Les Kurdes ont dit qu’ils se battraient jusqu’à la mort

kurdes

L’attaque contre les Kurdes à Afrin en Syrie nord, menace la force pluraliste la plus démocratique de ce pays. Par Meredith Tax.

La semaine dernière, la Turquie ouvrait un nouveau front dans la guerre syrienne, en utilisant son armée de l’air contre le canton syrien kurde d’Afrin – qui n’avait absolument rien fait pour provoquer cette attaque – alors même que la bataille contre Daech se poursuit à Deir Ezzor.Les Forces (SDF), dirigées par le YPG-YPJ kurde, se battaient avec le soutien des Etats-Unis. L’attaque de la Turquie contre les Kurdes syriens a ouvert un nouveau front dans la guerre, mis en péril ses relations déjà très fragiles avec les Etats-Unis et donné le feu vert aux djihadistes pour attaquer les Kurdes.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan, qui a annoncé que son “Opération Olive Branch” détruirait tous les nids de terrorisme en quelques jours, a lancé une offensive terrestre le dimanche 21 janvier, qui comprenait chars, troupes d’opérations spéciales et milices de l’Armée syrienne libre.

Bien que l’offensive terrestre ait été bloquée, la Turquie bombarde encore lourdement aujourd’hui. Jusqu’à présent, 23 janvier, au moins 24 civils ont été tués et environ 5 000 ont perdu leurs maisons. Les personnes déplacées n’ont nulle part où aller, car la Turquie a construit un mur le long de la frontière, et ceux qui arrivent à Alep sont refoulés aux points de contrôle du gouvernement syrien. Pendant ce temps, à l’intérieur, Erdoğan arrête n’importe quel journaliste ou politicien qui ose critiquer l’offensive sur les médias sociaux .

Afrin est le canton le plus occidental de ce que l’on appelle souvent du nom kurde Rojava; les deux autres cantons, Cizire et Kobane, étaient à l’origine séparés par un territoire contrôlé par l’EI, mais au printemps 2016, ils furent reliés. En août, les combattants kurdes et arabes du SDF ont chassé l’EI de Manbij. Les cantons sont sous l’influence politique du Parti de l’Union démocratique (PYD), mais sont dirigés par un organisme parapluie multipartite connu sous le nom de TEV-DEM. En décembre 2016, pour souligner son attachement au pluralisme plutôt qu’à la politique identitaire kurde, le Rojava a changé son nom pour  “Fédération démocratique du nord de la Syrie“.

Jusqu’à présent, Afrin, qui est célèbre principalement pour le savon à l’huile d’olive, a été l’une des parties les plus stables de la Syrie; pour cette raison, malgré un embargo turc, elle est devenue la destination de centaines de milliers de réfugiés, qui ont augmenté la population de 400 000 avant la guerre à environ 750 000 aujourd’hui. Afrin borde la Turquie au nord et est entouré de tous côtés par les forces gouvernementales syriennes et les forces rebelles, y compris Al-Qaïda. Comme d’autres parties du Rojava, Afrin est géré démocratiquement , en mettant l’accent sur le pluralisme religieux et ethnique, la justice réparatrice, la libération des femmes, l’écologie et les coopératives économiques.

La question de savoir combien de temps durera l’alliance militaire entre ces radicaux kurdes et les États-Unis après la victoire de Raqqa et la sortie de l’EI de la majeure partie de la Syrie est une question ré-ouverte. Pour convaincre les SDF – qui ont perdu au moins 650 combattants à Raqqa – de mener cette bataille, les Etats-Unis avaient promis un soutien futur. Ces promesses semblaient porter leurs fruits, lorsque le 15 janvier, Washington annonça qu’il continuerait à soutenir une force militaire de 30 000 personnes sur les frontières de Rojava avec l’Irak et la Turquie, et le long de l’Euphrate qui sépare le Rojava du territoire contrôlé par le gouvernement syrien.

Erdoğan, de manière prévisible, n’y est pas allé par quatre chemins. “Un pays que nous appelons un allié insiste pour former une armée de terreur sur nos frontières”, a-t-il dit. “Notre mission est de l’étrangler avant même qu’il ne soit né.” Moscou a également objecté. La Russie planifie des bases permanentes en Syrie, et il y a des preuves que l’ Iran le fait aussi. Aucun d’eux ne veut que les États-Unis ne fassent de même.

Les Kurdes avaient conclu leur propre accord avec la Russie en mars dernier, lorsqu’ils avaient laissé Moscou établir une base à Afrin, en échange d’une promesse de protéger le canton contre la Turquie. Le 18 janvier, la Turquie a envoyé une mission diplomatique à Moscou, et, deux jours plus tard, des représentants du gouvernement Assad ont rencontré les dirigeants des YPG à la base aérienne russe de Hmeimim, faisant pour eux une de ces “offres que vous ne pouvez pas refuser”.

Selon Sinam Mohamad , représentant diplomatique de la Fédération démocratique de la Syrie du Nord, les Russes ont déclaré qu’ils protégeraient Afrin seulement si les Kurdes la confiait au gouvernement Assad. Timur Akhmetov, analyste du Conseil des Affaires Internationales de Russie, a expliqué à Ahval News , un service d’information turc en exil démocratique, que le transfert d’Afrin au gouvernement syrien était vital pour que la Russie puisse montrer aux Kurdes ailleurs en Syrie “qu’ils peuvent s’auto-gouverner tout en gardant le gouvernement syrien en charge de la sécurité et des frontières.” 

Le but était de dire au monde que les Kurdes syriens ont besoin de Damas pour survivre.

Lorsque le YPG-YPJ a rejeté avec indignation leur offre, la Russie a retiré ses troupes, donnant ainsi effectivement le feu vert à la Turquie. Cette trahison a probablement fini les pourparlers de paix projetés par la Russie à Sotchi. La Fédération démocratique de la Syrie du Nord ne participera pas .

Et qu’ont fait les États-Unis pour protéger leurs alliés kurdes contre l’invasion de leur partenaire de l’OTAN, la Turquie? Fondamentalement rien, bien qu’ils aient “conseillé” à la Turquie d’éviter des dommages collatéraux inutiles – selon les mots du secrétaire d’Etat Rex Tillerson, “essayez d’être précis, essayez de limiter votre opération, essayez de faire preuve de retenue, voyons si nous pouvons travailler avec vous pour créer le genre de zone de sécurité dont vous pourriez avoir besoin.

L’objectif déclaré de la Turquie est de créer une zone tampon de 30 kilomètres à sa frontière avec le Rojava – un besoin que la Turquie n’a jamais semblé ressentir lorsque l’Etat islamique contrôlait cette région. La zone est supposée empêcher le YPG-YPJ d’attaquer la Turquie, bien qu’ils aient dit à plusieurs reprises qu’ils ne le feraient pas, de toute façon. Bien sûr, Erdoğan s’inquiète vraiment du succès du Rojava en tant qu’entité autonome, et que cela puisse être un mauvais exemple pour les Kurdes de Turquie, qui, sous la direction du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), résistent au gouvernement depuis 40 ans. D’abord en tant que mouvement de guérilla en quête d’indépendance puis, depuis 2005, en tant que mouvement pour l’autonomie et les droits démocratiques.

Dans ces conditions, une zone tampon suffira à peine à rassurer la Turquie. En fait, rien ne permettra à la Turquie de se sentir en sécurité tant qu’elle ne sera pas disposée à considérer ses Kurdes comme des citoyens ayant des droits plutôt que comme une menace existentielle. Nous sommes ici dans le pays d’Erich Fromm. Nous sommes confrontés à des phobies irrationnelles profondes qui sont ventilées et exploitées à des fins politiques.

À mesure que les bassins économiques de la Turquie et son isolement politique augmentent, ces objectifs politiques incluent un maintien du régime de plus en plus autoritaire d’Erdoğan. Une petite guerre pourrait le faire paraître indispensable. Et Afrin a dû sembler une victoire facile, pour cette énorme puissance militaire, avec ses fantastiques chars allemands et ses avions de guerre américains et ses missiles. La Turquie a déjà montré sa volonté d’infliger “des destructions massives et de nombreuses autres violations graves des droits de l’homme”, notamment de lourdes destructions dans les villes de Nusaybin et Cizre et dans le district de Diyarbakir, selon l’ONU .

