Erdoğan : nouveau Malcolm X ou démagogue fasciste ?

Erdoğan

Poser la question ainsi c’est déjà y répondre. Et cette réponse est urgente, lorsque l’on examine de près la façon dont la doctrine démagogique d’Erdoğan influence considérablement par exemple une jeunesse issue de la décolonisation en Europe, et lui permet d’y étendre des réseaux.

Les sanctions des USA sur l’Iran sont mauvaises. Pour nous, elles sont une manœuvre destinée à déstabiliser le monde ; nous ne voulons pas vivre dans un monde impérialiste“.

Par ces mots, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a proclamé qu’il refuserait de suivre les demandes de l’administration de Donald Trump demandant aux pays de cesser de faire des affaires avec l’Iran après qu’il ait ré-imposé les sanctions contre le gouvernement de Téhéran. La décision prise par les États-Unis a effectivement été conçue pour être le clou du cercueil du Plan d’action global commun de 2015 (JCPOA) ou de l’accord sur le nucléaire iranien.

Le fait qu’Erdoğan s’opposerait à la demande américaine, que son gouvernement cesse de commercer avec l’Iran, n’est guère surprenante. Après tout, la Turquie considère son voisin comme une source incontournable de pétrole brut de haute qualité.
Un peu plus surprenant, fût d’entendre Erdoğan utiliser le mot “impérialiste” pour décrire les actions du gouvernement américain. C’est le genre de langage le plus souvent employé, non par un politicien ultra-conservateur d’extrême droite comme Erdoğan, mais par les socialistes. Les gauchistes radicaux et les révolutionnaires seraient sans doute d’accord, non seulement avec l’affirmation selon laquelle les États-Unis sont un pays impérialiste, mais aussi, comme le principal pays impérialiste existant aujourd’hui.

Alors, que faut-il faire de la déclaration d’Erdoğan? Est-ce que ses paroles signifient qu’il a adopté une vision du monde plus en phase avec les pays opprimés que celle de chef de la deuxième plus grande armée de l’OTAN ? Est-ce une conséquence de ses déclarations de plus en plus «anti-occidentales» visant à favoriser la multipolarité dans le monde au lieu d’un monde unipolaire uniquement dominé par le diktat américain ? Plus important encore, cela signifie-t-il qu’Erdoğan est en quelque sorte – si j’ose le dire – anti-impérialiste? Ou bien ses paroles, ainsi que ses actions, masquent-elles ce qui se passe réellement derrière la scène?

Erdoğan: le nouveau Malcolm X ?

Ce n’est pas la première fois qu’Erdoğan ose défier ou provoquer son allié de l’OTAN, du moins par ses déclarations.

La nouvelle du mois dernier selon laquelle Erdoğan insistait pour changer le nom de la rue d’Ankara, où l’ambassade américaine est située en “Avenue Malcolm X”, a été accueillie sur Internet avec des rires de la part de ceux qui détestent le gouvernement raciste de Donald Trump. Nombre des mêmes sont apparus sur le Web, appelant Erdoğan le “troll” ultime, mais il y eut curieusement des militants anti-racistes pour saluer la Turquie pour cette action.

La décision de renommer la rue a été prise à la suite de la rencontre entre Erdoğan et Ilaysah Shabazz, une des filles de Malcolm X. Les deux se sont retrouvés face à face à New York en septembre, lorsque Erdoğan était en visite aux États-Unis, pour l’Assemblée générale des Nations Unies.

Après leur rencontre, Shabazz s’est entretenue avec l’agence de presse officielle turque Anadolu et a félicité Erdoğan, déclarant: “Ce fut un grand honneur pour moi de rencontrer un tel dirigeant, notamment au nom de la dignité humaine, de la compassion et de la justice sociale”. Anadolu a également rapporté que Shabazz avait déclaré que sa rencontre avec Erdogan et son épouse était “particulièrement” significative parce qu’ils “représentent l’héritage de Malcolm X“.
Il est peut-être important maintenant de faire une pause et de réfléchir à ce qu’est l’héritage laissé par Malcolm X, anticapitaliste radical, et à quel point il est déconcertant qu’une de ses filles déclare que quelqu’un comme Erdoğan soit en train de poursuivre son travail.
Ce n’est pas seulement qu’Erdoğan ne puisse pas raisonnablement se mettre dans les pas de l’homme connu sous le nom de El-Hajj Malik El-Shabazz. C’est que d’une manière résolument profonde, les deux sont des pôles opposés sur nombre de questions fondamentales ; les deux sont en fait diamétralement opposés.
Une des déclarations attribuée à Shabazz par Anadolu après la réunion de New York est qu’elle aurait apparemment déclaré que “le peuple turc est vraiment poli. Ils ne se soucient pas de la couleur, du sexe ou de quoi que ce soit d’autre. L’héritage de mon père pointe vers l’humanité de chaque individu. Nous sommes tous frères aux yeux d’Allah. Par conséquent, il ne parle pas de religion, de couleur, de race. Il parle de diviser le mal du bien. Quand nous voyons quelque chose qui ne va pas, nous devrions faire quelque chose pour le changer.

Il y a beaucoup à analyser dans ces mots. D’une part, il est un peu difficile de savoir ce que le peuple turc qui serait “vraiment poli” a à voir avec Erdoğan en particulier. Ce n’est pas comme s’il incarnait le peuple turc dans son ensemble.
Que Shabazz dise “qu’ils ne se soucient pas de la couleur, du sexe ou de quoi que ce soit des gens” montre qu’elle est de manière embarrassante peu familière avec la réalité sur le terrain en Turquie. Il existe sans aucun doute une opposition significative en Turquie au racisme et au sexisme. Cependant, le gouvernement représenté par Erdoğan est en réalité en train de faciliter l’oppression nationale à l’intérieur des frontières turques (ainsi que sur le plan régional).

Erdoğan a été à l’avant-garde du nettoyage ethnique de villages à prédominance kurde dans le sud-est de la Turquie (ce que les Kurdes appellent «Bakur» ou le Kurdistan du Nord) au cours des dernières années. Particulièrement à la fin de 2015 et au début de 2016, les conquêtes génocidaires menées par l’armée turque ont montré le peu de considération que Erdogan accorde réellement à la nation kurde, qui continue à faire face à une oppression culturelle, linguistique et politique.
Le Parti démocratique populaire (HDP) du pays a des centaines de dirigeants et de cadres emprisonnés sous de fausses accusations de «terrorisme», terme que le Parti de la justice et du développement (AKP) d’Erdoğan utilise de plus en plus comme synonyme de quiconque épousant les idées d’autodétermination, d’égalité des droits et de justice pour la population kurde.

Il est difficile d’imaginer quelle “dignité humaine” a été montrée par Erdoğan à l’égard de la population d’Afrin qui a été ethniquement nettoyée du nord de la Syrie plus tôt cette année, lorsque l’armée turque l’a envahie aux côtés des restes d’Al-Qaïda et de l’État islamique. Lorsque la langue kurde a été bannie des écoles de la ville et que les enfants ont été contraints de saluer le drapeau d’un État occupant, s’agissait-il d’un acte de “justice sociale”? Lorsque des journalistes et des militants sont enfermés simplement pour avoir critiqué l’occupation d’Afrin, s’agit-il d’un acte de “compassion”?

La preuve la plus décevante du manque total de compréhension de Shabazz sur le rôle de la Turquie dans les sept années de guerre en Syrie provient de sa déclaration sur le soi-disant humanitarisme d’Erdoğan qui aiderait les réfugiés fuyant ce conflit.
Son ignorance qui lui fait dire que la Turquie “a ouvert ses portes à 3,5 millions de réfugiés, ne laissant aucune place à autre chose, car il y a des gens qui parlent de la construction de murs dans le monde et de ceux qui ne comprennent pas la clémence” est ahurissante.
Elle ne réalise peut-être pas que, non seulement tant de prisonniers politiques sont enfermés derrière des murs en Turquie, mais que le gouvernement d’Erdoğan fait partie des principales forces déstabilisatrices en Syrie depuis le début de la guerre, faisant entrer des combattants salafistes dans le pays pour rejoindre l’État islamique et al-Qaïda, contribuant ainsi à créer la vague de réfugiés dont le monde a été témoin au cours des dernières années. Ensuite, bien sûr, il y a la petite question du mur que Erdoğan a construit à la frontière entre la Syrie et la Turquie, qui divise effectivement le territoire kurde historique.

Le leader d’un monde « multi-polaire » ?

Malheureusement, il n’y a pas que l’une des descendantes de Malcolm X qui semble confondre Erdoğan avec un homme du peuple ou quelqu’un au service de l’humanité.
Ce n’est un secret pour personne que le gouvernement des États-Unis a multiplié les attaques contre les gouvernements progressistes d’Amérique latine, en particulier le Venezuela, Cuba et le Nicaragua, que le conseiller à la Sécurité nationale John Bolton a récemment qualifié de «troïka de la tyrannie».
L’acte de guerre manifesté par la sanction du Venezuela par le gouvernement Trump a mis le gouvernement du président Nicolas Maduro et son parti socialiste uni (PSUV) dans une situation extrêmement précaire.
C’est donc naturellement que Maduro essaiera d’exploiter les tensions existantes entre les États-Unis et les pays qui ont manifesté le désir de défier les tentatives de Washington de maintenir son hégémonie mondiale déjà gravement érodée. Ainsi, les accords commerciaux et le renforcement de la coopération entre le Venezuela et la Turquie ne sont en aucun cas inhabituels.

Ce qui est cependant à la fois inhabituel et franchement décevant, c’est l’ampleur de la chaleur que manifeste Maduro à un homme qui réprime violemment les partis de gauche de la Turquie, tels que le HDP, qui ont bien plus en commun avec la vision de la démocratie de base et de la démocratie radicale et sociale pour laquelle la révolution bolivarienne au Venezuela est connue, que le gouvernement d’extrême droite d’Erdoğan, beaucoup plus enclin au régime fasciste.
Non seulement Maduro a-t-il salué Erdoğan lors de sa victoire électorale fin juin après une campagne basée sur des aspirations génocidaires contre la nation kurde, mais il a ensuite assisté à son investiture et l’a salué comme “leader du nouveau monde multipolaire”.

Pour sa part, Erdoğan s’est engagé à rester aux côtés de Maduro, affirmant après une tentative d’assassinat contre le dirigeant vénézuélien, “en ces temps difficiles, la Turquie se tient aux côtés du peuple vénézuélien, frère et ami, et du président Maduro, de sa famille et de tous les responsables gouvernementaux”.
Le Venezuela a en effet besoin d’amis et d’une solidarité cruciale à un moment où les opérations de changement de régime américain sont fermement sur la table. Néanmoins, Maduro aurait tout intérêt à ne pas jeter un semblant d’internationalisme par la fenêtre en faveur de la consolidation d’une alliance opportuniste avec ceux qui osent parfois défier Washington, en particulier s’ils appartiennent à l’extrême droite du spectre politique.

Combien parmi les concepts de justice sociale, d’autodétermination nationale et de solidarité avec les peuples opprimés dans le monde Maduro est-il disposé à écarter pour apaiser un gouvernement de réactionnaires ? La solidarité du Venezuela ne devrait-elle pas être avec la nation kurde opprimée et les masses de travailleurs et de personnes opprimées en Turquie qui souffrent du fascisme de l’AKP et non de l’aspirant sultan?

Naviguer dans les contradictions

Il existe un piège dans lequel les forces anti-impérialistes du monde qui croient au socialisme et au changement radical devraient veiller à ne pas tomber. L’ennemi de mon ennemi n’est pas toujours mon ami – il pourrait en réalité être un fasciste.
Dans le cas d’Erdoğan, il n’est même pas véritablement un ennemi des États-Unis, même s’il parle souvent comme s’il était prêt à séparer la Turquie de l’OTAN tout en libérant simultanément la Palestine des griffes du colonialisme israélien. Un conflit fraternel a eu lieu entre Ankara et Washington, mais un divorce reste plutôt improbable.

On peut être d’accord avec la logique d’Erdoğan selon laquelle les États-Unis sont “impérialistes” sans s’accorder avec, ni en appuyant leur gouvernement qui n’a rien de commun avec une perspective révolutionnaire du monde. Après tout, même une horloge cassée est correcte deux fois par jour.

Erdoğan n’est pas un homme de compassion, de justice sociale ou de tout ce qui est proche de ce que Malcolm X a incarné. Après tout, rappelons-nous que Malcolm a un jour déclaré: “On ne peut pas avoir un capitalisme sans racisme”. Erdoğan n’est ni anticapitaliste ni antiraciste. Son mandat a été marqué par des privatisations à grande échelle et des dons aux grandes entreprises, d’une part; et la campagne la plus brutale de racisme et de discrimination, de l’autre.

Honorer l’héritage de quelqu’un comme Malcolm X, c’est défendre les intérêts des plus marginalisés et des plus stigmatisés. Dans le contexte turc, cela signifie défendre la nation kurde et son droit à l’autodétermination, ainsi que la classe ouvrière qui souffre sous la dictature de l’AKP.

Par Marcel Cartier – source : The Region 

Traduction Loez

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Çeviri Kedistan. Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts