Procès KCK : “Modèle pour les procès du journalisme”

journalisme Turquie

Jadis plus grand procès du journalisme en Turquie, le procès de la presse du KCK ne fait plus guère les manchettes aujourd’hui, même s’il constitue toujours un sinistre précédent pour la criminalisation des activités journalistiques dans le pays.

Libre traduction d’un article du 02 février 2018, publié en anglais, par Özgün Özçer

La Turquie peut difficilement revendiquer une histoire glorieuse en termes de liberté de la presse. Même au regard du passé politique turbulent du pays, le nombre croissant de procès, de détentions et de condamnations de journalistes constitue un précédent terrifiant.

En 2012, une affaire monumentale, qualifiée de “procès de presse du KCK” a fait les gros titres : 46 journalistes, dont 36 sont restés en détention entre quelques mois et deux ans et demi, ont été accusés d’être en lien avec l’Union des communautés du Kurdistan (KCK), une organisation semi-clandestine, qui serait la “branche urbaine” du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Six ans après son début, et avec tous les suspects libérés lors des audiences successives, le procès continue à traîner en longueur. La dernière audience tenue le 19 janvier 2018 a à peine fait parler de lui.

Cependant, l’apparente inertie ne devrait pas être interprétée comme un bon présage. Un avocat représentant les journalistes accusés a souligné que le procès de presse du KCK a servi de modèle aux nombreux procès ouverts contre les journalistes et les médias, à la suite du coup d’Etat manqué de juillet 2016. “Nous n’avons pas été surpris lorsque nous avons lu l’acte d’accusation contre le journal Cumhuriyet”, a déclaré l’avocat Özcan Kılıç à Mapping Media Freedom, faisant référence au procès médiatique toujours en cours. “Ce sont exactement les mêmes allégations qui ont été formulées contre ceux du procès de presse du KCK. En fait, le procès de presse de KCK est utilisé comme modèle, contre toutes les organisations non désirées. Hier c’était les Kurdes, maintenant ce sont les sociaux-démocrates. Demain? Qui sait?”

Rapport sur “l’abus sur enfants” utilisés comme preuve à charge

Les journalistes poursuivis dans l’affaire KCK ont tous travaillé pour des organes de presse dits pro-kurdes, notamment Dicle News Agency (DİHA), ainsi que les quotidiens Özgür Gündem et Azadiya Welat , qui ont tous été fermés par décret-loi, suite à la déclaration d’un état de situation d’urgence en juillet 2016. Parce que l’accusation n’a pas réussi à trouver des preuves concrètes sur les journalistes accusés, leur travail professionnel de routine a été exploité pour étayer les accusations.

“Le procès ne contenait aucune allégation juridique, mais du point de vue du gouvernement, c’était une opération qui soulevait des allégations politiques”, a déclaré Çağdaş Kaplan, un ancien journaliste de DİHA qui travaille maintenant pour le site d’information en ligne Gazete Karınca, a déclaré à Mapping Media Freedom “Si vous regardez les preuves dans l’acte d’accusation, une grande majorité des allégations contre les journalistes étaient basées sur des reportages, des articles ou des interviews qui avaient leur signature, ou étaient basées sur les communications qu’ils avaient avec leurs sources”,

Evrim Kepenek, un autre ancien journaliste de DİHA, a rejoint Kaplan, en soulignant que le procès de presse de KCK représente une étape décisive dans l’utilisation du travail journalistique comme preuve criminelle. “Aucun d’entre nous n’a nié que nous avons travaillé dans cette agence ou couvert ces nouvelles. Notre agence de presse payait des impôts, distribuait des cartes de presse, était enregistrée auprès de la sécurité sociale et avait des journalistes qui étaient libres de rejoindre l’Union des journalistes turcs”, a-t-elle déclaré.

