Castellano | Français | English

Moira İvana Millán est une des femmes leaders dans la lutte pour la terre et la liberté du peuple Mapuche. Elle est une des personnes importantes qui représentent le mouvement des femmes mapuches1

Pour lire les autres articles cliquez ici

symbole mapuche

Lorsque le Terricide rend l’air irrespirable, le problème ne se résout pas avec un masque à oxygène. Il est nécessaire de nettoyer l’air, la terre ; il est nécessaire d’enlever des siècles de saleté et de merde qui constituent les fondations du pouvoir.

Tout sent le pourri, comme une vieille décomposition qui ne semble jamais se terminer. Nous sommes malades jusqu’à l’estomac. Tant d’impunité nous donne la nausée, mais nous ne parvenons toujours pas à surmonter nos peurs pour aller nettoyer les territoires et les libérer des terricides et des spéculateurs de la mort.

Des milliers d’hectares brûlés, ajoutés à des milliers d’autres, deviennent des millions. La terre gémit sa douleur mortelle, et nous, les femmes indigènes, commençons à rugir avec des cris telluriques pour nos morts, et ceux de nos enfants, maintenant non seulement à cause de la famine, de la contamination, du vol d’eau, ou de la violence raciste. Maintenant, ils brûlent nos âmes en mettant le feu à nos terres.

moira millan incendies

Ici tout brûle…

Nous sommes devenus des corps jetables, des territoires sacrifiés, des vies jetables, sans justice. Ils tuent la terre et ses gardiens, et ça ne semble pas avoir d’importance. Les expulsions violentes se poursuivent et des territoires sont cédés sans la moindre honte à des entreprises minières, pétrolières, forestières et terricides de toutes sortes. Je me demande si nos os et les restes du terricide trouveront une vie humaine dans le futur pour les ramasser.

On dit du génocide indigène qu’il était nécessaire à la naissance de cet État-nation colonial sanglant. De ce terricide actuel, quelle naissance espèrent-ils obtenir ? Nous n’avons pas encore les chiffres exacts des zones brûlées cet été car les incendies se poursuivent. Tous intentionnels.

Nous n’avons pas non plus les statistiques des fémicides parce qu’ils continuent à nous assassiner ; nous n’avons pas le nombre exact de décès et les différentes manières d’assassiner que le système a. Mais nous sommes sûrs d’une chose, c’est que nous devons agir de toute urgence pour mettre fin à tant de décès.

Vous direz certainement que ce scénario COVID n’est pas propice à descendre dans la rue et à se battre, mais qu’il est propice à l’avancement des méga-mines, de la fracturation, des barrages et de l’extractivisme de toutes sortes. Les États sont déterminés à empêcher notre mort par le COVID ; cependant, ils peuvent eux-mêmes nous tuer, par la faim, la pollution, la répression et le sexisme. Mais de COVID il est interdit de mourir.

J’ai vu les montagnes flamboyantes de couleur rougeâtre et j’ai pensé que c’était le rouge de la colère, de la colère du pouvoir contre les gens qui disent Non à l’extraction ! Ils nous punissent pour avoir défendu la vie ; mais la lumière claire de l’aube s’imposera et apportera la vérité.

C’est pourquoi nous, femmes indigènes, disons que tant que nous n’aurons pas la justice, il n’y aura pas de paix !

Je vous demande du plus profond de mon piwke/cœur, tout le soutien.

Le terricide doit être considéré comme un crime contre la nature ; et les terricides doivent être condamnés.

Xepenge kom pu che !

Moira Millán, Weychafe Mapuche
A Puelwillimapu, Chubut, 12, Mars, 2021


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.