La police d’Erdogan ne se sent plus…

Aujourd’hui, c’était le 34ème anniversaire de la fondation du Conseil d’Education Supérieure (YÖK), responsable de la direction, de l’organisation et de l’inspection des universités en Turquie.

Des manifestations se sont déroulées à l’Université de Méditerranée à Izmir, et à l’Université d’Istanbul.

A Istanbul les étudiants se sont réunis devant la faculté de Sciences, dans le quartier de Beyazıt. La police, n’ayant pas autorisé la manifestation, est intervenue. Plusieurs étudiants refusant de disperser, ont été arrêtés, menotés au dos, et mis en garde à vue.

Dans la foulée, quelques policiers en civil ont voulu arrêter également Beyza Kural, journaliste de Bianet, la menoter au dos et la faire monter dans leur véhicule. Or, la journaliste ne faisait qu’exercer son travail.

Quand Beyza a déclaré qu’elle était journaliste, en montrant sa carte de presse, un des policiers l’a arrachée de ses mains et confisquée. La carte a été récupérée ultérieurement par d’autres journalistes.

Bianet, portail d’infos indépendant, publie la vidéo filmée par Beyza, lors de la bousculade et dénonce la police.

En effet, comme c’est parfaitement audible dans la vidéo, le policier civil dont on voit les jambes, menace la journaliste à deux reprises, avec ces propos inouïs  :

“Je vais vous dire une chose : en Turquie, rien, mais rien n’est plus comme avant. On va vous l’apprendre !”
(0:26)

“…. Vous allez apprendre, vous allez apprendre !”
(1:15)


La police est également intervenue à Izmir. Selon Kamera Sokak On compte 42 arrestations et gardes à vue dont 2 mineurs et un journaliste.

Photos de : Kamera Sokak | Can Kaplan & Cem Tekkişinoğlu

D’autres photos…

KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.

    Related posts