Banksy, Zehra Doğan, et les Importants contemporains

Zehra Doğan Banksy

Lors d’une exposition d’une quarantaine d’œuvres originales de Zehra Doğan en janvier, la grande question “Art ou pas Art ?” fut posée.

Elle le fut, sous mes yeux et à mes oreilles, par un Monsieur important, muni d’iPhone dernier cri, dossiers bleus et portable gris. Cet “Important“, qui se présenta alors comme “œuvrant pour la culture à Bruxelles” (un festival de cinéma européen se tenait la même semaine dans la ville), après avoir quémandé un espace sur la table où je me tenais, m’affirma tout de go : “c’est fort… Mais ce n’est pas de l’Art“. Puis il passa quelques coups de fil, …importants…, et tapota sur le clavier de son portable, avec application.

Ce responsable en Art contemporain, décideur selon ses dires, avait cloué les toiles de Zehra au pilori des gribouillis politiques, en deux mots et affirmations. J’ai le sentiment que ce qui vient de se produire à Londres, avec un visuel de Banksy, est la meilleure réponse que l’on pouvait faire à cet Important et à tous les ImportantEs de l’Art dit contemporain.

Pour rappel, vendredi dernier 5 octobre, dans la maison de ventes Sotheby’s, à Londres, était mise aux enchères “La petite fille au ballon rouge”… Sitôt adjugée pour 1,8 million de dollars, l’œuvre a été à moitié réduite en bandelettes par une déchiqueteuse improvisée, dissimulée dans le gros cadre, et pendouilla lamentablement par le dessous. La scène a été filmée, et Banksy lui-même a dévoilé le procédé sur les réseaux sociaux, procédé mis en place au cas où, justement, le visuel aboutirait sur le “marché” qu’il exècre.

Il est bien sûr plus simple de parler de “mauvaise blague“, et de souligner que la dite œuvre a “ainsi pris de la valeur“, plutôt que de lire le geste de l’artiste comme une dénonciation supplémentaire du refuge fiscal “important” qu’est devenu l’Art contemporain, jusqu’à définir l’Art comme une marchandise sujette à spéculation financière.

Mais revenons à mon Monsieur Europe. S’il avait été présent chez Sotheby’s, il se serait sans doute écrié “C’est fort ! mais c’est de l’Art“, à n’en point douter”, devançant ainsi tous les ImportantEs qui ont ensuite glausé sur la “performance“. J’ai lu quelque part une phrase d’une Blandine de Machin chose, spécialiste importante s’il en fut de l’Art de Banksy, qui écrivait sur les “relations paradoxales entre marginalité et commercialisation dans l’Art”. Elle poursuivait en disant “S’il s’agit d’un pied de nez au marché de l’art, le geste contestataire se retourne contre lui-même puisque de nombreux spécialistes pensent comme Mmes Champagne et Lavoie-Dugré que l’œuvre en lambeaux pendouillant vaut dorénavant beaucoup plus cher”. Fermez le marché !…

Alors, lorsque le même Banksy réalisa à New York, en mars dernier une fresque en soutien à Zehra et fit projeter le visuel qui motiva son incarcération, aux yeux du monde entier, était-ce de l’Art ? Cette fresque fit parler d’elle, et l’artiste la fit six mois plus tard recouvrir, pour laisser place à d’autres, et éviter sans doute une “commercialisation” de son soutien. Un échange de courrier suivit, qui eut lui aussi un retentissement. “Encore un ‘move’ très Banksy” ont du s’extasier les ImportantEs.

Enfin, je ne peux m’empêcher de reprendre les mots d’un éditeur d’Art qui me furent adressés en mars et qui disait à propos de Zehra citant Picasso, “faut rien exagérer“. Et il en profita ensuite pour lui verser le minimum syndical en matière de droits d’auteur pour le livre, qui s’est depuis épuisé d’expositions en expositions, et que nous avions fait éditer en son temps en confiance. Important le bénef, comme disait Léo Ferré.

