Zehra Doğan s’expose aussi à Angers en janvier

angers

Une bonne trentaine d’œuvres originales de Zehra Doğan seront exposées en janvier à Angers, en Anjou, accompagnées durant trois semaines, d’informations, de lectures, de musiques, avec visites guidées et un débat.

Cliquez pour agrandir

Cette exposition fait écho à celle qui aura lieu dans les mêmes dates au Pays de Morlaix, en Bretagne, et précède celle de Paris, qui se déroulera dans le lieu culturel dit “La Maison des Métallos”, et qui regroupera l’ensemble des oeuvres originales en les donnant à voir au public en mars et avril prochain. De nombreux rendez-vous rythmeront également ces semaines parisiennes consacrées à Zehra Doğan.

Une façon de mettre en lumière la résistance d’une artiste et journaliste kurde, qui lutte, même en prison, pour défendre une culture, une histoire, et l’idée qu’une autonomie kurde apporterait à la Turquie un avenir commun possible. Un avenir qui ferait dialoguer entre eux les constituants de la mosaïque de peuples présents sur son territoire, hors du rouleau compresseur de la “turcité” de l’Etat-nation, racine de tous les massacres depuis un siècle.

Femme de 28 ans, elle a été condamnée pour avoir, avec son art, porté au grand jour les exactions de l’armée de l’Etat turc dans les villes de l’Est, ces dernières années. Une journaliste et artiste qui décrit la réalité de la guerre, “les yeux grands ouverts”. Elle a été jetée en prison pour 2 ans et 9 mois en juin 2017.

Ce sont bien des réalités de ces dernières années, tout autant que des racines de ce présent en Turquie et au Moyen-Orient, que traitent ces œuvres de Zehra. Œuvres réalisées dans l’urgence, avec une économie de moyens, durant les mois de début 2017, qui la virent attendre sa nouvelle condamnation, puis sa nouvelle arrestation et incarcération. Mais c’est tout autant du combat d’une femme, pour les femmes, qu’il s’agit.

Ces œuvres “évadées” de Turquie sont décrites, avec d’autres, dans le livre consacré à Zehra. Le livre sera présenté également au public et disponible. (en librairie dès le début janvier également).

Zehra Doğan n’est pas à proprement parler une “artiste engagée”, ni une simple journaliste qui se servirait de l’art comme vecteur. Elle n’est pas non plus une déconstructrice de l’art contemporain, dans la performance artistique ou l’éphémère. Profondément enracinée dans sa culture, elle en transgresse pourtant les traditions et utilise dans l’urgence des techniques picturales et des supports où se mêlent et s’entrechoquent histoire du Kurdistan, faits et violences d’Etat, tout autant que renvois artistiques vers des œuvres universelles. Des œuvres qui invitent à ouvrir les yeux et à ressentir l’indicible au travers de ceux des figures de ses toiles. Une exposition comme un cri.

Zehra a obtenu le prix des “Libres Penseurs” suisses récemment, pour sa résistance à l’oppression, et la force de sa parole d’artiste et journaliste sur l’histoire présente.. Elle est également parrainée dans la campagne transnationale pour obtenir sa libération, par l’artiste Ai Weiwei, pour le PEN International.

Si ce contexte ne prête pas à la fête, l’avenir pour lequel Zehra résiste, la défense d’une culture et d’un vivre ensemble, eux, appelleront à musiques et lectures au long de ces trois semaines.

12 – 30 janvier 2018
Tour Saint Aubin
Rue des Lices Angers

Ouvert tous les jours de 11h à 19h30

PROGRAMME

• Jeudi 11 janvier 19h Vernissage & Lectures et musique
avec Mireille Mast, Christophe Bell Oeil, Titi Robin

• Mardi 16 janvier 18h Visite guidée

• Vendredi 19 janvier 12h30 Lectures et musique

• Vendredi 26 janvier 19h Visite guidée 20h Soirée d’information “Où va la Turquie ?”

L’événement sur facebook est ICI.

La page #FreeZehraDogan

Le site internet en trois langues, géré par ses soutiens, où vous trouverez tous les compléments  zehradogan.net

Et enfin, le dossier spécial Kedistan qui lui est consacré est ICI

 


Traductions & rédaction par Kedistan. Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Ji kerema xwere dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
Translation & writing by Kedistan. You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts