“Viens, frappe de ton petit poing et je t’ouvrirai.
Je t’ai toujours ouvert.
Je suis aujourd’hui par delà de hautes montagnes,
par delà le désert, le vent, la chaleur torride.
Mais je ne t’abandonnerai jamais…”

Anna Akhmatova

Ce vieux sac de plastique
qui flotte au vent,
balayant le trottoir de l’hôtel de la gare,
c’est moi.

Quand le vent souffle à l’intérieur,
dehors, tout est calme.

Je sais
que tu me comprends,
tu saisis,
à pleines pensées,
mon allusion désolée.

Endors toi,
Réveille toi,
Recouche toi, à nouveau,
sombre dans le sommeil,
c’est ta mer salée.

Recueille, sur la terrasse,
ce caillou noir finement poli,
et lance le par-dessus la rambarde.
Vois comme il roule dans la vallée.

Nul écho.

Depuis qu’un premier souffle a écarté tes lèvres,
ouvrant ta gorge au vent du sud,
un oiseau muet aux ailes brûlées
soupire en toi.

Quel vent a asséché le fil de cette voix?
Quel feu a réduit ces plumes en cendre?

Tu lèves ton poing vers le ciel,
tel un arbre après l’orage,
fiévreux et trempé.

Des jours puis des années ont passé
et la même parole secrète ruisselle.

Le temps ne compte pas,
ni ta peine,
ni le prix du sel,
ni ta vie.

Ton pays endormi,
je l’ignore,
je le contourne.

Les algues gonflent
comme on respire,
au ressac essoufflé
de la mer jalouse du rivage.

Si elle savait
comme la falaise
bouillonne intérieurement.

J’ai branché le courant en prise avec ta vie,
j’ai puisé ton électricité sur le seuil,
elle m’a déchiré sans pitié,
je suis un fil conducteur traversé d’éclairs,
une poignée de châtaigne dans le coeur,
j’ai pris le jus de ton flux,
je suis en prise avec la terre aussi.

Comment doser
en juste mesure
le poids du monde
sur ton front,
esclave de la lumière?

Esclave de l’aube,
esclave des reflets qu’aiguisent nos regards
sur ta face.

Esclave d’un désir qui a déchiré ton voile
et le mien.

Esclave d’un boiteux rêve de retour.

Comment doser
en juste mesure
le poids du monde
sur ton front?

J’ouvre un ciel rouge et pur sang
qui cavale sur ton dos rouillé,
écaillé, moulu.

Rentre chez toi si tu peux,
je dormirai en pleine mer,
car seuls les hauts fonds comprennent
le poids de mon amertume.

Lorsque le vent se lève,
les habitants de la vallée prennent peur,
son souffle les rend fou.

La mer et le désert se déchirent à l’ombre des dunes.
Personne n’en dit rien.
Les grains de sable et l’écume ont dessiné sur sa peau tendre la carte d’un monde en feu.
Personne n’en dit rien.
Iqbâl a parlé, Heaney lui a répondu,
personne n’en dit rien.
Tu t’es levé, vent du Sud,
avec les lèvres sèches et une soif de pierre noire.
Personne n’en dit rien.
Et pendant ce temps, à l’ombre des dunes,
se déchirent le désert et la mer.

Titi Robin

[vsw id=”7Avmmfq6rqo” source=”youtube” width=”640″ height=”344″ autoplay=”no”]

 

Vidéo | texte : Titi Robin (2016) | musique : Titi Robin (B.O. La Mentale 2002) | photos : ©Georgi Licovsk.
Pour survoler le travail du photographe macédonien Georgi Licovsk, visitez son site
Illustration : ©Georgi Licovsk | Epa | Corbis
Elue photo de l’année en 2015 par UNICEF

Vous pouvez aussi entrer dans sa musique par la porte du triple album “Les Rives”,  (Inde, Maroc et Turquie).


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.