Duvar English | Français

Les ingénieurs de Turquie mettent en garde contre la pause COVID-19 dans la production alimentaire, laissant entrevoir une crise alimentaire imminente.

Les représentants des syndicats d’ingénieurs de Turquie ont mis en garde contre une éventuelle crise alimentaire déclenchée par l’arrêt des importations provoqué par la pandémie de COVID-19. Alors que la Turquie produit la plupart de son riz, de son maïs et de son coton, environ un tiers est importé, a déclaré un représentant, ajoutant qu’une pause dans les importations pourrait provoquer une pénurie d’approvisionnement dans un avenir proche. 

La Turquie produit environ 70 % de son riz, tournesols, maïs et coton, mais les 30 % restants pourraient être compromis.

“Les importations sont en difficulté en ce moment, et si nous ne pouvons pas acheter ces produits, nous devrons augmenter la production”, a déclaré M. Suiçmez et il a ajouté que cependant, le gouvernement n’a pas diminué les prix de l’essence, des suppléments ou des engrais.

La Turquie dispose d’une réserve de nourriture et de boisson pour 6 mois, dans l’isolement COVID-19

“Si les agriculteurs ont du mal à planter maintenant, ou s’ils en sont incapables, nous serons confrontés à des problèmes avec beaucoup de produits à court terme.” M. Suiçmez a fait remarquer qu’un grand nombre des produits actuellement sur le marché ont été fabriqués en 2019 ou même en 2018, ce qui signifie qu’une pause dans la production en ce moment pourrait se faire sentir de toutes façons dans les années à venir.

Kemal Zeki, chef de la chambre des ingénieurs alimentaires du TMMOB Taydaş, a souligné à son tour, que la production alimentaire doit être planifiée de manière approfondie pour éviter d’avoir un impact sur le marché alimentaire. “Nous sommes devenus un pays qui importe tout. Lorsqu’il y aura un arrêt des importations, nous observerons des pics de prix pour les produits importés comme l’ail, et cette augmentation des prix se poursuivra”.

L’importance d’investir dans l’agriculture est apparue au cours dans cette pandémie COVID-19, a noté Taydaş, mais le choix d’investissement du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir est le secteur de la construction.

“L’AKP a enterré des milliards de lires turques dans le secteur de la construction pendant 18 ans, mais lorsqu’il s’agit de famine ou de crise, l’importance de l’agriculture a été révélée”.


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.