Article de témoignages publié le sur le blog Ne var ne yok.
Vous pouvez également lire : Témoignages en direct #2


Etat de siège à Diyarbakır (partie 1) :

“La sale guerre de l’Etat turc s’intensifie”

Depuis juin dernier, l’Etat turc et ses flics – se réclamant pour un certain nombre de Daech – font monter la pression au Kurdistan. Certaines villes et quartiers du Kurdistan déclarent en effet leur autonomie en écho au mouvement autogestionnaire qui voit le jour au Rojava (Kurdistan syrien) et cela ne plaît pas du tout au président-dictateur Erdoğan et à ses collègues de la bourgeoisie turque. Leur réponse est la reprise de la « sale guerre » des années 90 que leurs prédécesseurs avaient menée contre le peuple kurde. Cela se concrétise par des centaines de couvre-feux de plusieurs jours à de nombreux endroits, ainsi que le sièges de villes et quartiers. (Un article sur le site Susam-sokak reprend ça en détail ; voir aussi Kedistan.fr). Neuf jours de siège à Cizre (120.000 habitants) pour y exterminer les « terroristes » kurdes [sic] en septembre. Puis Silvan en novembre où les tanks turcs ont détruits 3 quartiers. Puis Nusaybin à Mardin,… et Diyarbakır, la plus grande ville du Kurdistan (850.000 habitants)que beaucoup considèrent comme la « capitale » du peuple kurde… Diyarbakır (Amed en kurde), plus précisément, Sur, le quartier de la vieille ville fortifiée, un symbole historique et l’un des trois « cœurs » de Diyarbakır avec les quartiers d’Ofis et de Bağlar. Sur, sa population pauvre et son labyrinthe de ruelles, coupée du reste de la ville…

Voici un récit des journées du 8 au 11 décembre.

nevarneyok-diyarbakir-1

8 décembre : Sur sous les bombes et les balles

Sur, la vieille ville fortifiée de Diyarbakır, est assiégée par les forces armées de l’État turc depuis maintenant 7 jours consécutifs. Nous voulions nous rendre dans le quartier comme à notre dernière visite il y a quelques mois. Mais aujourd’hui, impossible d’avancer plus loin que sur le trottoir en face de l’historique muraille. Pour qui y a déjà été, les souvenirs reviennent vite, il n’y a pas à dire ce quartier il est difficile de ne pas aimer y venir et s’y perdre dans ses ruelles. On y trouve, en temps normal, des vendeurs de racines et leurs charrettes en bois, des boissons chaudes improbables, des échoppes par milliers, des terrasses où l’on boit le thé sans soif ni fin, des femmes marchant avec leur gosses ou leurs copines bras dessus bras dessous, des vieux en train de glander allongés sur l’herbe, des jeunes rigolant en pagaille… Sur !

Et ce que l’on peut voir aujourd’hui est maalesef [malheureusement] à des années-lumière de tout ça. Les commerces sont fermés, plus personne dans les rues, impossible de franchir Dağkapı, une des portes de la vieille ville. Tout accès est bloqué. La meydan, la place, par laquelle on accède à la vieille ville, habituellement pleine de gens, est vide : un chien errant essaye de trouver un passage à travers les barrières de police, panique un instant, et parvient enfin à trouver à une sortie au piège dans lequel il était pris. Les flics en civil, kalach’ à la main, font face aux passants qui les regardent inquiets. D’autres keufs patrouillent dans leurs panzer (blindés de la police) ou dans leurs toma (canons à eau utilisés au quotidien). C’est ce que l’on peut voir du siège de Sur. Tout a bien changé en l’espace de quelques mois : à l’extérieur de la vieille ville, malgré une ambiance pesante, les gens continuent de vivre leur quotidien quasi « normalement », à ceci près que chacun entend tirs en rafales, grondements et explosions, chacun voit des colonnes de fumée noircir le ciel. Les gens qu’on croise et rencontre, racontent tous les mêmes choses. Nous en partageons les quelques bribes qui nous sont parvenues : les forces spéciales balancent en effet des bombes par hélicoptère sur les habitant.e.s et les camarades qui résistent à l’intérieur. Et même une mosquée de Sur, monument qui date de plus de 500 ans, a été littéralement soufflée par une bombe des flics. Les pompiers venus pour éteindre la mosquée en feu, n’ont eu droit qu’à une seul mot des forces spéciales : « Laissez ! Cette ville de sales bâtards devrait cramer en entier »… Face à cela, des guerillas et des jeunes des YDG-H sont venus aider à défendre le quartier. On nous dit qu’ils et elles sont à peine 200, mais se relayent par groupe de 10 ou 15 à tenir les positions. Les forces spéciales qui font le siège n’arrivent pas à rentrer et se font régulièrement mettre à l’amende (blindés détruits, keufs blessés ou tués). Les guerillas ne sont pas les seuls à défendre le quartier : des habitantes de Sur de tous âges, elles aussi, aident à monter les barricades de sacs de sable et prennent les armes pour se défendre.

Aujourd’hui, ce 8 novembre, quelques centaines d’habitants ont manifesté dans le quartier d’Ofis pour dénoncer ce sièges qui n’en finit plus. La foule a forcé le barrage des flics, les jeunes ont dressé des barricades et ont attaqué la police. Mais les keufs sont arrivés en mode commando, ont gazé comme des porcs, utilisé leurs canons à eaux, tiré avec leurs flash-ball, et également à balles réelles : un jeune de 14 ans a été touché par une balle, il est mort quelques heures plus tard. Plusieurs témoignages précisent que les assassins du jeune sont des flics spéciaux, sortes de barbouzes, sortant d’un gros 4×4 noir banalisé et vitres teintées qui rode souvent aux alentours des manifs…

Une personne, habitant non loin de Sur, conclura cette journée : « On s’endort avec le bruit des tirs… Et on se réveille avec le bruit des tirs. »

nevarneyok-diyarbakir-2

9 décembre : le reste de la ville sous les gaz

Comme tous les jours, aujourd’hui encore les avions de chasse survolent la ville et maintiennent une pression psychologique par le boucan qu’ils font. C’est aussi la 8ème journée consécutive de siège du quartier de Sur. Le fracas des explosions et le bruit des rafales retentissent toujours, les nuages de fumée montent vers le ciel derrière les murailles de la vieille ville fortifiée. A midi, en parlant avec un vendeur de journaux à Ofis, nous apprenons qu’une manifestation a lieu une heure plus tard pas loin de là où nous nous trouvons. Nous nous y rendons. Les flics sont partout : blindés, canons à eau, police anti-émeute, keufs en civil kalash’ à la main. Il s’agit pour la petite centaine de courageuses et de courageux du jour de faire entendre les revendications suivantes : la libération d’Abdullah Öcalan – toujours prisonnier sur une île turque dont il est le seul résident depuis 1999 et dont plus personne n’a de nouvelles depuis avril dernier – ; la reprise des négociations pour la paix ; et la reconnaissance d’autonomie formulée par les villes et les quartiers du Kurdistan par l’État turc. Autant dire que c’est tendu et stressant, les flics instaurant là encore une ambiance de petite terreur. Le rassemblement s’ébroue et commence à partir en manif. La police menace en hurlant dans les hauts-parleurs que manifester est interdit (comme en France !) et les blindés et les casqués se lancent illico à la poursuite de la déambulation. Les manifestants décident de ne faire qu’un tour de pâté de maison pour calmer les ardeurs de la flicaille, ne pas lui permettre de gazer, tabasser et tirer dans le tas une fois de plus. Une demi-heure plus tard, après sit-in et prises de paroles, les manifestants se dispersent. Nous partons nous balader dans les quartiers alentours. Quelques heures plus tard nous avons à nouveau droit au gaz lacrymogène. Toutes les rues que nous empruntons en sont gavées. Les nombreux passants – pères de familles, lycéennes, vieilles femmes – pleurent tout comme nous. Personne ne sait vraiment ni où ni pour quelles raisons les keufs ont gazé depuis leurs blindés. Ce gaz se répand partout, il est invisible et met du temps à s’évaporer. On nous dira le lendemain que c’est un gaz d’un type nouveau, et bien plus puissant qu’avant : « Ça fait 22 ans que je suis là et que je respire du gaz, celui-ci est pire que les précédent… »

nevarneyok-diyarbakir-4

10 décembre : solidarité avec les assiégés

13 heures. Manifestation aujourd’hui en solidarité avec les habitants et les camarades qui résistent

aux assauts de l’État dans Sur. 500 à 600 personnes, à peine, devant la Porte d’Urfa de la citadelle. Gros dispositif policier, comme d’habitude. Mais qui ne suffit pas à démotiver les manifestants qui font face. Ça tape sur les rideaux de fer baissés, ça siffle et frappe dans les mains pour faire un maximum de bruit et se faire entendre depuis l’intérieur. Ça ressemble quasiment à une manif devant une taule en soutien aux prisonniers. Beaucoup de jeunes voire de très jeunes, de 8 à 14 ans, qui courent en ribambelle. Comme le fait remarquer un manifestant, « Ce sont les mères et les enfants qui nous aident à tenir moralement. La vraie force ce sont eux ». Un bon paquet, aussi, de grand-mère remontées par des décennies de massacre, de tortures, de taules et d’humiliations racistes au quotidien.

Le face à face avec les flics dure bien deux heures : la police menacent régulièrement d’attaquer la manifestation car elle est interdite (comme en France !) ; les cocuklar, les enfants, s’échauffent et commencent à dépaver et briser les briques pour en faire des projectiles ; les adultes calment le jeu et appellent tout le monde à venir s’asseoir et chanter la guerilla au plus près des flics. Et dans les temps morts ça discute. Un certain nombre de personnes s’énervent contre le fait qu’il y a vraiment peu de monde, comme le fait ce père de famille : « Mais où sont les autres ? Cette ville est gigantesque et nous ne sommes que 500. Que font les autres ? Ils boivent du thé ? » Et c’est vrai que la question se pose. L’État turc joue la carte de la terreur et de l’épuisement : il tente de diviser le mouvement en effrayant le plus grand nombre. Tous les États procèdent ainsi, ce n’est pas nouveau, mais le phénomène semble visible de manière cruciale en ce moment à Diyarbakır. La plupart des discussions tournent autour des questions de la paix et de la guerre. « Faut il attendre encore avant d’assumer franchement la guerre qui nous est faite ? » ; « La paix, il faut œuvrer à la paix et ne pas céder aux provocations de l’État » ; « D’accord, mais en attendant, ils tuent tous les jours plusieurs de nos jeunes » ; « Est-ce que le PKK et les YDG-H adoptent la bonne stratégie ? L’autodéfense des villes et des quartiers, est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? » ; « Il n’est pas possible de baisser la tête devant Daech et Erdoğan ! »… etc. Telles sont les discussions, les questionnements, les prises de têtes du moment.

Cinq cocuklar de 9 à 13 ans lancent un chant révolutionnaire, la foule les reprend en chœur. Puis d’autres jeunes allument deux grands feux à même la chaussée. Vieux frigos déglingués et autres débris font de bons combustibles. Mais ça ne plaît pas aux larbins du Sultan. Quelques minutes après ils chargent avec canons à eau et blindés lanceurs de gaz. Nous partons en courant dans les petites rues avant de se disperser.

11 décembre : État de siège et arnaque tactique

Toujours être entre guerre et paix. Telle semble être la stratégie de l’État turc et de ses forces spéciales. Hier au soir, il annonçait la levée du siège de Sur, mais ce n’était malheureusement que de la poudre aux yeux. Comme nous avons pu le constater en nous y rendant. Toujours être entre guerre et paix pour fatiguer, déstabiliser et faire tergiverser le mouvement kurde…

Nous nous dirigeons ver Sur, donc. Pour fêter la fin du siège, croyions nous.

Nous arrivons au meydan, les grilles de la police barrent toujours l’accès. Ce premier signe montre qu’il y a anguille sous roche. Et second signe : fouille à l’entrée, palpage et vérification des identités des personnes qui veulent rentrer dans Sur. Passeport européen, c’est louche, une vérification plus poussée. Avant de rentrer, par simple provocation, ou simple envie de comprendre leur présence dans un quartier où la levée de l’interdiction a été annoncée : « Pourquoi vous êtes toujours là ? » « Nous sommes làcontre la terreur »… Ah ! Une fois dans les rues où plus personne ne pouvait circuler depuis des jours, on comprend rapidement avec tristesse et colère, en voyant la multitude des forces de police, que ce n’est pas du tout une levée d’interdiction. C’est juste une « pause » avoueront rapidement les forces spéciales. Toutes les rues sont bloquées par des tireurs, qui ont le doigt sur la détente, près à tirer. Des agents cagoulés avec des kalashs à la main. Des tanks, des canons à eaux, et d’autres véhicules blindés… Si tu veux continuer à te déplacer ou emprunter une rue, les contrôles se font encore. Peu de commerces sont ouverts, peut-être un sur quatre. Les animaux enfin sont sans doute un bon indicateur sur l’ambiance de ces sales derniers jours : des cadavres de chats à même la rue, et les chats survivants semblent malades et affamés.

