Aslı Erdoğan : “Appel d’urgence !” “Acil çağrı!”

Aslı Erdoğan, arrêtée au lendemain de l’interdiction et de la fermeture d’Özgür Gündem, média d’opposition kurde, “croupit” sans jugement en prison.

Elle ne cesse d’appeler au secours une Europe endormie, ou plutôt concentrée sur la fermeture de ses frontières.

Voici une des lettres qu’elle envoie, comme autant de bouteilles à la mer, dans l’océan d’indifférence.

Elle rappelle le chiffre de 130 journalistes en prison. Il est sans doute dépassé si l’on compte celles et ceux, qui, sans carte de journaliste, et pourtant passeurEs infatigables d’information, ont couvert les états de siège au Bakur, et en paient aujourd’hui le prix par l’emprisonnement sans durée définie, avec l’accusation de “terrorisme”.

Nous attendrions effectivement un mouvement plus résolu de la part des médias européens, qui, en d’autres circonstances, n’hésitaient pas à établir des comptes à rebours sur leurs 20h, lorsque des otages étaient détenuEs.


ChEres amiEs, collègues, journalistes, et membres de la presse,

Je vous écris cette lettre depuis la prison de Bakırköy, au lendemain de l’opération policière à l’encontre du journal Cumhuriyet, un des journaux les plus anciens et voix des sociaux démocrates. Actuellement plus de 10 auteurs de ce journal sont en garde-à-vue. Quatre personnes dont Can Dündar (ex) rédacteur en chef, sont recherchées par la police. Même moi, je suis sous le choc.

Ceci démontre clairement que la Turquie a décidé de ne respecter aucune de ses  lois, ni le droit. En ce moment, plus de 130 journalistes sont en prison. C’est un record mondial. En deux mois, 170 journaux, magazines, radios et télés ont été fermés. Notre gouvernement actuel veut monopoliser la “vérité” et la “réalité”, et toute opinion un tant soit peu différente de celle du pouvoir est réprimée avec violence : la violence policière, des jours et des nuits de garde-à-vue (jusqu’à 30 jours)…

Moi, j’ai été arrêtée seulement parce que j’étais une des conseillères d’Özgür Gündem, “journal kurde”. Malgré le fait que les conseillères, n’ont aucune responsabilité sur le journal, selon l’article n°11 de la Loi de la presse qui le notifie clairement, je n’ai pas été emmenée encore devant un tribunal qui écoutera mon histoire.

Dans ce procès kafkaïen, Necmiye Alpay, scientifique linguiste de 70 ans, est également arrêtée avec moi, et jugée pour terrorisme.

Cette lettre est un appel d’urgence !

La situation est très grave, terrifiante et extrèmement inquiétante. Je suis convaincue que l’existence d’un régime totalitaire en Turquie, secouerait inévitablement, d’une façon ou d’une autre, aussi l’Europe entière. L’Europe est actuellement focalisée sur la “crise de réfugiés” et semble ne pas se rendre compte des dangers de la disparition de la démocratie en Turquie. Actuellement, nous, -auteurEs, journalistes, Kurdes, AléviEs, et bien sûr les femmes- payons le prix lourd de la “crise de démocratie”. L’Europe doit prendre ses responsabilités, en revenant vers les valeurs qu’elle avait définies, après des siècles de sang versé, et qui font que “l’Europe est l’Europe” : La démocratie, les droits humains, la liberté d’opinion et d’expression…

Nous avons besoin de votre soutien et de solidarité. Nous vous remercions pour tout ce que vous avez fait pour nous, jusqu’à maintenant.

Cordialement.

Aslı Erdoğan
1.11.2016, Bakırköy Cezaevi, C-9

Traduit du turc par Kedistan

les-purges-erdogan


Sevgili dostlar, meslektaşlar, gazeteciler ve basın üyeleri,

Bu mektubu size en eski gazetelerden biri ve Sosyal Demokratların sesi olan Cumhuriyet gazetesinin polis operasyonuna maruz kalmasından bir gün sonra Bakırköy Cezaevi’nden yazıyorum.

Şu anda gazetenin 10’dan fazla yazarı gözaltında. (Eski) genel yayın yönetmeni Can Dündar da dahil dört kişi ise polis tarafından aranıyor. Ben bile şok olmuş durumdayım.

Bu Türkiye’nin herhangi bir yasaya uymamak ya da haklara saygı duymamak yönünde bir karar aldığının açık bir göstergesidir. Şu anda 130’dan fazla gazeteci hapiste ki bu bir dünya rekorudur. İki ay içerisinde 170 gazete, dergi ve radyo/TV kapatıldı.

Şu anki hükümetimiz, “gerçeği” ve “doğruyu” tekelleştirmek istiyor, yöneticilerinkinden hafif farklı olan herhangi bir görüş şiddetle bastırılıyor: Polis şiddeti, günlerce ve gecelerce (30 güne kadar) gözaltı, hapis…

Ben 19 Ağustos’ta sırf “Kürt gazetesi” olan Özgür Gündem’in danışmanlarından biri olduğum için tutuklandım. Basın kanunun 11. maddesinin açıkça belirttiği üzere danışmanların gazete üzerinde hiçbir yasal sorumluluğu bulunmamasına rağmen, ben henüz hikayemi dinleyecek bir mahkemeye çıkarılmadım.

Bu Kafkaesk davada, benimle birlikte 70 yaşındaki dilbilimci ve çevirmen Necmiye Alpay da tutuklandı ve terörizmle yargılanıyor.

Bu mektup acil bir çağrıdır! Durum çok ciddi, korkunç ve aşırı derecede endişe vericidir. Türkiye’deki totaliter bir rejimin kaçınılmaz bir şekilde sonunda tüm Avrupa’yı da sarsacağına inanıyorum. Şu anda “mülteci krizi”ne odaklanmış olan Avrupa, Türkiye’de demokrasinin kaybının tehlikelerini tamamen göz ardı ediyor gibi görünüyor. Şu anda biz – yazarlar, gazeteciler, Kürtler, Aleviler ve tabii kadınlar – “demokrasi krizi”nin ağır bedelini ödüyoruz. Avrupa yüzyıllardır akan kanın ardından tanımladığı, Avrupa’yı Avrupa yapan değerler konusundaki sorumluluğunu üstlenmelidir: Demokrasi, insan hakları, ifade ve düşünce özgürlüğü…

Dayanışmanıza ve desteğinize ihtiyacımız var. Şu ana dek bizim için yaptıklarınıza teşekkür ederiz.

Saygılarımla

Aslı Erdoğan
1.11.2016, Bakırköy Cezaevi, C-9

DW Türkçe tarafından ingilizceden çevrilmiştir

Une pétition internationale est à signer ICI.

Et pour des propositions concrètes pour organiser un soutien, lire aussi :

Aslı Erdoğan, trois jours en décembre seraient un début…

 

 


Ajout du 10 novembre 2016

Le procureur a demandé pour les quatre conseillerEs et auteurEs d’Özgür Gündem, dont Aslı Erdoğan et Necmiye Alpay : la perpétuité réelle (incompressible), pour “appartenance à une organisation terroriste armée”, “Atteindre à l’intégrité de l’Etat”, et “propagande pour organisation terroriste”, ainsi que pour chacun des chefs d’accusation des peines de prison de 6,5 ans à 17,5 ans…

 


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Kerema xwe dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda  nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê  wek çavkanî  diyar bikin. Spas
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

About KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

Related posts