistrés dans des documents d’Etat. Elles demandent la réforme du Code Pénal turc afin qu’un délit de « disparition forcée » puisse être inclus de façon qu’il ne puisse pas être concerné par une prescription, et que la Turquie signe la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées

les mères du samedi

Les mères du Samedi – 500ème semaine

La semaine du 24 septembre, est la 600ème semaine depuis le début de leur combat.

Les mères du Samedi et leur famille lancent un appel à travers la Section de l’organisation des Droits Humains à Istanbul (Commission des disparitions forcées en garde-à-vue secrète) et l’entremise du HDK-France (Congrès démocratique des peuples en Turquie), à toutes et tous, pour les soutenir, dans toute la France.

Voici leur appel porté par : le HDK-France (Halkların Demokratik Kongresi/Congrès démocratique des peuples en Turquie) et la Section de l’organisation des Droits Humains à Istanbul (Commission des disparitions forcées en garde-à-vue secrète)


Depuis le 27 mai 1995, nous, les Mères du Samedi et les familles des disparuEs politiques, nous avons lancé avec les militantes pour les droits humains un appel de dénonciation contre le système des disparitions forcées avec garde-à-vue secrète en Turquie.

Depuis lors, chaque samedi à midi, nous nous rassemblons sur la place Galatasaray, le centre le plus fréquenté de la ville d’Istanbul.

Par cet acte, nous avons maintenu jusqu’à aujourd’hui la désobéissance civile la plus longue dans ce pays contre la pratique très ancrée de la Terreur d’État, qui a recours aux disparitions forcées avec garde-à-vue secrète pour éliminer l’Opposition et instiller la culture de la peur au sein de la société.

Nous, les Mères du Samedi, dont les enfants et les proches ont été arbitrairement mis en garde-à-vue secrète, interrogéEs et torturéEs, puis assassinéEs par les forces de sécurité de l’État turc, nous avons adopté ce mot d’ordre :

“Nous voulons tous nos enfants disparuEs !”

Avec les personnes solidaires à nos côtés, nous exigeons sans cesse la Vérité et la Justice en brandissant les portraits des centaines de disparuEs et des œillets rouges.

  • Pour la 600ème semaine, ce samedi 24 septembre 2016 : nous, les Mères du Samedi nous nous rassemblerons une nouvelle fois avec des personnes solidaires à nos côtés.
  • Depuis 600 semaines : nous, les Mères du Samedi recherchons nos proches disparuEs.
  • Depuis 600 semaines : nous, les Mères du Samedi, exigeons la Justice.
  • Depuis 600 semaines : nous luttons pour la dignité humaine en clamant cette évidence : “En fait, les fascistes veulent la disparition de notre humanité!”
Les Mères du Samedi – 1998

Les Mères du Samedi – 1998

Les Mères de la Place de Mai d’Argentine manifestant avec les Mères du Samedi de Turquie et du Kurdistan.

Quel que soit le pays et le lieu où vous vivez dans le monde, nous vous invitons à vous joindre à nous, les Mères du Samedi, lors de notre 600ème rassemblement de dénonciation : ce 24 septembre 2016.

Nous vous invitons à soutenir notre exigence de Justice, Vérité et Paix contre le crime universel des disparitions forcées avec garde-à-vue secrète lequel est une arme de la Terreur d’État capitaliste.


*

Nous allons ajouter les lieux et heures des RDV ici.
Communiquez-les à Kedistan SVP ! miyav@kedistan.fr ou sur Facebook  | Twitter

 

Samedi 24 à 12h00
– Paris, Place de Bellay – Les Halles
– Strasbourg, Place Kléber
– Bordeaux, Place de la Victoire
– St Brieuc, devant la Préfécture

*

les mères du samedi


KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.