Intitulée «Prévention d’abus sexuels et de mauvais traitements sur les enfants” une note politique élaborée par divers organismes au service des enfants a dénombré en 2013 au moins 19 757 cas d’agressions à l’intégrité sexuelle des enfants. Cette note souligne que 46 % des agressions sexuelles ont lieu sur des enfants : 14417 condamnations ont été prononcées soit 61 % de toutes les condamnations. Cette note a été rédigée par les organisations suivantes : Le Centre Internationale pour Enfants (CPI), le Réseau de Prévention de la Violence contre les Enfants, le Réseau de Lutte contre le Commerce des Enfants

Les résultats d’autres recherches

Sur la question de la prévention contre la maltraitance des enfants quelques-uns des faits marquants de la note politique sont les suivants:

* Selon Ministère de la Justice, 650 cas de maltraitance d’enfants ont été portés à l’attention de l’Institut médico-légal.

* Selon le rapport de 2014 de la FNUAP, 91.000 adolescentes sont devenues mères à travers le monde. Un tiers des mariages dans le monde ont pour cause un enfant.

* Selon un rapport de 2009 sur la violence faite aux femmes, 11% des adolescentes et des jeunes femmes ont été contraintes à des rapports sexuels ou à des relations avec des enfants de moins de 15 ans. Pour les plus de 15 ans, il s’agit de 6%. Pour un même groupe d’âge, le pourcentage de femmes soumises par leur mari à des violences sexuelles est 14%.

Manque de datation

Le Centre Internationale pour Enfants (CPI), a souligné le manque de recherche et de datation sur cette question en Turquie. “La plupart des recherches se font sur la médecine et très peu en sciences sociales. Même si la recherche liée à l’abus sexuel en Turquie se concentre sur la sensibilisation, le diagnostic et les rapports et établit des données descriptives, elle ne porte pas sur la fréquence, la prévention et le traitement ».

“Aucune recherche”

Un des éléments marquants de cette note politique est d’indiquer également que les abus sexuels contre les enfants (comme la prostitution, la pornographie, l’abus sur Internet, le commerce sexuel des enfants le tourisme sexuel) ne sont pas étudiés en Turquie. “D’une part, la recherche sur la prévalence est limitée. D’autre part, il n’y a pas de recherche sur les incidents, les tendances dans le temps (répétées chaque année), la répartition géographique et les facteurs de risque qui y sont liés “.

Source Bianet – 650 New Child Abuse Cases in Turkey Every Month – 27 Nov 2014