Archive • Kurdistan de Turquie, janvier et avril 2016

Kurdistan

Voici le long article que rédigeait Jesse Rosenfeld, en direct du Kurdistan turc, pour un site-magazine américain, le 9 mars 2016. Nusaybin  résistait encore, la journaliste Zehra Doğan allait s’y retrouver prisonnière d’un état de siège qui s’annonçait interminable.

Traduire et publier cet article, quasi deux ans plus tard, c’est répondre aux questions nombreuses que posent celles et ceux, qui face aux oeuvres de Zehra Dogan, lors des expositions, énoncent : “et ici nous n’en avons pas entendu parler”. Traduire et publier cet article, c’est aussi montrer que des journalistes, nombreux, ont fait leur travail et transmis l’information, quasi en direct.

Les archives de Kedistan (quelques liens seulement sont présents dans ce texte) de ces trois dernières années témoignent aussi de ce patient et obstiné travail de soutien et d’informations, souvent en contradiction avec des correspondantEs de grands organes de presse européens, davantage préoccupés de leurs convictions et a-priori anti PKK que de compréhension. Celles et ceux-là même qui regardent Kedistan de haut et nous reprochent un “manque d’objectivité”, sous prétexte que les chats n’ânonnent pas la pensée dominante européenne.

Voici donc ce qu’un confrère “reconnu” écrivait alors, et ce que d’autres ignoraient, et souhaitaient cacher sous le voile pudique de l’objectivité nécessaire dans un “conflit interne à la Turquie avec ses rebelles” (sic).

La dernière nécessité enfin, de publier un tel texte, c’est de faire comprendre la continuité avec l’actuelle offensive turque à Afrin, en Syrie nord, au travers d’une politique qui, putsch manqué de juillet 2016 ou pas, Erdoğan ou pas, est celle d’une Turquie profonde, et de son nationalisme puant et exacerbé, à peine excroissance du kémalisme.


Kurdistan
Crédits photos de l’article original Lazar Simeonov

“Des milliers de personnes protestent à Diyarbakır, la capitale de facto du Kurdistan turc, exigeant que les forces de sécurité turques mettent fin au siège dans le district de Sur et permettent aux civils pris au piège de partir.”  Lazar Simeonov

La Turquie mène une guerre sale
contre sa propre population kurde

Un rapport de l’arrière, car les rebelles du PKK résistent à une campagne féroce du gouvernement pour écraser leur soulèvement.
Par Jesse Rosenfeld  9 Mars 2016

Cizre, Turquie – Les rues ici sont presque désertes, à l’ exception des véhicules blindés qui patrouillent. Cette guerre détruit la ville kurde. Les quelques enfants qui sont revenus récemment ou ont résisté à deux mois et demi de couvre-feu et de combats intenses donnent des coups de pied autour du ballon, tandis que leurs parents récupèrent les restes de leurs maisons, brûlées, noires et explosées par d’intenses bombardements. Les trottoirs arrachés sont criblés de cratères où les rebelles kurdes ont fait exploser des engins explosifs improvisés (EEI) contre leur ennemi. La douleur et la souffrance sont gravées sur les visages des survivants, qui vivent désormais sous la surveillance étroite d’une armée envahissante.

Ce n’est pas la Syrie, ni l’Irak. C’est la Turquie, partenaire de l’OTAN aux Etats-Unis, maintenant en pleine guerre contre sa population kurde dans le sud-est du pays. Lazar Simeonov et moi sommes les premiers journalistes étrangers à traverser le cercle d’acier qui entoure Cizre, depuis que les forces gouvernementales turques ont lancé une campagne militaire l’année dernière, pour écraser un soulèvement du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit.

Les points de contrôle entourant la ville empêchent l’accès à presque tout le monde, sauf aux résidents locaux, et la police effectue des recherches approfondies sur les personnes qui y pénètrent. Nous observons le balai des forces spéciales lourdement armées, alors qu’elles interpellent une femme enceinte qui tente de quitter la ville. Elle a l’air angoissée et désemparée, allongée sur une civière, alors que les troupes ordonnent à son mari et à ses jeunes enfants de sortir de l’ambulance d’urgence, pour fouiller le matériel médical à la recherche d’armes.


Des centaines de civils ont été tués avant que l’assaut militaire contre Cizre ne se termine le 11 février.


Des groupes de défense des droits humains ont déclaré que les forces gouvernementales avaient perpétré des massacres de civils et des exécutions extrajudiciaires. Selon Cankız Çevik, porte-parole de la Fondation des droits de l’homme de Turquie (organisation reconnue par Amnesty International, le Conseil de l’Europe, la Croix-Rouge et l’ONU pour sa documentation sur les violations des droits de l’homme et soutien aux survivants de la torture en Turquie), la collecte d’informations précises a été entravée par le gouvernement turc. Elle dit que les médecins légistes de son organisation se sont vu refuser l’accès aux autopsies et ont été bloqués hors de la ville, qui reste sous couvre-feu.

Cizre et la vieille ville de Diyarbakır – la capitale de facto du Kurdistan turc – ont connu les combats les plus violents dans une rébellion urbaine, qui s’est étendue à travers ce que les Kurdes appellent le Kurdistan du Nord. C’est une patrie que le gouvernement turc refuse de reconnaître. Il ne garantit pas non plus le statut de minorité nationale pour un groupe ethnique qui représente environ 20% de la population du pays, concentrée dans le sud-est, mais aussi comme une grande minorité à Istanbul.

Selon les combattants du PKK et les commandants avec qui nous avons parlé derrière des barricades, dans la ville assiégée de Nusaybin, à la frontière de la Turquie avec la Syrie, ce fut le refus du gouvernement d’accepter les droits des minorités nationales lors des négociations de paix , il y a neuf mois, qui a conduit à l’échec des négociations. Ils disent que cette nouvelle guerre – la dernière phase d’un conflit de trois décennies – va se développer, et ils promettent que le PKK déplacera ses guérilleros dans les villes orientales à majorité kurde dans les mois à venir, tout en amenant la guerre dans les grandes métropoles du pays, comme Istanbul.

Kurdistan
Crédits photos de l’article original Lazar Simeonov

Le gouvernement prétend qu’il est engagé dans une guerre contre les “terroristes” qui déstabilisent le pays. En effet, le gouvernement considère le PKK comme une organisation terroriste, tout comme l’Union européenne et les États-Unis. Il est clair que le gouvernement nous a accordé l’accès à Cizre dans l’espoir de nous voir décrire la guerre à travers ses yeux. Le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir du président Recep Tayyip Erdoğan a peu d’intérêt à discuter des revendications kurdes en matière de droits et d’autonomie. Une heure après que la police turque ait violemment dispersé une manifestation que nous avions couverte à Diyarbakır, un représentant local de l’AKP a annulé notre interview prévue.

* * *

Passant par un poste de contrôle à Cizre, où des soldats portant des cagoules et des mitraillettes retiennent les habitants pendant des heures, le commandant en chef hésite à nous donner accès.

Si nous ne les laissons pas voir à quoi cela ressemble, ils n’entendront que la propagande du PKK“, a déclaré Samih Deniz, un représentant du bureau de presse du Premier ministre, qui a coordonné notre visite. Il insiste sur une escorte de police blindée. Ils nous suivent de près, essayant de diriger nos interviews et de suivre les photos que nous prenons.


“Les Kurdes se battent pour nos droits, et la Turquie essaie d’en finir.”


“Souriez,” les flics donnent des ordres aux résidents kurdes terrifiés qui se tiennent devant leurs maisons et leurs magasins endommagés alors que Simeonov prend des photos. “Vous voyez ce que les terroristes ont fait ici”, me dit Deniz, alors que je traverse une pièce du deuxième étage d’une maison avec un énorme trou dans le mur, un clairement causé par un obus de tank du gouvernement. “Regardez cette destruction qu’ils provoquent“, ajoute-t-il, dans la pièce carbonisée où la chaleur de l’explosion avait fait fondre le verre brisé.

Sous la menace de représailles de la part de ces occupants, les habitants, lorsqu’ils sont à portée de voix de Deniz ou de la police, se contentent de dire qu’ils sont pris au piège “entre le PKK et les forces gouvernementales“. C’est seulement après que Simeonov et moi nous sommes séparés et que nous ayons perdu nos escortes dans les rues latérales remplies de gravats, que nous avons commencé à entendre les vraies histoires de survivants d’une attaque impitoyable du gouvernement.

“Les Kurdes se battent pour nos droits, et la Turquie essaie de nous achever”, déclare Ramazan Sakci, 53 ans, alors qu’il se tient dans le jardin de sa maison, criblée de balles. Sa maison est en meilleur état que la plupart – ses murs sont intacts, tandis que les maisons de ses voisins ont été détruites. Sakci s’est caché avec ses 12 enfants dans son sous-sol pendant les 10 jours de bombardement avant de pouvoir finalement en partir.

“La Turquie peut nous donner des cartes d’identité [turques], mais ils nous attaquent tous parce que nous sommes des Kurdes”, ajoute-t-il, accusant le gouvernement turc de punition collective destinée à réprimer les revendications politiques de la communauté.

Alors qu’il évacue sa frustration, nous entendons le grondement des transports de troupes blindés qui patrouillent sur la route principale adjacente. L’odeur de la mort est partout, trois semaines après la fin des combats. Les résidents décrivent comment les militaires les ont d’abord entourés de chars dans les montagnes surplombant la ville, puis leur ont fait pleuvoir des obus de toutes les directions. Après des semaines de bombardement, les forces spéciales de police et les soldats sont entrés dans la ville, allant de maison en maison.


“Nos enfants grandissent maintenant avec des sentiments de vengeance.”


“Où est l’Amérique ?” Dégage une femme d’âge moyen avec un foulard blanc traditionnel. Elle refuse de donner son nom, craignant des représailles et s’en prend au silence des États-Unis concernant le traitement réservé par les alliés de l’OTAN aux Kurdes.

Entourée de voisins au coin d’une rue, elle décrit un combat sanglant et rapproché. Les rebelles ont percé des trous dans les appartements supérieurs pour fournir des positions de tir contre les forces gouvernementales. “Nous avons perdu 21 personnes dans cette rue du fait des tireurs d’élite de l’armée”, dit-elle en montrant les hauteurs qui dominent le quartier. Elle ne peut voir qu’un avenir de combats plus intenses. “Nos enfants grandissent maintenant avec des sentiments de vengeance.”

Un sentiment de trahison est courant parmi les survivants de Cizre, qui veulent savoir pourquoi l’Occident soutient les rebelles kurdes en Syrie mais appelle leurs alliés en Turquie des “terroristes”, même s’ils ont le même leader et idéologie.

Kurdistan
Crédits photos de l’article original Lazar Simeonov

“Nous sommes tous ici Kobanê, Kobanê, Kobanê” dit Zahila Sahin, 50 ans, en référence à la ville kurde syrienne dont les défenseurs ont été célébrés dans le monde entier en 2014-15 et soutenue par la puissance aérienne occidentale, alors qu’ils ont résisté à un siège de plusieurs mois de l’État islamique. . Alors qu’elle boit du thé avec son mari dans la cour de leur maison remplie d’éclats d’obus, Sahin condamne comme hypocrisie la politique américaine de soutenir les Kurdes lorsqu’ils luttent pour leurs droits contre l’EIIL mais pas en faisant de même contre la Turquie.

Selon Çevik de la Fondation des droits de l’homme, au moins 92 civils ont été tués dans cette ville de 132 000 habitantEs entre le 14 décembre, date du début du couvre-feu et le 11 février. Le nombre de victimes entre le 5 et le 11 février n’a pas été entièrement calculé. Au moins 178 personnes supplémentaires ont été tuées dans trois sous-sols où des personnes se sont réfugiées pendant l’avancée finale des forces de sécurité à ce moment-là. On ne sait pas s’ils ont été frappés avec des obus, des grenades ou des roquettes du gouvernement, mais les corps ont été si terriblement brûlés, dit Çevik, que 101 d’entre eux n’ont toujours pas été identifiés.

Le gouvernement prétend qu’ils étaient tous des combattants du PKK, mais Çevik le conteste en disant: “Peut-être qu’un ou deux des personnes tuées dans le sous-sol étaient des militants. La Human Rights Foundation a qualifié cela de massacre. Les forces de sécurité turques ont imposé le couvre-feu à Cizre. Ils sont responsables de ce qui s’est passé à l’intérieur”, dit-elle sans ménagement au téléphone, depuis son bureau d’Ankara.

La manière horrible dont ces 178 personnes ont été tuées a indigné les Kurdes de Turquie. Dans les quartiers maintenant remplis de barricades, dans la ville frontalière de Nusaybin, “Revenge for Cizre” est gribouillé sur les murs.

* * *

Nusaybin
Nusaybin (image sur tablette)

 

Nusaybin, un bastion de la guérilla du PKK, une base pour des attaques à la sauvette contre les forces de sécurité turques, a été fréquemment victime des couvre-feux imposés par le gouvernement depuis la chute du processus de paix en juillet. Juste à l’extérieur du centre-ville animé de cette petite ville, qui n’est qu’à quelques kilomètres de la Syrie, des barricades de pavés dans les quartiers populaires bloquent les rues. Des couvertures multicolores avec des fentes pour le passage du vent sont enfilées entre les balcons pour bloquer la vue des tireurs d’élite gouvernementaux. Les drones encerclent les quartiers.

Des adolescents se tiennent dans les coins, servent d’éclaireurs aux rebelles et livrent des messages à pied pour relayer des informations sur des activités suspectes. Rien ici n’est communiqué par téléphone portable.

Kurdistan
Crédits photos de l’article original Lazar Simeonov

Les tensions sont élevées lorsque nous arrivons en ville. Deux semaines plus tôt, le PKK a kidnappé puis relâché trois journalistes turcs. Deux jours avant notre visite, les rebelles ont lancé une attaque à la grenade propulsée par fusée (RPG) contre les forces spéciales de la police, tuant un officier et en blessant deux autres. Surnommées les Unités de Protection Civile (YPS), ces jeunes milices du PKK sont calquées sur l’aile armée kurde syrienne soutenue par les Etats-Unis, connue sous le nom d’unités de protection du peuple, ou YPG.

Au début, Nusaybin ressemble à n’importe quelle autre municipalité kurde en Turquie. Les postes de police sont protégés derrière des sacs de sable et des murs renforcés, tandis que des véhicules blindés et de police blindés sont stationnés à l’extérieur, mais les cafés et les boutiques du centre-ville sont animés par le commerce de midi. Alors que nous arrivons à une réunion avec le Parti des régions démocratiques (DBP), une organisation de gauche représentant les Kurdes au niveau municipal, la pression de la répression devient claire. La police turque est arrivée dans les bureaux du DBP 15 minutes avant nous et a arrêté le co-président du parti local, Zinet Algoin. Notre réunion est annulée

Le ciblage par la Turquie des partis kurdes légalement reconnus n’est pas nouveau. Des partis kurdes organisés au niveau national ont été interdits à plusieurs reprises, accusés d’être des fronts pour le PKK.

Le Parti démocratique populaire (HDP), une coalition de partis socialistes et kurdes turcs formée à la suite des manifestations du parc Gezi en 2013, est régulièrement accusé par le gouvernement de prôner le terrorisme.

C’est comme si les Kurdes avaient mis en pratique un slogan de la révolte parisienne de 1968: “Sous les pavés, la plage”.

Une petite foule s’est rassemblée à l’extérieur du bureau et de sa vitrine à volets, et les résidents locaux bavardent avec enthousiasme, l’anxiété gravée sur leurs visages. A proximité, nous rencontrons un activiste local du quartier Yenisehir. Il nous entraîne hors du centre-ville et à travers un réseau de rues secondaires, marchant à vive allure et regardant constamment par-dessus son épaule. “Enlève tes lunettes de soleil”, m’ordonne-t-il. “Vous restez étranger.”

Nous traversons un parking bordé de gravats et de monticules de terre et rencontrons un adolescent au visage boutonneux. Il nous regarde une seconde, un sourire, et fait un signe de tête dans notre direction. Nous continuons dans un labyrinthe de rues barricadées pendant que le gamin glisse pour informer les combattants de notre arrivée.

Les vieilles femmes pendent leur linge sous la couverture des couvertures de dissimulation, tandis que les enfants jouent dans la rue de la saleté sous un ciel sans nuages. Seuls quelques pavés sont maintenant laissés sur les routes et les trottoirs entre les barricades. C’est comme si cette communauté kurde avait mis en pratique un célèbre slogan de la révolte parisienne de 1968: “Sous les pavés, la plage”.

Sur ces routes presque vides où des drones de surveillance circulent au-dessus de nos têtes, il semble que ce soit une coïncidence si nous rencontrons la même équipe de construction de trois personnes transportant une grande foreuse, à quatre reprises. En effet, il s’avère qu’ils sont des combattants du PKK observant nos mouvements. Finalement, ils se présentent et nous conduisent à une maison qui sert de centre d’opérations.

Des affiches du leader emprisonné du PKK, Abdullah Öcalan, sont placardées sur le mur du salon à côté de photos de guérillas tombéEs du voisinage. Dans le jardin à l’arrière, de jeunes hommes et femmes en treillis vert et pantalons cargo s’assoient, boivent du thé et regardent leurs talkies-walkies. Le PKK accorde une grande importance à la parité entre les sexes et à une plus grande communication sur la nature féministe de sa lutte.

Mustafa, qui ne donne pas son vrai nom, sort des chaises sous le porche et insiste pour que nous nous asseyions pour le thé. “Nous prenons d’abord le thé, puis nous allons vous emmener chez le commandant”, dit l’homme de 26 ans avec une moustache assez touffue pour envoyer un envieux de Staline dans sa tombe.

“Nous ne pouvons pas quitter le quartier, parce que c’est trop risqué”, dit-il, enfilant une veste et des cargaisons vertes. Cependant, il souligne que les forces de police n’ont pas tenté d’attaquer la communauté en deux mois. Il dit que leur plus gros problème n’est pas les drones de surveillance mais les tireurs d’élite de la police.

Mustafa coupe alors son explication et disparaît dans la maison, réapparaissant quelques instants plus tard avec un fusil à deux coups. En pénétrant dans la rue et en visant le point blanc qui bourdonne dans le ciel, il tire. Mais le drone est loin, hors de portée. Il attrape ensuite deux autres obus, ouvre le tonneau et les enferme à l’intérieur. Comme il prend à nouveau soin de viser, je ne peux pas sembler secouer l’image de lui comme un enfant frustré jouant à la chasse au canard sur la Nintendo originale. Mais ce n’est pas un jeu vidéo. Encore une fois il tire, encore trop loin hors de portée. “Ces drones prennent juste des photos”, me rassure-t-il.

Kurdistan
Crédits photos de l’article original Lazar Simeonov

Nous finissons notre thé et sommes ensuite conduits par un guide différent à travers un autre labyrinthe de rues barricadées où “PKK” et “YPS” sont griffonnés sur les murs. Sautant à l’arrière d’une camionnette blanche banalisée, nous sommes conduits à travers la ville vers le quartier de Firat, qui a également rejoint la rébellion. Le pont reliant le quartier au centre-ville est partiellement détruit; un camion à gaz criblé de balles est devenu une barricade de l’autre côté. “Ils ont fait sauter le camion lorsque les forces de sécurité ont tenté d’envahir l’autre jour”, dit notre guide, se référant à la guérilla du PKK. Nous avions également vu des camions explosés dans de nombreuses zones de combats intenses à Cizre; ces bombes de fortune sont une arme commune déployée contre les forces gouvernementales.

Navigant encore dans un autre réseau de chemins de terre et de barricades pavées, nous atteignons le poste du commandant. En énonçant le nom de guerre Botan Dersim, le grand et mince chef de guérilla âgé de 40 ans nous montre une pièce verrouillée, avec de grandes affiches de martyrs sur les murs. Il est descendu des bases du PKK dans les montagnes de Qandil, de l’autre côté de la frontière, au Kurdistan irakien, pour former et organiser des volontaires YPS locaux.


“Nous ne nous battons pas pour remplacer l’Etat turc; nous nous battons pour les droits et la reconnaissance.”


Lorsque les négociations se sont effondrées l’année dernière, la Turquie a lancé une campagne de bombardement contre les refuges transfrontaliers de cette armée irrégulière, ciblant leurs bases dans les montagnes. (Premier pas dans les pourparlers début 2015, le PKK avait rappelé ses combattants de la Turquie à Qandil, d’où ils s’étaient également déployés pour combattre l’avancée de l’Etat islamique sur les lignes de front nord irakiennes à Sinjar et près de Kirkouk. Il a combattu l’Etat islamique mais a aussi entraîné les Yazidis assiégéEs du nord-ouest de l’Irak à le faire.)

Kurdistan
Crédits photos de l’article original Lazar Simeonov

Dersim accuse Erdoğan de l’effondrement du processus de paix, soulignant le refus du président turc de reconnaître un statut  distinct pour les Kurdes. Dersim dit que le but de l’offensive actuelle du PKK est de créer les conditions d’une solution politique, et non de se diriger vers la souveraineté.

“La table des négociations est importante, mais pour que cela fonctionne, nous devons obtenir des droits inscrits dans la Constitution”, affirme-t-il, affirmant aussi que le but du PKK est de mettre un terme au contrôle policier des communautés kurdes. L’autonomie ? “Nous ne nous battons pas pour remplacer l’Etat turc; nous nous battons pour les droits et la reconnaissance”, ajoute-t-il, citant les appels récents d’Öcalan à un contrôle démocratique local – tout comme les cantons kurdes du nord de la Syrie l’ont mise en place. “Ce n’est pas grave s’il y a des soldats turcs à la frontière, mais pas leurs policiers dans nos rues”, insiste-t-il.

* * *

Abdullah Öcalan a atteint un statut parmi les Kurdes un peu comme celui de Nelson Mandela. Un théoricien politique qui a d’abord mené une lutte de libération nationale marxiste unissant les Kurdes dans quatre pays (Turquie, Syrie, Irak et Iran), il a cofondé le PKK en 1978, menant le mouvement dans une guérilla prolongée et sanglante dans les années 1980. 90, jusqu’à sa capture en 1999. La condamnation à mort d’Öcalan a été commuée, et il a officiellement abandonné le marxisme et l’objectif de l’indépendance avant les pourparlers de paix de l’année dernière. Il a adopté la philosophie du défunt anarchiste américain Murray Bookchin, en développant une théorie des communautés kurdes fédérées de façon souple qui ne causeraient pas nécessairement la rupture du territoire national de la Turquie. Öcalan est devenu le symbole d’une lutte qui traverse de nombreuses divisions de la politique kurde.

Pour Dersim, de vraies négociations ne peuvent commencer que lorsque Öcalan sera libéré de sa prison insulaire et conduira les Kurdes à la table des négociations. Jusque-là, Dersim promet une guerre élargie. Il soutient que des milliers de guérilleros vont bientôt descendre des montagnes de Qandil et se disperser dans le sud-est de la Turquie. “Nous nous attendons à de violents affrontements au nord du Kurdistan au printemps. Il y aura aussi des affrontements dans les métropoles turques”, insiste Dersim.

Dersim, qui affirme qu’il y a des centaines de combattants à Nusaybin, affirme que la milice du YPS utilise principalement des RPG, des AK-47 et des IED contre les forces gouvernementales turques. Il affirme que le PKK a déjà tué des centaines de soldats turcs; les chiffres officiels turcs sont considérablement plus bas. Il implique également que le PKK a subi de lourdes pertes, mais il ne donnera pas de chiffres. Avec beaucoup de nouvelles recrues et le retour des combattants de Qandil, dit-il, ils ont reçu un coup de pouce supplémentaire des Kurdes turcs qui ont combattu en Syrie aux côtés des YPG contre l’Etat islamique. Ces troupes endurcies sont maintenant de retour pour rejoindre la résistance en Turquie.

* * *

La guerre en Syrie a eu un impact militaire et politique profond sur la Turquie. Le 17 février, un groupe dissident du PKK a perpétré un attentat à la bombe à Ankara qui a tué 27 soldats turcs et un civil. La Turquie a accusé le mouvement kurde d’en être responsable, non seulement le PKK, mais aussi ses sœurs syriennes dans les YPG. Elle a commencé à bombarder la frontière syrienne dans la province syrienne d’Alep, alors que les YPG progressaient dans le chaos créé par les bombardements russes.

Kurdistan
Crédits photos de l’article original Lazar Simeonov

Les Kurdes accusent la Turquie de ne pas en faire assez pour combattre l’EI, accusant Ankara de donner aux djihadistes une marge de manœuvre pour les attaquer. Ils tiennent également la Turquie pour responsable de l’attentat contre Daech en juillet dernier dans la ville de Suruç, qui a tué 33 personnes, principalement de jeunes étudiants de gauche, qui se réunissaient pour aider à reconstruire la ville syrienne de Kobanê, juste de l’autre côté de la frontière.

Cette attaque met le dernier clou dans le cercueil d’un processus de paix déjà moribond. Le PKK a vengé l’explosion avec une attaque contre la police turque, tuant deux officiers. Le gouvernement turc a réagi par une campagne de bombardements dans le nord de l’Irak et en Syrie, qui visait principalement le PKK – bien qu’Ankara ait prétendu qu’il visait également l’EIIL. L’offensive s’accompagnait d’arrestations massives qui visaient également le PKK et l’EI mais se concentraient en fait sur les civils kurdes et interdisaient les organisations de gauche. Les Kurdes ont de nouveau fustigé la Turquie après l’attentat contre l’EI à Ankara, en octobre dernier, d’une manifestation pro-kurde et favorable à la paix menée par le HDP; 102 civils sont morts.

Lorsque les pourparlers de paix ont commencé en avril dernier, il y avait beaucoup d’optimisme dans la communauté kurde. Le HDP s’est positionné comme le courtier central entre le PKK et le gouvernement. Ses dirigeants rencontrèrent Öcalan en prison et portèrent ses revendications à Erdoğan.

Cependant, tout a commencé à changer après les élections législatives de juin dernier, lorsque le HDP a fait mieux que prévu, obtenant 13% des suffrages, dépassant largement le seuil de 10% censé les empêcher de participer au Parlement. Le succès du HDP a privé l’AKP d’Erdoğan d’une majorité.

“Lors des élections de juin, le HDP a été couronné de succès, mais Erdoğan l’a compris et s’est mis sur le pied de guerre”, explique Ömer Önen, coprésident de la branche du parti à Diyarbakır. Il accuse Erdoğan et son parti de saboter délibérément les pourparlers et de sévir dans le sud-est, en utilisant la guerre avec les Kurdes pour augmenter les tensions et changer les résultats des sondages parlementaires. Alors que le conflit faisait rage tout l’été et l’automne, l’AKP a retardé la formation d’un gouvernement. Après un autre vote en novembre, l’AKP a retrouvé sa majorité.

Maintenant, le HDP s’est retrouvé à l’écart dans la politique kurde et turque. “Nous avons essayé d’empêcher le PKK de propager le conflit”, déclare Gülsen Özer, l’autre co-président du parti régional. “Si cette guerre se développe, nous n’aurons plus aucun rôle à jouer”, ajoute-t-elle.

Selon Ercan Baran, un organisateur à Diyarbakır avec DISK, un grand syndicat à majorité kurde, l’espoir qui infuse la vision du processus de paix du HDP s’évapore. “Les Kurdes ont vu une place pour eux-mêmes dans une nouvelle vision démocratique de la Turquie”, dit-il, assis dans son salon. “Mais avec la façon dont cela a frappé tout le monde, les gens ne peuvent plus se voir se réconcilier avec la Turquie.”

* * *

Maintenant, dans les rues de Diyarbakır, la capitale kurde de facto, l’exemple des YPG qui ont libéré le territoire kurde par la force en Syrie est de plus en plus populaire. Le siège de la Turquie et le bombardement du district de Sur , qui dure plus de 90 jours, sont devenus une force motrice de cette attitude changeante. Les rapports de civils pris au piège par les combats et les histoires de femmes combattantes tuées dans l’action, déshabillées et laissées dans les rues à pourrir pendant des semaines, ont exaspéré la population. Les quelques dizaines de guérilleros qui se battent encore pour contrer les forces de sécurité turques sont devenuEs un symbole d’inspiration pour de nombreux Kurdes.

On peut entendre le bombardement de Sur autour de la ville, et les hélicoptères encerclent constamment, alors que les grandes casernes militaires et de police au coeur de la ville sont un rappel constant de la vie sous l’occupation.

A l’intérieur de Sur, la zone de rassemblement pour l’offensive turque est remplie de véhicules militaires. À côté des bâtiments bombardés de ce site du patrimoine mondial de l’UNESCO, les bâtiments re-capturés sont drapés de drapeaux turcs massifs.

Parallèlement à leur campagne militaire, les forces de sécurité ont invité les médias à observer la formation d’un couloir humanitaire de deux heures pour permettre aux civils et aux blessés de partir. En plaçant des ambulances devant leurs véhicules blindés, les autorités annoncent par haut-parleurs qu’elles fourniront une assistance à toute personne souhaitant échapper aux combats.

Kurdistan
Crédits photos de l’article original Lazar Simeonov

Pas une seule personne n’émerge. Les résidents de Sur regardent impuissants derrière les barricades de la police à environ 50 mètres. “C’est du théâtre”, dit une femme dans la quarantaine de cette fenêtre de sursis. “Nos enfants sont là depuis 90 jours.”

Un Humvee blindé pique sa mitrailleuse sur le toit à travers la foule. Quand les forces de sécurité me voient parler à des gens derrière la barricade, elles se mettent à crier frénétiquement et m’ordonnent d’aller voir l’ambulance vide. “Ce sera la dernière fois que nous créerons ce couloir”, a déclaré un responsable de la presse gouvernementale alors que l’horloge s’achève. “Après cela, la poussée finale commencera.”

Des milliers de personnes descendent dans les rues de Diyarbakir le lendemain pour exiger que les forces de sécurité mettent fin au siège et créent une ouverture humanitaire prolongée. Mais ce ne sont pas seulement ceux qui sont pris dans les combats qui ressentent la répression. Partout dans la ville, des canons à eau et des véhicules blindés de transport de troupes patrouillent dans les rues, constamment à l’affût de manifestations qui se terminent invariablement par des barrages de gaz lacrymogène et des explosions d’eau à haute pression. Les journalistes kurdes sont régulièrement arrêtés et emprisonnés pour avoir critiqué le gouvernement ou les forces de sécurité. Trente d’entre eux sont actuellement derrière les barreaux.


“Nous ne croyons plus en ce faux processus de paix.”


Alors que les gens se rassemblent dans un parc et dans la rue à côté, la police anti-émeute intervient des deux côtés. Comme si elles répètaient une série d’événements chorégraphiés, les femmes d’âge moyen, surnommées «les mères de la paix», forment une barrière entre les jeunes et la police. “Partout, c’est Sur, partout c’est la révolution!”, chante la foule, suivie par les appels de “Le PKK, c’est le peuple, c’est le peuple!” Les chants de ce genre sont généralement suivis d’attaques contre les manifestants. En conséquence, de moins en moins de jeunes considèrent l’action politique comme un moyen de réaliser leurs droits.

