Erdoğan lance un appel à dons, des gouvernants européens font de même, alors pourquoi notre magazine ne le ferait-il pas ?

Haa oui, la concurrence… C’est le dernier de nos soucis.

Vous le savez, le magazine Kedistan ne vit et n’a de l’utilité que si l’on s’en sert, c’est à dire avec la générosité de ses lectrices et lecteurs. Et si nous nous livrions à l’exercice de la publicité ou au paiement des articles, en ces temps de confinement, nous pourrions profiter de l’affluence actuelle, sans besoin d’attestation. Mais nous resterons gratuit et sans pub.

L’abonnement à la lettre récapitulative des articles parus dans la semaine est également entièrement gratuit et accessible en deux clics sur le formulaire ci-dessous.

Nous cherchons effectivement à donner à lire et à voir, toujours avec le total bénévolat qui caractérise le magazine. A minima un article par jour. Et très souvent en plusieurs langues. Nous avons modifié la présentation du site en février et mars et espérons qu’il soit encore plus fonctionnel et facile à consulter. L’actualité du Moyen-Orient n’est pas que celle du Covid 19, et ce virus, grippant d’un coup le monde, a ouvert aussi un besoin de réflexion sur ses contradictions mises à jour. Nous tentons aussi d’apporter des pierres à ce débat là.

Kedistan n’est pas Notre-Dame et n’a nul besoin d’un budget colossal pour tenir debout. Mais il n’a aucune recettes cachées non plus. Nous tenons avec 250 euros mensuels aujourd’hui, tous déplacements étant proscrits, et les projets remis à demain.

Et cet appel à soutien ne s’adresse surtout pas à celles et ceux qui nous soutiennent déjà régulièrement depuis plus de cinq années déjà. Sans elles, sans eux, le magazine aurait jeté l’éponge. Merci encore.

Par contre, nouvelles et nouveaux lecteurs/trices, les Kedi vous tendent la patte, en passant.

Nous sommes très conscients que donner aujourd’hui (et ce sont toujours les mêmes) devrait abonder en priorité les associations d’entraides, les soignantsEs etc… Les toujours oubliéEs et destinataires des politiques d’austérité. Mais quid aussi  de la survie des médias alternatifs que vous aimez consulter, qui déjà vivent avec des souscriptions… Nous ne citerons personne pour ne pas en oublier un.

Un rappel. Tout don peut être déclaré sur la déclaration d’impôts, que vous soyez imposable ou non, et ouvre droit à défiscalisation.

Alors, à vo’t bon coeur Mssieurs Dames


Je m’abonne…