Suisse • Marche contre la Convention de Dublin

dublin

Le 8 décembre dernier, à Bern, en Suisse, nombre de personnes se sont réunies pour un rassemblement et une marche, à l’appel du “Réseau de solidarité avec les migrants”, pour demander l’annulation de la Convention de Dublin qui facilité l’expulsion des migrants. Les participantEs ont demandé le retrait de la Suisse des signataires, et l’arrêt des expulsions des réfugiéEs. Me. Fazıl Ahmet Tamer, membre du Réseau de solidarité avec les migrants, s’est exprimé auprès du correspondant de Kedistan, en précisant que le Réseau souhaitait renforcer la solidarité internationaliste, la sensibilisation sur les réfugiéEs et l’organisation des soutiens.

Alors qu’une polémique européenne enfle au sujet des signatures de l’accord non contraignant, constat à minima de la nécessité d’ouvrir un chapitre plus important à l’ONU, (Marrakech) sur la question des migrations, les territoires européens, dont la Suisse, persistent dans un accord qui permet de se renvoyer les migrants sans considération de leur accueil et des conditions à mettre en place.

MARCHE AU PARLEMENT

Lors de la marche et du rassemblement devant le Parlement suisse, qui réunirent 5 mille participantEs, dont les organisations locales de réfugiéEs, AfghanEs, EthiopienNEs, et Kurdes étaient présentes, l’attention a été focalisée sur les problèmes des migrantEs et les effets psychologiques de l’attente dans l’inconnu que subissent celles et ceux dont les demandes d’asile ont été refusées.

RETRAIT DE LA CONVENTION DE DUBLİN

Une des plus importantes revendication des protestataires, fut le retrait de la Suisse des signataires de l’accord Dublin. Du simple fait de la Convention de Dublin, chaque année, des dizaines de milliers de migrantEs sont déplacéEs d’un pays de l’Europe vers un autre. Par ailleurs, dans la dernière période, les procédures d’expulsion sont diligentées conformément à ce règlement.

Selon la Convention de Dublin, la demande d’unE migrantE, doit être traitée par le pays où il-elle a été enregistréE la première fois. La Suisse est un des pays qui applique la Convention de Dublin d’une façon la plus rigoureuse. Quant aux chiffres, ils sont très bas pour les demandes accordées, et très hauts pour les expulsions.

‘L’EXPULSION EST UNE TORTURE’

De nombreuses(x) participantEs portaient des pancartes “L’expulsion est une torture”, et “Dublin n’est qu’une ville, pas un motif d’expulsion”. Selon le Réseau de solidarité avec les migrants, en Suisse, chaque jour, 60 migrantEs sont expulséEs.

Lors des prises de parole, un appel a été lancé pour que les migrantEs vivant en Suisse sans permis de séjour puissent avoir des droits à égalité. Une autre revendication importante fut “Nous voulons le droit d’accès à la santé, à l’éducation et au travail”.

 ‘NOUS VOULONS RENFORCER LA SOLIDARITE INTERNATIONALE’

Fazıl Ahmet Tamer, membre du Réseau de solidarité avec les migrants, ainsi que de l’Association des droits des hommes (İHD) de Suisse, s’est exprimé ainsi auprès du correspondant de Kedistan : “Le Réseau de solidarité avec les migrants s’est organisé l’année dernière. Notre revendication essentielle est l’arrêt des expulsions. Nous sommes contre la Convention de Dublin. Nous sommes contre l’Accord sur l’immigration entre la Turquie et l’Union européenne. Nous sommes contre le fait que les migrantEs soient renvoyéEs de force vers leur pays ou d’autres pays tiers.” 

Tamer a précisé que le Réseau de solidarité avec les migrants, est la structuration commune des personnes de divers peuples, et d’autres organisations, “En général les personnes de différents peuples s’organisent seulement entre elles. Par exemple les ÉrythréenNEs ont fondé une association concernant seulement les ErytréenNEs. Les EthiopienNES, ont fait de même. Les TurcQUEs, les Kurdes, idem. Mais s’organiser d’une façon commune était une nécessité. Le Réseau répond à cela. Nous essayons de l’élargir. Je pense qu’il constitue un bon fondement pour consolider la solidarité internationaliste, et à la fois, en Suisse, étendre la sensibilisation et la structuration. Nous travaillons à la renforcer.”

Dublin

İsviçre • Dublin Sözleşmesi’ne karşı yürüyüş Okumak için tıklayınız

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts