Elettra Stamboulis • Zehra Doğan, l’espoir dans l’esprit de résistance

Elettra Stamboulis

Kedistan avait croisé Gianluca Costantini sur les réseaux ; un dessinateur activiste, dont le site Internet channeldraw avait été interdit d’accès en Turquie, dès 2016, par décision de tribunal. Depuis, Gianluca n’a jamais cessé avec sa plume, de dénoncer les injustices, et de soutenir les victimes de la répression en Turquie, mais aussi partout dans le monde.

Quoi de plus logique donc, lorsqu’il s’est agi de soutenir la liberté d’expression, à l’occasion d’une exposition d’oeuvres de Zehra Doğan en Bretagne, il y a un peu plus d’un an, que d’inviter Gianluca à y prendre parole. Elettra Stamboulis l’accompagna alors et c’est ainsi que nous fîmes connaissance, en même temps qu’elle découvrait une partie du travail de Zehra. En novembre 2018, elle rédigeait déjà un article :  les crayons brisés de Zehra.

Depuis, nous avons été heureux de nous revoir, et qu’elle concrétise à Brescia en Italie une magnifique exposition, en présence de Zehra, un an plus tard, alors que celle-ci est aujourd’hui libre de ses mouvements. Comme nous l’écrivions dans un article récent, pour Kedistan, il s’agissait du dernier acte d’une campagne de soutien qui dura plus de trois années.

Elettra Stamboulis donne ici une interview très détaillée à propos de “l’art de résistance de Zehra” et analyse avec justesse les oeuvres qui seront exposées jusqu’au 1er mars au Musée Santa Guilia.


Italiano | Français | English

L’interview de Elena Bordignon avec Elettra Stamboulis, publié en italien, le 6 décembre 2019 sur ATP Diary.

Zehra Doğan, l’espoir dans l’esprit de la résistance

Entretien avec la commissaire d’exposition Elettra Stamboulis

Même si son expérience est dramatique, même si sa condition antérieure de prisonnière, puis d’exil est certainement une condition douloureuse et profondément injuste, son attitude envers le monde est celle de l’optimisme de la volonté, pour citer Gramsci.

Le Musée de Santa Giulia accueille – jusqu’au 1er mars 2020 – l’exposition passionnante de l’artiste et journaliste kurde du sud-est de la Turquie Zehra Doğan, “Nous aurons aussi des  jours meilleurs. Zehra Doğan. Œuvres provenant de prisons turques”.

Les œuvres exposées sont la synthèse d’une longue et touchante expérience dans les prisons de Mardin, Diyarbakır et Tarse, en contact étroit avec des femmes détenues avec lesquelles elle partageait non seulement la souffrance, mais aussi une forme “spéciale” de rédemption : l’art quotidien.

Elettra Stamboulis
Zehra Doğan.
Vue d’installation – Avec l’aimable autorisation de la Fondation Musées de Brescia.

Pour une lettre d’une fillette de 10 ans et un dessin – preuves de conflits sanglants sous couvre feu – publiés sur Twitter, Zehra Doğan a dû purger une peine de deux ans et neuf mois de prison : une période qui est devenue une sorte de temps suspendu pour “résister” par l’art.

Dessiner, peindre, mais surtout écouter et partager ses expériences avec d’autres prisonnières est devenu pour l’artiste une forme de liberté, une action pour “résister” à l’injustice et à l’intolérance.

A l’occasion de son exposition à Brescia, qui rassemble une soixantaine d’œuvres inédites, dont des dessins, des peintures et des techniques mixtes, nous avons posé quelques questions à la commissaire Elettra Stamboulis, pour étudier de nombreux aspects du travail de l’artiste, les questions qu’elle a abordées, les choix formels, le résultat de ses rencontres en prison, les raisons du choix des matériaux inhabituels pour la peinture : café, safran, safran, cendre, grenade, sang menstruel, javel – et enfin, et non des moindres, les raisons du titre de l’exposition, “Nous aurons aussi des jours meilleurs”.

Elena Bordignon : Vous avez abordé une histoire très touchante et passionnante : l’existence de l’artiste et journaliste Zehra Doğan. Son militantisme vient de loin et, en plus des événements douloureux qu’elle a documentés, elle a reçu de nombreuses récompenses pour son travail de journaliste. Pouvez-vous me dire comment vous avez découvert son travail et quels furent vos premiers sentiments ? Comment avez-vous commencé à travailler sur cette exposition ?

Elettra Stamboulis : Disons qu’il n’a pas été difficile de découvrir l’histoire de Zehra, tout autant qu’elle a été suivie par de nombreux artistes, intellectuels et activistes à travers le monde. Non seulement parce que Bansky et Ai Weiwei s’intéressaient à son cas, mais aussi parce que pour moi l’histoire de la transformation de la République turque en un État autoritaire devait être suivie avec une grande attention. C’est un pays candidat à l’adhésion à l’UE, dont l’adhésion a été prolongée dans les années 2000 pour des raisons d’opportunisme politique (elle a embarrassé dans le climat post-11 septembre l’entrée d’un pays, résolument laïque, mais où la population adhère à la religion islamique) : le processus de raidissement ultérieur, son récent glissement dans le pays tout carcéral et où le droit à la libre expression et à la libre opinion sont piétinés quotidiennement, nous voient certainement de connivence. L’année dernière, alors que Zehra était en prison, mon partenaire, artiste et militant Gianluca Costantini, et moi-même avons été invités en Bretagne, pour assister à une rencontre à l’occasion d’une exposition itinérante de ses travaux, heureusement transférés de prison en France. Comme je l’ai dit, je connaissais son histoire, j’ai soutenu la campagne contre son emprisonnement, comme celui de beaucoup d’autres, je dois dire, mais je n’avais évidemment pas vu les œuvres en direct. Même exposées dans des conditions non idéales, j’ai tout de suite été frappée par la puissance des œuvres : j’ai pensé qu’il fallait faire connaître cette œuvre, qu’il fallait lui donner une dignité artistique quelles que soient les conditions particulières dans lesquelles elle était produite.

J’ai donc écrit un article pour East West, dans lequel j’ai essayé de raconter, non seulement son histoire plus en détail, mais aussi son processus artistique. Cet article a été intercepté par Mimmo Cortese, un activiste de Brescia qui travaille aussi pour la municipalité, qui m’a demandé si je pouvais organiser une exposition dans sa ville, à l’occasion du Festival de la Paix. Et il en fut ainsi.

Zehra Doğan. Muğdat Ay, tué à l’âge de 12 ans à Nusaybin, février 2016.
Mai 2018, prison de Diyarbakır, 144 x 92 cm, stylo bille, thé, sur serviette de bain.
Crédit photo : Jef Rabillon

EB : L’exposition au Musée de Santa Giulia a un titre éloquent : “Nous aurons aussi des jours meilleurs” – Zehra Doğan – Travail dans des prisons turques. À bien des égards, c’est une invitation à avoir de l’espoir, à persévérer. Pouvez-vous me dire pourquoi vous avez choisi ce titre ? Que voulait exprimer l’artiste ?

ES : Vous avez raison, vous avez saisi un aspect très pertinent de sa poétique et de sa position dans le monde. Même si son expérience est dramatique, même si sa condition antérieure de prisonnière, puis d’exil, est certainement une condition douloureuse et profondément injuste, son attitude envers le monde est celle de l’optimisme de volonté, pour citer Gramsci ; dans la lignée de cette manière positive de regarder le monde que le poète Hikmet nous a également fait remarquer, lorsqu’il a écrit “Le plus beau de nos jours, nous ne l’avons pas encore vécu” : “pour sa vision du monde le poète turc, né à Salonique au siècle dernier, est un guide spirituel”. “Ce qu’elle partage avec Hikmet, c’est précisément le grand espoir placé dans l’esprit de résistance”. Comme le dit Zehra, “être en prison a été un privilège. J’ai pu prouver que la résistance n’est jamais emprisonnée.”

Le titre a pour but de nous ramener non pas au domaine de la victimisation, de la pitié, mais de mettre le travail de l’artiste exactement à l’opposé. C’était aussi un hommage au livre qui a été publié simultanément en France et qui reproduit l’intense correspondance entre l’artiste en prison et Naz Oke, l’activiste française d’origine turque qui a maintenu le contact entre elle et le monde pendant sa détention.

Zehra Doğan, “Parçalanmış birliktelik” (Union brisée).
2018, Prison de Diyarbakır. 23 x 28 cm, stylo bille sur page d’atlas
Crédit photo : Jef Rabillon

EB : Dans le texte en profondeur du catalogue, vous trouverez des histoires sur la façon dont l’art est devenu un instrument pour l’artiste en tant que ” processus de relation avec les autres prisonniers : construire des relations, résister à la répression, expérimenter des manières collectives de faire de l’art. Zehra Doğan, dans ses années de prison, bien qu’il ait été très difficile de trouver des couleurs, des pigments, des supports pour dessiner, n’a jamais cessé de le faire, tout comme elle n’a jamais cessé de se confronter aux autres, de partager la souffrance mais aussi l’espoir. Quelles contributions, y compris les contributions pratiques, les détenus qu’elle a rencontrées ont-ils apportées ?

ES : L’aspect relationnel est inhérent au travail de Zehra, qui est d’abord féministe. C’est un aspect qui est souvent subtilement cité comme superflu, alors qu’au lieu de cela, c’est une clé pour comprendre même son art de faire de l’art. Ce n’est pour Zehra que dans la relation, que l’art existe prend de l’importance, que cela peut être vrai. La détention a donc été une occasion extraordinaire d’écouter, de comparer, de créer avec d’autres. Ne pas être professeur, ne pas éduquer : pour Zehra, l’artiste est simplement détenteur d’une discipline esthétique. C’est en écoutant les commentaires, les visions, mais surtout les rêves et les craintes des autres, que les œuvres que nous voyons à Brescia ont été créées. Les prisonnières étaient à la fois politiques,  jeunes et âgées. Pourtant, dans cette micro-communauté qui s’est créée à chaque fois dans les trois prisons où elle a été transférée, un peu de magie a été créée dans le lieu de suppression de la liberté d’expression et d’action, où tous les moyens de création étaient interdits, grâce à la contribution de toutes, devenues rebelles. Même dans les œuvres qui ont créé le plus de sensation, celles qui ont du sang menstruel, il n’y a pas que le sang de Zehra.

EB : Beaucoup des sujets de ses dessins proviennent de taches et d’ombres. Pouvez-vous me dire en quoi ces motifs sont liés aux “rêves”?

ES : L’élément onirique est très présent, parce que non seulement on ne peut pas emprisonner le rêve, mais il constitue dans une expérience comme celle de l’emprisonnement, dans laquelle les images nous sont enlevées (pas seulement la télévision ou les images en mouvement en général, mais aussi celles des livres et des magazines), il devient le seul dépôt où puiser. Le partage des rêves a été un moment très important pour le groupe de détenues. Et lorsqu’une tache a été créée, dans un processus qui peut rappeler l’une des taches de Rorscharch, le processus projectif qui a conduit à la création de l’œuvre a également été partagé et est souvent parti de l’expérience onirique. Parfois, il peut aussi être renversé : c’est-à-dire que le dessin créé la veille est devenu la matière du rêve de quelqu’un, a acquis une nouvelle vie. La différence entre cette création artistique et des expériences similaires que l’art contemporain a connues (par exemple, les processus des surréalistes ou les gouttes par rapport à la tache) est qu’ici l’action est déterminée par un contexte spécifique, par une communauté particulière et spécifique, est le résultat d’un dispositif de répression qui, cependant, a été secoué à l’intérieur.

Zehra Doğan.
Vue d’installation – Avec l’aimable autorisation de la Fondation Musées de Brescia.

EB : Café, curcuma, sang menstruel, jus de grenade, thé, cendre de cigarette, javellisant : autant de substances utilisées par l’artiste pour dessiner. Comment choisissait-elle ces “couleurs” inhabituelles ? Ont-elles une valeur symbolique ?

ES : Il n’y a pas de choix, il est fait par les conditions dans lesquelles on le trouve. C’est un aspect inhérent à son travail, elle est capable de le faire même quand il est gratuit… Je l’ai vue dessiner avec du vin, à une table, dans une trattoria… Mais dans l’œuvre de Brescia, elle a une valeur particulière, parce que, comme je l’ai dit, les matériaux sont déterminés par cet espace, celui de la prison. Certains matériaux sont particulièrement importants pour elle, comme la terre qu’elle a utilisée dans une œuvre, récupérée en lavant des salades, parce qu’elle cherchait quelque chose qui faisait référence à ce qui manquait le plus entre les murs d’une cellule, ou la relation à la nature. Mais en même temps, de son propre aveu, oui, les matériaux sont importants, mais ce qui compte, c’est le travail que vous voyez.

EB : La figure féminine qui émerge de l’imagination de l’artiste est souvent représentée tordue, déformée, accrochée à des masses de matière ; parfois le corps est dessiné en fragments, parfois il est amoindri ou défiguré. Quel est votre point de vue sur ce corps “tourmenté et offensé” ?

ES : Je pense qu’il y a un aspect ambivalent à ce corps féminin. La présence du corps dans les œuvres de Zehra n’est pas voyeuriste. Il n’y a pas de recherche de l’éternel féminin, pour reprendre les mots du Faust de Goethe. Il n’intéresse pas ce corps, celui qui justifie le désir masculin. Le corps des femmes est puissant, ambivalent, elles s’imposent sans crainte de montrer leur propre difformité ou agressivité. Il y a souvent, par exemple, la présence d’un oiseau de proie ou de harpie, qui renvoie précisément à cet aspect ambigu : l’aspect prédateur, mais aussi celui de grande puissance. L’aspect sur lequel le corps féminin insiste le plus, ce sont les yeux, qui peuvent être totalement ouverts, obsessionnels, ou au contraire fermés, et les pieds, qui prennent parfois la forme de pieds d’oiseau. Dans la majorité des cas, au contraire, les autres éléments font partie d’un tout, jamais singulier, toujours pluriel, par rapport aux autres organes. Quelque chose qui nous échappe peut-être, rechute maintenant dans une expérience de vie fortement individualiste et autoréférentielle.

Zehra Doğan. Palestine, 8 juin 2019, Londres.
92 x 97 cm, mélanges naturels sur toile
Crédit photo : Jef Rabillon

Performance réalisée par Zehra Doğan au Musée Santa Guilia à Brescia, le 25 novembre 2019, lors de la journée internationale contre les violences faites aux femmes. Hommage de femmes rendu à Havrin Khalaf

  • Zehra Dogan

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.

    Related posts