On atterrit à la terrasse d’un café au cœur de la vieille ville. Des femmes arrivent, se posent à côté de nous. Abattues. Elles parlent en kurde, et nous traduisent en turc leurs discussions : « On a entendu hier soir la levée du siège. On vient voir, et la déception est doublement douloureuse. Ça présage rien de bon. Les fouilles, les policiers, les tanks, partout. Quel sens ça donne à cette soit disant levée dinterdiction ? On ne peut même pas rentrer dans Sur. Vous imaginez ce que vivent les gens encerclés par les forces de l’État ? Ils sont sans eau, sans électricité, sans nourriture depuis neufs jours. Les seuls à se battre ce sont eux, nos jeunes. Et tout les autres ? Où sont tils ? Hein ? Je vous le demande ! Certains veulent la paix, la paix sociale, un accord qu’on attend, qui se ferait avec l’État, mais qui n’arrive pas. Et d’autres veulent se battre, faire la guerre, pour enfin avoir la paix : nos jeunes. Ilssont plus courageux que bien d’autres. Eux se battent pour nous défendre, pour qu’on puisse exister librement ». Comme d’autres ces derniers temps, elles critiquent le HDP pour la mollesse dans leurs propos « La paix avant tout », « Restez chez vous », et soulignent que ça casse le mouvement du peuple en le rendant plus frileux. Puis les femmes nous embrassent et s’en vont. Nous nous remettons en chemin. Et rapidement nous pouvons voir des maisons vides où il y eu des affrontements, les vitres sont brisés, des centaines de douilles de balles gisent au sol, et les sacs de sables se font plus nombreux. Pour celles et ceux qui continuer à s’aventurer près des zones d’affrontement, le risque de contrôle est grand. Et ça l’est encore plus pour les étrangers vus comme une réelle menace par les forces spéciales de la police du Sultan – journalistes, espions, pkk’lı, allez savoir ce que s’imaginent ces criminels… Une fouille de sac et ils sont toujours plus tendus, plus menaçants quand ils tombent sur un appareil photo ou un enregistreur audio : ça les fait psychoter. Expliquer le fait d’être des touristes ou simplement venu voir la famille n’évacuent pas toute méfiance. Heureusement ni photos compromettantes ni sons politiquement pas clairs. Ils hésitent et demandent à coup sûr ce que des yabanci, des étrangers, foutent dans les quartiers d’ici. Et bien on a plus le droit de circuler ou quoi ! Et si vous avez la malchance d’être français, le chef en cagoule finira par lancer menaçant :  « Vous voyez, en France, votre pays a déclaré 3 mois de couvre feu avec possibilité de prolonger à 6 mois. Ici en Turquie, nous sommes dans un vrai pays de droits. C’est un des pays le plus libre du monde. Tout le monde peut se déplacer librement. » Et oui, ça donnerait presque envie d’éclater de rire ! Même si ça peut être étonnant de voir qu’il connaît ce qu’il se passe en France et qu’il n’a pas tort.

Vite sortir de la souricière et de Sur, il y a vraiment des flics partout. Ce n’était effectivement qu’une arnaque tactique policière : permettre aux habitants qui le souhaitent de partir de chez eux, et ainsi, tenter d’approfondir la distance entre guerilla et peuple. Direction la sortie, donc. Dans la rue qu’on emprunte, une femme parle fort, avec sa fille qui l’accompagne et dit : « Sur est enÉtat de siège depuis 9 jours, et le gouvernement n’a pas réussi à avancer d’un pas dans ces rues. Enragé, l’État et sa force arméesont près à tout dévaster pour avoir le dernier mot, il y a qu’àvoir les photos. Ils veulent rentrer avec les tanks et les chars, mais la zone est maintenue par les forces du YDGH et du PKKavec des barricades, et des armes. Les habitants restant, soignent et soutiennent les combattants. Et là, ils font semblant d’enlever l’interdiction, pour vider les habitants restants et pour attaqueravec plus de violence Sur. Vous avez rien vu de ce qu’ils ont faitdedans. Allez voir là où ils interdissent l’accès. Ils ont tout démolit, et incendié. Que veux l’État ? Nous anéantir, en nous faisons passer pour des terroristes ? Je reviens de l’intérieur, j’habite dans ce quartier qu’ils ont saccagé avec la même violence et la même mentalité que Daesh. Et ils disent qu’ils sont là pour nous protéger. Ils veulent nous tuer un par un. Mais on continuera de résister. Pardon je vous parle, mais je sais même pas si vous êtes policiers ou agents de l’État. Mais ça m’est égal, j’en peux plus. » Elles nous disent qu’elles ont pris des photos de l’intérieur, et qu’elles veulent nous les envoyer, et faire entendre à l’Europe la terreur de l’État turc sur le peuple kurde.

[à suivre…]

MANIFESTATIONS partout en France:
Paris: dimanche 20 décembre, 13h, Place de la Bastille
Lyon : samedi 17h30 Place de la Comedie
Bordeaux: vendredi 18 décembre, 17h30
Nantes: vendredi 18 décembre, 18h
Strasbourg: samedi 19 décembre, 14h
Toulouse: samedi 19 décembre, 15 h 30, Monuments aux Morts
Marseille: samedi 19 décembre, 13h


Vous pouvez retrouver cet article et la suite, également sur le blog nevarneyok

Auteur(e) invité(e)
Auteur(e)s Invité(e)s
AmiEs contributrices, contributeurs traversant les pages de Kedistan, occasionnellement ou régulièrement...