Les preuves contre les journalistes comprenaient des reportages sans rapport avec les procès du KCK, ou même des articles inoffensifs. Dans une version notoire, la couverture d’un cas de maltraitance d’enfants au centre de détention juvénile de Pozantı était incluse dans l’acte d’accusation, qui accusait les journalistes de raconter des histoires susceptibles de nuire à l’image de l’Etat et “d’humilier l’Etat turc aux yeux du public ???”. La journaliste principale de l’histoire, Özlem Ağuş, est restée en détention pendant deux ans à cause de ce travail.

L’eau dort, mais l’état ne se repose jamais

Les enquêtes ouvertes à l’encontre des journalistes s’inscrivaient dans le cadre d’une vague de répression contre les politiciens et les activistes politiques kurdes, qui a débuté en 2009. Deux autres procès de masse sont en cours: 205 hommes politiques kurdes sont jugés à Istanbul et 175 autres accusés sont jugés par un tribunal de Diyarbakır .

Le 20 décembre 2011, la police a lancé des opérations dans les bureaux d’Istanbul de nombreux médias pro-kurdes, arrêté 49 personnes et saisi des informations. Quelque 36 journalistes ont été arrêtés après quatre jours d’interrogatoire le 24 décembre. Quelque 44 journalistes ont d’abord été inculpés avant l’ajout de deux collègues à la liste.

Kılıç, l’avocat, a déclaré qu’ils se référaient au concept de “loi pénale ennemie” pour se référer aux affaires juridiques. “C’est un reflet de l’esprit de l’Etat. Voici comment cela fonctionne : Vous identifiez votre ennemi et vous en faites un terroriste”, a-t-il dit.

Kılıç, qui représente également Özgür Gündem , le journal kurde le plus influent publié en Turquie jusqu’à sa fermeture par un décret d’urgence en août 2016, a déclaré que les procès en cours contre le quotidien démontraient la même mentalité. Faisant référence à une affaire dans laquelle l’ancien rédacteur en chef du journal, İnan Kızılkaya, et des intellectuels solidaires, tels que l’écrivaine Aslı Erdoğan et l’écrivaine Necmiye Alpay, ont été menacées de perpétuité. Kılıç : “Là aussi le modèle de l’essai contre la presse KCK a été utilisé. L’eau dort, mais l’état ne repose jamais. ” 

Les avocats attendent maintenant une décision de la Cour européenne des droits de l’homme, qui devrait peser sur la violation de la liberté d’expression des journalistes. Une décision en faveur des journalistes pourrait garantir qu’ils ne soient pas condamnés par un tribunal turc, selon les avocats.

Chef de police et juge emprisonné

Cependant, le système juridique lui-même a connu des changements sismiques au cours des dernières années. D’abord, le gouvernement turc a aboli les tribunaux pénaux spécialement autorisés en mars 2014, dans le cadre d’un “processus de paix” avec le mouvement politique kurde. Le tribunal supervisant le procès de presse de KCK était l’un d’entre eux. Cependant, la cour constitutionnelle a rejeté les demandes de révision des avocats de la défense, même si la cour a accepté de réentendre d’autres affaires importantes, telles que l’affaire du coup d’Etat militaire d’Ergenekon.

Pour mettre du sel dans la plaie, le chef de la police, qui a ordonné l’arrestation des journalistes kurdes, et le juge principal , chargé de superviser leur dossier, ont ensuite été accusés d’appartenir au mouvement Gülen. Autrefois proche allié du Parti de la Justice et du Développement, le mouvement dirigé par le religieux islamiste américain Fethullah Gülen a été accusé d’avoir organisé plusieurs complots visant à renverser le gouvernement, y compris le coup d’Etat du 15 juillet 2016. Le mouvement a depuis été déclaré organisation terroriste et appelée “FETÖ”.

Le chef de la police, Yurt Atayün, est détenu depuis que le gouvernement a commencé à purger les présumés gülenistes de l’État en 2014, tandis que le juge en chef, Ali Alçık, a été arrêté quelques jours après la tentative de coup d’Etat.

Mais, alors que le gouvernement a rapidement décidé de renverser d’autres procès prétendument inventés par le mouvement Gülen, il ne l’a pas fait pourtant dans le procès de presse du KCK.

“Le procès aurait déjà dû être rejeté parce que les nouvelles ordinaires et les conversations téléphoniques – comme celles que fait chaque journaliste – ont été présentées comme des preuves. En plus de cela, ceux qui nous ont barbouillé étaient des membres de FETÖ. Il aurait dû être rejeté sans plus tarder, mais il n’a pas encore été “, disait Kepenek.

“La situation actuelle est beaucoup plus grave”

Même si le procès continue, malgré l’effondrement apparent de l’accusation, cela ne signifie pas que les journalistes seront finalement acquittés, déclare également Kaplan, tout en notant que le gouvernement turc s’est défendu devant la Cour européenne des droits de l’homme en continuant d’insister sur le fait que les journalistes étaient des “terroristes”. “Même si les accusés sont des journalistes, cela ne signifie pas qu’ils ne soient pas des terroristes”.

A l’inverse :

“Le procès ne se poursuit pas comme une formalité mais comme un moyen de menacer. Nous continuons à faire notre travail, mais nous risquons plusieurs années de prison “.

Pour sa part, Kepenek s’inquiète que la situation actuelle s’aggrave inexorablement. Kepenek, une journaliste de l’agence de presse en ligne féministe JinNews, note que l’accès à leur site Web a été bloqué cinq fois en une semaine, à la fin du mois de janvier. La journaliste Zehra Doğan, fondatrice de Jinha, prolongé dans la tradition par JinNews et lauréate du prix de Libre Pensée 2017 de l’organisation Freethinkers basée en Suisse, est également emprisonnée pour des peintures illustrant la répression de l’armée turque dans les provinces kurdes fin 2014 et début 2015. Même accusation de propagande terroriste.

“Nous vivons un processus beaucoup plus sévère”, a déclaré Kepenek. “Les allégations dans le procès de presse de KCK peuvent s’être effondrées, mais maintenant ils n’ont même pas besoin de présenter des allégations. Il était possible de condamner mon ami Nedim Türfent à plus de huit ans de prison pour avoir rendu compte du conflit à Hakkâri. Ce qu’ils appellent les preuves, ce sont des nouvelles. En d’autres termes, notre reportage est  légalement devenu un ‘crime’.”

En mars 2012, moins de deux mois après une opération contre les médias kurdes, le premier ministre de l’époque, Recep Tayyip Erdoğan, avait déclaré que les personnes arrêtées étaient des “terroristes et non des journalistes” pour ne pas porter la “carte de presse jaune”. Maintenant, six ans plus tard, il a répété exactement les mêmes mots lors d’une conférence de presse conjointe le mois dernier avec le président français Emmanuel Macron à Paris. Pourtant, entre-temps, des journalistes qu’il a qualifiés de “terroristes” ont été libérés, tandis que ceux qui les ont poursuivis sont désormais emprisonnés pour terrorisme.

Le procès de presse du KCK peut être un exemple typique de ce que ces allégations ne résisteront pas à l’épreuve du temps, même si les tactiques des politiciens restent les mêmes – même si les journalistes ont souligné l’importance de la solidarité.

“Ceux qui sont restés silencieux à l’époque obtiennent leur part de la répression d’aujourd’hui. C’est pourquoi nous devons comprendre que tant la pression contre les médias kurdes en 2011 que la pression sous l’état d’urgence, sont des attaques directes contre le journalisme”, disait M. Kaplan.

Au contraire, la pression a même encouragé de nombreux journalistes, a ajouté Kepenek.

“Les stylos des journalistes ne se cassent pas quand ils les arrêtent ; ils s’aiguisent encore plus. Les gouvernements ne comprennent pas cela.”


Özgün Özçer

Il a travaillé comme journaliste et éditeur pour, Taraf, Hürriyet Daily News et BirGün.
Il a travaillé au sein des organisations comme UNICEF, Amnesty International.
Actuellement il travaille comme journaliste freelance.

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
Por respeto hacia la labor de las autoras y traductoras, puedes utilizar y compartir los artículos y las traducciones de Kedistan citando la fuente y añadiendo el enlace. Gracias.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts