Cinéma • Ali Vatansever aux Premiers Plans à Angers, avec “Saf”

saf film ali vatansever

Ali Vatansever, réalisateur de Turquie, sera dans la compétition à Angers (France), avec son film “Saf“, un long métrage, au Festival Premiers Plans. Avant le festival d’Angers, “Saf” avait un autre rendez-vous. En effet, en ce début janvier, il était en compétition dans le volet “New Voices New Visions” au festival international de film de Palm Springs en Californie, aux Etats-Unis.

Ali Vatansever s’est fait connaître avec son premier film “El Yazısı” (titre international “One Day or Another”). Et la première mondiale de “Saf” s’est déroulée au Festival du Film de Toronto, en septembre 2018. En attendant impatiemment de visionner “Saf“, voici la traduction de l’article rédigé par Mehmet Basutçu, depuis Toronto, publié sur Cumhuriyet le 11 septembre 2018.

Seule la première partie de l’article parle spécifiquement de “Saf” et l’objectif étant de faire connaitre ce film, et nous en resterons là…


Dans le marais multicouche d’İstanbul

Ali Vatansever expose la réalité humaine des bidonvilles d’Istanbul, ville broyée par  la réhabilitation urbaine, dans toutes ses dimensions, et avec le soin d’un documentariste. Avec son approche d’observateur et dans un langage dépouillé, “Saf” est un exemple d’un cinéma du réalisme social.

Saf
Cliquez pour agrandir

A l’origine de “Saf” il y a des être humains réels. Il y a cette réalité de gens démunis et désespérés qui composent une majorité, et leurs colères inconscientes, prêtes à exploser. Il y a les tendances dangereuses vers lesquelles les amènent, pas à pas, des solutions quotidiennes qui ne fonctionnent plus. Il y a les dégâts graves causés dans des domaines économiques et sociaux par la réalité des migrantEs syrienNEs, qui a pénétré tous les recoins d’Istanbul. Loin de parler de conscience de classe, dans un environnement où même l’esprit solidaire est vaincu par l’individualisme, il y a des bruits de pas dangereux d’une sérieuse transformation sociale qui mène vers la discrimination, la mise à l’index, et mènera même à la destruction…

Ali Vatansever, six ans après son premier film”El Yazısı”, transporte ses spectatrices et spectateurs, à travers le regard d’un documentariste minutieux, à Fikirtepe, un des points de concentration de la réhabilitation urbaine à Istanbul. Il raconte avec un  langage simple le combat de survie de Kamil (Erol Afşin), qui a trouvé un travail avec mille difficultés, et celui de sa compagne Remziye (Saadet Işıl Aksoy), une femme d’origine Anatolienne. Kamil, d’une nature douce, altruiste, digne et introverti, se fait embaucher au grand chantier dans leur quartier, à la place d’un Syrien, travailleur au noir, à la pelleteuse, avec le même bas salaire. Il doit passer le permis pour conduire l’engin, mais les frais des cours sont coûteux. Il a peur que le migrant syrien qui le menace lui reprenne le poste. Dans le quartier, les réactions racistes vont  croissantes… Remziye, une femme de bon sens et réaliste, est batailleuse. Elle ne mâche pas ses mots. Elle est en colère face à ceux qui se préparent à résister contre la réhabilitation urbaine, et qui accusent son mari. A la maison, où elle fait le ménage, elle aussi ne peut s’empêcher de voir la femme roumaine travaillant au noir, comme nounou, comme une rivale qui lui vole un second travail. Le combat pour le pain, pousse chaque individu, petit à petit, à chercher de “mauvaises solutions”…

L’histoire, portée avec les brillantes interprétations d’Erol Afşin, mis en avant dans la première partie du film, et dans la seconde, Saadet Işıl Aksoy qui se met à la recherche de son mari “disparu”, fait par son approche distante, le constat d’une situation. C’est avec ses dimensions sociales, politiques, économiques et philosophiques que “Saf” se penche sur ces réalités que nous refusons de voir. Et c’est un exemple humaniste de cinéma social qui nous invite à regarder sans se boucher le nez, la marée multicouche de la réhabilitation urbaine qui transforme Istanbul en un amas de pierres et en divise les populations.

…/…

www.saffilm.com | Facebook | Twitter |

La bande annonce publié le 28 aout 2018


İstanbul’un çok katmanlı bataklığında... Okumak için tıklayınız

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts