“Motel Hasankeyf” de Valeria Mazzucchi, d’une ZAD à l’autre…

Hasankeyf

De l’aéroport au barrage, les grands projets inutiles n’en finissent pas d’ouvrir des plaies béantes dans les paysages humains qu’ils menacent. On pense à la ZAD en regardant “Motel Hasankeyf“, de Valeria Mazzuchi, et à toutes celles qu’il nous reste à inventer, à bâtir, à rêver

Après Roza, le pays des deux rivières, réalisé par Kutbettin Cebe, bed.bzh continue de voguer sur le Tigre, au fil de l’eau, et fait halte à Hasankeyf, où Valeria Mazzuchi nous emmène à la rencontre des habitantes. C’est “Motel Hasankeyf”, et c’est un beau documentaire à découvrir en intégralité sur notre site.

Sud-Est de la Turquie. Une vallée, des pâturages et des collines rocheuses. Des bâtiments de pierre blanche et des grottes creusées dans la roche. Une carte postale. Et rien d’autre, puisque le projet de barrage mené en toute opacité par le gouvernement turc menace d’engloutir ce patrimoine archéologique et culturel dix fois millénaire…

Pour comprendre ce qui se trame à Hasankeyf, en découvrir les enjeux et les conséquences, lire l’article très complet sur le sujet.

Et pour partir à la rencontre de celles et ceux qui regardent avec suspicion, enthousiasme ou défiance les falaises dégringoler, regardez “Motel Hasankeyf”, un documentaire de Valeria Mazzuchi, en intégralité sur Bretagne et Diversité.

Quatre femmes, quatre générations, expriment face caméra leurs questionnements et leurs angoisses. Plongeon dans leurs quotidiens bientôt engloutis, retour sur leur passé, leurs racines que l’état s’apprête à noyer. Et leurs questions sur un avenir sauvé des eaux. Dans l’intimité des maisons, les colères, les espoirs et les peurs font surface. On y parle politique en racontant l’histoire de la demeure familiale, on y exprime sa vision d’un certain vivre-ensemble en évoquant les mouvements d’opposition au barrage… Elles sont kurdes, arabes ou turques et partagent la même incompréhension devant ce projet gigantesque qui se construit sans elles, devant les bâtiments historiques déplacés plus en hauteur à grands renforts d’engins improbables, devant les mobilisations auxquelles elles ne participent pas…

Sentant venir le départ, Münnever, qui raconte son arrivée et puis cette revendication, ancrée : avoir un jour les mêmes droits que les Turcs. Il y a Dilber, l’employée de mairie qui découvre simultanément la colère et la politique. Il y a Nefiye, qui se demande où vont pâturer ses bêtes là haut, quand la vallée sera sous l’eau. Et Rojîn, petite guide touristique qui se projette dans sa future école …

La caméra de Valeria Mazzuchi filme les gestes, les regards, les petites choses du quotidien et capte une parole souvent confinée à l’intérieur de ces maisons bientôt vides. La nouvelle ville se construit. Il paraît que les femmes d’Hasankeyf approuvent, “parce qu’elle veulent un lave-vaisselle et une vie plus confortable.” De quoi vous donner envie de casser toutes vos assiettes sur le crâne de la direction générale des travaux hydrauliques qui depuis 25 ans fomente ce projet sans aucune concertation de la population.

Mais qui s’y frotte s’y pique : l’arrestation du journaliste Mathias Depardon sur les lieux il y a près d’un an est là pour rappeler que celles et ceux qui tentent de percer, non pas le barrage mais l’opacité qui entoure le projet, ont vite fait d’être soupçonnéEs et emprisonnéEs…

Raison de plus pour visionner ce beau documentaire de Valeria Mazzuchi, qui, à l’heure où nous lui avons demandé des précisions, nous répondait depuis la ZAD de NDDL que les protagonistes du film vont bien, autant que faire se peut dans cette région meurtrie… comme dans toutes celles où les zones à défendre subissent les attaques armées d’un système policier.

(pour les sous-titres, cliquez sur CC en bas à droite de la vidéo).

Hasankeyf


“Motel Hasankeyf” de Valeria Mazzuchi, de una ZAD a otra… Haga clic para leer

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
Bretagne & Diversité
Partenaire de Kedistan

700 films en accès libre (dont 400 en intégralité), 13 peuples (autochtones, métissés, sans état, en lutte), 10 thématiques, 39 éditions du Festival de Cinéma de Douarnenez et 70 réalisateurs interviewés ! A découvrir, à voir, à lire, à arpenter sans modération !
bed.bzh
Bretagne & Diversité on FacebookBretagne & Diversité on Twitter
Bretagne & Diversité

http://bed.bzh/fr/

Partenaire de Kedistan 700 films en accès libre (dont 400 en intégralité), 13 peuples (autochtones, métissés, sans état, en lutte), 10 thématiques, 39 éditions du Festival de Cinéma de Douarnenez et 70 réalisateurs interviewés ! A découvrir, à voir, à lire, à arpenter sans modération ! bed.bzh

    Related posts