English Duvar | Français

L’opération turque Eagle Claw, à Garê, qui visait à libérer des officiers détenus par le PKK, s’est soldée par la mort de 13 ressortissants turcs et aucune preuve de gains géographiques. Cependant, l’opération a pourtant été qualifiée de “succès” par le gouvernement d’Erdoğan. Malheureusement, il n’existe aucun mécanisme juridique, aucune pression politique ni aucun pouvoir médiatique qui puisse tenir le gouvernement turc responsable de ses actions.

Le président Recep Tayyip Erdoğan avait promis de bonnes nouvelles pour la nation le 8 février, en disant: “Je vous conseille à tous de prêter une attention particulière à mon discours à la Nation, que je prononcerai mercredi. Je vais vous annoncer de bonnes nouvelles”.

Le 10 février était donc le jour de la “bonne nouvelle” promise. Ce jour-là, à 2 h 55, l’opération Claw Eagle 2 avait reçu le feu vert et 41 avions se sont dirigés vers la montagne Garê, dans le nord de l’Irak. Deux heures plus tard,  une offensive au sol a commencé parallèlement à un déploiement aérien d’hélicoptères.

L’objectif principal de l’opération aérienne était de libérer les soldats, la police et les agents des renseignements détenus par le PKK ou de kidnapper les dirigeants Duran Kalkan, dont la base se trouvait là, et Murat Karayılan, qui devait se rendre dans la région.

Ainsi, comme cette opération comportait deux éléments, une victoire sur les deux tableaux devait être considérée comme une bonne nouvelle. Une victoire politique même. Une occasion en or de sauver l’emprise stupéfiante de l’AKP-MHP (Parti de la justice et du développement / Parti du mouvement nationaliste) au pouvoir. Cependant, Erdoğan ne s’est pas adressé à la nation mercredi, et au contraire des nouvelles de “victimes” ont commencé à arriver.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a annoncé le résultat de l’opération le 14 février, en déclarant: “50 terroristes ont été neutralisés“. Les autorités turques utilisent souvent le terme «neutralisé» pour indiquer que les militants en question ont été tués, capturés ou qu’ils se sont rendus.

Akar a poursuivi en disant que l’armée avait retrouvé les corps des 13 Turcs, qui avaient été précédemment enlevés par le PKK et détenus dans une grotte au nord de l’Irak. Il a déclaré: “Lors de la fouille d’une grotte tenue sous contrôle, les corps de 13 de nos citoyens enlevés ont été retrouvés.”

Il a poursuivi son rapport en déclarant: “Cette opération, qui a été menée principalement avec des armes développées en Turquie, a porté un coup dur au groupe terroriste dans la région [de Garê]. Douze des Turcs enlevés ont reçu une balle dans la tête et un dans l’épaule. Tous les liquidateurs de la grotte ont été soit capturés, soit tués. L’opération est terminée. Nos forces terrestres et aériennes ont regagné leurs bases et casernes en toute sécurité.

Le ministre de la Défense Akar a qualifié l’opération de “succès” et a félicité le chef d’état-major Yaşar Güler et les autres commandants. Le général Güler a déclaré à propos des événements : “Notre champ d’opérations mesurait 75 kilomètres de large et 25 kilomètres de profondeur, c’était donc presque la plus grande région dans laquelle nous avons mené de telles opérations jusqu’à présent.” Le général a déclaré que le PKK s’était déplacé dans la région de Gara en raison des opérations précédentes de l’armée turque à Haftanin et Hakurk, et que des sources de renseignements avaient découvert où se trouvaient les citoyens turcs enlevés. Le général Güler a félicité le personnel qui a pris part à l’opération.

De quel genre d’opération de sauvetage s’agissait-il ? Qui ou quoi pourrait éventuellement être sauvé d’une zone bombardée par 41 avions jour et nuit ? S’il y avait une réelle opposition en Turquie, le “succès” de cette opération aurait été remis en question. Toute question posée par ceux qui ne jouissent pas de l’immunité politique sera certainement traitée en réponse par une oppression, une violence, une garde à vue et des emprisonnements accrus. En fait, des menaces accompagnées d’enquêtes ont déjà commencé hier.

Les HPG (Forces de défense du peuple) avaient annoncé le 11 février que des agents du renseignement, des policiers et des soldats, qui avaient été enlevés par le PKK en 2015, après la fin du processus de paix, étaient retenus en otage et que le camp où ils étaient détenus était alors bombardé par l’armée turque. Les familles des soldats et des policiers avaient même appelé à l’arrêt de l’opération.

Les policiers et les soldats qui ont été enlevés avaient écrit dans des lettres : qu’“ils seraient libérés si l’AKP le demandait”. L’AKP n’a jamais fait cela. Les familles des otages ont essayé de joindre le gouvernement à plusieurs reprises, mais leurs tentatives avaient échoué. Ils ont essayé d’être entendus par les partis politiques et les organisations de défense des droits de l’homme : les familles ont fait appel au groupe parlementaire d’opposition du Parti démocratique des peuples (HDP) pro-minorité, à quatre reprises, en 2015, 2016 et 2019, mais le gouvernement n’a pas reconnu leurs appels. L’Association des droits de l’homme (IHD), qui servait autrefois d’intermédiaire pour de tels cas, a également tenté de tendre la main pendant cinq ans. L’Etat, qui est censé discuter de toutes les options avec ces différents groupes, a simplement dit : “Nous ne négocions pas avec les terroristes“, et a clos la discussion.

Un député du principal parti d’opposition du Parti républicain du peuple (CHP) Murat Bakan a soumis cinq motions au parlement entre 2016 et 2018, mais n’a reçu aucune réponse. Sa sixième motion a reçu ce commentaire : “La lutte contre les organisations terroristes se poursuit avec détermination.” Ce n’était guère une réponse. La septième motion de l’adjoint Bakan, le 9 février, a donc seule reçu une réponse amère, avec les nouvelles amères résultant de l’opération.

De telles campagnes ont peut-être abouti à des résultats fructueux dans le passé, mais la propension du gouvernement actuel à se nourrir des conflits n’a permis aucune résolution pacifique au cours des cinq dernières années. Qui répondra à ces familles ? Que peuvent-ils éventuellement dire ?

La vérité amère est la suivante : il n’y a pas de mécanisme juridique, pas de pression politique et pas de pouvoir médiatique qui puisse tenir le gouvernement responsable de ses actions. Au contraire, quiconque osera poser une question sera qualifié de “terroriste” et jeté soigneusement à la vindicte et au lynchage organisé.

Vaincre le PKK en faisant un grand nombre de victimes ne change pas la donne sur le terrain, malgré les annonces de “succès” des forces armées. Si la série d’opérations Claw Eagle a contraint le PKK à se réfugier dans la région de Garê comme l’a indiqué le général Güler, et si la région de Garê est maintenant sous contrôle, comme l’a déclaré le ministre de la Défense, alors pourquoi les forces armées se sont-elles retirées après l’opération ? Ne seraient-ils pas restés s’ils y avaient eu autant de “succès” ? Ne resteraient-ils pas à Garê comme ils l’ont fait pour Hakurk et à Haftanin auparavant?

Cette vaste opération à Garê était la première de cette envergure depuis 1994, et le ciblage de Garê a un raisonnement spécifique derrière lui lorsque nous considérons les développements en Syrie et en Irak : le PKK utilise la région de Garê comme un passage de l’Irak vers la Syrie.

L’objectif de l’opération militaire à Garê n’était pas seulement le sauvetage des otages turcs, mais aussi d’y rester et d’établir le contrôle de la zone.

L’ensemble de l’événement ne donne pas l’impression de succès si l’on considère la planification, le ciblage et les résultats. Il évoque des images de la frappe aérienne de Roboski, le 28 décembre 2011, lorsque l’armée de l’air turque avait bombardé un groupe de civils kurdes impliqués dans la contrebande d’essence et de cigarettes, tuant 34 d’entre eux. On se souvient à peine de Roboski…

Néanmoins, même ces résultats ou échecs dévastateurs peuvent devenir le moteur de politiques nationales. La récente campagne qui propage l’idée que “Le HDP doit être fermé” est l’articulation d’un génocide politique en continu, visant à paralyser tous les mouvements d’opposition et à jeter de la dynamite dans les fondements de tout partenariat possible qui pourrait défier l’alliance au pouvoir AKP-MHP.

Au fond, cette opération représente la continuité d’une stratégie qui fait constamment une surenchère sur les objectifs, se développe géographiquement, et remet en question les capacités du pays, tout en nous éloignant de plus en plus d’une solution pacifique au problème kurde.

Cette stratégie est celle que nous connaissons bien, car elle associe complètement la frontière turque de 911 kilomètres avec la Syrie et la frontière de 384 kilomètres avec l’Irak à la demande de “sécurité contre le terrorisme“. Ceci est utilisé comme un facteur décisif dans toutes les négociations avec Bagdad, Erbil, Damas, Moscou, Téhéran et Washington.

Le désir de la Turquie de contrôler toutes les portes frontalières entre la Syrie et l’Irak, y compris les points de passage de Rabia et Semelka, est l’un des aspects les plus critiques de cette stratégie. Sa suggestion d’ouvrir un poste frontière à Ovaköy et de reconstruire l’ancienne route jusqu’à Mossoul ajoute une dimension économique à ce plan.

Suite aux visites du duo Akar-Güler à Bagdad et à Erbil le mois dernier, plusieurs parties s’attendaient à ce que l’opération militaire commence à Sinjar.

Parce que la négociation concernait toujours Sinjar. Cela rend l’allégation selon laquelle Bagdad aurait approuvé l’opération très irréaliste. Malgré l’existence d’un accord contre la présence du PKK à Sinjar, les opérations militaires de la Turquie sont également largement rejetées ; Les principaux acteurs politiques à Bagdad s’y opposent. Bien que cette sensibilité exista à l’égard de Sinjar, il existe un noyau de crainte concernant les rêves de la Turquie sur Mossoul.

Hashd al-Shaabi, qui est sous l’influence de l’Iran, augmente également sa présence au Sinjar, afin d’empêcher une opération militaire turque. Selon Rudaw Media Network, trois brigades de Mossoul, Najaf et Karbala ont été déplacées dans la région. La 21e brigade a été déployée à l’est du Sinjar, la 23e brigade à l’ouest et la 14e brigade au mont Sinjar. Abbas Ali, commandant de la force Badr affiliée à Hashd al Shaabi, qui s’est rendu à Sinjar, alors que Garê était le lieu de l’opération militaire, a déclaré : “Ni la Turquie, ni le PKK, ni aucune autre force, ne peuvent nous menacer. Telle est la souveraineté de notre pays, afin que quiconque qui veut venir ici ne puisse faire comme il l’entend.

Hadi al-Amiri, chef de l’Alliance du Fatah, a déclaré avoir des renseignements selon lesquels la Turquie envisagerait des opérations à Sinjar et a demandé au gouvernement de prendre des précautions. Le mouvement Asa’ib Ahl al-Haq a appelé la Turquie à se retirer. Le Mouvement al-Nujaba a déclaré qu’il y avait un plan d’invasion jusqu’à Mossoul et a averti: “Nous aurons la réponse la plus dure.” Telle était l’atmosphère à Bagdad. Cette atmosphère est connue des États-Unis, qui ne veulent pas que le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi soit ébranlé.

L’accord Sinjar signé entre Erbil et Bagdad, le 9 octobre 2020, était destiné à permettre aux pouvoirs centraux de prendre le contrôle et d’écraser le plan d’intervention de la Turquie.

L’Iran, qui est en faveur d’une frontière syro-irakienne intacte, souhaite que Hashd al Shaabi soit présent dans cette région. Les États-Unis, tout en soutenant l’accord, espéraient que les forces fédérales s’installeraient, pour que la Turquie soit rassurée et que le Hashd al Shaabi soit éloigné de la région. À un moment où le génocide des Yézidis par l’Etat islamique a créé une telle sensibilité, il est peu probable que les États-Unis soutiennent une opération militaire à Sinjar.

En d’autres termes, Garê a vu le jour parce que les forces militaires, politiques et diplomatiques, n’étaient pas assez matures pour le Sinjar.

Garê, cependant, n’est pas un front facile.

Cette zone rocheuse à 40 kilomètres de la frontière turque dispose de moyens d’approvisionnement par voie terrestre limités. Il n’y a pas de face arrière comme Haftanin et c’est une région accidentée où les attaques peuvent venir de tous les côtés. C’est l’une des bases les plus importantes utilisées par le PKK depuis 37 ans dans les domaines de la logistique, de l’éducation et de la santé. Capturer Garê, et s’y maintenir à long terme, nécessite un énorme renforcement militaire, une capacité d’approvisionnement, et le soutien des forces peshmergas locales.

Le terrain sur lequel la Turquie essaie de se tenir n’est pas solide. La Turquie est allée aussi loin, en raison de cette stratégie militaire, et de capacités accrues. Il y a une énorme motivation politique derrière cela. En conséquence, il est facile de prendre et d’exécuter des décisions. Mais pour quel résultat ? Il n’y en a pas.

Cette stratégie ne nous a pas rapprochés d’une résolution. Si la solution se trouvait sur les sommets de ces montagnes, elle aurait été atteinte depuis longtemps.

Fehim Taştekin


Fehim TaştekinFehim Taştekin
Journaliste d’investigation et chroniqueur de Turquie, il a écrit pour Radikal et Hürriyet et continue d’écrire pour Al Monitor, Turkey pulse. Il a aimé l’émission “Sınırsız” (sans frontières) sur IMC TV, chaîne de télévision interdite et fermée par le régime. Excellent analyse, il est spécialisé dans la politique étrangère turque et les affaires du Caucase, du Moyen-Orient et de l’UE. Il a écrit plusieurs livres, notamment “Rojava : Kürtlerin Zamanı” (Rojava : Le temps des Kurdes), livre interdit… Il est également fondateur et rédacteur en chef de l’Agence Caucase. Sur Twitter : @fehimtastekin

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.