Dans un article très récent, et de très nombreuses lettres, Zehra, loin des ImportantEs, Blandine de truc ou Bouchonnée de Champagne, tente de définir ce qui la motive, et de se situer comme Artiste. Elle n’a jamais fréquenté les milieux de l’Art contemporain en Turquie. Elle aurait encore moins, si la liberté lui avait été conservée, rejoint ceux de l’auto censure contemporaine, qui s’expriment à Istanbul.

Zehra  nous dit :

“En me nourrissant de la lutte des femmes kurdes, avec mes écrits et mon art, je tâche de purifier notre terre salie par le sang. Je voudrais que tout ce qui a été vécu ne soit pas oublié, évanoui, et que les vérités s’accrochent à mes toiles. C’est pour cela que je suis emprisonnée.

Et maintenant, ici, ils ne me donnent pas mon matériel de dessin. Non contents, ils confisquent les pigments que j’obtiens avec des déchets alimentaires… et mes dessins aussi.

Mais je n’ai pas le choix de jeter l’éponge en le justifiant par tout cela.

Mon témoignage me dit que je n’ai pas ce luxe. Ma lutte m’a appris qu’il n’existe pas d’empêchement réel à la création. Et si cela existait, ce ne serait pas autre chose que soi-même.”

Voilà le plus important.

Et nous n’avons effectivement pas non plus ici, le choix de jeter l’éponge, sous le prétexte que la marchandisation capitaliste de toute chose nous imposerait sa loi du marché, même dans la solidarité.

Zehra Dogan
Cliquez pour agrandir

Et je rappelle que l’exposition actuelle de plus de 60 œuvres originales de Zehra Doğan dans un coin de Bretagne sera suivie d’une autre, “Kurdish Art Fair” programmée pour le 8 décembre, à Londres justement, où ses œuvres seront vendues au profit d’un projet qui lui tient à cœur, destiné aux enfants.

Concernant cette exposition bretonne, il vous reste encore 10 jours pour aller la voir. Elle est marrainée par Aslı Erdoğan et soutenue par le PEN club français.

C’est dans un pôle culturel, le Roudour, à Saint Martin des Champs, en Pays de Morlaix.

Une table ronde sur l’Art de résistance, ou “L’Art de plain-pied dans l’Histoire”, en présence de
• Gianluca Costantini, artiste activiste et journaliste graphiste italien. Histoire de résistance. gianlucacostantini.com (Site censuré par Erdoğan depuis trois ans). (Italie)
• Niştiman Erdede, artiste activiste, réfugié politique kurde. (Suisse)
• Engin Sustam, chercheur en sciences sociales et spécialiste de l’espace kurde. Université des Beaux-arts de Mimar Sinan à Istanbul et l’EHESS. Chercheur associé à l’IFEA d’Istanbul, Paris 8. Auteur du livre “Art et Subalternité kurde entre violence et résistance”. (France)
et modérée par Mathieu Ducoudray, directeur de Livres et lecture en Bretagne, se tiendra dans ce même pôle le 21 Octobre, de 14h à 17h.

Ce week-end qui vient, notre ami Titi Robin réunit également autour de lui Gülay Hacer TorukErik MarchandSylvain Barou, et Neşet Kutaş, pour un concert de soutien exceptionnel à Zehra. C’est ce samedi 13 octobre, à 20h30, toujours au Roudour, région de Morlaix.

Vous y serez les bienvenuEs et pourrez ainsi visiter l’exposition en cours et nous dire si “c’est de l’Art ou de l’Important”.


Zehra Doğan, Banksy, ve çağdaş Önemli’ler… Okumak için tıklayınız
Zehra Doğan, Banksy, and the “Important contemporaries” Click to read

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias
Daniel Fleury
REDACTION | Auteur

Lettres modernes à l’Université de Tours.
Gros mots politiques… Coups d’oeil politiques…
Daniel Fleury on FacebookDaniel Fleury on Twitter
Daniel Fleury

REDACTION | Auteur Lettres modernes à l’Université de Tours. Gros mots politiques… Coups d’oeil politiques…

    Related posts