Depuis deux jours de fortes inondations ont paralysé Hopa, commune d’Artvin et ont fait 8 morts, 19 blessés. Il s’agit des inondations les plus importantes des 50 dernières années à Artvin.

Mert Güvenç, Président de la chambre des Ingénieurs d’environnement du TMMOB (Union des Chambres des Architectes et des Ingénieurs) publie une déclaration concernant les inondations et pointe comme responsable de cette catastrophe les nombreuses centrales hydroélectriques installés anarchiquement dans la région.

Où sont donc ceux qui nous ont accusé de raconter des bêtises, de refuser le progrès du secteur électrique, et d’être des traitres contre la patrie, quand nous avions dit «vous ne pouvez pas retenir autant d’eau car ces terres ont leurs propres dynamiques» ? Vous croyiez que vous pouviez couper les rivières comme vous voulez, que vous pouviez orienter l’eau à votre guise ? En plus, l’eau qui a pu s’échapper des centrales ne peut pas traverser la route côtière pour atteindre la mer !

artvin-inondations-2

En effet les projets de centrales se multiplient comme des champignons en Turquie. Actuellement il existe 2000 centrales hydroélectriques en fonction, en construction ou en phase de projet dont une grande partie dans la région de Mer Noire. Et l’objectif du gouvernement est d’atteindre en 2020 le nombre insensé de 4000 ! Des luttes militantes et judiciaires sont menées contre ces projets destructeurs qui se trouvent pratiquement tous dans des régions naturelles à protéger. Ces luttes sont initiées et soutenues par les populations qui deviennent de facto de véritables ZAD comme nous en connaissons à Notre-Dame-Des-Landes, à Agen, à Oléron ou ailleurs…

La rivière Melet à Ordu, avant et après la centrale

La rivière Melet à Ordu, avant et après la centrale

Ces “projets” qui sont censés préparer d’autres “projets” de développement économique ou d’urbanisation sont en fait déconnectés de toute réflexion d’ensemble, et souvent mettent des “bétonneurs” en concurrence plus qu’ils ne préfigurent un quelconque avenir, comme furent à une époque construits des immeubles toujours vides aujourd’hui, dans des zones improbables… Chantiers, constructions, pots de vin, profits de très court terme, financements sans transparence, amitiés politiciennes ou conflits d’intérêts. “Des chantiers de boîte à chaussures”…

Ces projets ne reposent pas non plus sur des demandes de populations, des besoins mis en évidence et identifiés, mais sur un postulat de “production d’énergie” exportable dans le pays ou ailleurs (je vous dit pas les pylônes… et les déperditions). Ils copient les modèles de centralisation énergétique qui ailleurs montrent leur échec (sauf pour les exploitants). Les mêmes veulent bâtir “centrales nucléaires” et centrales “hydro-électriques”, comme “centrales charbon”, dans le simple souci du profit à tous les étages.

Certains de ces “projets”, datant déjà de quelques années, après des batailles juridiques sur l’environnement, puis l’utilisation de l’eau, s’avèrent aujourd’hui au point mort faute de ressource naturelle suffisante pour les faire fonctionner ensuite. Aux populations de gérer les dégâts laissés.

Kedistan avait déjà relayé quelques unes de ces nombreuses luttes contre les centrales, comme celle de la Vallée de Kamilet et de Zile
Il n’y a pas que les centrales qui griffent la peau et qui mangent le coeur de la nature… L’extraction d’or au cyanure fait partie des causes de luttes… comme à Fatsa.

Un des habitants des montagnes s’exprimait récemment devant le paysage dévasté de son pays. Ecoutez-le…

Je me suis fait virer de ce village deux fois. Le coeur aurait voulu que je vienne cent fois et que je me fasse jeter cent fois et que je ne voie pas cette catastrophe. Ceux qui font ça, c’est des humains ? Un Ministre du gouvernement, un Ministre d’Environnement et des forêts dit que les gens qui sont contre ça, sont des crétins. Allez qu’ils m’expliquent le crétinisme là… Qu’ils nous expliquent ça… Soit disant qu’il va planter des arbres. Tu vas les planter où ? Cette pierre est du granit mon ami. C’est du granit, du  granit ! Un poussière met des milliers d’années pour se détacher de ce morceau de rocher. Où planteras-tu des arbres ?
.
Allez disons que tu as replanté sur les hauteurs… A la moindre pluie, cette terre glissera vers le bas. Vous vous moquez de qui ? Vous nous avez déclaré traitre à la patrie. Nous sommes déclarés comme des traitres parce que nous avons lutté contre les projets de centrales hydroélectriques. Si les gens qui sont contre ces projets, contre ce massacre sont des traitres, oui, je suis traitre. Moi je ne veux pas qu’elles se construisent. Ici c’est mon lieu de vie.
.
Les gens, vous qui luttez ou pas pour vos rivières, s’il vous plait, s’il vous plait, ne prostituez pas vos rivières… Voilà le paysage, voilà la cata.
.
Ces mecs vont gagner de l’argent ici, et ils vont installer leurs enfants dans les meilleurs endroits au monde. Mais nous, nous n’avons pas d’autre endroit à aller.

Naz Oke pour Kedistan
.
Ici c’est à nous…

Naz Oke on EmailNaz Oke on FacebookNaz Oke on Youtube
Naz Oke
REDACTION | Journaliste
Chat de gouttière sans frontières. Journalisme à l'Université de Marmara. Architecture à l'Université de Mimar Sinan, Istanbul.