Diyarbakır années 80 • Zülfikar Tak dessine la torture

zulfikar tak dessins torture turquie

En Turquie, le coup d’Etat militaire du 12 septembre 1980 est passé comme un rouleau compresseur. Cette période cauchemardesque a laissé des marques indélébiles. Une de ces marques pointe la prison militaire n°5 de Diyarbakır, de son appellation populaire la “Geôle d’Amed” (Amed, le nom en kurde de la ville de Diyarbakır).

Les tortures systématiques y étaient organisées par le Capitaine Esat Oktay Yıldıran, responsable de l’administration de la prison, assisté du docteur Orhan Özcanlı.

Ce capitaine fut tué des années plus tard, par une personne qui l’a reconnu dans un bus, malgré la chirurgie plastique à laquelle il avait recouru pour se fondre dans l’anonymat. Son tueur, avant son acte, aurait prononcé ces mots “Tu as le salut de Kemal le Laz, de la prison de Diyarbakır”. Quant au docteur Orhan Özcanlı, le “Mengele de Diyarbakır”, il est devenu homme d’affaires, fut à la tête d’un journal, “Öncü”, et il a fondé la chaine d’hôpitaux Sevgi (“Amour”, en turc !) et la fondation qui gère cette chaine, toujours en activité…

Les dessins de Zülfikar Tak témoignent

Celui qui transmet le mieux la sinistre réalité de la prison de Diyarbakır des années 80, est sans aucun doute Zülfikar Tak, et il le fait avec ses dessins. Ses œuvres témoignent de la répression et de la violence dans lesquelles Zülfikar, comme touTEs les autres prisonnierEs politiques, furent immergéEs dans les années post putsch de cette époque.

Le 27 juillet 1980, lorsque Zülfikar Tak fut jeté dans la prison de Diyarbakır, c’était un jeune homme de 17 ans. Malgré son jeune âge, il avait été accusé “d’avoir fondé une organisation séparatiste terroriste, tué des militaires, participé à des protestations“. Si cela vous rappelle quelque chose pour le présent, n’hésitez pas, vous auriez raison.

Il n’est sans doute pas utile de rappeler que ces accusations rengaines sont reprises encore aujourd’hui, cette fois-ci par le pouvoir actuel, adaptées au goût du jour, et utilisées à l’encontre de toutes les têtes pensantes opposantes, qu’elles soient sur les épaules d’intellectuelLEs, auteurEs, journalistes, artistes, universitaires, avocatEs, ou femmes et hommes politiques…

Ces dessins sont l’expression silencieuse mais parlante, au delà des mots, de ce qu’on ne répétera jamais assez : Non, la Turquie n’a pas été “une belle démocratie” qui aurait été esquintée par Erdoğan, comme certainEs s’entêtent à le penser et le clamer.

Zülfikar “séjourna” dans la geôle de Diyarbakır pendant 3 ans. Son incarcération dura au total 19 ans, dont 8 années passées en cellule d’isolement. Il n’a jamais oublié ce qu’il y a vécu et ce dont il a témoigné dans ces prisons. En 2003, il a publié un recueil de “caricatures” qui ne font pas du tout rire, titré “Les méthodes de tortures à la prison de Diyarbakır”. Il exprime pourtant en parlant de ce livre de non-humour, plus que noir, ce qu’il a sur son coeur ; “J’aurais aimé pouvoir dessiner de belles choses. Ce fut un travail qui provoque et qui attise l’émotion, mais, je souhaite que ce genre de travaux ne soient plus publiés, et que ce qui a été vécu soit oublié”.

Voici quelques œuvres du livre et de l’exposition intitulée “Le grand enfermement” qui révèlent la réalité de la prison de Diyarbakır d’après 12 septembre 80…

La résistance

En 1981 les prisonniers de la geôle d’Amed, on mené un “jeûne de la mort” (grève de la faim sans absorption de renforçant) dénonçant les tortures et les conditions carcérales. La grève a duré 43 jours et lors de cette résistance, le prisonnier Ali Erek a été tué sous tortures.

Trois ans plus tard, lors de la résistance menée en janvier 1984, Necmettin Büyükkaya, Yılmaz Demir, Remzi Aytürk ont été tués et Orhan Keskin et Cemal Arat sont morts, suite à leur grève de la faim.

Tous ces actes de résistances ont été naturellement sévèrement réprimés…

Zülfikat Tak grèves de la faim Zülfikar Tak torture Turquie Zülfikar Tak torture Turquie Zülfikar Tak torture Turquie Zülfikar Tak torture Turquie

Yılmaz Demir a posé un dernier un acte de résistance et pour protester contre les tortures, s’est donné la mort. Il avait laissé un message qui expliquait son acte “je me sacrifie pour que les tortures cessent dans les prisons, et que des conditions humaines d’incarcération s’instaurent” disait-il, et son message se terminait par cette phrase : “Celui qui ne combat pas pour la liberté, ne peut être appelé défenseur de liberté”. Le dessin suivant reprend son ultime phrase.

Zülfikar Tak

La “cérémonie de bienvenue”

C’est la première pratique de torture subie par les prisonniers qui arrivent à la prison de Diyarbakır. Elle a comme objectif, de briser la volonté des nouveaux arrivants.

La tour

Les gardiens essaient, tel des enfants avec des cubes, d’abattre la tour constituée de prisonniers, en les frappant avec des matraques et des planches. Un moment arrive, où les prisonniers, ne supportant plus les coups, s’effondrent, et tous les hommes s’écroulent de plusieurs mètres, les uns sur les autres, sur le sol en béton.

Sous le lit

Un ordre est donné aux prisonniers, pour que tous s’allongent en même temps en dessous des lits faits de planches ; “Sois sous lit !”. Les prisonniers se jettent avec hâte sous les lits. Les gardiens frappent les membres ou parties qui ne sont pas passés entièrement sous les lits, avec des bâtons et planches sur lesquels sont écrits des devises très créatives telles que “mon bélier”, “mange-moi mon petit”, “caresse-moi”, ou encore “calamité noire”.

L’étirement

Les prisonniers sont attachés par des chaines, d’un pied aux barrières de l’escalier, de l’autre à la porte. Le prisonnier “étiré” est également battu avec des planches portant des devises.

Zülfikar Tak

La répétition

Les prisonniers sont retirés de leur lit en pleine nuit et sont amenés un par un, devant la table installée près de la porte. Après la lecture de ses “crimes” figurant dans le réquisitoire du Procès principal du PKK, préparé par le tribunal militaire de Diyarbakır, le prisonnier est monté sur des caisses de fruits vides, afin de lui passer la corde attachée aux barrières de l’escalier. Après le coup de pied donné aux caisses par un gardien, il reste un moment suspendu. Il est “secouru” au signal du “Petit Lieutenant”, qui supervise la pratique à travers les barreaux de la porte en ferraille.

Zülfikar Tak

La caravane

Les gardiens mettent en rang les prisonniers sortis à la promenade pour “éducation militaire”. Le rang, est une “caravane”. Les gardiens le divise en quatre parties : les chameaux, les humains, les ânes et les chiens. “L’éducation” se déroule selon ces catégories, souvent sous les coups.

Zülfikar Tak

Le Kurde à queue

Il s’agit tout simplement des actes de viol, avec utilisation de matraques huilés, pénétrés dans l’anus des prisonniers. La partie extérieur du matraque donne le nom de cette méthode de torture. La personne représentée en bas à droite du dessin est le docteur Esat Oktay Yıldıran, inscrit dans l’histoire comme l’architecte de ces sauvageries.

Zülfikar Tak

La merde ou l’agneau

C’est une des tortures les plus vicieuses. Les gardiens mettent dans la main des prisonniers, une assiette de service et les mettent en rang devant la fosse sceptique. Chacun doit se servir dans son assiette des déjections humaines et les manger. Les prisonniers qui refusent d’obéir sont battus avec des bâtons et planches portant des devises. Les déchets entrent aussi en jeu… (“Çöp” : poubelle)

Zülfikar Tak

La serpillère

Cela se passe dans le couloir principal de plusieurs mètres, qui dessert les cellules et quartiers. Un mélange concentré fait avec des litres de détergeant et de l’eau, transformé en mousse, est étendu sur le sol. Quatre prisonniers sont forcés de s’allonger dans cette mousse. Quatre autres prisonniers trainent leurs camarades, tout le long du couloir, afin de faire ainsi le “ménage”.

Zülfikar Tak

La promenade

Les prisonniers sont sortis dans la promenade. Leurs vêtements en dessous de la taille sont retirés. Les gardiens leur ordonnent de se pencher et mettent des cigarettes allumées dans leur anus. Les prisonniers sont forcés à “faire leur promenade” dans cette position, jusqu’à ce que les cigarettes se consument.

Zülfikar Tak

Kocaeli

Kocatepe

Les prisonniers sont jetés et entassés les uns sur les autres, pour mettre en scène, grandeur nature, la montée d’Atatürk sur Kocatepe.

Cette “reconstruction” est liée à une photo de Mustafa Kemal, grimpant sur la colline, prise le 26 août 1922. La créativité nationaliste n’oublie pas ses images d’Epinal de pendant “la guerre d’indépendance”.

Zülfikar Tak

La Balance

Le gardien choisit le prisonnier le plus fort et grand parmi ceux qui sont sur la promenade, et le déclare “balance”. Celui-ci vient un par un devant les prisonniers nus et allongés sur le dos, en rang. Il est chargé d’attraper les prisonniers par leur verge et les soulever. Il est également obligé de réciter telle une instruction militaire “Telle personne pesant tant, est prête à vos ordres mon commandant !”.

Zülfikar Tak

Vous reconnaitrez la nature très inventive de ces méthodes. Il y en a bien d’autres… Sur certaines images ci-dessous, vous verrez des inscriptions sur les murs. En voici la traduction :
“Bir Türk dünyaya bedeldir” : Un [seul] Turc vaut le monde
“Adalet mülkün temelidir” (dans la prison et dans la salle d’audience au tribunal) : La Justice est le fondement de la propriété.
“Önce Vatan” : La Patrie avant tout.
“Ne mutlu türküm diyene” (en partie visible) : Bienheureux celui qui se dit turc.

Zülfikar Tak torture Turquie Zülfikar Tak tortures Turquie Zülfikar Tak torture Turquie Zülfikar Tak tortures Turquie Zülfikar Tak tortures Turquie Zülfikar Tak tortures Turquie Zülfikar Tak tortures Turquie Zülfikar Tak torture Turquie

Le travail de Zülfikar Tak constitue un lien indéniable dans l’art de résistance, avec celui de Zehra Doğan qui, elle, après avoir témoigné des exactions de l’Etat dans la région kurde, dans l’Est de la Turquie en 2015, continue aujourd’hui à créer dans les conditions impossibles de la geôle d’Amed, et archive à son tour, son présent.

Le témoignage de Zülfikar, sera présenté en détail par l’artiste kurde Niştiman Erdede, exilé politique en Suisse, à la table ronde “Zehra Doğan : L’Art de plain-pied dans l’Histoire” programmée dans le cadre du Festival des Autres Mondes qui se déroulera du 21 septembre au 21 octobre dans le Pays de Morlaix.

Niştiman dialoguera avec Gianluca Costantini, artiste, activiste, graphic-journaliste italien, dont le site internet a été censuré par le pouvoir turc, Engin Sustam, chercheur en sciences sociales et spécialiste de l’espace kurde, aujourd’hui exilé en France, auteur du livre Art et subalternité kurde, paru en 2016 chez l’Harmattan, dans la collection Logiques Sociales. La table ronde sera modéré par Mathieu Ducoudray, président de Livres et Lectures en Bretagne.

Zehra étant également soutenue par l’artiste dissident chinois Ai Weiwei, et par Banksy, artiste des rues, il peut y avoir de beaux imprévus…

Rendez-vous donc, le 21 octobre prochain, à 14h, au pôle culturel Le Roudour…


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts