Zehra Doğan • Peinture d’évasion contre les scorpions d’Erdoğan

zehra dogan brescia

Nous aurons aussi des jours meilleurs ” Zehra Doğan et l’art des femmes kurdes. Une exposition à Brescia pour l’artiste, ancienne prisonnière politique en Turquie. Traduction d’un article de Eliana Como paru en italien sur Pop Off Quotidiano.


Italiano – Pop Off | Français | English

Il existe une région au Moyen-Orient, située sur un vaste plateau dans la partie nord et nord-est de l’ancienne Mésopotamie. Cela s’appelle le Kurdistan. Ce n’est pas un État indépendant et depuis environ un siècle, sa population est soumise à de nombreux harcèlements et violences, car elle revendique une autonomie au sein des États d’Iran, d’Irak, de Syrie et de Turquie. Seul le Rojava, grâce surtout à la résistance de ses femmes, depuis novembre 2013, a acquis une autonomie politique vis-à-vis de la Syrie, à nouveau gravement menacée aujourd’hui par l’occupation de l’armée turque d’Erdoğan.

Zehra Doğan est une jeune artiste kurde, née en 1989 à Diyarbakır, la plus grande ville à majorité kurde de Turquie. En 2016, elle a été arrêtée par le régime Erdoğan pour avoir publié un dessin de la ville de Nusaybin sur Twitter, assiégée pendant des mois par l’armée turque.
Zehra, à cette époque, est à Nusaybin pour témoigner avec ses dessins de ce qui se passe dans un territoire où ni les journalistes ni l’ONU ne sont autorisés.

Sa faute n’est que d’avoir remanié une photo, publiée quelques jours plus tôt, toujours sur Twitter, par la police spéciale turque. La photo originale montre la ville détruite par les bombardements et les chars qui ont finalement conquis les décombres victorieusement.

Nusaybin

Zehra change de point de vue, suppose celui de la population qui regarde abasourdi la ville en feu, et dessine des scorpions au lieu de chars.

zehra dogan nusaybin
Nusaybin, par Zehra Doğan. Œuvre numérique.

C’est l’armée turque qui a détruit la ville et publié la photo originale en saluant le massacre, mais c’est elle qui est arrêtée pour “propagande terroriste”. Lorsqu’on lui demandera pourquoi elle l’a fait, elle répondra qu’elle n’a rien fait, que ce sont les militaires qui ont détruit une ville entière, laissant des centaines de victimes innocentes enterrées sous les décombres, en particulier les femmes et les enfants. Un autre acte d’accusation pour sa condamnation est la photo d’une petite fille montrant une lettre écrite pour ses pairs occidentaux.

Elif, la petite fille kurde.

Zehra le poste sur Twitter, et le sourire désarmant de cette petite fille aux yeux noirs fait le tour du monde :
Je parle d’ici aux enfants de l’ouest. A Nusaybin, les écoles sont brûlées, il n’y a pas de cours (…) mais vous continuez à étudier et à créer un monde magnifique. Ne nous oubliez jamais (…) “. Zehra passera près de deux ans dans diverses prisons turques, malgré l’indignation internationale. Banksy dessine pour elle sur un mur de New York.

 

Banksy Zehra Dogan
Banksy, peinture murale pour Zehra Doğan à New York.

Il n’y a pas de véritable accusation contre Zehra, mais, après le coup d’État manqué de 2016, Erdoğan a imposé l’état d’urgence prolongé et la Turquie est en fait un pays gouverné par un régime fasciste qui, comme tout régime autoritaire, considère la liberté artistique et de la presse comme l’un des pires crimes contre le pouvoir. Erdoğan qui fait arrêter Zehra n’est rien d’autre à mes yeux qu’un Hitler qui condamne l’art dégénéré et ferme le Bauhaus. Seul le général Franco a tiré sur Federico Garcia Lorca. Staline imposera le réalisme socialiste comme art d’État et pousse Majakovskji à se suicider.

L’arrestation de Zehra n’est pas isolée. Des milliers d’hommes et de femmes sont expulsés des universités et des écoles, tandis que des journalistes, des députés et des intellectuels sont arrêtés. En prison, Zehra dit qu’elle ne peut voir le ciel que quelques heures par mois: “Je me suis perdu dans le bleu infini du ciel. Je suis monté sur un nuage pour courir vers la mer ” (extrait du livre Ecrits de prison). Mais elle a une arme puissante entre les mains, la même pour laquelle elle a été arrêtée. Son art.

Elle se retrouve dans des cellules surpeuplées, pleines de femmes et d’enfants, souvent, comme elle, sans autre faute que d’avoir exprimé une idée. Dans la cellule elles vivent également à 50, où elles pourraient tout au plus être 30. Elles n’ont qu’un seul moyen de résister à l’emprisonnement et à la condition dégradante à laquelle elles sont condamnées : la fraternité. Zehra, des années plus tôt, a fondé la première agence de presse exclusivement féminine, Jinha, pour parler de la guerre dans les zones frontalières entre la Turquie, l’Irak et la Syrie, du côté des femmes, c’est-à-dire de celles qui, malgré elles, vivent la guerre plus atrocement que quiconque, dans leur corps. L’agence est fermée depuis 2016, avec la proclamation de l’état d’urgence, avant même l’arrestation de Zehra. Mais d’une manière ou d’une autre, cette idée survit en prison.

Elle met son Art et ses compétences à la disposition de toutes ses camarades de cellule. Apprenez à dessiner dans le seul espace restant, accroupies sous le lit. Lorsqu’ils enlèvent également les couleurs et les pinceaux, elle continue avec un stylo et avec ce qu’elle trouve : café, thé, zeste de grenade, autres restes de nourriture, même ses cheveux. Et même le sang menstruel, qui redevient finalement un élément de la vie, n’est pas une honte pestilentielle à cacher et à ressentir de la honte et de l’horreur. Elle peint partout où elle peut, sur du papier d’emballage, des draps, des serviettes, du papier journal. Ses compagnes organisent même une exposition en prison, suspendant les tableaux avec des pinces à linge sur les fils où les vêtements sont suspendus pour sécher.

Probablement, elles parviennent à livrer les œuvres en les cachant parmi le linge à laver. Zehra et ses compagnes ne peuvent pas s’échapper mais font “s’échapper” leur art.

Dans ses œuvres, Zehra raconte son agonie et celle des autres femmes, leur quête de liberté à travers leurs rêves,

Zehra Doğan. Leflefoken ramanêmin (Les lierres de mes rêves)
40 x 60 cm, aquarelle sur papier kraft. 2016, prison de Mardin.
(photo : Jef Rabillon)

la tentative de se rapprocher pour se protéger.

Zehra Doğan. Kuş kadınlar (Femmes oiseaux)
150 x 142 cm, stylo à bille sur tissu. 2019, Prison de Tarse.
(Photo : Jef Rabillon)

Elle le fait aux yeux grands ouverts de ses femmes, comme des icônes immortelles

zehra dogan
Zehra Doğan. Özdinamik (Autodynamique).
67 x 56 cm. Stylo à bille, café, curcuma, jus de persil sur journal. 2017 prison de Diyarbakır.
Photo : Jef Rabillon

Ou dans ceux serrés, confiés comme une demande de salut à la main de Fatima.

pen français 15 novembre
“Fatıma’nın Eli” (Main de Fatma)
58 x 34 cm. Thén café, stylo bille, broderies, sur taie d’oreiller. 2018, Diyarbakır prison.
(Photo : Jef Rabillon)

Dans ses œuvres, elle raconte le drame de tout un peuple et en particulier de ses femmes.

Zehra Doğan. Gever.
146 x 97 cm. Stylo à bille, thé sur une serviette. 26 février 2018, prison de Diyarbakır.
(Photo : Jef Rabillon)

Un peuple subjugué par des scorpions venimeux, les mêmes personnes qui, dans le tweet qui l’a envoyée en prison, ont détruit Nusaybin. Elle raconte la capture d’Afrin.

zehra dogan afrin
Zehra Doğan. Efrin (Afrin)
130 x 90 cm. Stylo à bille, café, javel, jus de cynorrhodon, sur le tissu d’une jupe. 26 février 2018, prison de Diyarbakır.
(Photo : Jef Rabillon)

La mort de Muğdat Ay, décédé à l’âge de 12 ans.

Zehra Doğan. Muğdat Ay.
144 x 92 cm. Stylo à bille, thé sur une serviette. 2018, prison de Diyarbakır.
(Photo : Jef Rabillon)

et les corps torturés de femmes kurdes.

zehra dogan
Zehra Doğan. Düşlerin dansı 2 (La danse des rêves 2)
21 x 30 cm. Ecorce de grenade, peinture bleue clandestine, huile comestible sur papier. 2017, prison de Diyarbakır.
(Photo : Jef Rabillon)

Elle raconte la vérité atroce des corps nus, privés de toute sensualité complaisante et dérangeante.

zehra dogan
Zehra Doğan. Zincirleri Kırmak (Briser les chaînes)
21 x 29,5 cm. Crayon, teinture d’iode sur papier. 2018, prison de Tarse.
(Photo : Jef Rabillon)

Ce sont les vrais corps des femmes, pas l’objet du désir des hommes. Ils sont le sang de leur propre sang (14), la douleur de leur douleur, les rêves de leurs rêves. Ce sont des corps que seule une femme peut peindre comme ça.

zehra dogan
Zehra Doğan. Kanlı Bir Gün 2 (Une journée ensanglantée)
21 x 29,5 cm. Sang menstruel, jus de roquette, crayon, au dos d’une lettre. 2018, prison de Diyarbakır.
(Photo : Jef Rabillon)

Dans sa langue et sa poétique, les grands noms de l’art occidental se poursuivent: de la référence explicite au Guernica de Picasso au volume des corps de Cézanne aux atmosphères oniriques d’Odilon Redon et des surréalistes. Mais sur ces draps et sur ces tissus, il y a aussi la saveur de l’art oriental, la grâce transcendante et éthérée de l’art byzantin (œuvre “Dorşin”), la fixité du look des icônes grecques, les couleurs de l’art populaire moyen-oriental. Il y a tout cela à l’intérieur, mais, en même temps, l’art de Zehra Doğan ne peut être retracé à aucune de ces langues, à aucun artiste, à aucun courant, à aucune avant-garde.

C’est essentiellement elle, avec sa puissante capacité d’expression et la douleur des femmes de son peuple et de ses camarades de cellule, celles avec qui elle écrit qu’elle a “bâti un grand pays de déesses”.

Zehra Doğan. “Dorşin”. Œuvre numérique.

Zehra Doğan est désormais libre. Elle vit provisoirement à Londres, a exposé à la Tate Modern et enfin aussi donc en Italie (à Brescia au musée Santa Giulia, jusqu’au 6 mars). Elle est libre mais son peuple est toujours enchaîné.

Considérons comme un devoir de raconter son histoire, à travers ses œuvres et à travers son langage universel qui dénonce l’oppression patriarcale dans toutes les parties du monde et parle au peuple kurde comme à tout autre peuple opprimé. Si nous avons des jours meilleurs, cela dépendra également de la résistance des femmes comme Zehra.

Eliana Como

Post scriptum – À quelques centaines de pas de l’exposition courageuse de Zehra Doğan au musée Santa Giulia, organisée par Elettra Stramboulis, Brescia accueille une autre exposition, “dédiée” (comme disent les conservateurs) aux “femmes dans l’histoire de l’art”. L’exposition accueille uniquement des auteurs masculins. Les femmes ne sont que l’objet sans défense de cet art. Si vous passez par Brescia, visitez l’exposition de Zehra Doğan et considérez-la comme la seule qui célèbre l’art des femmes. Au lieu de cela, l’autre exposition est déserte, car, si belles que soient les œuvres de ces peintres, nous devrions franchement en avoir assez des critiques, des exposants et des conservateurs qui prétendent ignorer les nombreuses femmes peintres qui, tout au long de l’histoire de l’art, ont créé des œuvres extraordinaires, sauf annulation d’expositions, de musées et de livres. Victimes injustes de déplacements collectifs, qu’il est temps de dénoncer et de vaincre.

Zehra Doğan
Zehra Doğan. Palestine
97 x 99 cm. Mixtures naturelles sur toile. 2019 Londres
Photo : Jef Rabillon

eliana como


Eliana Como  est syndicaliste CGIL et animatrice d’une page FB dédiée aux femmes peintres. Vous pouvez la retrouver sur facebook au @chegenerediarte
E’ una sindacalista Cgil e curatrice di una pagina FB dedicata alle donne pittrici, @chegenerediarte
She is a CGIL unionist and the animator of a FB page dedicated to women painters. You can find her on facebook at @chegenerediarte

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
Potete utilizzare e condividere gli articoli e le traduzioni di Kedistan precisando la fonte e aggiungendo un link, al fine di rispettare il lavoro di autori/autrici e traduttori/traduttrici. Grazie
Auteur(e) invité(e)
AmiEs contributrices, contributeurs traversant les pages de Kedistan, occasionnellement ou régulièrement...
Avatar

AmiEs contributrices, contributeurs traversant les pages de Kedistan, occasionnellement ou régulièrement...

    Related posts