“Nous ne croyons plus à ce faux processus de paix”, dit Yeter, 25 ans, qui refuse de donner son nom complet parce qu’elle s’inquiète du harcèlement policier à venir. Vêtue d’une robe aux couleurs vives traditionnelles kurdes, elle exprime la frustration, la désillusion et la détermination d’une génération qui a grandi avec la guerre et qui a été déçue par des négociations ratées. “Je crois à la fois à la lutte armée et à la lutte populaire”, dit-elle, soulignant que le succès de YPG en Syrie est sa principale source d’inspiration pour l’avenir de la lutte en Turquie.

Fait intéressant, elle parle en turc. La plupart de cette génération a grandi quand la langue kurde a été interdite, les étudiants ont été interdits de parler à l’école, et les parents ont été découragés de l’enseigner à leurs enfants. Alors que l’interdiction a été levée depuis la fin du régime militaire, le kurde n’est toujours pas enseigné dans les écoles publiques et aucune ressource publique n’est consacrée à sa promotion. Bien que le kurde soit plus commun dans les petites communautés, à Diyarbakır, presque tous les signes sont en turc, même si la ville est presque entièrement kurde. La plupart des jeunes qui parlent kurde l’ont appris en tant que langue seconde et l’étudient dans le cadre de leur activisme culturel et politique.

Alors que les discours se terminent, la police arrive avec les haut-parleurs. “Nous vous avons donné du temps pour votre expression démocratique”, résonne une voix en plein essor. “Maintenant, il est temps pour vous de rentrer à la maison.” A peine l’annonce est faite que la foule est assaillie par des volées de gaz lacrymogène et de canons à eau.

Et il faut savoir ce qui arrive aux détenus qui se dressent contre la répression. Selon Raci Bilici, présidente de l’Association des droits de l’homme basée à Diyarbakır, la torture et les passages à tabac sont à nouveau en hausse. Il décrit une pratique policière de routine consistant à battre les Kurdes arrêtés sur le sol des véhicules blindés jusqu’aux centres d’interrogatoire. Depuis le début de ce conflit, dit-il, son organisation a documenté 101 cas de torture, et il ajoute que beaucoup ne le signalent pas parce qu’ils craignent des représailles supplémentaires de la part de l’État.

Au milieu de l’omniprésence de la guerre et de la répression, il est courant d’entendre les Kurdes comparer leur situation actuelle avec la violence des années 1990 et du début des années 2000, quand la Turquie a mené une contre-insurrection brutale dans les campagnes. Ces personnes déplacées ont pour la plupart déménagé dans les quartiers populaires des villes kurdes, qui ont été largement épargnés par la violence dans cette série de combats.

Cette nouvelle bataille est essentiellement urbaine et menée par les enfants de ceux qui ont fui la campagne. C’est une histoire illustrée dans la vie de Mahmut Oruç, un guérillero de 23 ans tué à Sur. Sa sœur aînée, Selvinaz Çoban, 33 ans, fait partie d’une famille qui a entamé une grève de la faim et garde une vigilance constante dans un parc du centre-ville de Diyarbakır pour réclamer le retour des restes de leur proche.

“Dans notre village, il a vu des gens arrachés de leurs maisons et battus dans les rues”, dit-elle, réfléchissant sur ce qui a mis son frère sur la voie de la lutte armée. “Nous avions l’habitude d’entendre les cris de ceux qui étaient pris à la base de l’armée toute proche et torturés.”

Çoban parle de la façon dont l’exploitation et la pauvreté vécues par les travailleurs kurdes et la discrimination contre les étudiants kurdes ont conduit son frère à rejoindre le PKK, quand il avait 17 ans.

“Nous avons essayé le dialogue pendant le processus de paix, nous avons essayé de trouver un moyen terme”, dit-elle, exaspérée. “Mais l’autre partie a toujours voulu affirmer son pouvoir. Je ne crois plus à la paix. “

Jesse Rosenfeld

Crédits photos de l’article original en anglais Lazar Simeonov 

Jesse RosenfeldJesse Rosenfeld

Journaliste basé au Moyen-Orient depuis 2007, contribue régulièrement à un certain nombre de publications, notamment The Nation , The Daily Beast, AJEnglish, the Intercept…

Son travail dans la région est à la base du nouveau documentaire Freelancer on the Front Lines de l’Office national du film du Canada.


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.

    Related posts