Français | English

Nedim Turfent kitap kapak zehra dogan parrainages

L’association des journalistes allemands (DJV) de Hessen entreprend une campagne de parrainages de journalistes emprisonnéEs en Turquie.

Dans le cadre de cette campagne, notre ami et collègue Nedim Türfent est parrainé par Sylvia Kuck présidente de la section de Wiesbaden et membre du conseil d’administration.

La Cour de cassation turque ayant confirmé le verdict le 9 octobre 2019, Nedim Türfent, journaliste de l’agence DIHA, purge actuellement une peine de 8 ans et 9 mois d’emprisonnement. Il a été condamné pour des faits de terrorisme inventés de toutes pièces, à l’issue d’un procès inéquitable, au cours duquel des dizaines de témoins ont déclaré avoir été torturés pour venir déposer contre lui.

Incarcéré depuis le 13 mai 2016 dans la prison de Van, il continue à écrire pendant sa captivité, avec détermination.

Son recueil de poèmes en turc “Yaşamın Tutuklu Sayfası” (La page emprisonnée de la vie) est paru en juin 2020. La préface est de Ege Dündar, du PEN International, et la couverture est un dessin que Zehra Doğan avait réalisé sur un drap de l’administration pénitentiaire, alors qu’elle était elle-même incarcérée, pour Nedim.

L’association des journalistes allemands de Hessen avait déjà organisé des parrainages et soutenu d’autres journalistes et auteurs comme Deniz Yücel, Can Dündar, Meşale Tolu ou encore Zehra Doğan à qui elle avait décerné le prix de  “Plume pour la liberté de la presse” en 2018, alors qu’elle était encore en prison.1

Voici l’appel publié sur le site de l’association, rédigé par Sylvia Kuck.

Wiesbaden, 5 mars 2021 – L’association des journalistes allemands (DJV) de Hessen veut se concentrer sur la Turquie. Plus de 50 journalistes y sont emprisonnés sans procès. Le gouvernement Erdoğan les accuse de propagande terroriste. “Mais en réalité, ils ne faisaient que leur travail”, déclare Knud Zilian, président de DJV-Hessen. “Des collègues sont en prison parce qu’ils ont rapporté ce qu’ils ont vu et vécu, mais cela ne convient pas à Erdoğan et à son AKP.”

Les membres du DJV s’engagent à pratiquer un journalisme indépendant et critique. Comme en Turquie, il n’y a pratiquement pas de médias libres comme en Hesse et en Allemagne, ils, elles veulent soutenir leurs collègues emprisonnés avec des lettres et cartes. Cela a également aidé Deniz Yücel, le journaliste du “Welt” qui a des racines à Flörsheim en Hesse. Ce correspondant en Turquie a été libéré de prison à l’été 2018. Il soutient l’action de DJV-Hessen, car “l’isolement cellulaire, le fait d’être coupé du monde extérieur, est la chose la plus brutale que l’on puisse imaginer”.

Dans le cas de Deniz Yücel, les actions se solidarité, les parrainages, y compris celles de DJV-Hessen, ont aidé. Il en va de même pour Can Dündar, Meşale Tolu ou encore Zehra Doğan. Le DJV-Hessen avait décerné à Zehra la “Plume pour la liberté de la presse” en 2018. À l’époque, l’artiste et journaliste kurde était en prison à Diyarbakır. Peu après sa libération, elle a exposé à Wiesbaden, ses oeuvres créées en prison.

“Apportez votre soutien ! Nous vous communiquerons les adresses et vous accompagnerons dans votre action !”

Sylvia Kuck
info@djv-hessen.de
www.djv-hessen.de


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.