Mais les Kurdes ont dit qu’ils se battraient jusqu’à la mort avant d’abandonner un pouce d’Afrin, et bien que les combattants YPG-YPJ d’Afrin n’aient pas de chars américains, ni de canons antiaériens, ils sont toujours une force formidable, aguerrie par des années de combat contre ISIS. Pendant ce temps, une grande partie de l’ancien commandement militaire turc a été emprisonné ou renvoyé après le coup d’Etat manqué de juillet 2016, et les milices de l’ASL n’ont pas encore vaincu les Kurdes.

Ces facteurs jettent un doute sur la promesse de la Turquie de nettoyer Afrin dans quelques jours et ensuite de prendre Manbij, un point stratégique actuellement détenu par les forces du SDF  et soutenues par des conseillers militaires américains. Erdoğan est-il vraiment prêt à affronter le Pentagone ?

Sinam Mohamad et d’ autres représentants kurdes appellent les Etats-Unis à déclarer une zone d’exclusion aérienne sur tout le Rojava, y compris Afrin, soulignant le rôle clé joué par leurs troupes contre l’EIIL et l’importance de leur modèle pluraliste pour la stabilité future en Syrie. À l’heure actuelle, Washington semble avoir deux politiques étrangères contradictoires : la Maison Blanche veut apaiser la Turquie, et le Pentagone veut soutenir les Kurdes.

Et que devraient soutenir les progressistes américains ?

Avec la défaite de l’opposition civile syrienne, la Fédération démocratique du nord de la Syrie est le seul endroit qui ressemble à la démocratie, sans parler du féminisme, dans la région; en tant que tels, ils méritent – et ont besoin – de tout notre soutien.

Mais Washington a toujours soutenu les tendances les plus répressives de la Turquie. La CIA était l’architecte de l’ état profond de la Turquie ; le Département d’Etat a mis le PKK sur sa liste terroriste en 1997 et Washington a organisé la capture du leader du PKK Abdullah Ocalan en 1999. En 2002, après que le PKK ait renoncé au terrorisme, l’Union européenne a placé le groupe sur sa liste terroriste à son tour; l’ONU pourtant n’énumère toujours pas le PKK en tant que tel.

De plus, les Etats-Unis et l’Europe ont régulièrement fourni à la Turquie des armes utilisées contre les Kurdes.

Cette alliance de style Guerre froide est devenue de plus en plus inconfortable. Erdoğan devenant un dictateur soutenant les djihadistes syriens opposés aux Etats-Unis et prenant la voie de la répression intérieure extrême, des attaques sanglantes contre ses propres citoyens, de l’islamisation et de la corruption généralisée. Maintenant, Erdoğan encourage la nostalgie de l’Empire ottoman , espérant clairement intégrer certaines parties de la Syrie.

Toute perspective de stabilité régionale, et encore moins d’engagement en faveur de la justice et de la démocratie, est totalement en contradiction avec les objectifs de la Turquie à ce stade.

Plutôt que d’apaiser Erdoğan, les Etats-Unis devraient l’inciter à cesser de persécuter les Kurdes en Syrie et en Turquie et à rouvrir les négociations avec le PKK, ainsi qu’à ramener la Turquie à un état proche de la démocratie.

À long terme, le modèle d’État-nation ethnique est condamné depuis longtemps et le soutien à l’approche fédéraliste de la gouvernance proposée par les Kurdes est la voie la plus claire dans des pays aussi hétérogènes que la Syrie, l’Irak et même la Turquie.

Même si Washington n’est pas capable de le reconnaître, nous devrions le faire.

Meredith Tax (texte original en Anglais,) 26 janvier 2018 – Librement traduit par Kedistan

meredith tax

Meredith Tax est une écrivaine et  féministe depuis la fin des années 1960.
Son livre sur les Kurdes, “Une route imprévue: les femmes combattent l’État islamique”, a été publié en 2016.

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts