Paris 22 novembre • Focus sur les nouvelles dramaturgies de Turquie

theatre

Dans le cadre du Festival Focus à Théâtre Ouvert F.T.O#5 qui se déroulera du 21 au 30 novembre 2018, proposant spectacles, mises en voix, mises en espaces et performances, un chapitre sera consacré aux nouvelles dramaturgies de Turquie en partenariat avec Écritures du monde.

L’invitation est chaleureuse : “Cette 5ème édition fait entendre des textes pour la plupart inédits d’une douzaine d’auteurs français et étrangers en résonnance avec le temps présent. Une occasion de se rencontrer pour affûter ensemble nos esprits critiques.”

Evénement Facebook

Tarif C (5€ – 3€ – entrée libre avec La Carte TO)

Pour le volet Turquie, rendez-vous, le jeudi 22 novembre à partir de 19h à la Coupole…

SivasSIVAS’93
de Genco Erkal

traduction Selin Altıparmak
mise en voix Sarah Tick

avec
Selin Altıparmak, Romain Berger, Lucas Bonnifait,
Sedef Ecer, Tatania Spivakova, Sarah Tick

 

En juillet 1993, plusieurs artistes, écrivains et journalistes sont réunis à Sivas pour  rendre hommage à Pir Sultan Abdal, un poète et philosophe du 16ème siècle, une figure emblématique dans les milieux progressistes de gauche.

Toutes mosquées de la ville appellent à manifester contre cette réunion. Une foule  d’islamistes radicaux met le feu à l’hôtel Madımak, où les participants étaient logés. Ils disaient protester contre la la traduction du livre de Salman Rushdie, “Les Versets sataniques” par Aziz Nesin écrivain engagé connu en Turquie pour ses nouvelles humoristiques, romans et pièces de théâtre.

La police ne parvient  pas à calmer la foule en colère ; l’incendie ravage l’hôtel. Trente-sept personnes, écrivains et poètes périssent alors. Parmi les rares rescapés, il y avait Aziz Nesin, le traducteur de Salman Rushdie.

Genco Erkal, metteur en scène et comédien turc, bouleversé par cet événement se met à collecter des documents officiels, comme des témoignages, enregistrements vidéos, décisions de tribunaux, prêche des mosquées,  afin de créer un montage de textes qui raconte le déroulement des événements qui ont fait du 2 juillet 1993, un jour sombre  dans l’histoire de Turquie.

Texte traduit avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre International de la traduction théâtrale.

À paraître aux éditions l’Espace d’un instant / Maison d’Europe et d’Orient

LIRE aussi Sivas’93 au Festival “L’Europe des Théâtres”

theatre biriken

J’ai éteint mon cœur jusqu’à l’apocalypse

texte et traduction de Biriken (Melis Tezkan & Okan Urun) du Collectif Biriken

avec
Ava Hervier, Noémie Develay-Ressiguier, Simon Guélat, Bachir Tlili

J’ai éteint mon coeur jusqu’à l’apocalypse  est l’histoire d’un groupe de personnages confrontés au  pouvoir de la nuit, dans un monde marqué par l’absence d’amour, l’angoisse et les conflits. Le titre est emprunté à une chanson d’amour turque des années 1990, chantée par Tarkan. Trois personnages sur le plateau, hantent cet espace  nocturne, inspiré des pavyon turcs, boîtes de nuit mixtes et populaires. Ces boîtes sont des lieux où tout se mélange et se confond, les genres esthétiques, les identités sexuelles et les classes sociales. L’arrivée d’un quatrième personnage bouleverse la vie du groupe et met en danger leur monde.

VOIR AUSSI www.biriken.com

Pour le programme intégral de l’événement, faites un tour sur theatre-ouvert.com. Mohamed Kacimi écrivain et dramaturge, y exprime la place et l’importance du théâtre qui s’inscrit dans une démarche de survie et de résistance :

Le théâtre fait office de refuge quand, depuis plusieurs années, le secteur de l’audiovisuel subit de plein fouet le raidissement du gouvernement turc. Une loi de juillet 2004 encadre les scénarios des films et des séries télévisées. Nul ne peut par exemple tourner en dérision la nation ou l’armée turques, qui devront toujours être présentées de manière favorable, sous peine de poursuites.

Plusieurs acteurs de la télévision  se sont cependant réfugiés dans le théâtre, un art qui, en Turquie, puise ses sources dans diverses traditions – folklorique, populaire, occidentale – et intéresse toutes les classes sociales  En dépit de la censure et de la répression,

Il est même plus vivace que jamais : la ville compte 259 théâtres. Face à la forte demande du public, le festival de théâtre d’Istanbul doit de nouveau avoir lieu tous les ans après l’édition 2017, laquelle a attiré 25 000 spectateurs.

Si les théâtres municipaux restent sévèrement contrôlés par le régime, des lieux indépendants et alternatifs, comme le Galata perform, voient le jour et deviennent autant de lieux de création et de résistance à la chape de plomb qui s’est abattue sur la Turquie depuis le coup d’État de 2016.

Ce focus est l’occasion de faire entendre ces auteurs qui se battent pour que le théâtre reste libre en Turquie.

Mohamed Kacimi 

KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts