Communiqué des femmes internationalistes

reconstruire Kobanê

A l’occasion de la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence contre les Femmes (25 novembre), les femmes internationalistes nous rappellent l’importance de soutenir la révolution des femmes au Nord de la Syrie.

En tant que femmes internationalistes venues au Rojava/Nord de la Syrie pour rejoindre la révolution des femmes, nous envoyons nos salutations et notre solidarité à toutes les femmes, féministes et LGBTI* qui luttent contre le patriarcat dans le monde.

Se soulever contre la violence faite aux femmes signifie que nous nous soulevons contre tout ce qui viole nos corps, nos vies, notre liberté et notre dignité. Nous nous soulevons contre la violence au sein de la famille et de tous types de relations, contre le viol, contre les féminicides, contre la domination et l’exploitation patriarcales.

La compréhension de la violence à l’égard des femmes ne peut se faire en se référant uniquement à un coup de poing au visage ou à un viol en particulier. Nous devons comprendre le système qui se cache derrière ces actes. La culture du viol et la violence contre les femmes sont enracinées dans un système de domination et d’exploitation qui s’est développé au cours de milliers d’années et qui prend aujourd’hui la forme du patriarcat capitaliste. La mentalité créée par ce système provoque l’abus et l’exploitation du corps des femmes, de leur travail, de la nature et de tout les êtres vivants – violant les autres pour faire des profits personnels.

La culture du viol est une réalité partout dans le monde. Les corps des femmes sont considérés comme un bien public et la volonté des femmes comme quelque chose qui peut être facilement ignorer. Nous sommes témoins de cela dans l’espace public où les femmes sont attaquées tous les jours, tout comme au sein des relations intimes. Beaucoup de femmes sont confrontées à la violence domestique ou au harcèlement de rue, et y font face seules car considérés comme leur propre problème plutôt qu’un problème structurel profond.

À Shengal ou Afrin, le viol a été et continue d’être – une fois de plus – l’arme des forces fascistes et djihadistes, qui visent à détruire les forces et le moral de la société tout entière. Actuellement, l’Etat turc attaque l’auto-organisation démocratique des peuples du nord de la Syrie. Ces attaques sont des attaques directes contre la révolution des femmes. Mais les femmes résistent : ce sont elles qui défendent la société contre les attaques des islamistes et du fascisme turc, ce sont elles qui font pression pour un changement de mentalité et ce sont elles qui s’organisent dans tous les domaines sociaux et politiques. Avec les femmes du Rojava, nous apprenons, nous nous écoutons les unes les autres, nous construisons des amitiés, des alliances fortes et nous luttons côte à côte pour notre libération. Nos armes sont notre volonté, notre connaissance, notre sororité, notre solidarité, notre idéologie et notre légitime défense. Ensemble, nous sommes prêtes à surmonter nos peurs et à trouver la force et la confiance les unes avec les autres.

Notre réponse contre la violence faite aux femmes doit être notre auto-organisation. Ce n’est qu’en nous organisant que nous sommes capables de construire des alternatives et, ce n’est qu’en nous organisant que nous sommes capables de les défendre. Prenons la responsabilité de générer le changement, en étant honnêtes les unes envers les autres et en nous critiquant de manière solidaire, afin que la base de notre lutte devienne forte et unificatrice. Approfondissons nos connaissances sur notre histoire, nos identités et nos méthodes de résistance. Organisons-nous en assemblées et construisons des communes, des coopératives et des unités d’autodéfense féminines. Partageons nos expériences et défendons ensemble ce que nous créons.

Contre la violence, nous utilisons l’autodéfense parce que nous nous voulons toutes vivantes, puissantes et libres !

Nous sommes contre l’occupation de la vie des femmes et l’occupation des territoires libérés, donc nous nous soulevons pour Afrin, symbole de la révolution des femmes et de la lutte contre l’occupation fasciste de l’Etat turc !

Les attaques contre le Rojava/Syrie du Nord sont des attaques contre nous toutes et c’est pour cela que nous défendons cette révolution des femmes qui est une révolution sociale !

Notre lutte ébranlera le patriarcat jusqu’à ce qu’il implose.

Jin Jiyan Azadi – Femme Vie Liberté

Lougar Raynmarth
Auteur, traducteur

Militant pour l’écologie sociale vivant à Barcelone.
Lougar Raynmarth

Auteur, traducteur Militant pour l’écologie sociale vivant à Barcelone.

    Related posts